En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 25 min 27 sec
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 56 min 35 sec
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 1 heure 31 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 10 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 15 heures 4 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 15 heures 47 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 17 heures 18 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 20 heures 12 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 21 heures 32 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 53 min 23 sec
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 14 heures 45 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 15 heures 19 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 16 heures 16 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 18 heures 32 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 20 heures 47 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 21 heures 47 min
© FRANCK FIFE / AFP
PSG Manchester United Neymar Mbappé ligue des champions football Paris Rashford
© FRANCK FIFE / AFP
PSG Manchester United Neymar Mbappé ligue des champions football Paris Rashford
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

Publié le 21 octobre 2020
Pour son retour en Ligue des champions, le PSG a été surpris par l'équipe de Manchester United. Malgré une réaction en début de seconde période, les Parisiens ont raté leurs retrouvailles avec la compétition. Manchester United s’est imposé 2-1 au Parc des Princes.
Olivier Rodriguez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour son retour en Ligue des champions, le PSG a été surpris par l'équipe de Manchester United. Malgré une réaction en début de seconde période, les Parisiens ont raté leurs retrouvailles avec la compétition. Manchester United s’est imposé 2-1 au Parc des Princes.

Les finalistes de la dernière édition ratent leur entrée en lice en Ligue des Champions. C'est par Bruno Fernandes (24e sur pénalty) et par Marcus Rashford, cauchemar à répétition du PSG et encore buteur dans les derniers instants (87e), que les Mancuniens ont créé la surprise. Selon toute vraisemblance, les Parisiens ont une fois de plus oublié que la solidarité est un cadeau à se faire.

" Il suffisait de presque rien, peut-être un ou deux buts de moins pour qu'il lui dise je t'aime... Qu'il la prenne par la main en l'emmenant à Saint Germain pour fêter le titre suprême ". Je vous l'accorde, l'esprit de départ de ce titre intemporel est légèrement dévoyé. Mais si j'ai un poil revu la sublime chanson de Reggiani, c'est uniquement pour vous rappeler combien le PSG est passé près de ramener la coupe aux grandes oreilles il y a deux mois à peine. Alors, à l'heure des vœux, on se disait : à nouvelle saison nouvelles ambitions... car qu'il est logique qu'un finaliste de la dernière édition nourrisse de légitimes prétentions à l'orée de la suivante. Comme le destin du PSG est un tantinet pervers, c'est Manchester United qui se dressait hier soir sur sa route. Pourquoi pervers ? Parce que nous avions tous en mémoire la terrible élimination encaissée au Parc Des Prince, il y a un an et demi, pour les huitièmes de finale retour...

On n'ira pas jusqu'à parler de revanche, car il ne s'agissait que d'un match de poule, mais on pensait que les joueurs Parisiens avaient quand même un petit compte à régler, un orgueil à faire valoir... Histoire de laver l'affront. On se trompait. Parce que de toute évidence, contre un grand club qui n'a plus vraiment une grande équipe, le Paris Saint Germain n'en a pas fait assez pour éviter une défaite qui n'arrange pas ses affaires. Un PSG qui aura malheureusement étalé hier soir tout ce que ses détracteurs lui reprochent régulièrement. En vrac, un manque d'impact physique, d'engagement dans les duels, une équipe coupée en deux à la perte du ballon et surtout des individualités par trop égoïstes. Car il est assez sidérant de constater combien les trois attaquants se sont désintéressés, tout au long de la partie, des tâches défensives. Manifestement, les trois "fantastiques" avaient d'autres chats à fouetter (à l'heure d'écrire ces lignes, on s'étonne encore du silence du coach Tuchel et de la SPA à ce sujet). Comme deux symboles de cette absence de bonne volonté nous citerons Neymar et Mbappe. Quand leurs deux égos hypertrophiés ne font plus les efforts pour l'équipe, on attend leurs deux "moi", en vain. Et deux "moi" à attendre, pour un collectif, c'est trop long. Dans des soirées pareilles, on a toujours la désagréable impression que le travail d'équipe se résume pour eux à la sueur des autres. Il suffit de comparer le nombre de kilomètres parcourus par les deux attaquants que sont Marcus Rashford (pour MU) et Mbappe pour s'en faire une petite idée : 9,7 pour l'Anglais... 7,5 pour le Français... soit 2,2 km d'écart, ce qui est tout de même significatif. Mais assez parlé des attaquants Parisiens. Je veux bien qu'on les fustige (pour l'exemple) mais les autres n'ont pas fait beaucoup mieux. Et il n'y a qu'à lorgner du côté des kilomètres parcourus par les deux équipes pour se rendre compte que si les chiffres ne disent pas tout, ils disent quand même beaucoup : 104,3 pour l'ensemble des joueurs de MU contre... 98,4 pour ceux du PSG... Éclairant non ? À noter aussi que l'attaquant Français le plus efficace pour le PSG hier soir aura été... Anthony Martial... buteur malheureux contre son camp à la 55e minute. 

Alors, qui sauver dans un tel naufrage ? À part Keylor Navas et Layvin Kurzawa, franchement, on ne voit pas. Et ce sont peut-être les absences de Marquinhos (pour son niveau autant que pour l'âme qu'il met dans ses matchs) et de Verratti (pour le liant qu'il sait créer entre la défense et l'attaque) qui ravivent ce matin les plus grands regrets. Un matin bien inconfortable, on l'imagine, pour un Thomas Tuchel dont on peine à mesurer l'influence sur son groupe et dont les relations avec Léonardo ne sont pas au beau fixe depuis des semaines. Dire que le coach Allemand est désormais sur la sellette semble une évidence.


Évidemment, le PSG n'a pas fait le match que l'on pouvait attendre de la part du finaliste de la dernière édition. En fait, il ne donne pas l'impression d'être descendu de son podium, mais d'en être tombé... Et lui qui voulait profiter de cette première journée des phases de poules pour confirmer son nouveau standing et prendre la tête d'un groupe très dense aura perdu sur les deux tableaux. Triste bilan.

Pour les supporters Parisiens la soirée aura été bien triste. Déjà interdits de tribunes par un virus récalcitrant, ils ont aussi été privés de ce qu'ils attendaient le plus, le retour de la Coupe d'Europe et des joies qui l'accompagnent. Parce qu'il faut bien reconnaître que ce PSG/ Manchester ne ressemblait que de loin à un match de Ligue des Champions. Bien sûr il y avait le décorum, l'hymne (une belle sonnerie oui) et tout le toutim... mais il aura surtout manqué aux supporters du PSG le principal : de l'intensité, de la solidarité, un esprit d'équipe et surtout de jolis buts marqués par leur joueurs préférés...

Ce n'était malheureusement pas le cas hier soir et c'est bien dommage car il est toujours saisissant de constater comment un but décisif procure aux supporters une intensité émotionnelle, une palette de sensations presque sans équivalents. Des sentiments qui pourraient sembler sans rapport, au regard d'une existence, avec la "valeur " intrinsèque d'un but. Ces exaltations, ces allégresses, ces plaisirs extrêmes, vous les appellerez comme vous voudrez en vous dépêchant d'en profiter car ils sont tous aussi puissants qu'éphémères. Mais quels sont vraiment ces affects qui se ressemblent tous sans être tout à fait les mêmes ? Simplement des shoots d'émotions pures qui permettent de tellement tout oublier qu'on s'en oublie soi-même. Mais attention, être à ce point hors de soi n'implique pas être hors du moment présent... Car au contraire de la rêverie, il s'agit d'une adhésion totale au "ici et maintenant", située par définition en dehors de toute chronologie. Évidemment, le vocabulaire utilisé pour illustrer ces joies puissantes pourrait aussi évoquer pour le lecteur taquin le moment de l'orgasme (j'aurais pu commencer la phrase par "je vous vois venir" mais je n'ai pas osé) ou encore pour le plus austère les grandes ferveurs mystiques. Mais ce serait oublier un peu vite que ces exaltations peuvent être aussi extrêmement banales... La preuve, il y en a plein les stades ! Ces extases, ces "délivrances", ne sont finalement que l'expression de toute la passion du supporter et de ce qu'il projette de lui-même dans son violon d'Ingres préféré. Alors, une fois le but marqué, et parce qu'en football l'émotion est d'abord un sport individuel qui sera ensuite partagé collectivement, le fan se met à applaudir à tout rompre pour montrer au buteur providentiel toute l'estime qu'il lui porte et pour le remercier. Mais pour le remercier de quoi au juste ? Certainement du plaisir qu'il vient de lui procurer mais aussi de lui avoir offert un moment d'extase tellement en dehors du temps qu'il lui donne un goût, un ersatz de ce qu'il n'aura jamais : l'éternité... Vous voyez que le football peut mener à tout et même à la quintessence de l'oxymore : un instant d'éternité. 

Sur ce plan-là, hier soir, les supporters parisiens ont plutôt fait ceinture... Pour eux, la soirée se sera plutôt résumée à cette maxime de Woody Allen : "L'éternité, c'est long, surtout vers la fin".

À la semaine prochaine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires