En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 9 heures 50 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 12 heures 3 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 13 heures 15 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 13 heures 43 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 15 heures 43 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 17 heures 32 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 18 heures 42 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 19 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 8 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 9 heures 37 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 10 heures 17 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 12 heures 50 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 13 heures 33 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 14 heures 3 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 16 heures 51 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 18 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 19 heures 7 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 19 heures 22 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
économie France désindustrialisation gestion de la crise économique coronavirus covid-19
© LUDOVIC MARIN / AFP
économie France désindustrialisation gestion de la crise économique coronavirus covid-19
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

Publié le 27 octobre 2020
Alors que la pandémie de Covid-19 se poursuit et que de nombreuses questions se posent sur la gestion de la crise, la désindustrialisation massive du pays depuis plus de vingt ans est au coeur des débats et du constat sur l'état de l'économie française. La réindustrialisation du pays et l'investissement pourraient être la clé pour la sortie de crise.
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la pandémie de Covid-19 se poursuit et que de nombreuses questions se posent sur la gestion de la crise, la désindustrialisation massive du pays depuis plus de vingt ans est au coeur des débats et du constat sur l'état de l'économie française. La réindustrialisation du pays et l'investissement pourraient être la clé pour la sortie de crise.

Trente ans de lâchetés, de reniements, de dénis de réalités, de compromissions, d’arrangements sont désormais analysés par les politiciens et leurs commentateurs pour tenter de trouver des solutions à un problème devenu incontournable après l’assassinat barbare d’un professeur de collège à Conflans-Sainte-Honorine. Cette introspection collective pas vraiment unanime pourrait aussi faire s’interroger et même  reculer, voire annuler, sur  les actions dans d’autres domaines où la poursuite des âneries conduit à d’autres drames qu’on peut simplement espérer moins sanglants. 

Il est difficile de désigner des responsables de l’impréparation de notre système de santé à l’arrivée d’une pandémie, leur trop grand nombre doit faire conclure à l’irresponsabilité collective d’une société profondément malade de sa bureaucratie. Dès le mois de Mars une série d’analyses pertinentes ont illustré la pénurie  dans les établissements et la disparition d’une industrie nationale de santé… aucune décision n’a été suivie d’effets, la bureaucratie n’a fait que croitre, mais  pas les praticiens, pas les installations, aucun programme de formation d’urgence n’a été mis en place, et le retour de flamme pourtant attendu et annoncé est intervenu dans, de nouveau, le dénuement. Quand on voit désormais avec quelle légèreté on s’est endetté pour diminuer le nombre de morts du COVID en mettant à plat l’économie, on peut s’étonner que l’on n’ait pas mis le « paquet » pour investir dans des lits, des respirateurs et du personnel. Une priorité cela veut dire mettre tous les moyens et non pas égrener des remerciements et organiser des applaudissements. Mettre hôpitaux, cliniques à flot pour encaisser une nouvelle pandémie aurait pourtant  fait l’objet d’un accord unanime… sous la réserve de mettre au pas et à la frugalité une administration qui avait amplement montré son inefficacité ! Prendre des mesures impopulaires est une chose, les Gouvernements sont aussi là pour cela, mais ne pas être capable d’expliquer les démissions nombreuses de personnel médical et l’insuffisance d’hébergements en est une autre. 

La compétitivité d’une industrie très affectée par le confinement aurait pu être un objectif également bien compris par la population, mais c’est l’annonce d’un plan de relance saupoudreur qui l’a remplacé ! Il est vrai que les tirés au sort de la Convention Citoyenne étaient revenus à l’assaut avec leur programme de décroissance et qu’il fallait ne décevoir personne. Le programme énergétique annoncé est avaleur de milliards et conduit à une électricité plus chère qui pèse à la fois sur les ménages et sur l’industrie : on veut remplacer une énergie abondante et bon marché par une électricité chère en partie intermittente. Nous étions exportateurs, nous sommes en train de devenir importateurs. Ce sont encore des milliards qui sont prévus pour les centrales éoliennes en mer sans aucune justification  ni écologique ni économique. Par ailleurs les impôts de production qui pèsent 80 milliards sur notre appareil industriel et qui n’ont pas d’équivalent, dans aucun pays, coutent à chaque entreprise de l’ordre de 3, 6% de sa marge sur chiffre d’affaires et limitent la compétitivité industrielle. Trop imposée mais autrefois satisfaite du prix de son énergie électrique, l’industrie nationale est en train de perdre un de ses atouts par rapport à la concurrence. Le plan de relance propose de diminuer de 12% les impôts de production l’année prochaine tandis que des sommes affolantes qui viendront renchérir le cout de l’énergie vont être englouties dans des matériels et des installations généralement importées à 100%. Un moratoire sur les éoliennes et une suppression des impôts de production auraient de l’impact immédiat sur notre industrie alors que le programme dit de relance est un catalogue indigeste de mesures dont l’efficacité est plus que douteuse, à part créer des bureaucrates. Il est temps sur ce sujet comme beaucoup d’autres de plutôt réduire le train de vie de l’Etat.

Plus grave encore on a pu observer une désindustrialisation massive du pays depuis plus de vingt ans avec à la fois des délocalisations et des pertes de souveraineté par ventes d’entreprises stratégiques. On aurait pu stopper cette boulimie d’erreurs et mettre à profit les réflexions nombreuses sur les raisons de ces échecs. C’est tout l’inverse qui apparait avec la triste affaire du désengagement d’Engie dans Suez qui ne laisse de choix qu’entre deux mauvaises solutions et l’essai de sauvetage du site de Béthune de l’entreprise japonaise Bridgestone, aucun recul, aucune analyse sérieuse ! Après la comédie du chômage partiel érigé en objectif alors que ce n’était qu’un moyen de tempérer la crise, il y a eu les prêts garantis par l’Etat(PGE). On s’aperçoit alors que 7 mois sont passés que le problème est celui des fonds propres des entreprises et on se précipite sur les prêts participatifs garantis, encore une fois, par l’Etat. C’est-à-dire que sur tous ces sujets il n’y a que l’Etat qui puisse intervenir ! Cela devrait nous interroger. Effectivement le rendement des entreprises industrielles trop implantées en France est insuffisant (impôts, charges et torture des normes et règlements en particulier environnementaux). L’argent de l’épargne n’est donc pas attiré, sauf cas particuliers, par des rendements faibles et risqués. Or l’épargne de nos concitoyens n’a jamais été aussi forte, et le sujet est bien celui de l’attractivité de notre système industriel. Le redressement industriel indispensable pour notre avenir doit se faire avec la mobilisation de l’épargne et non avec de la dette d’Etat et l’augmentation des fonctionnaires. Pour sauver Suez qui n’a aujourd’hui le choix qu’entre le démembrement avec Véolia ou la vente à l’étranger il faut des instruments nationaux de prises de participation réelles. Ce qui est vrai de Suez l’est pour tout notre appareil industriel, restaurer la compétitivité, restaurer les marges et veiller à l’attractivité de l’investissement dans les secteurs de production et de transformation. Rien n’a été fait et tandis que l’on s’oriente vers un nouveau coup porté à notre économie on continue à faire de la dette et à introduire l’Etat dans les entreprises avec des contrôles tatillons, des inquisitions permanentes et des jugements hâtifs bercés par une idéologie dite écologiste de la décroissance inévitable et anti-industrielle, oubliant la défense de l’environnement. 

Alors, lorsque l’Europe demande de souscrire à des dettes obligataires du programme SURE qui doit payer la politique de chômage partiel, les investisseurs se précipitent, 233 milliards de demandes pour 17 milliards émis, soit 14 fois plus de candidats que d’élus ! Bien sur les technocrates de Bruxelles exultent, et personne ne veut interpréter cette nouvelle. Il est cependant catastrophique que notre pays et désormais notre continent se précipitent sur un rendement assuré faible et non sur des perspectives d’avenir. L’Europe est désormais engluée dans l’écologie politique de la décroissance, malgré les rodomontades des financiers « verts », personne ne croit à la rentabilité réelle des engagements pris par la Commission. On croit bien plus à la retraite qu’à l’offensive, c’est une observation que tout le monde peut faire s’il n’est pas aveuglé par l’idéologie et le déni de réalité. 

On a vu, sur le dossier de l’islamisme radical, où nous mènent lâchetés et compromissions, il n’est pas encore trop tard pour avoir le courage de regarder les choses en face, ce n’est pas le rêve d’une décroissance « vertueuse » qui va sauver notre pays, il faut réindustrialiser la France et y investir notre épargne. Les maitres mots c’est compétitivité avec une énergie abondante et bon marché et vraie défense de l’environnement.    

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Clodo31
- 28/10/2020 - 18:33
Excellent article !
Merci, M. Le Floch-Prigent de si bien résumer le mal français. Ce constat, en plus du dénigrement des patrons érigé par nos fonctionnaires de l'Education Nationale, n'encourage pas vraiment à investir dans l'industrie française.
Eface
- 27/10/2020 - 11:36
Très bonne analyse
Et on s’étonne après que près de 75 % des français envisagent de voter « anti-système » aux prochaines élections présidentielles ? Mais comment en est-on arrivé là ? La première raison pourrait être que la France mal gérée depuis 1981 a perdu sa souveraineté au profit de l’Europe ! Désolant !
ajm
- 27/10/2020 - 10:27
Vérité et incantations.
La vérité est que les confinements successifs de notre économie , le "verdissement" idéologique de nos transports et de notre industrie ainsi que la tiers-mondisation accélérée de notre population vont accélérer la désindustrialisation malgré les incantations pathétiques de nos politiques.