En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 25 min 48 sec
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 56 min 56 sec
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 1 heure 31 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 10 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 15 heures 4 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 15 heures 47 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 17 heures 19 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 20 heures 12 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 21 heures 32 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 53 min 44 sec
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 14 heures 45 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 15 heures 20 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 16 heures 16 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 18 heures 32 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 20 heures 47 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 21 heures 47 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

Publié le 21 octobre 2020
Les entreprises approuvent majoritairement les mesures de soutien du gouvernement, mais s’inquiètent des effets de la deuxième vague et ne supportent plus l’allongement des délais de paiement.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les entreprises approuvent majoritairement les mesures de soutien du gouvernement, mais s’inquiètent des effets de la deuxième vague et ne supportent plus l’allongement des délais de paiement.

Globalement, les chefs d’entreprise considèrent que le gouvernement a pris des mesures de soutien adaptées à la situation économique, c’est ce qui ressort du baromètre 2020 du cabinet Arc, un baromètre établi comme chaque année à la même époque sur la base d’une enquête terrain effectuée par l’IFOP. Une grosse majorité est donc satisfaite de l’arsenal d’aides sorties depuis le début de cette crise et notamment, l’assurance chômage partiel qui a permis de protéger les contrats de travail, les fonds de solidarité plus destinés aux petites entreprises et aux indépendants, ainsi que les plans garantis par l’Etat, les fameux PGE (plus de 100 milliards d’euros)  mais revers de la médaille, 62 % d’entre eux estiment que ces mesures risquent d’être encore insuffisantes pour contenir les faillites qui s’annoncent.

L’intervention complète de Bruno le Maire :  https://www.cabinet-arc.fr/bruno-le-maire-quelle-visibilite-pour-les-entreprises-en-2021/

Pour plus d’une entreprise sur deux, « certains de leurs clients rencontrent de grandes difficultés économiques pouvant aller jusqu’au dépôt de bilan », indique encore cette 10e édition du baromètre Cabinet ARC (juristes d’entreprises).

Ce qui trouble les chefs d’entreprise, c’est évidemment le manque de visibilité et les risques de déséquilibre des trésoreries. Peu ou pas de clients pour beaucoup, c’est moins de recettes de trésorerie pour faire face aux frais fixes. C’est bien ce qui tue les industries du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration ou encore de l’évènementiel, l’industrie du voyage ou de l’aéronautique.

La deuxième vague, après un été qui avait pu laisser penser que les choses iraient mieux du coté sanitaire, a encore aggravé la situation, obligeant Bercy à renforcer les dispositifs d’aides et de protection (assurance chômage, exonérations de charges etc)  mais évitant toute mesure règlementaire.  C’est le leitmotiv du ministre qui semble répondre au président du Medef qui se félicite de l’accompagnement, mais qui redoute que l’on mette les entreprises sous perfusion pour une durée indéterminée et qu’en contrepartie, on leur impose des contraintes réglementaires comme il y en a déjà trop.

Au delà des mutations structurelles, cest la question des délais de paiement qui revient en tête des sujets dinquiétude. Plus d’un tiers des sociétés interrogées estime qu’ils se sont encore allongés depuis le début de la crise : le retard moyen de paiement en 2020 est de treize jours, contre dix jours en 2019, avec d’importantes disparités entre PME et grands groupes. « Cela traduit ce quont vécu les entreprises ces derniers mois : activité totalement à larrêt pour certains secteurs, blocages volontaires des factures malgré laccès aux prêts garantis par l’État (PGE) et une trésorerie suffisante, services administratifs à réorganiser en télétravail… » explique Denis Le Bossé, président de Cabinet ARC, qui estime à 700 milliards d’euros − soit sept fois le montant alloué au plan de relance par le gouvernement − la somme des créances en attente de versement.

Commentant ces résultats, Bruno Le Maire s’est engagé à renforcer le contrôle de l’application de la loi, notamment par les entreprises publiques qui sont très souvent peu rigoureuses sur le respect des délais. A tel point d’ailleurs que beaucoup de PME renoncent à répondre à des appels d’offre venant des services publics par crainte de ne pas en être payées.  

A ce propos, une écrasante majorité des entreprises seraient prêtes à accepter l’instauration d’une notation des comportements en matière de délais de paiements. On oblige aujourd’hui les entreprises à respecter des ratios de solvabilité ou de liquidités, on leur demande de poursuivre des objectifs sociaux, sociétaux ou environnementaux. On pourrait leur demander de respecter la loi sur les délais de paiement.

Il faudrait donc, instaurer un système de notation afin de connaître le comportement de paiement d’une société. Le tout contrôlé, par exemple, par les commissaires aux comptes.  Cette mesure est souhaitée par 84 % des entreprises interrogées, qui pourraient ainsi savoir à quoi s’attendre avant de s’engager commercialement. 

Pour Bruno Le Maire cest « une bonne idée. Sur le principe, jy suis favorable », réagit le ministre, en souhaitant la mise en place, « quand la période sera plus favorable », de critères « objectifs et transparents »..

« Une situation compliquée à l’heure où le plan de relance peut apporter de multiples opportunités de contrats aux PME », relève le ministre, qui fait allusion particulièrement les projets de rénovation thermique des bâtiments publics de l’État, qui représentent 2,7 milliards d’euros. « Nous allons renforcer les exigences vis-à-vis des administrations afin quelles respectent leurs délais de paiement », assure Bruno Le Maire. Dans le privé, des réunions auront lieu « secteur par secteur », pour établir « un diagnostic lucide et transparent ». Et, pourquoi pas nommer des médiateurs spécifiques à certains secteurs, comme cela a déjà été le cas pour l’aéronautique? Accompagner les entreprises, surveiller l’application des règles et ne pas en imposer de nouvelles ?

 Le ministre rappelle donc que « les entreprises les plus en difficulté » pourront bénéficier « au cas par cas » d’un report de remboursement de leur PGE d’une année supplémentaire. Actuellement, ceux-ci ne font l’objet d’aucun remboursement la première année : cette mesure reviendrait donc à doubler cette période de franchise. Les prêts, eux, doivent bénéficier de taux d’intérêt négociés avec les banques compris entre 1 % et 2,5 %, rappelle-t-il.

Enfin, « pour anticiper le retour de la croissance, cest maintenant quil faut investir », lance le ministre aux entreprises. Au besoin en souscrivant un prêt participatif, produit hybride entre des prêts à long terme et des prises de participation (sans droit de vote) au capital des entreprises. A ce sujet, Bruno Le Maire a confirmé que l’enveloppe prévue, initialement fixée à 3 milliards d’euros, passait à 20 milliards d’euros.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires