En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 12 heures 37 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 14 heures 15 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 17 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 18 heures 3 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 19 heures 10 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 20 heures 15 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 21 heures 8 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 21 heures 32 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 22 heures 11 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 22 heures 35 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 13 heures 9 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 15 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 18 heures 50 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 19 heures 26 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 54 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 21 heures 21 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 22 heures 5 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 22 heures 29 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 22 heures 36 min
© STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP
Angela Merkel Emmanuel Macron Europe plan de relance
© STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP
Angela Merkel Emmanuel Macron Europe plan de relance
Atlantico Business

Le plan de relance européen au bord du fiasco : la négociation de mise au point démarre dans les plus mauvaises conditions

Publié le 12 octobre 2020
Ce plan européen de 750 milliards d’euros décidé en juillet dernier faisait rêver tout le monde. Aujourd’hui, les discussions pour le mettre en place partent dans tous les sens. Résultat : l’Europe aura une fois de plus beaucoup de mal à tenir son calendrier et surtout ses engagements.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce plan européen de 750 milliards d’euros décidé en juillet dernier faisait rêver tout le monde. Aujourd’hui, les discussions pour le mettre en place partent dans tous les sens. Résultat : l’Europe aura une fois de plus beaucoup de mal à tenir son calendrier et surtout ses engagements.

C’était en juillet dernier, le 21 juillet, la première vague de l’épidémie de Covid 19 semblait se retirer doucement du continent européen en laissant des économies en partie ruinées par les procédures de confinement, et surtout par l’angoisse qui avait submergé toutes les opinions publiques et risquait de dévaster toutes les structures économiques, sociales et politiques. Du coup et pour la première fois depuis la crise de 2008, les chefs d’Etat et de gouvernement se sont accordés sur un plan de soutien et de relance exceptionnel et historique, parce que même au lendemain de Lehman Brothers, alors qu’il s’agissait de sauver les banques, l’Europe n’était pas allée aussi loin.

Face au Covid et alors que chaque pays européen avait fait cavalier seul pendant toute la phase d’attaque du virus, une fois le pic de l’épidémie passé, les 27 chefs d’Etat et de gouvernement ont décidé de mobiliser un plan de sauvegarde de 750 milliards d’euros et pour financer cet effort très important, les Etats membres ont décidé de s’endetter en commun. Cette décision est apparue historique à tous ceux qui connaissent bien les mécanismes communautaires et elle l’était, parce que jusqu'alors, on n’avait jamais réussi à émettre des eurobonds. En clair, on n’avait jamais réussi à mutualiser un emprunt.

L’idée était que l’emprunt européen était certes garanti par la puissance économique de tous et de chacun, mais cette mutualisation impliquait aussi qu’on allait redistribuer cet argent non pas en fonction de la capacité de remboursement mais en fonction des besoins. Les plus riches acceptaient de payer pour les plus pauvres.

Cette mutualisation est née sous l’impulsion de la France mais aussi de l’Allemagne. Et c’était très nouveau parce que jusqu’alors, les Allemands mais aussi les Hollandais et quelques autres, exigeaient une rigueur absolue dans la gestion de ses propres affaires. Pour pouvoir bénéficier des fonds européens il fallait être impeccable dans sa propre maison.

En juillet, on a compris que si les Allemands avaient changé d’avis, c’est qu’ils pensaient à juste titre que l’Europe était en difficulté grave mais que l’Allemagne avait besoin pour continuer de se développer, d’une Europe qui tienne debout d’où le changement de cap imprimé par Angela Merkel.

Le problème, c’est que cet accord qui a été signé sous les applaudissements de tous les Européens doit être finalisé pour entrer en application.

Le plan européen devait financer des programmes nationaux sous forme de subventions (400 milliards) et de prêts (390 milliards d’euros).

En gros, chaque pays pouvait compter sur une enveloppe prédéfinie en fonction de sa population et de son PIB avant la pandémie pour les 2/3 du total. Quant au dernier tiers, il dépendait plus directement des dégâts causés par le Covid 19 sur l’économie compte tenu du chômage notamment.

C’est ainsi que, globalement, la France a compris qu’elle allait recevoir 40 milliards d’euros qui seraient inscrits dans le plan de relance global français de 100 milliards, actuellement discuté dans le cadre de la loi de finances au Parlement. Ces 100 milliards (dont les 40 venant de l’Europe) serviront à financer des investissements industriels en faveur de la compétitivité, de la transition énergétique et de la réindustrialisation.

Chacun des pays membres devait faire le même travail et les 27 Etats membres doivent à partir du 15 octobre, c’est à dire cette semaine, présenter leur copie à Bruxelles.

Entre cette semaine et la fin de l’année, l’Europe va donc discuter des plans nationaux, les comparer et les accepter à l’unanimité et c’est très important, pour qu’enfin on puisse actionner le financement mutualisé de la Commission européenne. Il faudra notamment se mettre d’accord à l’unanimité sur le financement par emprunt mutualisé.

Si tout se passe bien, l’Europe pourra dès le 1er janvier, adopter un budget européen tenant compte de ce plan de relance européen.

Si tout se passe bien... Parce qu’avant même le démarrage des discussions du 15 octobre, les choses s’enveniment. Les représentants des 27 vont tenter de s’entendre mais ça n’est pas gagné.

Dès cette semaine, on voit bien que l’unanimité requise est loin d’être atteinte notamment sur l’autorisation qu’il faudra donner à la Commission de s’endetter pour financer le plan.

D’un côté, on sait déjà que l’obligation de respecter les valeurs de l’Etat de droit va poser problème à certains pays.

Par ailleurs, nous avons des pays dit frugaux, les pays du Nord de l’Europe, qui préfèrent attendre d’y voir plus clair avant de se prononcer. Notamment sur les dépenses de chacun. Pas question d’autoriser certains à bénéficier des fonds empruntés par tous, pour dépenser sans améliorer leurs comptes publics.

En fait, la négociation du 15 octobre n’a pas commencé qu’on sait que les 27 membres et les institutions devront au minimum clarifier deux points :

Premier point : la notion d’Etat de droit. La grande majorité des pays membres considèrent que certains pays, la Pologne et la Hongrie pour ne pas les nommer, ne respectent pas les valeurs de la démocratie et surtout le respect de l’Etat de droit. L’UE voudrait trouver un moyen contraignant de les faire plier. Ces pays n’auront donc pas le droit de puiser dans le budget européen sauf à stopper toutes les dérives" illibérales".

Deuxième point : le Parlement souhaiterait, avant de lancer des emprunts européens, que l’Union européenne s’engage à autoriser la collecte de recettes propres. En bref, des impôts européens.

Il est évident que la mutualisation des dettes ouvre la porte à un fédéralisme budgétaire. Et si fédéralisme il y a, on s’orientera lentement mais surement vers un budget autonome avec ses recettes propres. C’est un vœu très ancien formulé par les Européens convaincus, mais dont la presque majorité des Etats membres ne veulent pas entendre parler. Encore aujourd’hui, en dépit de l’euro approuvé par tous, en dépit de la crise qui appelle des mesures exceptionnellement fortes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Nicolas59
- 12/10/2020 - 21:57
Européisme
En résumé on essaye d’enfiler deux affaires douteuses :
Créer un impôt européen soit permettre à une organisation supranationale et peu contrôlée par voie démocratique à imposer directement les citoyens européens .
Imposer les concepts progressistes libéraux opportunément dénommes « Etat de droit » sans préciser de quoi on parles a des pays ou la population n’en veut pas en votant fortement pour leurs dirigeants souverainistes.
On a le droit de rire ( ou de pleurer) sur un tel enfumage dissimulé derrière de la fausse monnaie.
jurgio
- 12/10/2020 - 14:15
L'essentiel aura été ce gros flash d'optimisme
et cela devrait suffire dans ce monde où rien ne démarre comme il faut.
gerint
- 12/10/2020 - 13:08
Ils vont bien réussir à faire semblant de se mettre d'accord
en tirant à hue et à dia mais pour moi ce plan de relance est un piège effectivement pour nous couper les ailes et nous fédéraliser sous la houlette de l'Allemagne et je préfère bouffer de la vache enragée que d'y souscrire. Mais comme nos politiques nous trahissent en vendant à l'envi non entreprises publiques à ceux qui les financent (Suez par exemple), qu'on perd des entreprises comme Alstom dont les turbines équipent nos bateaux et non matériels nucléaires, on va se retrouver à poil, ne rien peser, et on n'aura plus qu'à quémander la nationalité Allemende...