En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 28 min 38 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 50 min 50 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 25 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 11 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 36 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 31 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 9 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 22 heures 4 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 32 min 38 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 14 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 40 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 2 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 43 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 19 min
© LOIC VENANCE / AFP
télétravail technologie entreprise
© LOIC VENANCE / AFP
télétravail technologie entreprise
Atlantico Business

Alors que le gouvernement veut privilégier le télétravail, beaucoup de patrons sont encore réticents et les salariés ont envie de revenir au bureau

Publié le 08 octobre 2020
41% des dirigeants sont encore réticents au télétravail... Quant aux salariés qui ont « adoré le travail à domicile », certains en ont marre et veulent retrouver le bureau ou alors leurs voisins de bureau.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
41% des dirigeants sont encore réticents au télétravail... Quant aux salariés qui ont « adoré le travail à domicile », certains en ont marre et veulent retrouver le bureau ou alors leurs voisins de bureau.

Les nouvelles réalités du travail risquent de surprendre tous ceux qui nous annonçaient le triomphe du télétravail comme nouvelle forme d’organisation. Pendant le confinement et encore après, le télétravail a provoqué une forme d’euphorie chez les cadres et les employés mais cet enthousiasme est quand même retombé.

Alors que le gouvernement a appelé hier à « intensifier » le télétravail en zone d'alerte maximale, que Elisabeth Borne, la ministre du travail, martèle sur toutes les ondes que ce mode d'organisation doit être privilégié « tant que la situation sanitaire l’exigera » et « autant que possible », cette forme d’organisation a quand même beaucoup moins de succès qu’avant l’été. Il n’y a qu’à voir le taux de remplissage des métros et des RER désormais proche de 90 % aux heures de pointes pour s’apercevoir que la mode est peut-être démodée. 

Et c’est vrai, beaucoup d’enquêtes réalisées ces jours derniers auprès des patrons, des DRH, et des salariés prouvent que l’engouement n’est plus le même. 

Selon une enquête réalisée par Willis Towers Watson, 41 % des employeurs sont réticents au développement du télétravail.  Cette enquête a été réalisée du 7 au 11 septembre 2020 auprès de 106 DRH d’entreprises françaises et révèle que tout le monde se pose des questions sur la possible pérennité du télétravail. Tout le monde : employeurs, salariés, syndicats s’interrogent sur les règles à mettre en place dans ce contexte de crise sanitaire qui se prolonge, et surtout sur l’organisation de modes de travail hybrides dans le futur.

Parmi les principaux enseignements, il ressort que :

• 94% des DRH déclarent que les salariés en télétravail réalisent leurs missions dans de bonnes conditions
• 61% n’ont pas encore ajusté leurs règles en matière de télétravail pour l’avenir
• 41% des dirigeants sont encore réticents sur le développement du télétravail 
• 89% pensent que le télétravail permet un meilleur équilibre vie pro / vie perso.

Pour aller plus loin, on dénote plusieurs points :

1er point : Alors que les salariés avaient déjà largement manifesté leur engouement pour cette pratique, l’étude révèle que les entreprises partagent ce sentiment. En effet, 94% des interrogés ont le sentiment que les salariés en télétravail sont en capacité de réaliser l’ensemble de leurs tâches dans de bonnes conditions, pour des salariés qui étaient pour 75% d’entre eux en télétravail pendant le confinement. Les entreprises ont largement été séduites par le télétravail et ont même changé la perception qu’elles en avaient.  

2e point : Avec une pandémie qui n’en finit pas, la crainte d’une deuxième vague et les nouvelles mesures gouvernementales, la rentrée des entreprises se révèle plus compliquée. Si les 2/3 d’entre elles avaient mis en place des quotas pour limiter le nombre de salariés en présentiel et organiser le retour au bureau en septembre, on remarque qu’aucune tendance générale ne se dégage. 
Chaque entreprise s’organise comme elle le peut – et à cette date, 61% d’entre elles n’ont pas encore ajusté ou transformé leurs règles en matière de télétravail pour l’avenir. Les décisions sont repoussées dans l’attente d’un éclaircissement du paysage sanitaire. 

3e point : on prend cependant du recul par rapport au télétravail. Une très forte majorité a d’ores et déjà décidé de faire évoluer ses pratiques en matière de travail à distance - seules 19% des entreprises n’ont pas prévu de nouvel accord. Et l’été a vu les lignes bouger quant au nombre de jours de télétravail envisagés : plus de la moitié des employeurs (56%) pensent proposer 2 jours de télétravail par semaine, et déjà 20% souhaitent pousser jusqu’à 3 jours ! 

Les entreprises imaginant ne proposer qu’une seule journée par semaine sont devenues minoritaires (21% seulement). 

4e point : Le beau consensus a disparu. Entre les salariés, les managers (qui plébiscitent cette solution à 69%) et les entreprises concernant les bienfaits du travail à distance, l’accord n’est plus parfait. Il est terni par un enthousiasme modéré des leaders : seuls 58% seraient favorables vis-à-vis de ces nouveaux modes de travail, pendant que 41% se montrent réticents.  
Or, la culture de la confiance, préalable indispensable à la réussite de cette révolution culturelle, ne se fera pas sans une adhésion sincère de ces derniers… ni sans associer les salariés à la définition des modalités de ces nouveaux modes de travail. 

D’après les retours d’expérience des derniers mois, le sentiment majoritaire (89%) est que le télétravail favorise l’équilibre vie privée / vie professionnelle pour les salariés. 
Toutefois, plus de la moitié (54%) des DRH interrogés ont tout de même prévu des actions pour favoriser le bien-être de leurs collaborateurs à distance et surtout pour prévenir les risques psychosociaux. 

5e point : Le télétravail va être compliqué à organiser sur le long terme. Il faudra mettre en place des actions pour favoriser la cohésion d’équipe, avec des communications digitales très régulières, des réunions d'équipes en présentiel dans un lieu autre que le bureau pour maintenir le contact et la sensibilisation des managers à ces risques. 

Il faudra aussi équiper les télétravailleurs, veiller à ce qu‘ils soient installés correctement dans leur domicile. 

Si la performance de l’entreprise est liée à la motivation des salariés, la première préoccupation des DRH est de garder des salariés engagés (58%) durant cette période.  Pour près de la moitié d’entre eux (47%), l’accompagnement du changement et la réorganisation du mode de travail reste un défi majeur. 

Enfin, l’étude révèle que deux tiers des employeurs (67%) n’ont pas prévu d’indemniser les salariés pour compenser la non-prise en charge des indemnités déjeuner, l’absence de salles de sport, le remboursement d’une part des abonnements de transports en commun.

Pour Sébastien Biesse Directeur de l’Activité Talent de Willis Towers Watson France.  «, on voit que le chemin à parcourir est encore long. La question étant moins de savoir le nombre de jours à cadrer, que de s’interroger sur la transformation culturelle provoquée, et notamment sur la confiance que les dirigeants et managers ont en leur salariés, et réciproquement ! », 

6e point : le syndrome de la machine a café est de plus en plus fort. Le besoin de convivialité ne s’exprime pas clairement, mais, dans toutes les enquêtes réalisées auprès des salariés, on enregistre une certaine lassitude d’avoir à gérer le partage du temps et de l'espace entre la vie privée et familiale et la vie professionnelle. En bref, le besoin de revoir les voisins de bureau et les voisines, cette envie de sortir de son univers et profiter d’une liberté que donne la vie professionnelle se fait sentir. Les DRH appellent ça le syndrome de la machine à café ou de la pause-café.  

Analyse réalisée, à partir des travaux de  Willis Towers Watson
Willis Towers Watson est l’un des plus grands cabinets de conseil, de courtage et de solutions logicielles au monde qui aide les clients internationaux à faire du risque un vecteur de croissance. Willis Towers Watson, dont les origines remontent à 1828, compte 45 000 collaborateurs dans plus de 140 pays et marchés. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
von straffenberg
- 08/10/2020 - 14:36
pire aller
Le télé travail n est pas une solution ,il permet certes , d 'atténuer les effets du drame que nos enfants traversent , il étouffe un peu la responsabilité gouvernementale et brise les liens sociaux .c'est un pansement dont il faut vite se débarrasser .
assougoudrel
- 08/10/2020 - 10:05
J'ai ma belle-sœur qui travaille à
la Caisse d'Allocation Familiale. Elle fait du télétravail, mais touche ses chèques restaurants; tous ces "petits lus" mis bout à bout finissent par devenir aussi gros qu'une vague scélérate pour le contribuable; des grains de riz remplissent un sac (dicton antillo-guyanais).