En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 14 min 46 sec
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 45 min 54 sec
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 1 heure 20 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 10 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 14 heures 53 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 15 heures 36 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 17 heures 8 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 20 heures 1 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 21 heures 21 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 42 min 42 sec
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 52 min 4 sec
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 14 heures 34 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 15 heures 9 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 16 heures 5 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 18 heures 21 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 20 heures 36 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 21 heures 36 min
© Adem ALTAN, ludovic MARIN / AFP / POOL
Emmanuel Macron Recep Tayyip Erdogan France Turquie
© Adem ALTAN, ludovic MARIN / AFP / POOL
Emmanuel Macron Recep Tayyip Erdogan France Turquie
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan aux yeux du monde musulman

Publié le 30 octobre 2020
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a multiplié les critiques contre la France et Emmanuel Macron suite au discours du chef de l'Etat français sur le droit à la caricature lors de l'hommage à Samuel Paty. L'engrenage d’une escalade est-il en place ? Est-ce un piège tendu par Erdogan ?
Gérard Chaliand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Chaliand, spécialiste des conflits internationaux particulièrement engagé aux côtés de la communauté kurde, est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages de géopolitique parmi lesquels Vers un nouvel ordre du monde (avec Michel Jan, Points Essais, n°...
Voir la bio
Bahar Kimyongur
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bahard Kimyongur est journaliste. Il a notamment publié "Syriana" et "Fehriye Erdal, Tete de Turque, 2000 jours cachée à Bruxelles, une affaire d'Etat".  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a multiplié les critiques contre la France et Emmanuel Macron suite au discours du chef de l'Etat français sur le droit à la caricature lors de l'hommage à Samuel Paty. L'engrenage d’une escalade est-il en place ? Est-ce un piège tendu par Erdogan ?

Atlantico.fr : Attaque au couteau à Nice, tentative d'attentat à Perrache, attaque d'un garde du consulat français à Djeddah… Dans un contexte où Erdogan multiplie les invectives contre la France après la republication des caricatures, à quel point le président turc a-t-il une responsabilité ? Comment comprendre la position agressive d’Erdogan ?

Gérard Chaliand : Du point de vue d'Erdogan et de ses soutiens, sa position n'est pas absurde. Se moquer de Mahomet ne peut pas être quelque chose qu'il peut admettre. Mais il s’en sert aussi pour détourner l’attention. Erdogan fait feu de tout bois. Il connait chez lui des difficultés économiques sérieuses, et financières plus sérieuses encore puisque la livre turque a plongé tout récemment au-delà de 25%.

A l'intérieur, Erdogan a bien sûr l'appui d'une frange de la population qui admire comment, après un siècle de perception d'humiliation, après qu’on leur a refusé l'accès au marché commun, la Turquie peut parler ainsi aux autres pays. Ça ne l’empêche pas d'avoir perdu les mairies d'Istanbul et Ankara et de baisser dans les sondages. Il surfe sur l'ultranationalisme d'une partie importante de sa population heureuse de voir que la Turquie occupe un rang qu'elle ne pouvait même pas imaginer avoir il y a une vingtaine d'années.

Erdogan veut se montrer comme le champion de l’islam, libre à lui. Mais il n'est pas le champion de l'islam. Erdogan représente les Frères musulmans, et a l'appui à cet égard du Qatar. D’autres côtés, l'Arabie saoudite wahhabite n'est pas du tout séduite par le rôle joué par Erdogan qui vient de se proclamer champion du sunnisme. Il n’est pas reconnu par tous les sunnites, loin de là, et y compris les sunnites islamistes les plus engagés. Et il y a toute une foule de musulmans qui pratiquent leur religion dans la paix qui ne cherchent pas à être représentés par quelqu’un qui attise la haine.

Erdogan profite de l’extraordinaire fenêtre d'opportunité qu'il a jusqu’à la mi-novembre avec la proclamation des résultats des élections américaines. Il peut agir sans craindre des rétorsions de la part des Etats-Unis qui ont autre chose à penser.

Bahar Kimyongur : C’est indéniable, la responsabilité d’Erdogan dans l’effusion de sang qui frappe la France est pleinement engagée. A force d’inciter les musulmans de France à désavouer leur gouvernement et d’accuser à tort la France d’être l’ennemi des musulmans, il met une cible dans le dos de chaque Français. J’insiste sur ce point.

Dans la société musulmane traditionnelle, l’individu étant totalement effacé au détriment de la communauté, sa vision de l’ennemi est pareillement uniforme et essentialisante.

Le djihadiste pousse cette logique binaire et conflictuelle à son paroxysme. La France est pour lui une ennemie sous toutes ses déclinaisons, dans toute sa diversité. Le sang de n’importe quel citoyen est par conséquent halal, celui du dessinateur, du journaliste, du paroissien, du rabbin, de l’enseignant, de l’agent de police, de l’ouvrier, du président, du patron ou du simple passant.

Pour revenir à Erdogan, chaque fois qu’il insulte la France, il menace plus de 65 millions de Français. Il sait en effet que des millions de musulmans de par le monde boivent ses paroles. Pour rappel, contrairement aux chiites, les sunnites n’ont pas de clergé. En revanche, le principe d’allégeance à un calife ou à un « Commandeur des croyants » (Amir al Mouminine) est fort répandu.

Lorsqu’Abu Bakr al Baghdadi a conquis Mossoul en 2014, il connut un succès considérable dans la rue sunnite car il affirmait vouloir lui redonner sa fierté. Puis, la médiatisation des crimes de masse perpétrés par son armée ont déçu et choqué, y compris dans les milieux qui soutenaient son projet califal. Après la défaite de l’Etat islamique, c’est Erdogan qui a raflé la mise en s’imposant comme la figure la plus combative dans le camp sunnite.

Si bien que même l’agitateur islamiste Idriss Yemmou alias Sihamedi l’a qualifié d’ « émir des croyants » dans un tweet du 13 janvier 2019 reprochant certains de ses coreligionnaires de ne pas obéir à Erdogan.

Beaucoup de musulmans de France voient en Erdogan un protecteur, un sauveur ou un guerrier de l’islam. Chaque mot sortant de sa bouche peut faire couler le sang ou panser les plaies. Si Erdogan avait utilisé son aura pour appeler à l’apaisement, il aurait peut-être désamorcé la bombe émotionnelle et contribué à la déradicalisation d’un grand nombre d’islamistes français.

Après l'appel au boycott des produits français et les insultes envers Emmanuel Macron, la France va plaider pour des sanctions européennes. L'engrenage d’une escalade est-il en place ? Jusqu'où peut-elle aller ?

Gérard Chaliand : Si nous arrivons à accorder nos violons pour prendre des sanctions contre Erdogan, c'est une chose dont on ne peut, en tant qu'Européens, que se réjouir. Mais ces dernières années, l’Europe a fait la démonstration de son impuissance relative, de sa désunion effective et de son désir trop faible de s'affirmer sur la scène internationale. Elle a été largement critiquée d'avoir plusieurs fois protesté avec politesse contre les différentes actions d’Erdogan qui a appuyé de facto Daesh en Syrie, qui a affiché ses prétentions de modifier l'équilibre de la Méditerranée orientale et qui maintenant joue dans le pré carré des russes aux côtés de l'Azerbaïdjan et introduit des mercenaires d'originaires syriennes, les mêmes islamistes qui luttaient contre les Kurdes. Tout cela été déclaré inadmissible. Mais si on ne réagit pas, cela signifie, au contraire, qu’on l’admet.

C’est difficile d'affirmer ensuite qu'il n'y aura pas une montée des tensions. C’est l'intérêt d'Erdogan. Nous devons calmement montrer notre détermination et être en mesure d'entrainer l’Europe à exercer cette pression ensemble.

Bahar Kimyongur : Erdogan ne craint pas la confrontation. C’est même son terrain favori lorsque son impopularité grandit comme c’est le cas aujourd’hui en Turquie. La société turque ne supporte plus son goût du luxe, sa violence verbale et son mépris pour les pauvres. Ses appels au boycott des produits français n’ont quasi aucun écho dans la population. Elle ne peut d’ailleurs plus accéder aux denrées de base qu’elles soient turques ou françaises.

Erdogan a besoin de tensions pour exister. C’est sa dernière bouée de sauvetage, celle qui lui permet de mobiliser ses partisans et d’écraser ses détracteurs.

Mais c’est aussi un calculateur. Si sa logique de confrontation ne paie plus face à un adversaire plus fort, il tente alors une médiation. On l’a vu avec Poutine. Le 24 novembre 2015, Erdogan fait abattre un avion de guerre russe. Sept mois plus tard, les deux hommes se réconcilient et se lancent dans une indéfectible alliance stratégique provoquant des inquiétudes au sein de l’OTAN. Même si leurs intérêts divergent dans plusieurs dossiers, en Syrie et Libye notamment, Erdogan n’oserait pas désigner Poutine à la vindicte populaire comme il le fait avec le président Macron.

De la même manière, si l’Europe s’unit autour de Macron, Erdogan pourrait se montrer plus conciliant. La position de l’Allemagne est cruciale. Si Berlin le lâche, l’aiguille européenne de sanctions pourrait dégonfler sa dernière bouée de sauvetage et calmer ses ardeurs guerrières.

Est-ce là un piège tendu par Erdogan dans lequel il faudrait ne pas tomber ? 

Gérard Chaliand : Qu'est-ce qu'on risque ? Il ne va pas nous faire la guerre. Il y a beaucoup de bluff dans tout ça. Qu'est-ce que la France risque si l’Europe consentait, ce qui n'est pas du tout sûr, à appliquer des sanctions ? Les sanctions économiques et financières, sont celles qui gêneraient le plus Erdogan. Il faudrait une petite rétorsion économique, pas excessive mais suffisante pour qu'il en ressente les effets. Il faut conserver, contrairement à lui, la plus grande courtoisie. Il n’y a pas besoin de s'invectiver, nous n'y avons aucun intérêt. Il faut dire que nous ne sommes pas d'accord et l'exprimer avec calme et détermination. 

Bahar Kimyongur : La confrontation avec Erdogan est effectivement un jeu dangereux. Mais je ne vois pas ce que l’on peut reprocher au président Macron qui cherche à préserver la souveraineté de la France tout en exprimant sa volonté d’apaisement. L’ennui avec Erdogan, c’est qu’il a semé plusieurs pièges sur la route de sa gloire. Si on recule, il avance. Et si on s’arrête, il avance aussi. Autant résister pour espérer le faire plier.

Comment lui résister sans toutefois rentrer dans son jeu ?

Gérard Chaliand : Il ne faut pas tomber dans les invectives. Jusqu’à maintenant, la France s'est comportée avec beaucoup de tenue. En disant qu'on n’a pas la même façon de penser, qu'on respecte toutes les religions, mais que nous ne sommes pas de ceux qui nous privons de caricaturer ceci ou cela. 

Bahar Kimyongur : La France doit se concentrer sur ses priorités, à savoir briser la spirale djihadiste qui s’installe dans le pays tout en menant une campagne diplomatique et pédagogique à l’attention des pays musulmans qui ne saisissent pas l’ampleur du danger qui ravage le pays.

Il faut garder à l’esprit que les pays musulmans sont de grands consommateurs de théories du complot. Beaucoup pensent en effet que Charlie Hebdo, l’église, les services secrets, les grandes entreprises, le gouvernement et les juifs font partie d’une grande conspiration anti-islam. On se n’imagine même pas qu’une presse puisse être libre ou qu’un gouvernement puisse protéger un journal qui le critique. La France doit inlassablement expliquer la guerre qu’elle livre contre l’islamisme, son ennemi mortel, tout en rappelant sa politique d’accueil et d’inclusion au service des musulmans. Les pays qui développent un discours hostile envers le président Macron semblent vite oublier que la France est le pays le plus peuplé de musulmans en Europe, que des millions de Français musulmans vivent en paix, que le niveau de vie des Français musulmans est plus élevé que dans les pays musulmans et que la France est beaucoup plus tendre avec les islamistes que tous les pays musulmans réunis. Sinon, comment expliquer que tant de criminels de l’Etat islamique emprisonnés en Syrie ou ailleurs supplient la France de les rapatrier ? Je remarque dans les médias arabes, turcs ou pakistanais que l’exécution de Samuel Paty est à peine évoquée, comme s’il s’agissait d’un détail voire d’un châtiment justifié. Résister à Erdogan, c’est aussi faire vivre la mémoire de Samuel Paty et des autres martyrs français de la terreur djihadiste. La bataille est loin d’être gagnée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 31/10/2020 - 12:59
Et pourtant,ils se ressemblent!
L'un et l'autre qui ont en commun d'avoir de sérieux problèmes de popularité et de crédibilité dans leurs pays réciproques,le même goût autocratique pour le pouvoir et qui ne s'embarrassent pas d'état d'âme,ni de scrupule,on en veut pour mémoire la façon dont le sultan Turc traite les Kurdes,et la manière dont le sire élyséen traite ses opposants(épisode des gilets jaunes)La querelle actuelle en dehors d'un problème d'ego surdimensionné n'est ni plus ni moins qu'une nouvelle mascarade destinée à berner les foules pour faire diversion et les détourner des vrais problèmes.
assougoudrel
- 30/10/2020 - 15:42
Allah punit Erdogan et lui donne de
l'occupation.....https://actu.orange.fr/monde/seisme-et-mini-tsunami-au-large-de-la-turquie-la-ville-d-izmir-ravagee-magic-CNT000001uwUF7.html
salamander
- 30/10/2020 - 13:06
l' explosion de la livre turque présage
d'une crise économique majeure en Turquie . Que Erdogan essaie de masquer par son discours provocateur.
Surtout il ne faut pas lui répondre en face à face , c ce qu'il attend.
Je suggère en revanche de faire parler 1 ou 2 ministres du souhait de la création d'un Etat kurde , rapidement. On verra les réactions...