En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 13 min 27 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 35 min 39 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 10 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 21 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 15 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 54 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 42 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 48 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 min 27 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 58 min 56 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 24 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 47 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 20 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 28 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 4 min
© MIGUEL RIOPA / AFP
Emmanuelle Charpentier prix Nobel de chimie
© MIGUEL RIOPA / AFP
Emmanuelle Charpentier prix Nobel de chimie
France, terre d’impuissance

Prix Nobel de chimie : Emmanuelle Charpentier, l’arbre qui cache le désert français...

Publié le 08 octobre 2020
Le prix Nobel de chimie 2020 a été attribué ce mercredi 7 octobre à la Française Emmanuelle Charpentier et à l’Américaine Jennifer Doudna. Ces deux généticiennes ont mis au point des "ciseaux moléculaires". Cette attribution du prix Nobel de chimie suscite néanmoins des interrogations sur le niveau de la recherche en France.
Yves Roucaute
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute est philosophe, épistémologue et logicien. Professeur des universités, agrégé de philosophie et de sciences politiques, docteur d’État en science politique, docteur en philosophie (épistémologie), conférencier pour de grands groupes sur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le prix Nobel de chimie 2020 a été attribué ce mercredi 7 octobre à la Française Emmanuelle Charpentier et à l’Américaine Jennifer Doudna. Ces deux généticiennes ont mis au point des "ciseaux moléculaires". Cette attribution du prix Nobel de chimie suscite néanmoins des interrogations sur le niveau de la recherche en France.

La France vient de recevoir un Prix Nobel de chimie me dit-on. Diantre, « la France » dîtes-vous ? Difficile, je le crains, pour la patrie du coq de chanter d’une ardeur vaillante un cocorico aussi sonore. Chacun peut certes voir une merveilleuse scientifique de nationalité française, Emmanuelle Charpentier célébrée avec sa compère, l’américaine Jennifer Doudna, par une communauté scientifique enthousiaste, avec ce Nobel de chimie, mais où est la France ? Pour avoir écrit Le Bel Avenir de l’Humanité où j’encensais déjà leurs travaux, bravo à ce jury ébloui à son tour devant leur fantastique découverte qui bouleverse totalement notre relation au vivant et annonce un tournant décisif dans la lutte contre les cancers, les maladies génétiques et virales, le vieillissement cellulaire et peut-être la mort même, via l’utilisation de leurs fameux “ciseaux moléculaires”, appelés d’un nom apparemment barbare CRISPR-Cas9, qui permettent d’éditer, de couper, de réparer, d’améliorer même bientôt les gênes. Mais, comme Diogène sorti de son tonneau, j’allume ma lanterne et je cherche en vain la France.

Certes, Emmanuelle Charpentier est bien de nationalité française et elle a étudié en France. Elle a même commencé à travailler à l’Institut Pasteur. Indéniablement, la France a donc nourri sa culture et son imagination créatrice au départ. Hélas ! dès son doctorat soutenu, à 28 ans, comme des milliers de Français créatifs l’avaient déjà fait avant elle, elle doit partir, en 1996 aux USA pour satisfaire sa vocation. Destination : New York. Ainsi commence-telle ses études postdoctorales dans un environnement stimulant où la reconnaissance et la valorisation de soi est la compagne des investissements dans la recherche. Et si après 6 ans dans le bain US, elle retourne en Europe comme Professeur d’université associé, c’est à Vienne et non à Paris, qu’elle débarque. L’Europe d’accord, mais pas n’importe quelle Europe, seulement celle qui donne au savoir et à ceux qui le portent une reconnaissance plus importante qu’aux bateleurs des médias. Et puis elle aspirée par l’Allemagne, et devient Professeur, à Hanovre puis à Berlin, dans le célèbre Institut Max Planck. 

« Professeur docteur » ? Oui, pardon, je sais cela fait tout drôle mais dans ces pays, comme en Chine, au Japon ou aux États--Unis, cela vaut respect, estime et son pesant d’or au lieu du coup du mépris si largement répandu en France où on délivre du « madame ou monsieur » aux Professeurs d’université, préférant garder son estime des titres pour les énarques, les policiers et les footballeurs qui utilisent leur tête pour frapper dans un ballon. Emmanuelle Charpentier conduit donc en Allemagne ses recherches sur les « ciseaux » en partenariat avec Jennifer Doudna, de l’université Berkeley de Californie... Oui, je sais, voilà encore un truc étonnant dans l’ambiance française actuelle : ces recherches sont un effet de la mondialisation qui a si mauvaise presse, la mondialisation des savoirs. Et il y a pire : aux États-Unis et en Allemagne les deux formidables compères doivent leur succès à la possibilité tout à fait politiquement incorrecte de créer des entreprises à partir de leurs recherche grâce à des fonds privés tout en restant à l’université. Incroyable ! Des fonds privés qui viennent en masse dans une entreprise privée pour soutenir la recherche et l’idée que des profits pourraient en être issus en cas de succès.

On pourrait donc s’étonner de ce que Emmanuelle Charpentier soit Grand Officier de l’Ordre du Mérite... mais rassurez-vous, c’est l’Ordre du Mérite de la République fédérale d’Allemagne... il n’y a pas d’erreur... Elle est aussi docteur Honoris Causa de Louvain, d’Umea, de Leuven, de l’École Polytechnique de Lausanne… En France ? Non, pas assez méritante. Elle a aussi reçu une vingtaine de prix, Janssen pour la Recherche biomédicale, Prix Tang, Prix Göran Guftassson pour la biologie moléculaire, Médaille Wilhelm Exner, Prix Gabbay, Médaille Carus, Prix Princesse des Asturies, Prix Göran Guftassson pour la biologie molcéulaire, Prix Louis-Jeantet (Suisse), Prix Gruber pour la Gééntique, Breakthrough Prize, Prix Massry, prix scientifique de Basse-Saxe, Ernst-Jung Prieze, Prix gottfried-Wilhelm-Leibnitz (si cher à mon cœur), Prix japonais, Prix Harvey, Prix wolf de médecine… j’en passe… En France ? Pas vu, pas pris…

Le temps est peut-être venu pour la France d’entrer de plein pied dans le monde contemporain. Car, hors les fantasmes populistes et nationalistes, la France c’est seulement 4,2% des biotechnologies dans le monde et 0,9% de leur capitalisation mondiale. À la 13ème place ! Avec tous ceux qui aiment la France vraiment, et non avec ces démagogues qui feignent de l’aimer, espérons que la France, incapable d’assurer un rôle majeur dans les biotechnologies, les nanotechnologies, l’Intelligence artificielle, la robotique, les ordinateurs quantiques, les moteurs de recherche, les réseaux sociaux... alors qu’elle a initié tant de chercheurs qui ont abouti... aux États-Unis, en Allemagne ou en Suisse, retrouve le chemin de la raison. 

Au lieu de voir certains de ses plus brillants enfants trouver celui des cafés de San Francisco où j’ai pu constater que l’on parlait plus français, et souvent mieux, que dans certains quartiers de nos périphéries, espérons que ce prix Nobel réveille notre pays trop endormi. Un pays si bureaucratique qu’il freine les énergies, alourdit les entreprises innovantes et est incapable de donner les conditions aux investissements massifs de se porter vers les nouvelles technologies. Un pays gangréné par les idéologues de l’EELV, ennemis du progrés et idolâtres de la planète, par ceux du RN, fossoyeurs de la puissance avec leur refus de l'ouverture mondialisée, sans même évoquer ces faiseurs de pessimisme et de défaitisme qui pullulent dans cette basse-cour médiatique où penser est confondu avec pérorer, et qui ânonnent des versets anti musulmans dans la confusion orchestrée de l’islam et de cet islamisme qui, seul, viole les valeurs de la nation civique construite depuis plus de mille ans.

Sinon, faute de continuer à saisir que puissance rime avec science et croissance, comme le rappelle l’Allemagne par l’Institut Max Planck, la France deviendra une province reculée et arriérée des États-Unis, un pâle souvenir dans la mémoire, un lieu néanmoins charmant et pittoresque où, comme à Délos, en Grèce, le voyageur pourra se balader au milieu des vestiges d’une splendeur passée...

 

Yves Roucaut est Philosophe, auteur de « Le Bel Avenir de l’Humanité » (Calmann-Lévy) et de « L’Homo creator face à une Planète Impitoyable » (Contemporary Bookstore).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 09/10/2020 - 19:30
La distribution des prix
On ne peut oublier que c'est le fric qui est le nerf de la recherche actuelle. La France n'est pas encore sans chercheurs, elle n'a pas le fric nécessaire pour faire mieux. Le génie véritable serait de trouver sans argent.
ajm
- 08/10/2020 - 10:59
Mondialisation et mondialisation.
Il y a mondialisation et mondialisation. Des pays comme les USA, la Suisse et d'autres accueillent des scientifiques et des entrepreneurs en priorité, nous on est spécialisés dans l'accueil des " mineurs " délinquants" et des familles nombreuses du tiers monde, de préférence issues de régions dont la population crache sur notre pays. Par ailleurs, nous avons du mal à garder des scientifiques , ingénieurs, médecins ou artisans d'exception car culturellement nous préférons privilégier le médiocre ou le moyen sur le très bon , le bureaucrate producteur de papier sur l'opérationnel, le manager qui brasse du vent et les " politiques" un peu partout, pas seulement au sein de l'état. En même temps, je trouve que l'article ne prend pas en compte certains efforts qui ont été fait au sein de l'université, du système hospitalier ( partenariat avec le privé, start-up..) de la finance etc malgré le pesanteur idéologique de ce pays. Pour ce qui est de l'islam dans le domaine scientifique, à part quelques pakistanais exilés dans les pays anglo-saxons, leur contribution est inexistante. Le petit Israël produit largement plus dans ces domaines que le monde musulman tout entier .
assougoudrel
- 08/10/2020 - 10:17
Nous avons les élites que nous méritons
Et on peut voir comment ils gouvernent le pays et ce, depuis Giscard. Des journalistes, des politiciens professionnels, aussi incompétents les uns que les autres et ceux qui crée, qui sont utiles à la France, sont barrés par ces cons et sont obligés de se barrer. On n'est mal barré; la place se vide de nos cerveaux et ce vide se rempli par des cerveaux lents comme ceux qui nous gouvernent et par des migrants analphabètes de leur langue d'origine et du français, par contre, ils savent compter l'argent braguette.