En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Insécurité
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 2 min 49 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 36 min 25 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 17 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 43 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 6 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 39 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 47 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 32 min 25 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 54 min 37 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 29 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 14 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 40 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 34 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 13 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 1 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 22 heures 7 min
© DR / Minteral / Google
Google robots agriculture plante
© DR / Minteral / Google
Google robots agriculture plante
Prouesse technologique

Agriculture 2.0 : Google dévoile des robots capables d'inspecter les récoltes plante par plante

Publié le 15 octobre 2020
Alphabet, la maison mère de Google, vient de dévoiler le "Project Mineral" permettant d'introduire des robots dans les champs. Quels sont les atouts de ce projet ? Ce dispositif va-t-il permettre à l'agriculture de se moderniser dans les années à venir ?
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alphabet, la maison mère de Google, vient de dévoiler le "Project Mineral" permettant d'introduire des robots dans les champs. Quels sont les atouts de ce projet ? Ce dispositif va-t-il permettre à l'agriculture de se moderniser dans les années à venir ?

Atlantico.fr : La compagnie mère de Google, Alphabet vient de dévoiler le Project Mineral. Il est notamment question d'introduire des robots (pour l'instant ce sont des prototypes) dans les champs ; quelle va être leur utilité et comment vont-t-ils fonctionner ?

Bruno Parmentier : Il faut bien comprendre que la technique n’a pas dit son dernier mot en matière d'agriculture ; c'est même exactement l'inverse ! N'ayons pas peur de dire que nous sommes en fait à l’an 1 de l'agriculture.

Notre agriculture dite « moderne » est en fait une agriculture… d’ignares ! Réalisons que nous ne connaissons que 10 % des êtres vivants, et en particulier presque rien de l’infiniment petit. On estime aujourd'hui que dans un seul gramme de terre végétale on peut trouver jusqu’à 4 000 espèces de bactéries et 2 000 espèces de champignons ; qu’au total il y a probablement plus de 115 000 espèces de bactéries dans les champs français ; que le poids total des bactéries qui sont dans les champs représente  1 200 fois le poids de l'humanité et celui des champignons 200 fois ; qu’on dénombrera probablement de l'ordre de 230 millions d’êtres vivants sous chaque M2 de terre. Tout reste à découvrir en fait.

De plus, on continue imperturbablement à gérer le « champ au champ », à l’ancienne ! Par exemple on dit couramment « il fait sec il faut irriguer le champ » ou « il faut rajouter de l'engrais »… mais nos champs font maintenant couramment 20 hectares ; comment peut-on imaginer afficher le même traitement sur chaque m2 de ces 20 hectares ?

C'est donc seulement maintenant que le « monde du silicium » (celui de l'informatique, du numérique, et de la grande précision) a fait suffisamment de progrès, que le « monde du carbone » (celui du vivant) va pouvoir commencer sa vraie révolution, qui va être en tout point décoiffante. Il n'est donc absolument pas étonnant que les grandes firmes informatiques comme Google commencent à s'intéresser sérieusement à l'agriculture.

Les premières réalisations ont largement dépassé le stade du prototype et commencent à se répandre massivement dans les campagnes. Des réseaux de capteurs autonomes sans fil (RCSF) et d’imagerie satellite mesurent en permanence le taux de CO2, l’humidité du sol, sa température, les radiations, la luminosité, l’état du couvert végétal, le taux de minéraux et de nitrates, etc. Nos tracteurs sont de plus en plus guidés par les GPS, ce qui leur permet d'être beaucoup plus précis dès le semis (qui se fait également à une profondeur bien définie) ; on peut alors imaginer des désherbages mécaniques très sélectifs, et des apports et des traitements beaucoup plus précis. D'ailleurs ce sont maintenant souvent des robots qui désherbent, sans intervention humaine. Les drones sont de plus en plus utilisés pour la cartographie agronomique et le traitement chimique des adventices.

Une bonne partie de la vendange française se fait maintenant via des machines qui savent repérer les grappes et les couper proprement, et les robots sans conduite humaine arrivent.

De la même manière, en matière d'élevage laitier, on compte actuellement près de 10 000 robots de traite, qui améliorent considérablement et automatisent cette activité jusque là très consommatrice de main d'œuvre, pour un travail ingrat et répétitif. À l'avenir, de très nombreuses vaches laitières seront munies de capteurs émetteurs qui transmettront en permanence à l'éleveur sur son téléphone portable toutes leurs données de base (température du corps, acidité de l’estomac, nombre de pas, date et heures des chaleurs, incidents lors de l'accouchement, etc.).  

 

Il est donc probable que l'aboutissement logique de cette évolution soit l'apparition de drones qui gèreront les champs carrément  « à la plante » !

Un robot qui cible les cultures à la plante ou à la rangée, est-ce ce dont l'agriculture a besoin pour se moderniser ?

L'agriculture réputé moderne « tout chimie tout pétrole » a permis des progrès considérables des années 60 aux années 90. En France, on a alors carrément triplé sa productivité ; par exemple on est passé de 25 à 75 quintaux de blé à l’hectare. Mais depuis les années 90, ces rendements stagnent : 30 ans après on en est encore à récolter de l'ordre de 75 quintaux en agriculture dite conventionnelle et 35 en agriculture bio. C'est que les inconvénients de cette agriculture ont rattrapé ses avantages : épuisement des sols, résistance aux pesticides, pollution des nappes, baisse de la biodiversité, érosion, faible résistance au réchauffement climatique, et acceptabilité de plus en plus problématique par la population.

Il est donc indispensable de mettre en œuvre une nouvelle révolution agricole, écologiquement intensive cette fois-ci au lieu de chimiquement intensive. Une révolution qui s'appuiera cette fois-ci sur les forces de la nature au lieu de s'en méfier et de souvent la détruire. Mais pour passer de vraies alliances avec la nature, et profiter de sa force encore largement inexploitée, il ne suffit pas d'intuition (même géniale comme le sont souvent les agriculteurs bio), il va falloir savoir exactement, finement, plante à plante, centimètre par centimètre, avec qui et avec quoi on va travailler !

Une agriculture où on ne labourera plus, où on couvrira le sol en permanence avec des mélanges de plantes qui s’aideront à pousser, où on cultivera nos engrais et nos herbicides, où on élèvera nos insecticides, et où on saura à chaque instant l'état de nos sols de façon très précise (au mètre, puis au  décimètre cube).

Pour cela, bien évidemment, il faut aller au delà du « bon sens paysan » et de la « tradition séculaire ». On va passer d'une agriculture « mal au dos » à une agriculture « prise de tête », une agriculture « bac + 10 », dont la clé sera la maîtrise ultra fine de l'information et le traitement quasiment chirurgical de chacune de nos plantes, donc forcément à l'aide d'outils très sophistiqués.

Cette technologie semble coûteuse, le gain de rendement qu'elle peut offrir va-t-il être supérieur au coût de production ? Ces robots sont ils une solution viable ? A quelle échelle de temps pourrait-on les voir réellement apparaître ?

Dans les années 60, les ordinateurs coûtaient une véritable fortune, occupaient chacun plusieurs centaines de mètres carrés de locaux réfrigérés en permanence et étaient servis par une armée de professeurs nimbus en blouse blanche ! Aujourd'hui, pour quelques centaines d'euros on achète des appareils ultra performants et sophistiqués, et en plus reliés entre eux par des réseaux sans fil extrêmement rapides.

Il n'y a absolument aucune raison que cette même évolution ne se passe pas pour les technologies agricoles et alimentaires du futur. Elles sont absolument indispensables pour pouvoir à la fois nourrir les 10 milliards d'humains qui s'annoncent, refroidir la planète au lieu de la réchauffer, et regagner en fertilité et biodiversité des sols. Et il n'est pas du tout sûr qu'elles nécessitent des investissements plus importants que ceux du monde de la mécanique d'hier, avec ses gigantesques tracteurs qui consomment un maximum de pétrole pour labourer, ou de la chimie avec ses batteries d’engrais, insecticides, herbicides et fongicides.

Demain est déjà une réalité dans nombre de nos champs, et on peut parier sur une révolution complète de l'agriculture, et donc de ces outils, dans les 2 décennies qui viennent.

Un des problèmes sera d’ailleurs géopolitique : l’Europe sera-t-elle enfin au rendez-vous, ou bien ce nouveau monde appartiendra-t-il lui aussi à quelques firmes californiennes comme Google ? Faudra-t-il aller quémander dans la Silicon Valley les informations de base sur la fertilité de nos champs de Beauce ?

Bruno Parmentier, auteur de « Nourrir l’humanité » et « Faim zéro » (Editions La Découverte), de « Manger tous et bien » (Editions du Seuil) et de « Agriculture, alimentation et réchauffement climatique » (Diffusion internet), et animateur du blog http://nourrir-manger.fr/ et de la chaîne You Tube http://nourrir-manger.com/video

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires