En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 12 heures 41 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 14 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 17 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 18 heures 7 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 19 heures 14 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 20 heures 18 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 21 heures 11 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 22 heures 15 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 22 heures 39 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 13 heures 13 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 15 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 18 heures 53 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 19 heures 29 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 58 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 21 heures 25 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 22 heures 9 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 22 heures 40 min
© FRANCK FIFE / AFP
France - Croatie football ligue des nations Kylian Mbappé
© FRANCK FIFE / AFP
France - Croatie football ligue des nations Kylian Mbappé
Ligue des Nations

Croatie / France : avant les Bleus vivaient dans l'espoir, désormais ils vivent dans la crainte

Publié le 15 octobre 2020
Après avoir été sérieusement bousculée, l'équipe de France s'est encore une fois imposée face à la Croatie. Séduisante avant la pause puis malmenée jusqu'à la fin de la rencontre, elle reste à la hauteur du Portugal (vainqueur de la Suède 3/0) en tête du Groupe 3 de cette Ligue des Nations.
Olivier Rodriguez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir été sérieusement bousculée, l'équipe de France s'est encore une fois imposée face à la Croatie. Séduisante avant la pause puis malmenée jusqu'à la fin de la rencontre, elle reste à la hauteur du Portugal (vainqueur de la Suède 3/0) en tête du Groupe 3 de cette Ligue des Nations.

Il y avait du bon, hier soir, au moment du coup d'envoi au Stade Maksimir. D'abord la joie de contempler des tribunes plus garnies qu'à l'ordinaire (7000 personnes), et peu importe si elles retentissaient des chants des supporters adverses ou si elles abritaient des tas de personnes que nous ne connaissions pas... Ensuite le plaisir un tantinet pervers de retrouver nos victimes préférées, les Croates. Des gens charmants qui ne nous rappellent que de bons souvenirs et avec lesquels nous avons instauré, au fil des ans, une drôle de tradition : ils jouent invariablement aussi bien que nous mais nous les battons toujours, ou presque (6 victoires et 2 nuls pour 8 matchs disputés).

Entre des Bleus solides en défense mais toujours à la recherche d'une étincelle de vie en attaque et des adversaires forcément désireux d'inverser le sens de l'histoire, la soirée promettait.

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle ne fût de tout repos. Car après avoir ouvert le score très tôt par Griezmann (8e) et globalement maitrisé la première période, les Bleus ont ensuite subi la loi de Croates revanchards tout au long d'une seconde mi-temps parfois pénible à vivre. Seulement, il doit être écrit quelque part que cette équipe de France n'a pas sa pareille pour refroidir ses souffre-douleurs favoris quand ceux-ci sont au plus fort de leur domination. Et c'est avec sa cruauté habituelle qu'elle a encore su s'imposer quand ses adversaires croyaient avoir fait le plus dur (égalisation sur un joli jeu à trois par Blasic 64e). Comment ? Sur une seule... oui, sur une seule petite occasion... C'est-à-dire un centre effectué en pleine extension par Digne et repris par Mbappe (79e). Le refrain est donc toujours le même, contre le cours du jeu (mais n'est-ce pas le sien ?), elle trouve toujours un chemin pour forcer la décision. Nous aurons tout de même un minimum (pas davantage) de compassion pour des joueurs et des supporters Croates qui voient se répéter inlassablement un scénario empreint d'un certain sadisme. Après un match pareil, ceux d'entre eux qui avaient l'habitude de boire peu et entre amis seront tentés de boire seuls et beaucoup.

Côté français, que retenir ? Certainement le superbe but marqué par un Griezmann repeint à neuf, ou plutôt en neuf et demi pour l'occasion. Croyez-le bien, pour donner un coup de pied comme ça, il ne faut pas y aller de main morte. Même si son match est loin d'être parfait, même s'il fait encore trop de mauvais choix, ses statistiques gonflent encore. Ses 33 buts et ses 22 passes décisives commencent à en imposer. À retenir également les deux visages d'Adrien Rabiot (omniprésent en première période et nettement moins en vue par la suite) et la prestation agaçante d'Mbappe malgré son but salvateur. Après avoir manqué un but tout fait à la 16e minute, et à force de montrer un individualisme autant désinvolte qu'irritant, celui qui a été une coqueluche devrait se méfier... il pourrait bien finir par être pris en grippe. Comme bien souvent, le cador de la soirée aura été le capitaine Lloris. En s'interposant du pied face à Pasalic (30e), en mettant en échec Kovacic (87e) et Kramaric (90e), le gardien des Bleus a une nouvelle fois tenu la barre et assuré l'essentiel. À noter également la bonne rentrée de Pogba (sa belle ouverture est à l'origine du dernier but Français) ou encore les promesses d'un Mendy de plus en plus à l'aise dans son rôle.

Mais parfois gagner ne suffit pas et la France reste devancée par le Portugal à la différence de buts. Autant dire que le match qui opposera les deux équipes le 14 novembre prochain aura tout l'air d'une finale.

En conclusion, on peut dire que l'équipe de France a encore signé hier soir une victoire qui lui ressemble. Que ses adversaires jouent bien ou mal, qu'elle change de système ou pas (un 4/4/2 en losange hier soir), que ses stars répondent présentes ou non, le résultat est toujours le même. Grâce à la richesse de son effectif, la patte de son entraîneur et à son état d'esprit : rien ne lui est donné mais elle gagne quoiqu'il arrive !

Et ce n'est pas un mince exploit. Car il faut aussi se rendre à l'évidence : que ce soit par les vice-champions du Monde Croates ou par d'autres, l'équipe de France est désormais attendue à chaque tournant ! Autrement dit, parce qu'elle est Championne du Monde en titre, elle est devenue l'équipe à battre. Tout le monde veut sa peau ! C'est déjà beaucoup certes, mais ce n'est pas tout... car, parfois, le danger peut également venir de l'intérieur. Je m'explique. Tant que les Bleus n'avaient pas atteint leur Graal, on peut dire ils étaient portés par le doux rêve de la victoire et par les espoirs qui l'accompagnent. En attendant un peu le miracle, confessons-le, car il ne faut pas oublier que pendant longtemps, l'impossible a été français... Cela leur permettait de se rendre au coup d'envoi le cœur léger, en outsiders, en convoitant le succès des autres puisqu'ils n'avaient rien à perdre. Mais aujourd'hui qu'ils sont au sommet, la donne est changée. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'ils ne pourront faire mieux. En conséquence, l'équipe de France rentre maintenant sur le terrain auréolée de gloire certes, mais également alourdie par le poids de son prestige, par l'énorme attente qu'elle suscite et par le devoir d'excellence qui va avec. Le genre de chose qui, les mauvais soirs, rend les valises un peu plus difficiles à porter car l'ivresse des sommets a ceci de désavantageux qu'elle peut aussi donner le vertige. Et la voici devenue malgré elle comme ces aristocrates qui tremblent de voir s'effondrer leur Empire. Moralité : comme tous les grands vainqueurs, elle a changé de dimension. Avant, elle vivait dans l'espoir, maintenant, elle vit dans la crainte. Celle de la perte d'un trésor qui suscite toutes les convoitises et de son statut. Bien sûr que la victoire et le succès apportent un accomplissement à nul autre pareil, mais le bonheur est une petite chose fragile car il sait qu'il ne dure pas. Et notre équipe nationale, en plus d'affronter des adversaires surmotivés, de toucher du doigt ce paradoxe : le bonheur est indissociable de la peur de sa perte. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 15/10/2020 - 13:29
Black Lives Matter!
Quand on prend la mesure des comportement racistes et négrophobes, dénoncés aussi bien par Lilian Thuram que par Patrice Évra, il serait peut-être temps d'expulser les quatre ou cinq Blancs qui figurent encore dans cette équipe de France qui doit devenir celle des diversités.