En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© LOIC VENANCE / AFP
économie bruno le maire télétravail
© LOIC VENANCE / AFP
économie bruno le maire télétravail
Reconfinement

Télétravail : l’Etat sombre dans le délire bureaucratique

Publié le 06 novembre 2020
Avec la nouvelle phase du confinement et la nécessité du télétravail, les entreprises doivent surmonter de nouvelles contraintes. Le sentiment d'injustice lié au manque de clarté s'installe, la révolte gronde devant l'incompréhension du terrain, la contradiction et la discrimination.
Sophie de Menthon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec la nouvelle phase du confinement et la nécessité du télétravail, les entreprises doivent surmonter de nouvelles contraintes. Le sentiment d'injustice lié au manque de clarté s'installe, la révolte gronde devant l'incompréhension du terrain, la contradiction et la discrimination.

Télétravail : le délire bureaucratique totalitaire

Le mercredi 28 octobre 2020, le Président de la République a incité les entreprises à privilégier le télétravail « partout où c'est possible » tout en exhortant au travail avec insistance (et « intensité » !). Mais dès le lendemain, le Premier ministre a précisé : « Le télétravail n’est pas une option dans le secteur privé (ah bon ? Les fonctionnaires cette fois doivent travailler sur place ?). "Toutes les fonctions qui peuvent être télétravaillées doivent l’être cinq jours sur cinq (…) ". Le sentiment d'injustice lié au manque de clarté s'installe, la révolte gronde devant l'incompréhension du terrain, la contradiction et la discrimination.

Cette obligation de télétravail sera donc inscrite dans la nouvelle version du « protocole sanitaire national ». Or, si l’on s’en tient à la loi, nous observons dans le texte que ledit protocole est « défini pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise » : ce n'est pas un outil contraignant. Mais la succession de protocoles est une calamité. Le protocole de déconfinement est une pièce de musée avec "48 guides métiers" eux-mêmes divisés en 7 parties : « en termes de jauges par espaces ouverts », « gestion des flux, marquages... », « équipements de protection individuelle », « les tests de dépistage » (auxquels nous avons eu en fait le droit il y a 3 jours !!) etc.

Aujourd'hui, le nouveau protocole des bureaucrates de l’État qui tuent le pays à petit feu, constitue un ensemble de recommandations pour permettre aux entreprises de s’acquitter de leurs nouvelles obligations en matière de sécurité (arrêt du conseil d'état du 19 octobre 2020 n°44809). 

L'article L 4121-1 du code du travail rappelle que « l'employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs ». Il revient donc en principe au chef d‘entreprise et à lui seul, de définir avec ses salariés bien sûr « les actions de prévention des risques, les actions d'information et de formation ainsi que la mise en place d'une organisation et de moyens adaptés ».  

Difficile de suivre les énièmes modifications des protocoles sanitaires…qui changent quasiment toutes les semaines ; l’inspection du travail est diligentée pour vérifier que le télétravail « imposé » 5 jours sur 5, mais pas obligatoire (?) est ou non passible d‘amendes et/ou de sanctions. Outre l’aspect psychologiquement insupportable en ce moment de réduire la sécurité sanitaire dans nos entreprises à des sanctions alors que nous tentons de sauver et nos boites et ceux qui travaillent, comment déterminer le « si c’est possible » et quand ? C’est l’inspecteur du travail qui jugera du déplacement nécessaire ou de la nécessité de dépouiller le courrier ? Certains de mes salariés préfèrent travailler au bureau pour conserver un minimum de lien social ou parce qu’ils ne disposent pas d’une surface suffisante chez eux. Quid en cas de contrôle ?  Ces « dérogations » au télétravail seraient-elles considérées comme acceptables ? Quelle ignorance aussi de l'utilisation des outils informatiques, et si on n’a pas internet ? Et comment travailler sur des logiciels qui appartiennent à l'entreprise ? Quelle distorsion dans les obligations : un directeur d'école met donc en danger la vie d'autrui ?!

Si un salarié tombe malade, il pourrait porter plainte contre l’employeur qui, ce jour-là, lui aurait demandé de venir au bureau ?  Il lui faudra quand même alors prouver que le virus a été contracté non pas avec des amis ou au supermarché, mais bien dans l’entreprise, c’est cela ?!

Les entreprises, dans le cadre du dialogue social, seront donc attentives à trouver un juste équilibre entre l’intérêt collectif et la préservation de la santé des salariés, qui ne peuvent rester totalement isolés.  Oui il y a des employeurs forcément qui ne respectent pas les règles, oui comme partout il y a des abus qu'ils convient de réprimer mais les "patrons" (et le terme prend tout son sens !) comprennent mal ces ordres intempestifs, les accusations implicites et les consignes contradictoires avec menaces à l’appui de les trainer au pénal au sujet du télétravail !

Quelle déception de constater que les représentants du Gouvernement en la matière, au lieu d'aider, suggérer, encourager, se place en ennemis et en gendarmes ignorants.

Oui, les chefs d’entreprises sont plus conscients que tout autre que la protection de leurs salariés doit être une priorité, et les salariés s’y emploient eux même : les mesures de protection ont été prises, et bien prises. Nous avons tout géré : les masques importés, les tests, la distanciation, le télétravail etc.  Et nous continuons tous les jours de chercher à faire plus et mieux pour préserver et nos salariés et nos entreprises. S'il nous faut en plus lutter contre cet ennemi silencieux que devient l'État, nous mourrons.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
SD..
- 07/11/2020 - 07:41
Ce n’est pas une nouveauté!
Ce n’est pas une nouveauté que l’état est contre le privé. 2 exemples:
-le sondage qui rapportaient que les élèves de l’ENA considèrent l’entreprise comme une source de financement de l’état
- mon cas perso: on m’a retenu mes remboursements de TVA pendant 6 mois, pour recevoir un courrier m’annonçant un contrôle fiscal à 6 mois moins 3 jours, contrôle qui n’a rien donné, mais qui a encore décalé mon remboursement de 3 mois. Le tout avec des appels de mon comptable tous les mois pour demander ce qui ce passait. Chaque réponse fut du style que la personne qui suit mon dossier est absente....