En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 55 min 55 sec
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 2 heures 34 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 5 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 6 heures 22 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 7 heures 28 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 8 heures 33 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 9 heures 26 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 10 heures 30 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 10 heures 54 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 1 heure 27 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 6 heures 54 sec
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 7 heures 8 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 7 heures 44 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 9 heures 13 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 9 heures 40 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 10 heures 23 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 10 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

L’inconscience de certains juges face au terrorisme

Publié le 18 octobre 2020
Thibault de Montbrial publie "Osons l'autorité" aux éditions de L’Observatoire. Notre société est aujourd'hui minée par des fractures profondes qui compromettent sa cohésion. Thibault de Montbrial démontre dans cet essai implacable que notre sécurité intérieure ne cesse de reculer. Extrait 2/2.
Thibault de Montbrial
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thibault de Montbrial est avocat au barreau de Paris. Il a fondé son cabinet en 1998 et traite notamment de dossier d'ordre pénal. Il a été l'avocat de nombreuses personnalités telles que  Bruno Roussel, directeur sportif de l'équipe...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thibault de Montbrial publie "Osons l'autorité" aux éditions de L’Observatoire. Notre société est aujourd'hui minée par des fractures profondes qui compromettent sa cohésion. Thibault de Montbrial démontre dans cet essai implacable que notre sécurité intérieure ne cesse de reculer. Extrait 2/2.

Il est de bon ton de s’en prendre au laxisme des juges. Nombre de policiers et leurs syndicats s’en plaignent ouvertement, fustigeant les alternatives à la prison ou les peines avec sursis pour des délinquants déjà chevronnés, prêts à récidiver. La réalité est plus nuancée. Les juges, aussi indépendants soient-ils au regard de la Constitution, agissent dans le cadre du Code pénal et du Code de procédure pénale qui guide et limite leur marge de manœuvre. Ils constituent le bras armé de cette accumulation de mesures irresponsables adoptées par nos assemblées au fil des années, véritable abandon d’autorité institutionnalisé. Peut-on reprocher à ces hommes et ces femmes, qui ont fait vœu de rendre la justice, d’avoir intégré dans leur logiciel que l’incarcération était, pour la plupart des délits, la pire des solutions ?

Heureusement, les infractions les plus graves échappent le plus souvent à cette règle. Les cours d’assises et tribunaux correctionnels, confrontés aux délits et crimes particulièrement violents, barbares ou mettant en péril la stabilité de la nation, n’hésitent pas à infliger de lourdes peines de prison, auxquelles viennent parfois s’ajouter des peines de sûreté, qui empêchent pour un temps toute libération conditionnelle anticipée. À cet égard, il paraît naturel de s’attendre à ce que les terroristes, exclusivement jugés par des magistrats professionnels, soient épargnés par l’indulgence dont peuvent bénéficier les délinquants de droit commun. Hélas, c’est loin d’être toujours le cas.

Le Centre d’analyse du terrorisme (CAT), que j’ai fondé en 2014 avec Jean-Charles Brisard et Damien Martinez, a réalisé une étude très complète sur les peines infligées aux djihadistes reconnus coupables d’infractions à caractère terroriste entre 2014 et 2017, au plus fort de la vague d’attentats qui a secoué l’Europe. Les conclusions sont édifiantes. Les procès des deux cent trente-huit personnes jugées en lien avec les filières de combattants syro-irakiennes ont abouti à des peines moyennes prononcées de seulement six ans et six mois de prison. Pour les personnes ayant purgé leur peine avant l’interdiction en 2016 des crédits de remise de peine pour les terroristes, la durée réelle d’incarcération était de cinq ans et deux mois. On pourrait imaginer que l’année 2014 tire ce chiffre vers le bas, et que les peines infligées après le bain de sang de Charlie Hebdo, de l’Hyper Cacher, et du 13  novembre 2015 ont été beaucoup plus sévères. Il n’en est rien  : entre 2016 et 2017, après des dizaines de morts, l’état d’urgence et la menace quotidienne d’une nouvelle tragédie, la moyenne des peines infligées aux djihadistes n’a augmenté que d’un an et trois mois supplémentaires, à la profonde consternation de nombreux juges d’instruction et procureurs spécialisés.

Ces données, qui mettent en lumière ce que l’on est en droit de qualifier d’inconscience, montrent à quel point nos juges, influencés par des lois dogmatiques depuis des années, ont oublié que la mission première de la prison n’est pas de préparer la sortie de celui qui s’y trouve par sa propre faute, mais avant tout de protéger la société contre ceux qui veulent lui nuire. Mais ces chiffres prouvent surtout à quel point le refus de voir dans le terrorisme une entreprise au service d’une idéologie puissante et conquérante, l’islamisme, nous a collectivement mis en danger. Car c’est l’autre conséquence de ces décisions de justice iniques : d’ici à la fin de l’année 2020, 65 % des individus jugés entre 2014 et 2017 seront libres, parmi lesquels 83 revenants, et 59 individus impliqués dans des réseaux de soutien logistique ou financier à des projets d’attentats réalisés ou avortés, ou ayant incité à un acte de terrorisme. L’échec des programmes de déradicalisation menés jusqu’ici derrière et hors les murs finit de laisser présager du pire pour les mois et années à venir.

Découvrez notre entretien avec l'auteur : Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

A lire aussi, un autre extrait de l'ouvrage : Restaurer l’autorité : priorité au régalien

Extrait du livre de Thibault de Montbrial, "Osons l'autorité", publié aux éditions de L’Observatoire.

Lien vers la boutique : cliquez ICI et ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 19/10/2020 - 11:39
Il reste un souvenir comme au fer rouge:
Celui de cette responsable syndicale, qui passait régulièrement devant le "mur des cons" pour gagner son bureau, qui n'y voyait rien de déshonorant et qui a bénéficié d'une promotion par son ministre, avant d'être condamnée par ses confrères, à une amende pour une fois exemplaire de 500 euros... avec sursis. Devant l'opinion, la justice s'était déshonorée et pour longtemps.