En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

04.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 23 min 16 sec
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 32 min 38 sec
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 52 min 56 sec
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 14 heures 14 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 14 heures 49 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 15 heures 45 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 18 heures 2 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 20 heures 17 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 21 heures 17 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 26 min 28 sec
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 51 min 17 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 1 heure 1 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 10 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 14 heures 34 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 15 heures 16 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 16 heures 48 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 19 heures 42 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 21 heures 2 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 21 heures 25 min
© ADEM ALTAN / AFP
Azerbaïdjan Arménie Haut Karabagh Haut Karabakh conflit guerre intervention France
© ADEM ALTAN / AFP
Azerbaïdjan Arménie Haut Karabagh Haut Karabakh conflit guerre intervention France
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

Publié le 22 octobre 2020
Si la France entend encore être écoutée et respectée, elle doit parler haut, fort et clair. Valérie Boyer revient sur la situation tragique au Haut-Karabagh et sur le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.
Valérie Boyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Boyer est députée des Bouches-du-Rhône et Adjointe au Maire de Marseille - Auteur et rapporteur de la  proposition de loi visant à réprimer la contestation des génocides reconnus par la loi. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la France entend encore être écoutée et respectée, elle doit parler haut, fort et clair. Valérie Boyer revient sur la situation tragique au Haut-Karabagh et sur le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

Depuis trois semaines maintenant, le Haut-Karabagh subit une guerre provoquée par l’Azerbaïdjan. Dès le début du conflit, le président Macron a clairement énoncé les faits et les responsabilités en indiquant que « les frappes qui sont parties d'Azerbaïdjan n’ont pas de justification », que la France avait établi que « 300 combattants ont quitté la Syrie pour rejoindre Bakou en passant par Gaziantep. Ces combattants sont connus, tracés, identifiés, et ils viennent des groupes djihadistes qui opèrent dans la régions d'Alep » et qu’une « ligne rouge » avait été franchie par de la Turquie, membre de l’OTAN, dans la mise en œuvre complice de ce plan d’agression. Azerbaïdjan-djihadistes-Turquie, tout est dit à propos de cette coalition de la terreur.

Depuis lors, les faits qui s’accumulent justifient les pires craintes de la communauté internationale : bombardements des populations et des infrastructures de la petite République du Karabagh ; exode des civils en Arménie voisine – qui n’est d’ailleurs exempte de bombardements non plus – et exécutions sommaires de soldats et de civils karabaghiotes faits prisonniers par les forces azéries et leurs supplétifs djihadistes ; voire décapitation comme aux plus belles heures de l’Empire ottoman.

Face au nettoyage ethnique qui se profile, c’est l’ensemble de la communauté internationale qui s’émeut et c’est très légitimement que des parlementaires français ont interpellé Jean-Yves le Drian, notre Ministre des Affaires Etrangères. La France a en effet une responsabilité particulière dans cette affaire, en ce qu’elle copréside le Groupe de Minsk de l’OSCE chargé, depuis près de trente ans, d’aider les parties au conflit à conclure un Traité de paix qui semble désormais plus lointain que jamais.

Interrogé le 13 octobre à l’Assemblée nationale, M. Le Drian a bien rappelé les propos du Président Macron et « les conséquences graves surtout de l’internationalisation de ce conflit, internationalisation engagée par la Turquie avec livraisons d’armes et mobilisations de mercenaires » pour aussitôt mettre en balance « l’émotion légitime » que susciterait en France ce conflit en raison de « la proximité des liens humains, culturels, historiques, qui nous lient à l’Arménie » et la « longue relation » que nous aurions également avec l’Azerbaïdjan. Enfin et surtout, il a insisté sur le fait que les trois coprésidents du groupe de Minsk font pression « pour que les deux parties respectent strictement le cessez-le-feu » en rappelant « l’exigence d’impartialité de la France dans le contexte de crise du Haut-Karabagh ». Avant de conclure : « Nous ne serions plus légitimes si nous prenions parti pour l’un ou l’autre des pays. Et je pense que nous ne rendrions pas service à la qualité de notre relation bilatérale avec l’Arménie si nous tenions une posture déséquilibrée qui remettrait en cause le rôle que nous jouons dans le cadre du groupe de Minsk et qui remettrait en cause l’influence que nous pouvons avoir sur les parties en crise ».

On ne sait par où commencer pour commenter ces propos qui non contents de placer sur le même plan la démocratie arménienne avec la dictature azerbaïdjanaise, non contents d’insinuer que le soutien à la première relèverait d’une « émotion » irrationnelle quand ce sont nos valeurs qui sont en jeu, néglige totalement de parler des victimes de ce conflit. Pour y être allée à plusieurs reprises je peux témoigner que le Haut-Karabagh n’est pas une zone de conflit fantôme que se disputent deux Etats. C’est un pays habité par une population, des femmes et des hommes que j’ai eu l’occasion de rencontrer lors de mes voyages. Le fait que les institutions étatiques et la société moderne qu’ils ont mises en place ne soient pas reconnues par la France ne change rien à la réalité, à leur vie de tous les jours comme au strict fait même qu’ils existent. Mais cette non-reconnaissance ne change rien à la responsabilité de la France et de la communauté internationale envers cette population menacée aujourd’hui par un véritable nettoyage ethnique. Comment qualifier autrement une situation où la moitié de la population du Haut-Karabagh a déjà quitté son pays et s’est réfugiée en Arménie voisine, tandis que l’autre moitié se bat dans une solitude absolue pour arrêter l’avancée d’un ennemi dont chaque offensive s’accompagne inexorablement de crimes de guerre. En matière de politique intérieure, face au dernier crime de Conflans-Sainte-Honorine, nous nous apprêtons à juste titre à durcir nos mesures à l’encontre des terroristes et autres professionnels de la décapitation. Nous devons en faire de même face à l’Azerbaïdjan dont les soldats massacrent sans merci prisonniers et civils arméniens au mépris des conventions internationales. 

Et c’est là où interpelle cette posture irréelle de neutralité que notre ministre des Affaires étrangères estime devoir conserver. Etre impartial, c’est à minima savoir affirmer comme l’a fait le Président Macron qui est l’agresseur et qui est l’agressé. Quand dans un tribunal un juge prononce un acquittement ou une condamnation, il est parfaitement impartial. On n’attend pas de lui qu’il renvoie dos à dos la victime et son agresseur car être neutre devant une situation d’injustice, c’est être du côté du bourreau. Et même de ce point de vue cynique qu’affectionne tant le Quai d’Orsay, cette impartialité nuit à la position et à la légitimé de l’action la France, ce qui est précisément l’un des objectifs visés par la Turquie, alliée de l’Azerbaïdjan : En marginalisant la voix de notre pays, en la ridiculisant même, cette belle « impartialité » contribuera à l’évincer de la coprésidence du Groupe de Minsk et éventuellement à la remplacer par la Turquie dont on connaît l’appétence pour les solutions équilibrées et sa grande impartialité vis-à-vis des Arméniens.

La vraie question à laquelle il nous faut répondre aujourd’hui est de savoir si nous voulons sauver le groupe de Minsk ou les Arméniens du Karabagh menacés à l’heure actuelle de nettoyage ethnique ? Faut-il se soucier davantage du « rôle du groupe de Minsk » et de « l’influence que nous pouvons avoir sur les parties en crise » que du sort de ces parties ?  Notre mandat nous suggère certes l’impartialité du médiateur, mais il nous oblige surtout à contraindre les parties à une solution exclusivement pacifique au conflit. Or l’Azerbaïdjan y impose aujourd’hui sa solution belliqueuse aussi bien aux Arméniens du Karabagh qu’aux coprésidents du Groupe de Minsk les mettant tous devant le fait accompli. Cette solution est aussi claire qu’un problème d’arithmétique : Quand les Arméniens natifs du Karabagh auront disparu, assassinés ou exilés, quand soumis aux bons soins des Diafoirus de la diplomatie, ils pourront s’écrier avec soulagement « en somme, grâce à vous, docteur, je meurs guéri », il n’y aura plus de problème de défense de leurs droits et il n’y aura par conséquent plus de question du Karabagh. Quelle serait alors la raison d’être du Groupe de Minsk ? Tenter de sauver la réputation ou défendre la neutralité de la France sera alors une préoccupation d’autant plus futile et sans objet que notre politique étrangère aura été gravement entachée par son incapacité et même par sa réticence à faire respecter les valeurs de notre pays.

Si la France entend encore être écoutée et respectée, elle doit parler haut, fort et clair. Nous sommes capables de déplaire à des grandes puissances comme la Chine pour la cause des Ouighours ou la Russie pour la cause de Navalny. Nous devrions pouvoir déplaire à l’Azerbaïdjan pour la cause des Karabaghiotes. Reconnaissons la République du Karabagh car, en la circonstance, c’est le seul moyen rationnel de placer sa population sous la protection de la communauté internationale. C’est votre droit le plus strict, Monsieur le ministre des Affaires étrangères, et, vu les circonstances, c’est aussi votre devoir le plus élevé.

Valérie Boyer
Sénatrice des Bouches-du-Rhône

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Thierry59
- 23/10/2020 - 21:57
La France ne peut pas être neutre !
"être neutre devant une situation d’injustice, c’est être du côté du bourreau."
=> sauf à se renier une fois de plus, la France ne peut pas rester neutre dans ce conflit !
Thierry59
- 23/10/2020 - 21:57
La France ne peut pas être neutre !
"être neutre devant une situation d’injustice, c’est être du côté du bourreau."
=> sauf à se renier une fois de plus, la France ne peut pas rester neutre dans ce conflit !