En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 9 heures 52 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 12 heures 4 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 13 heures 16 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 13 heures 45 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 15 heures 44 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 17 heures 33 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 18 heures 43 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 19 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 9 heures 39 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 10 heures 18 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 12 heures 52 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 13 heures 34 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 14 heures 4 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 16 heures 52 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 18 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 19 heures 9 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 19 heures 23 min
© DR / Capture d'écran
dépression angoisse stress
© DR / Capture d'écran
dépression angoisse stress
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

Publié le 29 octobre 2020
Avec la crise sanitaire, la période de reconfinement, la crise économique et la menace terroriste, l'actualité peut générer de l'angoisse et avoir un fort impact mental et psychologique. Comment faire face à cette situation et comment réduire son stress face à l'anxiété de cette période ?
Pascal Neveu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Neveu est directeur de l'Institut Français de la Psychanalyse Active (IFPA) et secrétaire général du Conseil Supérieur de la Psychanalyse Active (CSDPA). Il est responsable national de la cellule de soutien psychologique au sein de l’Œuvre...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec la crise sanitaire, la période de reconfinement, la crise économique et la menace terroriste, l'actualité peut générer de l'angoisse et avoir un fort impact mental et psychologique. Comment faire face à cette situation et comment réduire son stress face à l'anxiété de cette période ?

Atlantico.fr : Pourquoi sommes-nous anxieux ?

Pascal Neveu : Dans un premier temps, il faut sans doute préciser que l’anxiété est un sentiment et un mécanisme normal, sauf dans certains cas.

Il est issu d’un sentiment de peur qui « surchauffe »notre cortex préfrontal et nous empêche de « réfléchir » et trouver une solution à un problème de vie, d’autant plus si nous sommes seul confronté à une situation anxiogène.

L’anxieux est finalement un être qui doit faire l’apprentissage d’une situation nouvelle qu’il ne contrôle pas encore.

Des climats anxiogènes, comme par exemple celui lié à la COVID-19, amènent à plusieurs types de comportement :

-       je suis dans le déni, et je continue à penser que ce n’est qu’un « gripette »n voire même je n’écoute plus les informations.

-       je suis anxieux, et comme nous l’avons encore vu il y a quelques jours, tout comme en mars : je fais des stocks de pâtes et de papier toilette.

-       je canalise mon anxiété en m’adaptant au monde réel, en restant cependant avec un état de conscience éveillée (réalité, sens critique mesuré), sans comportement hystérique ou paranoïaque.

-       …

Chaque épreuve anxieuse peut créer en nous quelque chose de nouveau pour notre Moi qui évolue avec le temps, et pour notre vie sans cesse confrontée à un fleuve peu tranquille.

Qui n’a jamais été anxieux dans sa vie ? 

Prenons l’exemple des étudiants qui passent des examens et des concours. Quelle anxiété pour eux et leurs familles et proches ?

Mais l’anxiété principale est celle à laquelle la personne concernée est confrontée.

Et là, le cerveau, dans tout ce qu’il comporte de conscient et inconscient, peut s’adapter et gérer cette anxiété en trouvant des solutions, grâce à son cerveau.

Par exemple des études sur les rêves menées par le Pr Arnulf (Pitié-Salpétrière-Paris) montrent que celles et ceux qui ont relaté les pires cauchemars la veille de leur examen, sont celles et ceux qui ont le mieux réussi ! Autrement dit, c’est comme si l’anxiété avait été gérée par le cerveau, en anticipant et en canalisant tous les paramètres d’anxiété (savoir, lieu, sujet…).

Notre cerveau, notre psychisme sont capables de travailler une situation, d’autant plus que nous la ressentons anxieuse.

Tout comme nous pouvons avoir en face de nous une personne très anxieuse, qui a organisée et choisie sa vie personnelle et professionnelle à travers un cadre qu’elle sait gérer. Où il n’y a pas de place à l’imprévu.

Son anxiété intérieure l’amène justement à privilégier des environnements qu’elle sait contrôler, ce qui lui permet d’oublier, d’occulter les autres formes d’anxiétés.

Elle met en place un compromis psychique, mais sera peut-être plus « vulnérable » qu’une autre le jour où elle sera confrontée à une situation incontrôlée jusqu’à ce jour.

Mais pensons aussi à l’anxiété d’une mère de famille, confrontée au nouveau-né : les cris, les pleurs, les nuits… Comment les interpréter, les gérer ?... Les études montrent que cette mère de famille va finalement créer un mode de communication nouveau avec son enfant et dépasser son anxiété… parce qu’elle se sera fait confiance.

Beaucoup d’anxiétés nous relient à la peur de mal faire, de ne pas bien réagir, d’être dans un état de non-survie immédiat, à des enjeux majeurs… des enjeux liés à notre éducation, une reconnaissance, le refus de l’échec…

« Que dois-je faire là ? » est la question qui dirige le bal de l’anxiété.

De quelles manières s’exprime l’anxiété ?

Il faut différencier l’anxiété de l’angoisse, et donc les définir précisément.

L’anxiété est une réaction psychologique et physiologique face à une situation stressante. C’est une réaction normale liée à des ressentis, des sentiments de peur et de crainte, face à une situation, un événement inévitable, non maîtrisé, non contrôlé, que l’on ne peut pas fuir ou éviter, auquel il faut faire face, se confronter.

Il est très proche de l’état de stress décrit par Hans Selye dans les années 40 qui précise, après ses études auprès des animaux, que l’être humain peut être victime d’un syndrome général d’adaptation. Plus précisément, tout changement brutal d’une habitude peut entraîner chez un individu des perturbations psychologiques et physiologiques.

L’angoisse, en revanche, est un état de mal-être profond qui plonge celle ou celui qui y est confronté dans un ressenti violent et profond d’oppression, de mort imminente, inévitable. Le symptôme anxieux devient alors un syndrome à la fois psychologique et existentiel.

Il prend la forme d’un trouble de l’anxiété généralisée avec un ensemble de symptômes décrits dans le manuel de diagnostic psychiatrique de l’OMS (DSM-IV) : palpitations, battements de cœur, transpiration, tremblements, impression d'étouffement, sensation d'étranglement, douleur, gêne thoracique, nausée ou gêne abdominale, sensation de vertige ou d'évanouissement, déréalisation (sentiment d'irréalité) ou dépersonnalisation (être détaché de soi), peur de perdre le contrôle de soi ou de devenir fou, peur de mourir, sensations d'engourdissement, frissons ou bouffées de chaleur, fatigue, pleurs.

De cet état découle un versant psychopathologique qui distingue les névroses d’angoisses, mais également les psychoses, les troubles phobiques, organisations états-limites…

Ces deux troubles sont à différencier.

Durant la dernière période de confinement nous avons du gérer un grand nombre de crises d’angoisse, des attaques de panique… la mort rôdant, alors que notre psychisme privilégie la vie et déni, par mécanisme de défense normal, la mort.

Comment faire face et comment réduire son stress ?

Les études démontrent que l’organisme (dans sa globalité psychocorporelle) est capable de supporter ces variations anxieuses via notre système endocrinologico-immunologico-neuronal.

En gros, l’adaptation est possible face à toute situation même après un état de choc.

Mais nous ne sommes pas tous équipés de la même manière, sans que nous en connaissions réellement les explications.

Certains vont donc privilégier la médication. Elle est bien évidemment à ne pas rejeter dans le cas d’angoisses profondes et chroniques, en même temps qu’un suivi psychothérapeutique.

Il faut tout d’abord se dire  que l’anxieux n’est pas un malade mental !

Il faut donc être capable de communiquer de notre état d’anxiété, si ce n’est auprès d’un thérapeute, auprès de ses proches, de sa famille. Il faut également le mesurer afin d’évaluer la prise en charge.

Si on aborde le sujet du reconfinement et de la pandémie, l’exposition trop régulière et obsessionnelle à la télévision n’est pas conseillée. En effet, le cerveau ne s’aère pas dans ces cas là, mais rumine.

Le cerveau a besoin de distractions. Nous avons 2 hémisphères cérébraux à faire fonctionner, et un corps à faire vivre, souvent laissé de côté lors des états anxieux.

D’ailleurs beaucoup d’anxieux vont régresser dans des comportements oraux, la satisfaction de besoins primaires, car vitaux, comme si la vie s’arrêtait.

Dès que l’anxiété émerge, il faut tenter occuper son cerveau autrement, car c’est une sorte de spirale infernale qui se met en route. Donc téléphoner à un proche, regarder un film drôle, lire un roman qui nous plonge dans un autre univers, dessiner… permet au cerveau de passer sur un autre mode fonctionnel et faire baisser la tension psychique.

Une partie de cette tension psychique repose sur le fait de ne pas avoir trouvé de solution à notre problématique du moment, ou en tout cas de ne pas encore en avoir retiré les bénéfices à court terme.

Le sport est également une activité qui va mobiliser d’autres aires cérébrales et libérer des hormones du plaisir.

Parvenir à gérer l’anxiété qui n’est pas angoisse, c’est finalement se découvrir soi-même et retrouver l’estime de soi.

Car  l’anxiété peut être positive.

Sans anxiété… que seraient nos artistes, nos acteurs, nos créateurs, chanteurs… ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires