En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

04.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans

01.

Kadhafi a lui-même ordonné l’attentat de Lockerbie

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 3 min 38 sec
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 9 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 13 heures 36 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 14 heures 19 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 15 heures 51 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 18 heures 44 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 20 heures 5 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 20 heures 28 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 21 heures 5 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 21 heures 58 min
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 8 min 34 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 13 heures 17 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 13 heures 52 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 14 heures 48 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 17 heures 4 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 19 heures 20 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 20 heures 51 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 21 heures 29 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 21 heures 59 min
© ISSOUF SANOGO / AFP
Côte d'ivoire élection présidentielle
© ISSOUF SANOGO / AFP
Côte d'ivoire élection présidentielle
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

Publié le 22 octobre 2020
Malgré une validation du Conseil constitutionnel du pays, les opposants contestent à Alassane Ouattara, le président sortant, le droit de se présenter une troisième fois.
Nicolas Tenzer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Tenzer est chargé d’enseignement à Sciences Po Paris, spécialiste des questions internationales, ancien président de l’Initiative pour le développement de l’expertise française à l’international et en Europe (IDEFFIE), président fondateur du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré une validation du Conseil constitutionnel du pays, les opposants contestent à Alassane Ouattara, le président sortant, le droit de se présenter une troisième fois.

L’élection présidentielle fin octobre en Côte d’Ivoire paraît comme hantée par un passé douloureux.

Alors que, à la suite du décès brutal et prématuré en juillet du candidat du Rassemblement des républicains (RDR) Amadou Gon Coulibaly, le président sortant Alassane Ouattara s'est considéré dans l'obligation de se représenter et de briguer un troisième mandat, estimant nécessaire d’offrir une chance à son projet politique de perdurer, les ombres du passé jaillissent à nouveau sur un pays dont la présidentielle de 2010 avait provoqué des conflits sanglants causant la mort de plus de 3000 personnes.

Malgré une validation du Conseil constitutionnel du pays, les opposants contestent à Alassane Ouattara, le président sortant, le droit de se présenter une troisième fois. Son principal concurrent, l’ancien président (1993-1999) et jadis son allié, Henri Konan Bédié, appelle à la désobéissance civile. Il paraît aussi largement animé par des frustrations anciennes, en dépit d'une large participation des membres de son parti au gouvernement Ouattara. D’autres anciens opposants, l’ancien président Laurent Gbagbo, relaxé en première instance par la Cour pénale internationale, et l’ancien Premier ministre et chef rebelle, Guillaume Soro, l’un et l’autre en exil, sont, quant à eux, interdits de concourir en raison de condamnations par contumace et la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) vient de contester cette décision du Conseil constitutionnel ivoirien et de demander leur réintégration sur les listes électorales, créant à un mois du scrutin un nouvel élément d’incertitude.

Dans ce contexte explosif, des émeutes sporadiques ont éclaté faisant plus d’une dizaine de morts et le président français a fait part de son inquiétude au président ivoirien lors d’un déjeuner à Paris le 4 septembre dernier, déjeuner sur lequel de nombreuses spéculations sont apparues, notamment celle d’une demande de report de la présidentielle, afin de permettre aux personnalités ayant exercé ces fonctions par le passé, dont le président sortant, de se retirer. La France se refuse toutefois, à raison, de prendre parti dans cette élection malgré la demande des candidats d’opposition.

La jeunesse ivoirienne, au-delà de la diversité de ses opinions, en appelle à un renouvellement de la scène politique nationale, occupée par des personnalités de 86 ans (Bédié), 78 ans (Ouattara) et 75 ans (Gbagbo), dans un pays où 77% de la population a moins de 35 ans. Le renouvellement de la classe politique, des candidats à la présidentielle et des chefs de parti, est une priorité absolue si l’on entend qu’elle retrouve une légitimité. C’est également un enjeu majeur pour le président sortant, Alassane Ouattara, qui doit, s'il est réélu le 31 octobre, organiser de manière urgente sa « succession » afin de consolider les acquis de sa présidence – avant le décès subit d’Amadou Gon Coulibaly, on se souvient d’ailleurs qu’Alassane Ouattara s’était illustré par ses prises de position en faveur de l’émergence d’une « nouvelle génération ».

En effet, celui-ci n’a aucunement à rougir de ses résultats sur le plan économique et social. Depuis 2011, l’accès à l’eau de la population a bondi de 55 à 80% ; le taux d’électrification de 33 à 80% ; et les progrès sont aussi remarquables en termes de construction de routes, de scolarisation (scolarité obligatoire étendue à 16 ans au lieu de 6 ans) et d’accès à la couverture gratuite des soins. Malgré d’importantes disparités régionales et un taux de pauvreté qui reste important – ce que traduit un faible index de développement humain (IDH) ‑, le Trésor français relevait les transformations structurelles effectuées au cours de la dernière décennie, une croissance soutenue – avant la crise de la Covid-19 ‑ et une inflation faible.

Il considère que le principal défi est de faire de la Côte d’Ivoire une économie « plus inclusive ». Le FMI table même sur une croissance de 8,7% pour le pays en 2021, ce qui en ferait l’économie la plus dynamique de l’Afrique subsaharienne. Il reste certes encore d’importants défis à relever, comme le suggère la Banque mondiale, qui supposent une vision de long terme et un consensus pour conduire des réformes majeures, notamment dans le secteur agricole. Même si l’indice de perception de la corruption, mesuré par Transparency International, reste encore trop élevé, l’ONG a toutefois fait état de progrès notables depuis 2012. En matière de liberté de la presse, la Côte d’Ivoire a aussi progressé de la 96e place en 2013 à la 71e en 2019, selon Reporters sans Frontières.

Le retour à des troubles politiques graves, à une incertitude quant au gouvernement du pays et à une réapparition des rivalités passées, casserait la dynamique positive engagée mêlant recherche de réconciliation nationale et progrès économique et social. Nul ne peut – surtout pas l’auteur de ces lignes – dire aux Ivoiriens ce qu’ils doivent faire et pour qui ils doivent voter, ni comment ils doivent gérer les troubles liés à la préparation de la présidentielle du 31 octobre. Mais l’apaisement des tensions, le retour à un dialogue entre les forces politiques et la préparation sereine, de tous les côtés de l’échiquier politique, à une relève des générations sont des impératifs nationaux dans un pays qui ne manque pas de talents prometteurs.

Nicolas Tenzer, chargé d’enseignement à Sciences Po Paris, spécialiste des questions internationales, ancien président de l’Initiative pour le développement de l’expertise française à l’international et en Europe (IDEFFIE), président fondateur du Centre d’étude et de réflexion pour l’action politique (CERAP) et directeur de la publication et de la rédaction de la revue Le Banquet. Il est aussi l’auteur de trois rapports officiels au gouvernement, dont deux sur la stratégie internationale, et de 22 ouvrages, notamment de La crise africaine. Quelle politique de développement pour la France ? (avec F. Magnard), Paris, PUF, 1988, Philosophie politique, Paris, PUF, 1994 (2e ed. 1998), Quand la France disparaît du monde, Paris, Grasset, 2008, Le monde à l’horizon 2030. La règle et le désordre, Perrin, 2011, La France a besoin des autres, Plon, 2012, et Resisting Despair in Confrontational Times (avec R. Jahanbegloo, Har-Anand, 2019).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires