En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 20 min 27 sec
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 51 min 35 sec
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 1 heure 26 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 10 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 14 heures 59 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 15 heures 42 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 17 heures 13 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 20 heures 7 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 21 heures 27 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 48 min 23 sec
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 57 min 45 sec
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 14 heures 40 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 15 heures 14 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 16 heures 11 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 18 heures 27 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 20 heures 42 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 21 heures 42 min
© NICOLAS MAETERLINCK / Belga / AFP
© NICOLAS MAETERLINCK / Belga / AFP
Délitement

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

Publié le 18 octobre 2020
Dans "Osons l’autorité" (éditions de L’Observatoire), Thibault de Montbrial s'inquiète du délitement de la société française, fruit de quarante années durant lesquelles toutes les références structurelles et institutionnelles à l’autorité dans notre pays ont progressivement disparu.
Thibault de Montbrial
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thibault de Montbrial est avocat au barreau de Paris. Il a fondé son cabinet en 1998 et traite notamment de dossier d'ordre pénal. Il a été l'avocat de nombreuses personnalités telles que  Bruno Roussel, directeur sportif de l'équipe...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans "Osons l’autorité" (éditions de L’Observatoire), Thibault de Montbrial s'inquiète du délitement de la société française, fruit de quarante années durant lesquelles toutes les références structurelles et institutionnelles à l’autorité dans notre pays ont progressivement disparu.

Atlantico : Vous publiez "Osons l’autorité" aux éditions de L’Observatoire. Comment expliquer le délitement de la société française et la situation actuelle évoquée dans votre livre ?

Thibault de Montbrial : Le délitement de la société française est le fruit d’une quarantaine d’années au cours desquelles progressivement, subrepticement toutes les références structurelles et institutionnelles à l’autorité dans notre pays ont glissé. Au début, cela n’était pas forcément spectaculaire. Mais très vite, le thème de l’autorité a été laissé en marge du débat public. Il est assez vite devenu l’apanage, tout à fait à tort, de la droite dite extrême. L’ensemble des partis politiques dits de gouvernement s’étant perdus dans une confusion tragique entre autorité et autoritarisme. L’autorité à laquelle moi j’appelle, c’est une autorité pour défendre notre système démocratique. Une fois le constat fait, je développe un certain nombre de propositions. La première d’entre elles, ce qui résume mon propos précédent, c’est tout simplement d’appliquer nos lois. Ce que je dénonce dans le livre, c’est qu’il y a un certain nombre de comportements auxquels aujourd’hui l’Etat n’a plus les moyens de s’opposer. Ces comportements entravent le bon fonctionnement de notre démocratie.

Comment réhabiliter l’autorité sans sombrer dans des dérives ou dans l’autoritarisme ?

Il s’agit de remettre l’église au centre du village. De rappeler que le fondement du pacte social c’est le vote de lois par le Parlement démocratiquement élu et leur application d’une part et d’autre part le fait que nos concitoyens puissent s’exprimer et épanouir leurs talents dans un cadre de sécurité. Aujourd’hui, des minorités violentes de toutes sortes prennent avantage de la fracture de notre corps social et de la faiblesse de notre Etat pour rôder comme des prédateurs autour d’une bête blessée et entravent de plus en plus le bon fonctionnement de la démocratie. Et par ailleurs, l’insécurité galopante et la violence, qui sont en train d’exploser dans notre pays, portent, par les troubles qu’elles génèrent, une atteinte insupportable à l’exercice des libertés, dont la sécurité est le socle préalable.

Quelles sont les solutions pour éviter la fracturation de notre société ? Des réformes sont-elles nécessaires ?

La première c’est d’appliquer la loi dans toute sa rigueur. Il faut que l’Etat assume le fait que, la loi étant l’expression de la volonté populaire, cette volonté doit pouvoir se traduire dans les faits sans entrave une fois la loi votée.   

Il faut assumer d’appliquer la loi. La volonté populaire démocratiquement exprimée doit triompher. Il faut respecter notre Constitution. Il est nécessaire d’assumer la part de violence légitime qui permettra d’y parvenir.

Nous avons aujourd’hui un corps social qui est trop fracturé. Nous avons abandonné trop de champ pour qu’une reconquête se fasse sans qu’il y ait des heurts. C’est d’ailleurs toute la raison de l’impuissance de l’Etat notamment dans les banlieues, le fait que les commissariats puissent être attaqués sans que les émeutiers ne soient inquiétés. Il y a une forme de tétanie face aux conséquences. On a été tellement loin dans l’abandon de l’autorité que chacun craint l’engrenage de conséquences qu’aurait le rétablissement d’un ordre pourtant démocratiquement légitime.

Je pense que la démocratie a le droit de se défendre, évidemment dans le respect des règles de droit en ce qui concerne les interventions de la police et de la gendarmerie. Il faut assumer la force républicaine.

Certaines réformes sont également indispensables. Un certain nombre de choses doivent par exemple être simplifiées dans la justice : procédure, exécution des peines… Il faut des peines pas forcément plus sévères mais plus certaines. Les contrevenants doivent « sentir » la riposte de l’Etat.

Ainsi par exemple pour une petite infraction, 200 euros d’amende payés dans les quinze jours conduiront beaucoup plus le délinquant au respect de la puissance de l’Etat que quarante heures de TIG (Travail d’Intérêt Général) dix-huit mois plus tard.    

Je propose dans l’ouvrage de très nombreuses autres solutions concrètes.

Le corps social est tellement abîmé que la reconquête de l’ordre républicain prendra du temps. Cela implique deux conséquences.

D’abord, il est nécessaire de recréer une transcendance et un projet commun. Le vivre-ensemble est aujourd’hui devenu une incantation idéologique psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire.

Sans arrogance mais sans faiblesse, il faut rappeler ce que cela implique de vivre en France et d’être Français. C’est une aventure formidable. La France est un pays aux racines gréco-latines, de traditions judéo-chrétiennes. Nous avons quatre grandes valeurs cardinales qui nous différencient des gens qui veulent nous détruire, et en particulier les islamistes qui représentent pour moi le plus grand danger.

Ces quatre grandes valeurs sont l’égalité hommes-femmes, la liberté de croire ou de ne plus croire, la liberté d’aimer qui l’on veut et un mode de gouvernance démocratique avec une certaine bienveillance humaniste. C’est une vraie différence par rapport aux totalitarismes politiques ou politico-religieux.

Ensuite, il faut que notre République tienne. En effet, la reconstruction d’un projet commun va prendre du temps, entre une à deux générations. Dans l’intervalle, la République doit se montrer intransigeante envers les individus qui veulent la détruire et prendre toutes les mesures d’ordre sécuritaire et judiciaire pour entraver leurs projets.   

La stratégie du gouvernement va-t-elle dans le bons sens ? Après les tensions des Gilets jaunes, la lutte contre le séparatisme et le terrorisme qui est affichée avec le projet de loi en cours ou bien encore l’action de Gérald Darmanin et la nomination d’Eric Dupond-Moretti en tant que Garde des Sceaux sont-ils des signaux « encourageants » ? Face aux failles que vous dénoncez dans votre livre, qu’est-ce qui pourrait être fait ?

Je raconte dans mon livre le désastre de la gestion par Christophe Castaner et Nicole Belloubet des événements du printemps dernier au moment de l’exploitation en France du mouvement Black lives matter.

Le nouveau gouvernement semble avoir pris la mesure des tensions extrêmes qui existent dans notre pays et de l’augmentation de la violence. Le ministre de l’Intérieur et le Premier ministre ont nommé les choses. L’utilisation par Gérald Darmanin du terme « ensauvagement » rend compte d’un double phénomène très inquiétant. D’abord une augmentation significative des violences et d’autre part une augmentation significative de l’ampleur de ces violences. Il y a eu très clairement un tournant dans la lucidité sur le constat. Ensuite, il y a eu le discours excellent du président Macron sur le séparatisme islamiste qui enfin décrit pour la première fois les choses telles qu’elles sont. Il faudra être attentif au contenu du projet de loi, mais aussi à la responsabilité du comportement des partis politiques qui prônent de longue date une certaine fermeté. Même si le texte ne s’avère pas parfait, il constituera nécessairement un pas dans la bonne direction et je ne comprendrais pas que les partis de droite ne le votent pas.

Pour en revenir au gouvernement, je constate avec quatre mois de recul que le « et en même temps » a hélas encore frappé. Malheureusement, le volontarisme affiché en matière régalienne est affaibli par la position du Garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, qui n’a pas su quitter l’habit d’un avocat de la défense de talent pour prendre celui de l’avocat de la société.

La Justice est un acteur majeur en matière de sécurité. Ainsi, entendre systématiquement le Garde des Sceaux prendre le contrepied des positions de Gérald Darmanin nuit considérablement à la cohérence de la partition gouvernementale. Cette semaine encore à l’Elysée lors du rendez-vous, avec les syndicalistes policiers, il a posé le principe que la prison est à la fois criminogène et lieu de radicalisation. Ainsi, il sape dès le départ tout le discours qui tend à renforcer l’exercice de l’autorité. Il faut un ministre de la Justice qui soit au diapason du ministre de l’Intérieur.  

A lire aussi sur Atlantico, deux extraits de l'ouvrage :

L’inconscience de certains juges face au terrorisme

Restaurer l’autorité : priorité au régalien

Thibault de Montbrial publie "Osons l'autorité" aux éditions de L’Observatoire.

Lien vers la boutique : cliquez ICI et ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 19/10/2020 - 22:34
Et la France b...........!
La république c'est le régime politique de la France depuis 1873, auparavant, et depuis plus de 1000 ans ce fut une monarchie ,mâtinée d'empires, entrecoupée de républiques éphémères , voire d'état français!
Mais que je sache, sur les cartes on lit encore FRANCE et non RDF!
C'est parce que l'on confond le contenu et le contenant que la NATION se lézarde en attendant, à Dieu ne plaise, la RIF!
valencia77
- 19/10/2020 - 16:18
etat d'ame
Une population tellement contaminee par l'assistanat qelle prefere vivre esclave de sauvages. Donc elle a peure d'eliminer les socialistes par peure de perdre toute les formes d'assistance sociale et se mettre au travail. Les francais sont probblement foutus autrement ils seraient armes.
Loupdessteppes
- 19/10/2020 - 10:39
Ceux qui font l'apologie du vivre ensemble...
Et qui se barrent la queue entre les jambes dans leur résidences secondaires sur les côtes se planquer comme des lâches ; en laissant Paris en zone rouge puisqu'ils en ont décidé ainsi. Ces gens sont à vomir ! Mais ils n'échapperont pas à leur Karma..