En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 6 heures 6 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 8 heures 22 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 9 heures 55 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 11 heures 37 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 14 heures 9 sec
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 14 heures 21 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 14 heures 44 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 15 heures 24 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 15 heures 45 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 7 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 9 heures 21 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 11 heures 7 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 14 heures 10 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 14 heures 25 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 14 heures 48 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 15 heures 9 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 15 heures 42 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 16 heures 6 min
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

Publié le 20 octobre 2020
L’opposant kazakh Moukhtar Abliazov a été arrêté et mis en examen en France au début du mois d'octobre. L'ancien oligarque a été arrêté à la suite d’une plainte déposée en 2017 par le Kazakhstan, qui l’accuse de détournements de fonds au préjudice de la banque nationalisée BTA.
Hervé Guyader
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Guyader est avocat au Barreau de Paris, Docteur en Droit et Président du Comité Français pour le Droit du Commerce International.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’opposant kazakh Moukhtar Abliazov a été arrêté et mis en examen en France au début du mois d'octobre. L'ancien oligarque a été arrêté à la suite d’une plainte déposée en 2017 par le Kazakhstan, qui l’accuse de détournements de fonds au préjudice de la banque nationalisée BTA.

Le 29 septembre 2020, Moukhtar Abliazov se voyait attribué le statut de réfugié politique par la Cour nationale du droit d’asile, infirmant la décision initiale de l’OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides), mettant ainsi une fin très provisoire aux difficultés judiciaires qui accablent l’homme d’affaires kazakh depuis plus d'une dizaine d’années. Les réjouissances furent brèves puisque le 7 octobre, celui-ci se voyait mis en examen par un juge français.

Un rappel des faits n’est pas inutile tant le dossier est riche de rebondissements. Aussitôt accusé d’avoir détourné plus de 6 milliards de dollars de la principale banque kazakh dont il était l'un des administrateurs entre 2005 et 2009, il décida de fuir vers l’Angleterre. Condamné par un juge anglais à verser 4 milliards de dollars de dédommagement à la banque qui le poursuivait, ainsi qu’à une peine de 22 mois d’emprisonnement, Abliazov décidait de fuir vers la France.

Une plainte pénale pour abus de confiance et blanchiment

En 2013, Il était arrêté dans le sud de la France sur une demande d’extradition formée par la Russie qui s'ajoutait aux autorités ukrainiennes et kazakhes. La Cour de cassation française autorisait l'extradition avant que le Conseil d’Etat n’annule le décret d'extradition pris par le Premier ministre français fin 2016 entraînant la libération du ressortissant kazakh jusqu’alors placé sous écrou extraditionnel.

En 2017, le Parquet général kazakh adressait à la France une plainte pénale pour abus de confiance et blanchiment fondée sur une disposition rarement utilisée du code pénal français. Son article 113-8-1 énonce en effet qu'un tribunal français peut juger, pour un délit commis hors de France, un ressortissant étranger dont l'extradition a été refusée pour cause d'absence de "garanties fondamentales de procédure et de protection des droits de la défense" dans le pays qui le réclame. 

Un argumentaire d’une chasse à l’homme tout trouvé

En clair, et comme souvent en droit international, la loi française est applicable aux individus dont le jugement dans un autre pays, y compris le leur, serait susceptible de méconnaître les droits de la défense. Personne n’objectera au fait que le Kazakhstan n’a pas toujours été un modèle dans ce domaine et plus généralement dans la protection des Droits de l’Homme -bien que le pays soit aujourd'hui en train d'abolir la peine de mort.

L’argumentaire d’une chasse à l’homme dirigée contre l’oligarque kazakh était tout trouvé et prit ancrage par le constat de la multiplication des poursuites dirigées contre lui au Royaume-Uni, puis en France. C’était sans compter sur les investigations diligentées par le juge d’instruction français saisi qui, après examen des pièces comptables produites par la banque prétendument spoliée, décida d’une mise en examen. Abliazov est, en effet, suspecté de blanchiment d’argent en France. Or le blanchiment suppose que la provenance des fonds est douteuse, défini à l’article 324-1 du code pénal comme un délit qui consiste à faciliter, par tout moyen, la justification mensongère de l’origine des biens ou des revenus de l’auteur d’un crime ou d’un délit ayant procuré à celui-ci un profit direct ou indirect.

Présomption d'innocence, mais forts soupçons de détournement

Et si, in fine, la chasse à l’homme dirigée par un régime autoritaire dissimulait une "simple" affaire de détournement de fonds de 6 milliards de dollars ? Une mise en examen ne fait jamais disparaître la présomption d’innocence qui demeure une règle absolue. Assortie cependant d’un contrôle judiciaire décidé le 7 octobre dernier et d’une interdiction de sortie du territoire, elle témoigne de l’inquiétude qu’ont les magistrats que le poursuivi ne prenne la poudre d’escampette, ce qui, dans le cas d’Abliazov, fait figure de réflexe pavlovien.

Le statut de réfugié politique n’est d’aucune incidence sur l’éventuel sort pénal de l’individu examiné car s’il peut être démontré que celui-ci est réellement menacé autant qu’inquiété dans son pays, cela n’enlève en rien l’éventuelle réalité des poursuites dirigées contre lui.

Ainsi l’oligarque sera jugé en France dans le respect des droits de la défense et du principe du contradictoire, pouvant donc présenter pièces et arguments à l’étai de sa défense.

Par Hervé Guyader, Docteur en droit, Avocat au barreau de Paris, Président du comité français pour le droit du commerce international, et coresponsable de la commission ouverte commerce international du barreau de Paris.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires