En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

04.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 23 min 32 sec
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 32 min 54 sec
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 53 min 12 sec
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 14 heures 15 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 14 heures 49 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 15 heures 46 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 18 heures 2 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 20 heures 17 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 21 heures 17 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 26 min 44 sec
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 51 min 33 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 1 heure 1 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 10 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 14 heures 34 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 15 heures 17 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 16 heures 49 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 19 heures 42 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 21 heures 2 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 21 heures 26 min
© THIERRY CHESNOT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
© THIERRY CHESNOT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Bonnes feuilles

La faiblesse du politique : l’emprise et le poids de la technostructrure

Publié le 11 octobre 2020
Chloé Morin publie "Les inamovibles de la République" aux éditions de l’Aube et en partenariat avec la Fondation Jean Jaurès. La crise du COVID-19 a joué un rôle de révélateur sur l’extraordinaire inefficacité et l’inadaptation aux enjeux actuels de notre administration, sur fond de déconnexion et de déresponsabilisation de la haute fonction publique. Extrait 2/2.
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin publie "Les inamovibles de la République" aux éditions de l’Aube et en partenariat avec la Fondation Jean Jaurès. La crise du COVID-19 a joué un rôle de révélateur sur l’extraordinaire inefficacité et l’inadaptation aux enjeux actuels de notre administration, sur fond de déconnexion et de déresponsabilisation de la haute fonction publique. Extrait 2/2.

Vous ne les connaissez pas. Pour paraphraser François Hollande évoquant dans son fameux discours du Bourget le monde de la finance, c’est un adversaire qui n’a «pas de visage […], et pourtant [qui] gouverne ». Ils sont inamovibles. Leur indépendance peut être rassurante – on l’a déjà évoqué –, salutaire, même, mais elle peut aussi se muer en déni de démocratie. Il faut vivre cela pour en éprouver la violence, d’autant plus désespérante que personne, jusqu’ici, n’a réussi à s’attaquer au problème.

Imaginez donc : l’élection présidentielle a eu lieu. Une majorité de Français vient d’apporter son soutien à l’un des candidats – qu’il s’agisse d’un vote franc, d’une stratégie de barrage à son concurrent ou d’un suffrage réservé, pour voir. Celui-ci constitue alors son équipe, investit les palais, nomme ses ministres qui eux-mêmes choisissent des conseillers. Tous sont investis d’un projet, d’une mission au service des citoyens. Tous sont encore portés par l’enthousiasme de la campagne, la perspective des changements promis aux électeurs. Et là, très vite, c’est la douche froide. Dès les premières réunions, alors que chacun prend ses marques, découvre les rouages de l’État et les administrations dont il assure désormais la tutelle, un malaise s’installe. Ce malaise ne cessera de grandir à mesure que le temps passera et que le terme du mandat présidentiel approchera.

Car, dans les yeux des hauts fonctionnaires qui viennent prendre leurs consignes avec des airs faussement dociles; dans leurs sourires en coin; dans leurs « oui, bien sûr » qui sonnent comme des « cause toujours » ; dans le refus de certains de quitter leur bureau pour se déplacer au ministère – « venez me voir à mon bureau», s’est vu répondre par une directrice d’administration centrale un conseiller de mes amis, alors tout juste nommé à son poste ; dans l’usage immodéré d’un vocabulaire complexe et inaccessible au commun des mortels; dans les difficultés mesquines qu’ils font pour donner accès à des informations essentielles; dans les premières « fuites » de projets dans la presse, savamment orchestrées pour effrayer l’opinion; dans toutes ces choses et bien d’autres, vous voyez un signal. Vous entendez une phrase, insistante, implacable. Un vrai scandale démocratique. Une humiliation infligée à chaque citoyenne et chaque citoyen qui a voté pour vous, et dont avec vos conseillers vous portez désormais la volonté : «Vous êtes de passage, moi, je resterai. »

C’est un ministre du gouvernement d’Édouard Philippe qui parle, cité par Libération en décembre 2018:

On fait tous le même constat: l’administration n’est pas à la hauteur. Quand on prépare une réforme, c’est rarement d’elle que viennent les idées fraîches. Et quand on veut l’appliquer, on nous explique d’abord qu’il ne faut toucher à rien.

La technostructure « est toujours là pour nous dire que rien n’est possible », ajoute un autre ministre, considérant que cela pose un sérieux «problème démocratique » : «On donne un ordre et six mois après rien n’a bougé ou on a lancé une étude à la place. Au fond, ils considèrent que les ministres, ça va, ça vient. Et que le vrai pouvoir, c’est eux. »

La situation dont ces ministres témoignent n’est pas nouvelle, loin de là. Souvenons-nous des coups de griffe qu’un Nicolas Sarkozy encore tout feu tout flamme, n’ayant pas encore renoncé totalement à la « rupture », asséna aux corps constitués. Lors de ses vœux auxdits corps constitués et aux fonctionnaires, devant la fine fleur du Conseil constitutionnel et du Conseil d’État, il avait en janvier 2008 établi un constat sévère : «C’est un grand mystère […] de constater que l’inefficacité de l’État et l’épuisement des agents publics n’ont cessé de croître au cours des années récentes à mesure que les effectifs de la fonction publique et les moyens de l’administration augmentaient », dit-il avant de reprendre son credo de campagne, selon lequel il fallait moins de fonctionnaires, mais mieux payés.

Déjà, pendant sa campagne électorale de 2007, il avait prévenu. Au sujet des principaux directeurs d’administration centrale, il confiait à ses collaborateurs: « Je vais les dénommer puis les renommer en bloc pour qu’ils sachent de qui ils tirent leur légitimité et pour qu’ils comprennent qu’ils doivent mettre en œuvre toutes les décisions du gouvernement. » Mais il avait très vite temporisé, craignant de brouiller son message d’«ouverture» à gauche.

Emmanuelle Mignon, sa directrice de cabinet, promettait alors: «À mi-quinquennat, quand nous aurons restructuré l’administration, on pourra mettre en œuvre cette idée. » En attendant, il mena pendant des mois une lutte sans merci contre une partie de la haute fonction publique. L’un de ses principaux collaborateurs expliquait ainsi: «Vous ne pouvez pas imaginer combien nous avons évité d’erreurs depuis notre arrivée à l’Élysée, en allant chercher directement l’information dans les administrations », donc en contournant les directeurs réfractaires. Sarkozy avait également manifesté son impatience en procédant à des nominations de directeurs d’établissements publics ou d’ambassadeurs en dehors du cursus honorum classique.

Mais il fut vite rattrapé par les accusations de népotisme – en raison de la tentative de nomination de son fils, alors étudiant en droit, à la tête de l’Établissement public pour l’aménagement de la région de la Défense (Epad) – et paralysé par l’étiquette de «président des riches » que lui colla son opposition. Et les hauts fonctionnaires, à force d’inertie et d’habiles manœuvres en coulisses, finirent par avoir raison des velléités présidentielles. Ils réussirent même à surfer sur l’antisarkozysme de plus en plus virulent de l’opinion pour ranger les citoyens dans leur camp, au fil des nombreux bras de fer qui émaillèrent le quinquennat. Il n’y eut donc jamais de mise au pas générale des directeurs d’administration centrale – si bien qu’à son retour en politique, lors de la primaire de la droite en 2016, Nicolas Sarkozy promit de mettre en œuvre, cette fois-ci, un véritable spoil system.

Je ne connais pas un poids lourd politique, ex-ministre ou simple député, qui n’ait pas d’anecdote sur cette confiscation du pouvoir à bas bruit par la haute administration. À l’image de cette héritière de François Mitterrand qui a connu toutes les administrations depuis le premier président socialiste et a exercé de très hautes responsabilités. Il s’agit d’une ex-ministre dont chacun, ami ou ennemi, reconnaît la poigne et le courage. Elle avait coutume de dire à ses conseillers qu’il ne fallait pas s’attaquer frontalement à la haute administration car on ne gagnait jamais. Jusqu’ici, hélas, l’histoire lui a donné raison. Il faut contourner, ruser, endormir, cajoler… Jamais le rapport de force frontal, assumé, celui que Sarkozy puis Macron tentèrent d’instaurer, n’a fonctionné au profit du politique. Donc, du peuple qu’il représente.

Comme la plupart des Français tiennent les politiques pour des sangsues incompétentes, ils pourraient ne pas voir le moindre scandale dans leur mise en échec par l’administration. Qui sait combien d’erreurs, de bourdes, de décisions politiques nuisibles l’administration nous épargne ? Il y en a forcément. C’est même certain.

Et puis l’on pourrait cyniquement se dire que, la probabilité d’une accession au pouvoir du Rassemblement national augmentant chaque jour, il pourrait être bon d’avoir des alliés dans la place le moment venu, pour freiner les velléités autoritaires. Mais, outre que l’on peut toujours douter de ce dernier point – combien de hauts fonctionnaires ont validé, servi, soutenu Vichy ? –, il y a quelque chose de profondément choquant à considérer que, par principe, ceux qui devraient servir la volonté du peuple, dont les représentants élus sont l’incarnation, seraient là pour entraver cette même volonté.

A lire aussi : Comment les administrations prennent le pas sur le pouvoir politique

Extrait du livre de Chloé Morin, "Les inamovibles de la République", publié aux éditions de l’Aube et en partenariat avec la Fondation Jean Jaurès

Lien vers la boutique : ICI er ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 11/10/2020 - 16:32
Clichés
Attention aux idées fausses. Dans la réalité ce sont bien les politiques à travers les cabinets qui décident et fixent les orientations.
La résistance des hauts fonctionnaires n'est que l'alibi commode des mauvais politiques dont les capacités, énergie, travail et connaissances sont faiblardes.
Les grands politiques qui ont une vision claire et sont bien entourés se font obéir.
Loupdessteppes
- 11/10/2020 - 15:57
La faiblesse du politique : les remèdes
Pour Hollande c'est vite vu : régime sec et 50 pompes le matin ! Pour les autres : lobotomisation de la partie du cerveau corrompue par l'ENA.
assougoudrel
- 11/10/2020 - 11:35
La faiblesse du politique et aussi
des Journalistes et même de l'auteur(e) de l'article qui n'a pas le courage de mettre Macron sur la photo au lieu de l'hippopotame nain Hollande et d'un autre ancien président de la République.