En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 6 heures 32 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 8 heures 49 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 10 heures 22 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 12 heures 4 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 14 heures 26 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 14 heures 47 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 15 heures 11 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 15 heures 34 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 15 heures 51 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 16 heures 12 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 7 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 9 heures 48 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 11 heures 34 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 13 heures 7 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 14 heures 37 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 14 heures 51 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 15 heures 14 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 15 heures 36 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 16 heures 9 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 16 heures 32 min
© ROMEO GACAD / AFP
© ROMEO GACAD / AFP
Alliance

Ces nations asiatiques que la Chine effraie pourraient être un formidable atout pour l’Occident

Publié le 11 octobre 2020
La Chine avance ses pions dans toute l’Asie orientale avec comme objectif son hégémonie totale dans la région quitte à se froisser avec de nombreux pays. L'occident pourrait-il en tirer parti ?
Barthélémy Courmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont est maître de conférences à l’Université catholique de Lille, et directeur de recherche à l’IRIS, où il est en charge du programme Asie-Pacifique. Il dirige la collection Asia Focus à l’IRIS, et a publié de nombreux ouvrages, dont L...
Voir la bio
Emmanuel Lincot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à l’Institut Catholique de Paris, sinologue, Emmanuel Lincot est Chercheur-associé à l’Iris. Son dernier ouvrage, « Chine, une nouvelle puissance culturelle », a été publié chez MkF.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Chine avance ses pions dans toute l’Asie orientale avec comme objectif son hégémonie totale dans la région quitte à se froisser avec de nombreux pays. L'occident pourrait-il en tirer parti ?

Atlantico : La Chine avance ses pions dans toute l’Asie orientale avec comme objectif son hégémonie totale dans la région quitte à se froisser avec de nombreux pays. Les États-Unis, puissance influente dans la région, pensent à forger une coalition à l’image de l’OTAN afin de fédérer les pays opposés aux aspirations hégémoniques de la Chine. Les Occidentaux ont-ils un intérêt particulier à établir une alliance avec les nations asiatique effrayées par la Chine ? 

Barthélémy Courmont : L’hégémon chinois se fonde en Asie, selon les souhaits de Pékin, sur un slogan « gagnant-gagnant » d’ailleurs conforme au principe de l’hégémon qui stipule une acceptation de la puissance du plus fort par les partenaires plus faibles. Cet hégémon se heurte cependant à de vives résistances, conséquence des craintes liées à la montée en puissance chinoise et les intentions de Pékin, et à la nature du régime chinois dans certains cas. Certains pays asiatiques sont ainsi des compétiteurs affirmés de Pékin : le Japon, le Vietnam, l’Inde ou encore dans une certaine mesure l’Indonésie, sans oublier Taïwan. Et dans les pays où les élites politiques se rangent du côté de Pékin, la sinophobie reste très présente dans la société et dispute cet hégémon. 

Les Etats-Unis cherchent depuis plusieurs années à forger des coalitions en Asie, comme on l’a vu sous l’administration Bush avec « l’arc de la liberté et la prospérité » puis sous l’administration Obama avec la stratégie du pivot, l’un et l’autre ayant pour objectif de contenir la puissance chinoise en renforçant les partenariats dans la région. L’administration Trump s’est pour sa part montrée moins habile dans sa relation avec les pays asiatiques, mais le principe reste le même. Les pays ciblés par Washington sont généralement les mêmes, à savoir les alliés traditionnels en Asie du Nord-est (Japon et Corée du Sud, ainsi que Taïwan), les partenaires privilégiés en Asie du Sud-est (Philippines et Singapour), et des pays qui manifestent des réserves contre la Chine (Vietnam et Inde). Les intentions américaines ne furent cependant pas toujours accompagnées de succès, et les pays asiatiques sont par ailleurs trop différents pour que le principe d’une coalition s’impose. Une alliance de type OTAN est une perspective encore plus difficile à atteindre. On peut par conséquent comprendre les intentions américaines d’une administration à l’autre, mais il n’y a pas en Asie de logique de blocs, les pays de la région étant parfois inquiets face à la Chine, mais n’en demeurent pas moins des partenaires étroits de Pékin.

Emmanuel Lincot : Ce type d'association a déjà existé avec l'OTASE, pendant la guerre froide. Et la Corée du Nord a permis dès 1950, et pour la première fois depuis la fin de la seconde guerre mondiale, pour Washington et sous l'égide de l'ONU, de créer une coalition (avec la participation de la France, de la Turquie...) contre les communistes. Je ne suis pas sûr qu'une organisation aussi complexe que l'OTAN soit des plus pertinentes. Elle le serait si l'ensemble des pays membres étaient des démocraties. Ce n'est déjà plus le cas dans l'espace européen, et nous le voyons en Méditerranée ou dans le Caucase avec la Turquie dont les écarts minent la cohésion de l'OTAN. La disparité des régimes politiques en Asie du Sud-Est compliquerait la pérennité d'une telle organisation. En revanche, il me paraît important d'y créer des bases pour l'Union Européenne comme nous l'avions fait à Abu Dhabi pour la France. Et pourquoi pas à Singapour pour contrôler les agissements de la Chine à l'est comme à l'ouest de Malacca. 

La création d’une alliance est-elle la solution pour ralentir la Chine dans ses aspirations hégémoniques en Asie ? 

Barthélémy Courmont : Non, car c’est quasiment impossible. Tant que Washington restera sur un schéma de type Guerre froide et privilégiera un binarisme dans sa relation avec Pékin, les déconvenues s’accumuleront. On la vu avec la décision de Donald Trump de se retirer du TPP, dans l’espoir de le renégocier. La réponse des pays membres, le Japon en tête (pourtant un allié solide de Washington), fut de faire revivre le traité, mais sans les Etats-Unis. Il ne faut pas sous-estimer le savoir faire des pays asiatiques, qui ne veulent pas accompagner de manière passive le leadership chinois et valider son hégémon, mais ne veulent pas non plus être des compétiteurs de Pékin. On observe donc une tendance à se servir des Etats-Unis, ce qui au passage témoigne de la perte très sensible de l’influence américaine sur ce continent.

Emmanuel Lincot : Non, encore une fois. Les disparités entre les pays de la région sont trop grandes ainsi que leur versatilité tant vis-à-vis de la Chine que des Américains. En revanche, l'Union Européenne et les grands pays qui la composent ont tout intérêt à renouer avec leurs anciennes colonies non dans un esprit néo-colonialiste mais bien dans le domaine du développement ou de la coopération économique. Or, nous ne le faisons pas assez. Je pense à la France vis-à-vis du Vietnam, aux Pays-Bas vis-à-vis de l'Indonésie ou encore des Britanniques vis-à-vis du monde indien. Sans compter l'espace océanien ou polynésien où la France conserve des intérêts majeurs. Mais cela nécessite une politique beaucoup plus pragmatique. Il existe dans la politique étrangère française dans la région Asie-Pacifique beaucoup trop d'angles morts. Voyez Taïwan que nous ignorons pour des raisons essentiellement idéologiques alors qu'il s'agit de l'une des dix premières puissances économiques de l'Asie orientale.

Si une alliance se forme, sera-t-elle sur le même modèle que l’OTAN ? 

Barthélémy Courmont : Les alliances de type OTAN, articulées autour de l’identification d’une menace commune et une sécurité collective pour y répondre, ne sont plus adaptées aux équilibres contemporains. L’exemple de la Corée du Sud est ici éclairant. Ce pays est un allié stratégique de Washington depuis toujours, mais on voit bien aujourd’hui que Séoul soigne sa relation avec Pékin, et est en désaccord total avec les États-Unis sur la question de la rivalité avec la Chine. Même le Japon, pourtant particulièrement inquiet des avancées chinoises, n’ira jamais jusqu’à un rapport de force. En Asie du Sud est, c’est encore plus net, avec Singapour qui est à la fois proche de Washington et de Pékin, les Philippines de Duterte qui ont orchestré un rapprochement notable avec la Chine, et des partenaires traditionnels de Washington comme la Thaïlande qui tombe chaque jour un peu plus dans le « camp » chinois. Reste l’Inde, dont la rivalité avec la Chine justifie à elle-seule la stratégie d’Indopacifique que les Etats-Unis et quelques pays, dont la France, se revendiquent aujourd’hui. Mais l’Inde est aussi dans l’organisation de cooperation de Shanghai (OCS), ironiquement présentée à début des années 2000 comme l’alter ego, et le rival potentiel, de l’OTAN...

Emmanuel Lincot : Non plus et c'est tant mieux car l'OTAN est un Gulliver aux pieds d'argile que l'on aurait dû dissoudre dès l'effondrement de l'URSS. Le maintien de l'OTAN et l'agressivité des Américains à l'encontre de Moscou en y intégrant la Pologne par exemple et sans avoir compris  / admis que la victoire contre les communistes avait été aussi et avant tout celle du peuple russe expliquent le phénomène Poutine. Or, ce sont les Européens qui sont directement affectés par cette radicalité russe. Nous avons fait le jeu des Américains et de Poutine. Et partant, nous avons précipité la Russie dans les bras de la Chine. Bref, le maintien de l'OTAN nous a fait manquer, à nous ouest-Européens, le rendez-vous historique que nous aurions pu avoir avec la Russie. Ne répétons pas cette même erreur en Asie. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 11/10/2020 - 12:07
Aux dernières nouvelles
la dernière guerre mondiale fut causée par l'agression de l'Allemagne nazie pays européen alliée avec le Japon ( axe Rome, Berlin,Tokio ) .Qu'en penser ?
cloette
- 11/10/2020 - 11:58
Ce n'est donc
plus Moscou mais Pékin , "l'ennemi" ? L'essentiel est qu'il y ait un "ennemi " ....