En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 9 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 14 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 15 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 15 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 16 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 17 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 3 jours 19 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 12 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 14 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 15 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 16 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 16 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 3 jours 18 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 3 jours 19 heures
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Atlantico Business

La France a un incroyable talent : elle peut résister à la crise, mais à quel prix

Publié le 02 novembre 2020
L’économie française ne s’effondrera pas, mais le redressement nous coûtera beaucoup plus cher qu’aux autres pays membres de l’Union européenne, pour des raisons qui ne tiennent pas à la crise sanitaire.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’économie française ne s’effondrera pas, mais le redressement nous coûtera beaucoup plus cher qu’aux autres pays membres de l’Union européenne, pour des raisons qui ne tiennent pas à la crise sanitaire.

Bercy a commencé à faire ses calculs.  La deuxième vague de l’épidémie et les mesures de confinement qu’on a été obligé de prendre viennent évidemment bouleverser les prévisions prudentes qui avaient été faites lors de la préparation de la loi de finances.

Bruno le Maire, le ministre de l’économie, avait raison. La France avait de quoi se payer un plan de soutien massif en mars (450 milliards d’euros) et un plan de relance concocté avec les Européens pour amorcer la reprise en 2021 (100 milliards d’investissements). Il avait raison de rester confiant dans la capacité de redressement, parce que la crise sanitaire mondiale, contrairement aux autres crises internationales ou même aux guerres, n’avait détruit aucun actif de production, pas même la plupart des contrats de travail. Il avait raison parce que notre capacité d’emprunt restait importante à un prix dérisoire.

Les statistiques Insee du 3e trimestre lui ont donné raison puisque le rebond de croissance en France a dépassé les 18% entre juillet et fin septembre. Ces chiffres ont apporté la preuve que l’économie française, une fois libérée de l’angoisse du covid, pouvait repartir très vite. Sa résilience était intacte et les mesures gouvernementales l’avaient protégée. Avant cette deuxième vague, on savait que le covid allait nous couter 248 milliards d’euros, dont 100 milliards en pertes de recettes fiscales et 86 milliards en mesures d’urgence sanitaire et sociale, ce qui représentait soit 11,3 % du PIB.

Les analystes sérieux ont toujours pensé que c’était gérable à partir du moment où la croissance serait revenue et au 3e trimestre de l’année, le rebond vigoureux a permis de rattraper une grande partie des pertes de recettes fiscales creusées pendant le premier confinement.

Maintenant, cette deuxième vague d’épidémie et ce deuxième confinement bouchent à nouveau l’horizon et on estime à Bercy que ça sera beaucoup plus long et difficile à redresser, même si la mécanique de résilience peut fonctionner de la même façon au printemps prochain. Plus long et plus difficile pour trois raisons :

1ère raison : il faut, et ça a déjà été annoncé, prolonger le dispositif d’aide d’urgence sanitaire et sociale ; entre le coût additionnel des dépenses de santé, le chômage partiel et les aides personnels aux petites entreprises en difficultés, il faudra compter plus de 15 milliards d’euros par mois. 

2e raison, il va falloir, au-delà de ce plan de soutien, regonfler le plan de relance pour 2021, ce que l’Allemagne a déjà annoncé. La France n’y échappera pas. Ce n’est pas 100 milliards sur deux ans qu’il faudra prévoir, mais 100 milliards par an sur deux ans.

3e raison, normalement, ces mesures, comme la première fois, devraient éviter un effondrement de l’économie, notamment parce que Bruno Le Maire paraît bien décidé à protéger au maximum le maintien de l’activité. On va donc tout faire pour fabriquer du PIB alors qu’on avait tout arrêté en mars dernier.

Cela dit, le rebond va être plus compliqué parce que la France a beaucoup de faiblesses structurelles qui datent d’avant le covid 19. 

D’abord, nous avons très peu de marge de manœuvre. Alors que l’Allemagne a un endettement qui ne dépasse pas les 60 % de son PIB et que cet endettement sert à financer de l’investissement, le nôtre touche désormais les 120 % du PIB et sert à payer des frais généraux.

Ensuite, notre capacité de financement existe mais elle repose essentiellement sur notre crédit à l’étranger (assez entamé) et notre épargne, certes considérable mais ... liquide, c’est à dire qu’elle peut s’en aller très vite. La France a peu de possibilités pour lever des impôts nouveaux. Même chez les riches, contrairement aux recettes miracles de la France Insoumise. Les riches sont riches mais ils investissent et si on les en empêche, ils s’en vont. 

Enfin, notre modèle macroéconomique est absolument archaïque, rigide et impossible à réformer. Nos dépenses publiques ( 60 % du PIB ) sont à 80% des dépenses de salaires, de rémunérations ou de prestations sociales. Bref, l’équilibre social du pays ne tient que parce qu‘il y a ces dépenses collectives. Si les prestations en retour étaient de qualité, ça pourrait marcher mais ça n’est pas le cas. On croyait avoir le système de santé le plus performant du monde, on sait que ça n’est pas vrai. En revanche, il reste le plus cher.

On croyait avoir le système éducatif le plus égalitaire, progressiste et performant du monde, on sait bien que ça n’est plus vrai. Le système n’est pas capable de protéger les valeurs de la république. Mais il reste le plus cher du monde. 

Il faut savoir que 80 % des salariés de l’industrie financière de New York sont titulaires de la carte verte et que le tiers est d’origine française. C’est presque la même situation à Londres et dans une proportion moindre en Californie dans l’industrie du digital.

Que les choses soient claires : le covid 19 est une catastrophe mais ça n’est pas le covid qui a démoli l’industrie française. Air France, Renault par exemple étaient malades bien avant.

Ça n’est pas le covid 19 qui a sinistré le système de santé et l’éducation nationale, ça n’est pas le covid 19 qui a rendu notre administration obèse et incapable de gérer des situations complexes.

Tout le monde est coupable. Les gouvernements, mais pas qu’eux. Les syndicats, mais pas qu’eux ... etc. Tout le monde est coupable et ça ne servirait à rien de les désigner et les clouer au pilori.

Le covid 19 a au moins une utilité, il a révélé la réalité du mal français. Mais, ce mal existe depuis si longtemps qu’on en vient à penser qu’il est enraciné dans l’ADN français. Depuis Alain Peyrefitte  ( c’était en 1976 ... il y a 45 ans ), depuis François de Closets, qui en 1984 nous fait une piqure de rappel avec son indémodable Toujours plus, chez Grasset, nous avons eu chaque année une revaccination contre ce mal qui diffuse le masochisme dans toutes les strates de la société et qui la mine. La France a un quand même un incroyable talent : celui de n’avoir jamais su se réformer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Cervières
- 04/11/2020 - 11:34
Incroyables talents ?
Les entrepreneurs français sont souvent critiqués, en général par les syndicalistes et leurs sicaires (journalistes, politiques,...). Sauf qu'ils ont à affronter l'une des technocraties des plus retorses, des plus totalitaires. Depuis 1945, l'URSS soumis a la même chose s'est effondrée en 45 ans. Les entrepreneurs français malgré ce lest faramineux arrivent bon gré et surtout mal gré à maintenir le pays dans les premiers de la classe. Certains sont partis et leur part au PIB mondial approche les 200 milliards d'Euros (soit 40 milliards de TVA perdus pour nous + les autres impôts- on nous parle de la fraude fiscale [80 milliards selon les syndicats qui confondent fraude, évasion et niches fiscales]mais les pertes liées à une dysenterie législative et fiscale [20 % du temps de l'entreprise est perdu à des tâches administratives absconses, ce qui rapporté au PIB représente grossièrement 480 Mds perdus - et en TVA 96 Mds]). Imaginons un peu...
cloette
- 02/11/2020 - 15:25
bof
quel que soit le donneur d'avis sur ce qu'il faut faire ou pas faire, le constat est ; ça vasouille .
Ganesha
- 02/11/2020 - 11:31
Iceberg
Mr. Sylvestre toujours fidèle au poste, prêt à remplir la mission pour laquelle il est payé : sauver le Libéralisme !
Il faut dire que ce système politico-économique est très lucratif... pour une minuscule partie de l'humanité : les deux mille milliardaires qui vivent sur notre planète ne représentent que la ''partie émergée de l'Iceberg''.
Au total, les bénéficiaires représentent entre 1 et 5 % de population : appparemment, il y a même certains membres de cette caste privilégiée qui sont abonnés à Atlantico !
Les principes de base de son fonctionnement sont bien connus : Mondialisation, Délocalisation, Désindustrialisation, et pour les emplois non-délocalisables, il y a l'Immigration, source inépuisable de nouveaux esclaves.
Après, il suffit de laisser la Bourse monter : avec l'Assouplissement Quantitatifs, les indices atteignent des sommets stratosphériques, et de juteux dividendes .
Bien sûr, il faut ''arroser'' les politiciens, mais en France, nous avons les Socialistes et les Ripoux-Blicains qui nous jouent parfaitement le rôle de la ''Fausse Alternance''.