En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 7 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 7 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 8 heures 10 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 10 heures 22 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 11 heures 34 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 12 heures 3 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 14 heures 2 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 15 heures 51 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 17 heures 1 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 17 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 7 heures 57 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 8 heures 36 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 11 heures 10 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 11 heures 52 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 12 heures 22 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 15 heures 10 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 16 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 17 heures 26 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 17 heures 41 min
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

Publié le 24 octobre 2020
Le discours d'Emmanuel Macron, lors de la cérémonie en hommage à Samuel Paty, montre à quel point le président a une vision nostalgique - et déconnectée - de l'institution. "L'école de la République éveillant l’esprit des élèves" a été sacrifiée sur l'autel du "programme" à terminer vaille que vaille.
Michel Fize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le discours d'Emmanuel Macron, lors de la cérémonie en hommage à Samuel Paty, montre à quel point le président a une vision nostalgique - et déconnectée - de l'institution. "L'école de la République éveillant l’esprit des élèves" a été sacrifiée sur l'autel du "programme" à terminer vaille que vaille.

La réunion dans la cour de la Sorbonne, mercredi dernier, en hommage à Samuel Paty, professeur d’histoire au collège de Conflans-Sainte Honorine (Yvelines), lâchement assassiné par un jeune fanatique islamiste tchéchène, a débuté par la lecture d’une Lettre aux instituteurs et institutrices écrite par Jean Jaurès et publiée dans La Dépêche de Toulouse, le 15 janvier 1888. Beau texte énonçant les missions du « maître » : non seulement, apprendre aux élèves à lire et à écrire, mais aussi en faire, à la fois des citoyens en leur enseignant les droits et devoirs inhérents à une « démocratie libre » et des hommes conscients que l’égoïsme est « à la racine de toutes les misères ». Aux instituteurs et institutrices encore le devoir de montrer aux élèves « la grandeur de la pensée », de leur inculquer « le respect et le culte de l’âme ».

Et puis vint le discours du président Macron. Beau discours, solennel, grave, plein d’émotion, belles paroles présentant une école de la République éveillant l’esprit des élèves, leur apprenant à devenir des citoyens responsables. Mais, le bémol, pour parler familièrement, est que cette école n’existe pas. C’est on ne peut plus clair quand M. Macron, se trompant manifestement d’époque et gagné par la nostalgie, déclare : « Nous avons tous ancré dans nos cœurs, dans nos mémoires, le souvenir d’un professeur qui a changé le cours de notre existence ; vous savez cet instituteur qui nous a appris à lire, à compter, à nous faire confiance, cet enseignant qui ne nous a pas seulement appris un savoir mais nous a ouvert un chemin, par un livre, un regard, un instant passé par sa considération. » Belles paroles toujours, mais paroles d’un autre temps, d’un temps où il y avait encore des instituteurs, des maîtres, des enseignants, conscients de leur mission éducative, et pas seulement instructive [à cet égard, l’on peut dire que l’Education nationale n’a jamais été aussi éducative que lorsqu’elle ne s’appelait encore que « ministère de l’Instruction publique »].

Mais aujourd’hui, il n’y a plus que des « professeurs des écoles », il n’y a plus que des « profs », qui traînent leur déprime et leur mal-être à longueur de classes, qui souffrent de leurs frustrations de ne pouvoir être les profs attentifs, écoutés, qu’ils voudraient être. Où sont-ils cependant ces profs qui « se remettent mille fois en question » pour reprendre les termes de M. Macron, qui « doutent » ? Où sont-ils ces profs qui, selon les mots de Ferdinand Buisson cité par le président, donnent à l’élève « l’idée qu’il faut penser par lui-même, qu’il ne doit ni foi ni obéissance à personne, que c’est à lui de chercher la vérité, et non pas la recevoir toute faite d’un maître » Sans doute, existe-t-il des profs-éducateurs, façon Buisson ou Jaurès, mais combien sont-ils ? Peu à l’évidence, non toujours par absence de volonté mais par manque de temps. Comme je l’indique dans mon livre L’Ecole à la ramasse (L’Archipel, 2019), le grand fautif est le « programme » qui accapare la majeure partie sinon la totalité du temps des profs. Le prof de 2020 n’a qu’un objectif : faire le programme – en entier de préférence, « bourrer » les élèves de connaissances, abstraites, indigestes, souvent inutiles. Alors, soyons sérieux un instant, comme il faut aller très vite, comment les profs pourraient-ils avoir le souci de développer l’esprit critique de leurs élèves, d’accepter d’être contestés dans leur enseignement ? Et puis le contexte ne se prête guère à un dialogue profs-élèves. Dans des classes surchargées, indisciplinées, violentes souvent, comme un prof pourrait-il consacrer à chaque élève le temps nécessaire au développement de sa personnalité, de ses capacités, lui donner envie d’exercer, maintenant et plus tard, des responsabilités ? Les « hussards de la République » ont définitivement disparu et avec eux le respect dû au « maître » : telle est la réalité !

Le président Macron n’est d’ailleurs pas dupe du grand écart existant entre son discours laudateur, un tantinet « démago » tout de même, de l’école républicaine et la réalité scolaire beaucoup plus sombre. Il sait combien les profs sont désarmés, dépossédés de cette autorité morale que possédaient leurs glorieux aînés. « Nous redonnerons aux professeurs, affirme-t-il, le pouvoir de faire des républicains, la place et l’autorité qui leur reviennent (le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, veut même les remettre « au centre de la société » : rien que ça !). « Nous les formerons », ajoute M. Macron – c’est donc qu’ils ne le sont pas, ou pas assez, ou mal ! « Nous les considérerons comme il se doit » - c’est donc qu’ils ne le sont pas ! A l’évidence, le prof est devenu « un fonctionnaire comme un autre », mal payé (les profs français, depuis Jaurès et Buisson, et même avant, ont toujours été fort mal rémunérés), peu considéré.

Bon, c’est certain, l’Education nationale est une immense ruine, une institution en faillite, comme je le dis dans mon livre. Le chantier de la reconstruction est considérable. Il faudra du temps pour redonner le prestige aux enseignants et ré-apporter le goût du savoir à des élèves qui s’ennuient terriblement dans nos écoles. Il faudra du temps pour faire admettre à la grande maison qu’elle doit former des hommes et faire des citoyens, expression préférable à celle de « républicains ». Dans ce système infantilisant que reste l’école française, non seulement les élèves n’acquièrent aucun sens d’esprit critique mais ils sont mal instruits : français mal maîtrisé, carences en maths, en histoire… Décidément, M. Blanquer a du pain sur la planche.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 24/10/2020 - 15:33
Tout cela a-t-il de l'importance ?
À part les journalistes qui y trouvent leur matière du jour, qui en France prête encore attention à cette production quasi continue de paroles creuses ?
JBL
- 24/10/2020 - 13:13
Quelle mauvaise foi !
Ce type est imbuvable. C'est le parfait intello, qui quoi qu'il dise, quoi qu'il fasse, il retombe toujours sur ses pattes. << les classes sont surchargées>>. Il faut toujours une excuse à l'inexcusable. Nous étions en moyenne entre 45 et 52 en classe. Pas une mouche ne volait. Nous arrivions à l'école éduqués. Il y avait la punition du maître à laquelle s'ajoutait la punition du père. Hier un principal de collège indiquait qu'il recevait les parents avec une 3ème personne : le traducteur.....Comment peut-on demander à des profs de faire école dans un tel contexte. 2 à 3 français pour une classe de 27 à 28 étrangers !!!!On demande à l'école de compenser l'incurie de gouvernants, qui ont massivement accepter une immigration débridée, sans contrôle, et qui surtout n'ont jamais organisé l'installation d'étrangers qui ont des cultures et des traditions aux antipodes de notre civilisation. S'ajoute la discrimination positive qui est une énorme erreur et sans doute à l'origine de l'islamisation intellectuelle actuelle. Exemple : Souâd Ayada, une marocaine philosophe, spécialiste des philosophies islamiques, Présidente du conseil supérieur des programmes.....en France !!!!!!!
cloette
- 24/10/2020 - 12:11
quand un président fait un discours, il est évidemment aidé
par des spécialistes du thème du discours .On peut être sûr qu'il en a été de même cette fois ci, aidé par des ... administrateurs du scolaire ? des inspecteurs ? des profs ?