En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 4 min 29 sec
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 35 min 37 sec
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 1 heure 26 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 1 heure 10 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 14 heures 43 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 15 heures 26 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 16 heures 57 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 19 heures 51 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 21 heures 11 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 32 min 25 sec
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 41 min 47 sec
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 14 heures 24 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 14 heures 58 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 15 heures 55 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 18 heures 11 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 20 heures 26 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 21 heures 26 min
© PASCAL GUYOT / AFP
© PASCAL GUYOT / AFP
Grand soir

Indignez-vous (ça fait de l'audience) : l'héritage toxique de Stéphane Hessel et de la nouvelle gauche radicale

Publié le 18 octobre 2020
La révolte est un thème à la mode. Et comme toute mode qui rencontre un grand succès d’estime, elle trouve dans l’histoire ses porte-paroles, des "Démons" de Dostoïevski à "Indignez-vous" de Stéphane Hessel. Mais elle a aussi ses sceptiques, comme le politologue Philippe Raynaud, qui a fait de la révolution l’un des nerfs de sa réflexion politique.
Philippe Raynaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Raynaud est professeur de science politique, agrégé de philosophie et docteur en science politique. Membre de l'Institut d'études politiques de Paris, il enseigne à l'université de Paris-II Panthéon-Assas. Il a publié de nombreux...
Voir la bio
Ulysse Manhes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ulysse Manhes est journaliste.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La révolte est un thème à la mode. Et comme toute mode qui rencontre un grand succès d’estime, elle trouve dans l’histoire ses porte-paroles, des "Démons" de Dostoïevski à "Indignez-vous" de Stéphane Hessel. Mais elle a aussi ses sceptiques, comme le politologue Philippe Raynaud, qui a fait de la révolution l’un des nerfs de sa réflexion politique.

La révolte est un thème à la mode. Et comme toute mode qui rencontre un grand succès d’estime, elle trouve dans l’histoire ses porte-paroles, des Démons de Dostoïevski à Indignez-vous de Stéphane Hessel, en passant par L’homme révolté d’Albert Camus… L’héritage de mai 68 est brandi comme le grand moment français de la révolution accomplie, le fantasme révolutionnaire habite les nouvelles générations, le rêve romantique de la table rase n’en finit pas de remuer les âmes.

Face à cette grande passion collective, on rencontre dans l’histoire de nos idées quelques esprits prudents et sceptiques qui n’eurent de cesse de dénoncer, dans l’idéal révolutionnaire, la tentation de la radicalisation. L’indignation, aussi légitime soit-elle dans ses causes, mène au pire quand elle cherche à se réaliser politiquement : c’est l’héritage intellectuel de Raymond Aron, de Milan Kundera, de Vassily Grossman…

Ulysse Manhes : Philippe Raynaud, en plus d’être un politologue et un essayiste de renom, vous avez préfacé l’année dernière le texte de Raymond Aron La révolution introuvable, sur mai 68. Le thème philosophique de la révolution revient dans vos écrits et apparaît comme l’un des nerfs de votre réflexion politique. Que vous inspire ce lien souvent suggéré entre le « rêve révolutionnaire » et la « radicalisation » des esprits et des luttes ?

Philippe Raynaud : Je crois qu’il faut d’abord remarquer que, si nous voyons aujourd’hui renaître des idéologies de la rupture radicale, cela succède à une assez longue période qui avait vu au contraire la perspective révolutionnaire disparaître de la scène politique française. François Mitterrand avait construit le Parti socialiste sur une stratégie d’Union de la gauche autour d’un projet de « rupture avec le capitalisme » qui disparaît après 1983, mais son deuxième mandat a donné naissance à une « République du centre » (François Furet) qui s’est organisée autour de l’opposition entre la gauche modérée et une droite de moins en moins « réactionnaire ». Cette recomposition a elle-même engendré beaucoup de frustrations, qui se sont traduites à la dernière élection présidentielle par les bons scores de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen  et on voit aujourd’hui de nouveaux clivages politiques centrés sur les questions identitaires, qui s’accompagnent d’aspirations diverses à une rupture avec les mécanismes de la représentation ; c’est cela qui explique une certaine renaissance de l’idée révolutionnaire, qui a des racines profondes dans la culture politique française, mais qui reste beaucoup moins puissante que dans les années 1970.

Tocqueville disait déjà des révolutionnaires français de 1789 qu’ils étaient des « cartésiens descendus dans la rue », en faisant référence au grand rêve de la « table rase » et du « retour à zéro ». Pourquoi cette fascination encore si contemporaine pour le geste radical du renversement ?

La « radicalisation » dont nous parlons est un fait assez général dans les sociétés contemporaines, y compris dans un pays qui passe pour modéré comme les Etats-Unis. Inversement, le rationalisme politique, combiné avec la confiance dans le rôle de l’Etat et avec la préférence pour des réformes globales est un trait profond de la culture politique française qui n’est pas absent chez les hommes politiques modérés. On en trouve beaucoup de traits chez notre Président de la République, dont le livre-programme s’intitulait d’ailleurs « Révolution » et qui s’inscrit dans un courant radical qui va de Turgot à 1789. Le projet de réformes des retraites est tout à fait caractéristique à cet égard. Mais le thème du « renversement » prend un autre sens lorsqu’il ne renvoie plus seulement à une méthode de transformation de la société mais au rêve d’une société entièrement différente, dans laquelle toutes les contradictions entre les intérêts auraient disparu.

La gauche radicale dont se revendique Stéphane Hessel a fait de son mot d’ordre le principe d’indignation. Est-ce un héritage dévoyé de mai 68 ? Et y voyez-vous une contradiction avec la passion démocratique qui était à l’œuvre dans les événements de 68 (tant à Paris qu’à Prague) ?

L’« indignation » dont parlait Hessel, me paraît un mot d’ordre très général et très vague, que lui-même remplissait avec diverses références où mai 68 ne joue pas un rôle central. Quant à la révolution de mai 68 elle-même, je ne crois pas que l’indignation y ait joué un rôle important : elle exprimait des aspirations utopiques construites en opposition aux disciplines de la société industrielle et bureaucratique et elle a été suivie de la renaissance d’un imaginaire quasi-bolchévique qui me paraît avoir assez peu de rapport avec celui de Stéphane Hessel, qui est beaucoup plus marqué par l’idéal des mouvements humanitaires, éventuellement dévoyé dans des causes douteuses. Je me garderais par ailleurs d’identifier les « passions démocratiques » à l’œuvre à Paris et à Prague. Sur Mai 68, Romain Gary disait drôlement que, s’il n’y avait pas eu une vraie générosité chez beaucoup de ses acteurs, « la Révolution des étudiants de Paris ressemblerait singulièrement à une émeute de souris dans un fromage ». Elle a éclaté dans une société prospère et elle exprimait le rêve d’un dépassement de la démocratie bourgeoise, dont les prosaïques avantages faisaient rêver les étudiants et les intellectuels de Prague.

La révolution d’aujourd’hui est-elle une simple indignation ou un projet politique ?

Il n’y a pas ou pas encore de projet révolutionnaire plausible en France, mais on assiste peut-être à l’émergence d’une nouvelle sensibilité politique, fondée sur une « convergence des luttes » largement fantasmatique mais qui a de ce fait même une certaine dimension révolutionnaire. L’ « indignation » est un ingrédient rhétorique nécessaire de ce type de politique, mais je ne crois pas qu’elle soit au cœur de nos passions politiques. Je suis plus préoccupé par la montée de la haine dans la société française, dont on trouvera une présentation saisissante dans la dernière saison de la série Baron Noir.

Propos recueillis par Ulysse Manhes

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 18/10/2020 - 19:47
S'indigner
n'est pas un raisonner. Ce qu'il nous faut c'est un raisonnement, c'est à dire non pas une" réflexion", mais une analyse rigoureuse des faits , la formulation du but souhaité, et en tirer une marche à suivre pour atteindre l'objectif . On notera que c'est ce que font actuellement ( à leur façon) les islamistes radicaux qui nous causent autant de soucis .
jurgio
- 18/10/2020 - 15:15
« Indignez-vous » ou le triomphe de l'individualisme gauchiste
Cela permet, en dehors de tout raisonnement, de faire fonctionner la société en « tout ou rien » selon que cela avantage l'individu ou le dessert. La manipulation républicaine des foules en est facilitée. On appuie sur le bouton qu'il faut.