En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

02.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

03.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

06.

Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans

07.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 2 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 7 heures 3 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 7 heures 46 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 9 heures 17 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 12 heures 11 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 13 heures 31 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 13 heures 54 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 14 heures 32 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 15 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 15 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 6 heures 44 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 7 heures 18 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 8 heures 15 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 10 heures 31 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 12 heures 46 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 13 heures 46 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 14 heures 56 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 16 heures 33 min
© Reuters
banques zone euro menace
© Reuters
banques zone euro menace
Menace

Banques et agences bancaires : chronique d’un carnage annoncé

Publié le 09 octobre 2020
Face à la crise et suite aux injonctions de la BCE, les concentrations de banques se multiplient. Jean-Paul Betbeze revient sur ce phénomène et sur cette situation inquiétante pour le système bancaire.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à la crise et suite aux injonctions de la BCE, les concentrations de banques se multiplient. Jean-Paul Betbeze revient sur ce phénomène et sur cette situation inquiétante pour le système bancaire.

Qui veut la mort des banques et des réseaux d'agences ? 

Ils sont nombreux : la concurrence, les nouvelles technologies et les Fintech, la faible croissance, la très faible inflation, les règles et les exigences de fonds propres, plus… la Banque Centrale Européenne ! Les bourses sont au courant : la Société Générale cote 12 euros contre 31 en début d’année, ce qui conduit son Président à dire « la valorisation actuelle de SocGen n’a aucun sens ». De son côté, la BNP est à 33 contre 54, CASA à 7,6 contre 13 et Natixis à 2,1 euros contre 4. Au mieux, la bourse valorise un euro bancaire à un demi-euro : 50% de dépréciation !

Mais ce n’est pas une surprise : voilà des années que les banques entendent, de la bouche même de la BCE, qu’elles sont trop nombreuses, pas assez rentables, trop fragiles et pas assez grandes, ceci devant expliquer cela. Voilà même quelques mois, le Gouverneur de la Banque de France expliquait qu’il souhaitait de grandes banques paneuropéennes. On comprenait l’idée : il fallait des banques plus grandes d’abord, qui répartissent leurs crédits et donc leurs risques dans plusieurs pays de la zone ensuite et qui poussent les autres enfin. Avec le COVID-19, les choses ne s’améliorent pas, même si les aides aux banques continuent, de la part de la BCE. C’est aider, pour aider à concentrer. Andre Enria, le superviseur en chef à la BCE, leur a ainsi demandé de se renforcer, de repousser leurs dividendes, de mener une étude sur leurs portefeuilles de crédits, d’optimiser, leurs structures – avec les coûts que ceci implique, de se défaire de leurs crédits « compromis » - avec les pertes que ceci occasionne, et de se préparer à des regroupements. On aura compris qu’il ne faut pas attendre de lui une quelconque douceur  liée à la dureté de la conjoncture : elle n’aura lieu qu’en cas de mariage ! Ajoutons ici l’intérêt des « badwills », quand une banque en achète une autre moins cher que sa valeur nette : c’est un « profit ».Un « profit » qui compense en partie les coûts de l’opération, en bonne partie quand Intesa rachète Unibanca dit-on, ce qui montre aussi le délabrement du secteur.

Evidemment, les banques voient le danger s'approcher depuis des années. Alors elles se réunissent et se regroupent surtout les petites et moyennes, pays par pays. Ainsi, en Italie, pays aux nombreuses banques médiévales avec leurs « crédits non performants » bien connus et encore loin d’être apurés. Ce sont Intesa et Unicredit qui aident à structurer le secteur, sans réaction politique hostile, Crédit Agricole préférant y tisser sa toile avec des achats de petite taille. En Espagne, après le mariage de Caixa et de Bankia, voici le rapprochement entre Unicaja et  Liberbank.  Ceci sans compter les bruits sur Commerzbank et Deutsche Bank, mais sans compter surtout les banques coopératives et les caisses d’épargne, très nombreuses et souvent opaques de l’Allemagne, et souvent très peu productives.

La question, en France, est celle des concentrations entre les grandes banques, au moment même où le réseau HSBC est en vente. Ce qui parait assuré, c’est que les réseaux vont continuer à se réduire, les agences n’étant pas visitées par les jeunes : il y aura des fermetures entières ou partielles, en fonction des horaires. En même temps, les DAB vont se réduire, l’utilisation des chèques continuer à diminuer et celle des billets baisser encore, attaquée en plus par le virus. Bref la logistique de l’industrie bancaire est en question : les banques ne gagnent pas leur vie avec les comptes et avec les crédits (1,15% pour les crédits d’équipement aux entreprises, à 8 ans et à taux fixe pour 84% et 1,3% à l’immobilier). Leur solution est le conseil et les produits sophistiqués pour les entreprises et la gestion de l’épargne pour les particuliers. Mais, là aussi, les frais se heurtent aux faibles rendements des obligations (pour être poli) et aux performances boursières (pour l’être plus encore). Donc : la taille, et l’on voit ce que donne le poids mondial d’Amundi, modèle à suivre. La concentration des fabricants de produits financiers va se poursuivre, produits qui seront ensuite vendus dans les divers réseaux : c’est la forme rampante de la concentration : quelques producteurs mondiaux, des réseaux de pure distribution.

Et c’est alors qu’arrive le crypto-euro, dans votre téléphone ! C’est une monnaie électronique, lancée par la Banque Centrale Européenne, et qui va s’y loger ! La BCE vient d’annoncer qu’elle y pensait beaucoup et la Banque de France, avant le COVID-19, voulait lancer un test fin 2020. Le crypto-euro n’est ni un billet ni un compte en banque. Ce sont des lignes dans une application (sécurisée) de votre portable. Ainsi, sans compte bancaire, nous pourrons bientôt avoir un compte en crypto-euro, pour gérer notre épargne (plus tard) et, dans un an, pour acheter et vendre, dans les commerces notamment. Ce sera immédiat, quasi-gratuit et très sûr, puisque géré par une instance dépendante de la Banque Centrale ! Il ne fallait plus que cela !

En fait, la BCE est à la manœuvre : elle veut que les taux baissent, pour faire repartir la machine par l’endettement des entreprises et des particuliers. Elle veut que les ménages épargnent moins et achètent plus de titres, pour financer les entreprises, surtout les PME et les TPE. Cet argent électronique pourra le faire tout de suite, en achetant par 100 ou 200 euros (par exemple) des « titres » qui les financeront, répartis ensuite par des experts, avec des promesses de rendement qui dépasseront les bons du Trésor : -0,2% ! Et si la déflation menace, comme il n’y aura bientôt plus de billets, la rémunération des comptes courants sera négative ! Libre aux clients d’avoir des comptes bancaires, qui devront s’ajuster, avec des taux négatifs aussi !

Horreur bien sûr ! Mais le crypto-euro est à la porte, arme secrète de la reprise économique pour la BCE, et les portes des agences seront bien moins nombreuses dans les quelques grosses banques paneuropéennes qui subsisteront. Mais nous aurons nos comptes dans notre téléphone !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 11/10/2020 - 14:32
l'auteur dit tout dans le premier paragraphe
une banque européenne (en général) vaut à peine 50% de son actif net et personne n'en veut.
Avec son cash (200 milliards usd) Apple pourrait se payer l'ensemble du secteur bancaire européen y compris l'ex poids lourd HSB.... mais bien sûr Apple ne les achètera pas. Pourquoi faire?

Les tx négatifs tuent la profession dont effectivement le niveau moyen de ses employés ne fait que baisser. (hors certains créneaux)
Fuite en avant de la BCE.
Tout cela va mal finir.L'histoire est implacable. (pas nécessairement tout de suite)
patafanari
- 10/10/2020 - 20:14
Tout n'est pas si noir( pour le client aigri)
J'attends avec impatience que mon "conseiller ", recasé ( le pistonné!)dans le service marketing, me téléphoner depuis son "call center", après avoir appris l'accent qui convient et s'être vu attribuer un pseudo "vendeur" pour me proposer les mêmes produits pourris.
Nicolas59
- 10/10/2020 - 08:36
Bla Bla
Tout ce fatras technico journalistique pour conclure que l’inflation pharaonique de monnaie créé par la BCE pour sauver le popotin
de l'oligarchie progressiste qui gouverne sera payée par la peau des salariés et des clients particuliers à l’aide de pole emploi pour les uns et de taux négatifs pour les autres sur leurs comptes. (outre les frais déjà existants) .
Un joli ramassis de truands en col blanc qui se remplissent les poches malhonnêtement et font payer la casse par les autres.
Aller chercher les multiples milliards qui voyagent librement grâce aux célèbres (Tax Ruling ) qui autorise des détournements fiscaux massifs n’est pas une option semble t’il.
Implanter une spoliation légale et immorale en est une !