En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

03.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

04.

Gilets jaunes et trumpistes enragés : clones, cousins ou frères ennemis ?

05.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

06.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

03.

Il donne un coup de boule au principal de son collège. Ouf il ne l’a pas décapité…

04.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

05.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

06.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 9 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 14 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 14 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 15 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 16 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 16 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 3 jours 18 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 12 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 14 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 15 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 15 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 16 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 3 jours 18 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 3 jours 18 heures
© TIZIANA FABI / AFP
© TIZIANA FABI / AFP
Monde d'après

Covid-19 et Santé : apprendre du présent ou préparer l’avenir ?

Publié le 04 novembre 2020
Si la crise sanitaire actuelle pose la question de la prévention des infections et du traitement des formes sévères (détresse respiratoire aiguë), les mesures mises en œuvre pour contenir la propagation de la covid-19, bien que nécessaires, interpellent sur les conséquences économiques et sociales mais également sur leur impact sur la santé mentale des individus.
Olivier Meier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Meier est Professeur des Universités , Directeur de recherche au laboratoire interdisciplinaire d'étude du politique-Hannah Arendt. Il préside l'Observatoire ASAP - Action sociétale et Action Publique, en lien avec la Chaire ENA - ENSCI -...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la crise sanitaire actuelle pose la question de la prévention des infections et du traitement des formes sévères (détresse respiratoire aiguë), les mesures mises en œuvre pour contenir la propagation de la covid-19, bien que nécessaires, interpellent sur les conséquences économiques et sociales mais également sur leur impact sur la santé mentale des individus.

En effet, depuis mars, la population, comme de nombreux pays, est soumise à une distanciation sociale et à un isolement, sources de stress et de souffrance psychologique, qui peuvent à moyen terme conduire à des risques de dépression ou à d’autres formes de mortalité ou de maladies (suicide, solitude structurelle, sentiment d’abandon, détresse psychologique…).

La situation de « guerre » contre un ennemi invisible et mouvant, la covid-19, oblige chacun de nous à respecter l’ensemble des mesures sanitaires (masques, gel hydroalcoolique, distanciation, télétravail…) susceptibles d’endiguer la propagation du virus et de protéger les personnes vulnérables de cette maladie vicieuse et contagieuse. La question n’est pas ici de nier la dangerosité du virus et ses conséquences nuisibles pour nos « anciens » (personnes âgées) et certaines parties de la population, particulièrement sensibles à ce type de virus (patients diabétiques, atteints d’obésité, personnes asthmatiques…). On ne peut également contester l’extrême difficulté des pouvoirs publics et de la science face à un virus inconnu, dont les formes chez l’individu diffèrent en termes de gravité, d’effet sur l’organisme (symptômes divers et variés) et de durabilité dans le temps, avec par exemple l’apparition possible de séquelles, plusieurs mois après la maladie, comme des troubles respiratoires ou mentaux).

Mais la question de la santé des individus va bien au-delà de la mortalité liée à la covid-19. Par exemple, les limites imposées aux déplacements quotidiens durant le confinement (puis le couvre-feu) ont fortement réduit et la durée des activités physiques habituelles. De même, ces restrictions, bien que légitimes, ont eu un impact sur d’autres malades, qui étaient suivis médicalement ou qui avaient prévu certaines opérations. 

De même, lorsqu’on parle de personnes vulnérables, ne se limite -t-on pas trop rapidement à la question des malades ou des personnes ? N’y a-t-il pas aussi le risque de voir avec le temps se développer d’autres formes de maladies, ayant cette fois comme caractéristique de concerner les personnes qualifiées de « fortes » durant la première vague, à savoir les « jeunes » (étudiants, lycéens, collégiens) et les « actifs » comme les entrepreneurs, les indépendants, les commerçants ou les artisans.

Comment qualifier deux années d’études « hors les murs » pour des étudiants et des élèves de milieux éducatifs et socio-culturels divers, n’ayant pas forcément les installations, les équipements et l’accompagnement humain pour gérer matériellement (gestion des horaires, aménagement de l’espace domestique) et cognitivement (gestion de la concentration) leurs études ? Quelle valeur objective aura leur formation, sans la contribution effective de l’institution ?Comment apprécier la qualité d’une formation universitaire, au sein des Grandes Ecoles ou dans les lycées, lorsqu’elle est organisée totalement à distance par rapport à l’usage de vidéos, moocs, livres ou autres données directement présentes sur des sites spécialisés ? Comment concrètement apprécier la valeur ajoutée de l’enseignant, sa valeur intrinsèque, ses qualités pédagogiques et d’animation ? De quelle façon s’assurer qu’il puisse proposer à tous le même suivi personnalisé ?

Enfin, quels arguments sécuritaires peut-on réellement donner à des personnes qui risquent sur une période longue et incertaine, de perdre tout ce qu’ils ont et de déplacer l’état de mort, de son caractère sanitaire à une dimension aussi périlleuse qui est l’incapacité structurelle à pouvoir vivre économiquement et socialement de son activité ? Qui peut froidement demander à une personne qui s’est endettée pendant dix ans et qui doit financer les études de ses enfants, de décider au nom de la raison de tout perdre (son activité, ses ressources, son image, sa réputation) pour espérer préserver sa vie organique ? Comment raisonnablement peut-on entendre individuellement et personnellement un tel discours ? Est-ce raisonnable de lui dire que l’Etat s’occupera indéfiniment des conséquences destructrices qu’il a lui-même engendrées ?

La question ici n’est nullement de contester des mesures difficiles et courageuses d’un gouvernement qui cherche, tant bien que mal, à concilier des injonctions paradoxales, entre compétitivité et sécurité. Mais nos dirigeants ont-ils pris réellement conscience qu’au nom de la sécurité et de la santé, on allait aussi plonger toute une partie de la population dans le désarroi, l’inquiétude et l’absence potentielle de perspectives ? Comment réagirons-nous collectivement, une fois le virus maîtrisé, lorsqu’on devra faire face à un chômage de masse, des jeunes totalement déstructurés et désemparés et à une vague potentielle de suicides et à l’apparition de formes maladies ?

Nos gouvernants ne peuvent se limiter à l’unique question de la santé liée à la covid-19, en se limitant à la question pourtant centrale de l’hôpital. Ils doivent repenser l’ensemble du système médial public et privé, en intégrant la question des EHPADs, des cliniques, des cabinets et cliniques vétérinaires dans un tout cohérent et ordonné. De même, les nouvelles crises à venir demandent une meilleure valorisation et coordination des professions médicales et pharmaceutiques (médecins, pharmaciens, chirurgiens, aides-soignantes), des auxiliaires médicaux (infirmières, masseurs-kinésithérapeutes…). Enfin, il faut aussi s’occuper de la santé économique et sociale de l’ensemble de la population, et continuer malgré l’adversité, à préparer l’avenir. On ne peut se résoudre à simplement apprendre du présent à coup d’études et de statistiques, en recensant quotidiennement les malades et les morts. Il faut aussi et surtout investir pour l’avenir. Expérimenter, innover, créer, c’est aussi ce qu’on attend de nos dirigeants. Les jeunes et les actifs comptent sur eux, car on oublie parfois que l’avenir, c’est aussi (un peu) eux….

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires