En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 9 heures 6 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 11 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 12 heures 31 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 12 heures 59 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 14 heures 58 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 16 heures 47 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 17 heures 57 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 18 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 8 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 8 heures 53 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 9 heures 33 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 12 heures 6 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 12 heures 48 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 13 heures 19 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 16 heures 6 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 17 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 18 heures 23 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 18 heures 38 min
© ludovic MARIN / AFP / POOL
Emmanuel Macron islamisme lutte mesures ambiguïtés
© ludovic MARIN / AFP / POOL
Emmanuel Macron islamisme lutte mesures ambiguïtés
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

Publié le 21 octobre 2020
Emmanuel Macron est mobilisé dans la lutte contre le séparatisme après l'attentat contre un enseignant, Samuel Paty, à Conflans-Sainte-Honorine. Le chef de l'Etat a fait preuve d'ambiguïté sur le sujet de l'islamisme par le passé. Le président devrait-il faire son mea culpa ?
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron est mobilisé dans la lutte contre le séparatisme après l'attentat contre un enseignant, Samuel Paty, à Conflans-Sainte-Honorine. Le chef de l'Etat a fait preuve d'ambiguïté sur le sujet de l'islamisme par le passé. Le président devrait-il faire son mea culpa ?

Atlantico.fr : Emmanuel Macron a fait preuve d'ambiguïté sur le sujet de l'islamisme. Très ferme lors de son discours sur le séparatisme, il a par le passé montré plus de faiblesse sur le sujet, s'affichant avec des personnalités plus complaisantes, telles l'humoriste Yassine Bellatar ou le député Aurélien Taché. Devrait-il, avant toute action politique, faire son mea culpa ?

Christophe Boutin : Je crois qu’en la matière il ne faut pas confondre, d’une part, ce qui est action politique proprement dite, menée par un Président de la République confronté à une situation particulièrement difficile - et dont, rappelons-le il est loin d’être totalement responsable, c’est le moins que l’on puisse dire, au regard de la politique menée depuis des décennies par ses prédécesseurs -, et, d’autre part, la manifestation d’une certaine complaisance envers des gens dont les déclarations sur ce plan de l’islamisme auraient été pour le moins ambiguës. Ne reprochons pas à Emmanuel Macron d’avoir dialogué avec telle ou telle personne déjà suffisamment mise en avant sur la scène politico-médiatique.

Ce qui est en revanche plus problématique, c’est bien évidemment lorsqu’il s’agit de confier des missions officielles à des personnes de ce type, ou de considérer que leur avis permet de fonder une politique. Pour autant, ni Aurélien Taché, ni Yassine Bellatar n’ont été nommés ministres des cultes et n’ont sans doute réellement influencé la politique menée par Emmanuel Macron en matière de lutte contre l’islamisme. Tout au plus ont-ils contribué à diffuser directement auprès du Chef de l’État le discours victimaire et larmoyant dans lequel se complaisent les soutiens de l’islamisme agissant.

Si l’on devait parler d’ambiguïtés macroniennes, ce serait sans doute plus au niveau du vocabulaire utilisé : le terme de « séparatisme » par exemple ne permet pas de designer clairement ce à quoi on s’oppose… au point que l’on peut se demander, justement, s’il ne s’agit pas avant tout d’éviter de le désigner clairement. S’il s’agissait de faire profil bas pour éviter les critiques – un sentiment renforcé par le fait que le terme flou lui-même allait disparaître du projet de loi destiné à mettre en œuvre le projet présidentiel -, cela a été un échec : à l’étranger comme France de nombreux commentaires ont attaqué le ton du Président de la République, jugé trop agressif à l’encontre de l’islam - et 15 jours après un attentat ensanglantait notre pays.

Autre exemple d’ambiguïté présidentielle, lorsque l’otage des djihadistes maliens, Sophie Pétronin, a cru bon de dédouaner ces derniers de tout fanatisme pour en faire de simples forces armées indépendantistes, c’est le Chef d’état-major des armées, le général Lecointre, qui a du monter au créneau pour rappeler un certain nombre de réalités en la matière, devant le silence du Chef des armées, le Président de la République, ou de sa ministre des Armées.

On l’aura compris, ce que vous nommez ambiguïté, et qui est finalement assez classique dans notre classe politique française sur ce point particulier de l’islamisme, bien au-delà de la seule personne d’Emmanuel Macron, relève en fait beaucoup plus de la lâcheté que d’une confusion idéologique, pas tant devant les islamistes d’ailleurs que devant les forces politico-médiatiques qui, des compagnons de route assumés aux idiots utiles, permettent à ces derniers d’avancer partout leurs pions.

Qu'est-ce qui, concrètement, a été fait ? Sur le terrain, ces fourvoiements ne peuvent-ils pas mener qu'à l'inaction ?

Je pense que beaucoup a été fait, et que beaucoup peut être fait encore, si l'on permet seulement aux spécialistes du sujet, à ceux qui sont quotidiennement confrontés aux pressions, aux violences, et donc à la réalité du phénomène, d'agir de manière efficace. Nos services de renseignement travaillent de manière cohérente sur le sujet lorsqu’on veut bien les laisser faire, au lieu de les obliger à passer leur temps sur des menaces imaginaires qui ont pour seul but de satisfaire la doxa gauchiste, comme la menace d’un coup d’état fasciste. De la même manière, nous avons en France d’excellents analystes en matière de sécurité, et nos forces de police et de gendarmerie disposent de moyens pour porter des coups aussi bien au terrorisme dans sa forme idéologique et/ou violente qu’à cette gangrène mafieuse qui lui fournit son terreau.

Pour autant, il faut là une ligne claire, et une protection sans faille des fonctionnaires engagés dans cette lutte, ce qui n'a pas été le cas depuis des décennies. Agressé en permanence, vilipendé par l'extrême gauche, démantelé régulièrement, ou recomposé de manière différente, pour satisfaire tel ou tel président, cet outil de travail demande avant tout à être stabilisé et mis en confiance pour pouvoir agir en toute sérénité. L’inaction cessera dès lors qu’on cessera de le tenir rênes courtes ou de le livrer en pâture à des hyènes médiatiques qui font le jeu de nos ennemis.

L'affichage récent de la fermeté contre l'islamisme peut-il être efficace si, en coulisses, l'appareil d'État n'est pas purgé des éléments qui affaiblissent le combat en évitant le conflit à tout prix ?

Le problème est que l'on n'a pas seulement en France au sein de l’appareil d’État des éléments qui, comme vous le dites gentiment, « affaiblissent le combat en évitant le conflit », autrement dit crèvent de trouille au premier problème et ne se préoccupent que de ne surtout pas faire de vagues. Le problème, c’est que nous avons aussi affaire de manière très claire à une véritable « cinquième colonne » qui travaille contre l'État et pour l'islamisme. Il y a, c’est vrai, chez certains une tolérance excessive, des lâchetés régulières, des renoncements permanents ; il y a aussi des idiots utiles ; mais, ne nous nous voilons pas la face (si on ose dire sur le sujet), il y a aussi de véritables « compagnons de route », des soutiens assumés. Reprendre par exemple l'accusation « d'islamophobie », élément clef de la politique menée au sein des États comme à la tribune de l'ONU pour interdire toute critique de l’islam en est un élément évident.

Mais les réactions des Français face à cette cinquième colonne depuis sont quelques jours intéressantes. La présidente de l’Unef ou Jean-Luc Mélenchon, hués dans les manifestations auxquelles ils ont voulu participer, ont été traités de « collabos », un terme très fort symboliquement, et qui pourrait fort bien s’appliquer demain à des membres de l’appareil d’État qui, par leur pseudo-laxisme – résultant en fait de parti-pris idéologiques parfaitement assumés –, servent les intérêts de certains groupes hostiles à notre Nation. Est révélateur aussi le fait que nombre de Français se soient volontairement abstenus d'aller aux manifestations pour ne pas se retrouver pris en otage par ces manipulateurs qui, après le massacre de Charlie hebdo, à coups de « pas d’amalgame », interdisaient toute mise en cause du groupe dont provenaient les meurtriers.

Nous verrons demain et dans les semaines qui suivent si Emmanuel Macron prend toute la dimension de cette évolution et s’il est décidé à effectuer les purges que vous évoquez et à redonner confiance à ceux qui ont pour mission de combattre nos ennemis.

A lire aussi : Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 22/10/2020 - 09:20
c'est pourtant simple
expulsions, et déchéance de nationalité en cas de double de celle ci . Et stopper l'immigration ou la filtrer . Refaire les lois .
irina
- 21/10/2020 - 19:07
Une bonne raclée
Le meilleur aiguillon pour l'obliger à tenir sur sa lancée serait une bonne raclée aux régionales.
Lou Bïarnès
- 21/10/2020 - 18:28
Bla bla
Ça n’est rien connaître des hommes que de penser qu’ils changent fondamentalement. On est ce que l’on est et l’on reste ce que l’on est. Comme dit le dicton, « chassez le naturel et il revient au galop » . Chef d’entreprise à la retraite, j’ai eu bien des fois à le vérifier. Et l’écoute et l’analyse de ses discours, et sa répugnance à se séparer de certains de ses soutiens, indique clairement qu’il ne peut qu’évoluer à la marge , mais que ses convictions dissimulées et son orgueil démesuré indiquent ses atermoiements et, in fine , son retour à sa vrai nature. Et n’en déplaise à tout ces doctes commentateurs et autres « intelligences », le seul discours cohérent et invariable , et démontré malheureusement par les faits , depuis 10 ans est celui de Marine Le Pen. Et pour combattre cet islamisme, elle est la seule qui annonce et propose des solutions viables et radicales . Et tous ceux qui prennent la route de Damas, n’ont pas l’acuité voulue et la détermination et le courage pour le combattre. La France, un monde parfait, de trouillards.