En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 3 min 34 sec
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 34 min 42 sec
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 59 min 31 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 1 heure 9 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 10 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 14 heures 42 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 15 heures 25 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 16 heures 57 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 19 heures 50 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 21 heures 10 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 31 min 30 sec
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 40 min 52 sec
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 14 heures 23 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 14 heures 57 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 15 heures 54 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 18 heures 10 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 20 heures 25 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 21 heures 25 min
© Lewis Joly / POOL / AFP
Emmanuel Macron hôpital personnel soignant moyens système de soins
© Lewis Joly / POOL / AFP
Emmanuel Macron hôpital personnel soignant moyens système de soins
Système de santé français

Santé et sécurité sociale : de quoi avons-nous vraiment besoin ? (Spoiler : pas forcément de moyens supplémentaires...)

Publié le 08 octobre 2020
Dans un nouveau rapport, la Cour des comptes appelle à une organisation des soins plus efficace et économe. Lors d'un déplacement à Paris, Emmanuel Macron a été interpellé par des membres du personnel soignant de l'hôpital Rothschild sur les difficultés au quotidien.
Guy-André Pelouze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un nouveau rapport, la Cour des comptes appelle à une organisation des soins plus efficace et économe. Lors d'un déplacement à Paris, Emmanuel Macron a été interpellé par des membres du personnel soignant de l'hôpital Rothschild sur les difficultés au quotidien.

Atlantico.fr : Lors d’un déplacement à l’hôpital Rothschild à Paris, Emmanuel Macron a voulu défendre « l’engagement fort » pris par le gouvernement pour améliorer les conditions de travail des soignants. Pris à partie par le personnel d’un hôpital de Paris, un échange animé a eu lieu dans lequel ces derniers ont signalé une nouvelle fois le manque de moyen. Avons-nous réellement besoin de moyens supplémentaires pour l’hôpital ?

Guy-André Pelouze : Il est assez facile de répondre à la question des moyens en regardant la dépense de soins et la part que représente l’hôpital dans celle-ci.

Chacun peut consulter les statistiques comparatives de l’OCDE; il est manifeste que nous consacrons une part importante du PIB au système de soins et en particulier bien plus que la moyenne des pays de l’OCDE ou de l’UE. Nous consacrons 11,2 % du PIB aux soins et la part des dépenses payées de la poche des Français est très faible, l’essentiel étant financé par des prélèvements obligatoires (Figure N°1).

Figure N°1: Dépense de soins en % du PIB en Europe. Pour la France de haut en bas, la dépense totale, les prélèvements obligatoires, la dépense volontaire et la dépense financée par les ménages en cash. 

L’hôpital public reçoit une part importante de cette dépense. En 2018, les dépenses hospitalières représentent 46,4% des dépenses totales et le secteur public représente 77% de ce montant. Dans ces conditions, demander des moyens supplémentaires pour l’hôpital n’est pas autre chose qu’une revendication syndicale. Elle est légitime, quand on regarde le niveau de pouvoir d’achat des salaires net notamment pour les soignants. Néanmoins, le niveau des salaires doit tenir compte du nombre d’heures, qui est l’un des plus bas d’Europe depuis les trente-cinq heures, de la date de départ à la retraite qui est précoce au sein de l’UE et du fait que l’hôpital emploie de très nombreux salariés dont une partie seulement sont en première ligne c’est à dire occupés aux soins. En son sein, il y a des métiers techniques et des administratifs constituant une part importante de la charge salariale. Dans ces conditions, ces revendications catégorielles sont plutôt à traiter par une meilleure répartition des moyens à l’intérieur de chaque hôpital au lieu d’une augmentation des moyens en général.

Atlantico.fr : Néanmoins, existe-t-il des structures où il y a un vrai manque de moyens ? 

Guy-André Pelouze : On ne peut pas aujourd’hui considérer que c’est une réalité, que cela soit dans le public ou dans le privé. Il y a au contraire une grande quantité de moyens qui sont gaspillés ou utilisés de manière peu efficace dans l’ensemble du système de soins

Cette dépense inutile concerne d’abord l’assurance maladie 

Cette dernière rembourse un grand nombre d’activités qui n’ont rien à voir ou si peu avec les soins comme les indemnités journalières des maladies bénignes, les transports alors que jamais le pays n’a eu autant de moyens privés ou collectifs de transport, les cures thermales et beaucoup d’autres prestations en espèces… Voici un sujet qu’il faut mettre sur la table. Il va falloir choisir entre ce qui est le soin ou ce qui ne l’est pas. Il y a un autre sujet qu’il ne faut pas esquiver. C’est celui de la fraude dont tous les acteurs du soin sont parfaitement conscients et souvent témoins. Pour augmenter les salaires des soignants il faut trouver des ressources. Elles existent il faut d’abord aller les chercher dans la gestion de l’assureur avant de demander de nouveaux prélèvements obligatoires à tous les Français.

Il est évident que l’hôpital est devenu une entreprise de haute technologie  

Cette évolution n’est pas terminée et certains aspects vont être accélérés par la pandémie comme les soins à distance, la flexibilité des lits spécialisés ou d’autres. 

C’est pourquoi pour mener à bien sa  mission il doit se concentrer sur les soins et déléguer tout ce qui est délégable à des entreprises spécialisées comme lui mais dans d’autres domaines, l’informatique ou bien les travaux de maintenance et d’autres sont des exemples. Le temps de l’hôpital hospice puis de l’hôpital refermé sur lui même est révolu. L’hôpital recentré sur le soin, il est manifeste qu’un certain nombre de métiers autrefois utiles contribuent moins voire plus du tout à son fonctionnement.  Les métiers techniques qui représentent une part importante de la masse salariale doivent être évalués et la gestion des ressources humaines complètement repensée.

Pour ce faire il est indispensable d’évoluer du statut d'administration publique vers un statut d’entreprise publique.

Il s’agit d’une société anonyme, dans laquelle l’État, la région, et la ville sont associés et décisionnels c’est à dire détiennent au moins 66% de l’entreprise. Cela permettra d’alléger le poids de l’administration dans la masse salariale de l’hôpital. En effet, l’hôpital dépense plus de 70 % de son budget en salaires.

Une autre piste intéressante serait de transformer en centres d’urgence les hôpitaux qui n’ont pas la taille suffisante pour disposer de toutes les spécialités. 

Une façon d’amoindrir les retards de prises en charge. On sait aujourd’hui, quand on a une affection grave, qu’il vaut mieux être dirigé directement dans un centre qui dispose de toutes les spécialités plutôt que de faire une à deux étapes dans des établissements où les moyens limitent la prise en charge. Il y a des petits hôpitaux qui sont encore en fonctionnement en France et qui doivent être reconvertis. Le slogan de la proximité est un piège pour les non avertis, les vantardises d’un élu qui se targue “d’avoir” un scanner dans “son” hôpital abusent encore certains électeurs mais ils sont très nombreux à comprendre que cet appareil ne soigne pas... 

Atlantico.fr : Lorsque l’on compare notre système de santé à ceux de nos voisins, dépensons-nous moins que les autres ? 

Guy-André Pelouze : Nous dépensons plus que la moyenne des pays européens ! 

Notre part de PIB consacrée au système de soin est importante 11,2% (Figure N°1). Il ne faut pas chercher à augmenter les dépenses quand elles sont supérieures à celles de voisins européens ayant des systèmes de soins très performants, il est en revanche nécessaire d’avoir une croissance plus forte car l’augmentation du PIB dégagera des ressources pour les investissements des soins du futur. Cette faible croissance est un piège aussi pour le système de soins. Ce d’autant que notre marge de manoeuvre d’endettement pour les années à venir va être extrêmement réduite. Je rappelle que nous avons très certainement dépassés 60% de dépenses publiques en pourcentage du PIB. Ce pourcentage est inquiétant car il est insoutenable à moyen terme. On est à peu près dans la même dépense globale de soins en points de PIB que l’Allemagne. Les Allemands ont fait plusieurs réformes depuis 1994 qui ont permis de dynamiser le système de soins et en particulier le système hospitalier. Les comptes du système de soins étaient en léger excédent en Allemagne avant la Covid alors que chez nous le boulet de la CRDS venait d’être prorogé… 

C’est une faible efficience organisationnelle qui caractérise l’hôpital public français. 

Notre problème d’organisation est connu et il n’est pas nié. Pour autant il n’a jamais été pris à bras le corps. Si on considère les ordonnances Juppé de 1995, elles n’ont pas consisté à dynamiser le secteur hospitalier mais à l’étouffer par une nouvelle organisation bureaucratique qui s’appelle les ARS. On aurait dû se souvenir de cette mauvaise expérience, mais non ! Que cela soit sous des gouvernements de droite ou de gauche, on a continué de manière obstinée à étatiser le système, à le bureaucratiser au maximum. Roselyne Bachelot ou Marisol Touraine, n’ont rien fait d’autre que de l’agitation bureaucratique. Regrouper des hôpitaux sans les regrouper, faire de nombreuses réunions de planification qui durent des mois, inventer des mots et des acronymes sans qu’en réalité quelque chose change. Aujourd’hui, c’est un peu le même scénario. Le plan du gouvernement Philippe a complètement échoué. Toutes les mesures qui avaient été prévues n’ont presque pas été mises en oeuvre notamment à l’hôpital. Il en est resté quelques sparadraps budgétaires au final extrêmement coûteux. Suite à la Covid-19 ce plan a été retiré et une autre planification est prévue début 2021. Or ce dernier n’est absolument pas adapté à la situation, ni à la réorganisation du système de soins avec des hôpitaux tournés vers l’avenir, l’innovation et l’investissement. Il s’agit de maintenir la paix sociale à n’importe quel prix y compris la paralysie de l’entreprise. Un cauchemar.

Atlantico.fr : La Cour des comptes appelle à une organisation des soins plus efficace et économe. Voici un appel qui relève plus du constat que des idées. En quoi la façon dont elle le propose n’est pas fait d’une manière réfléchie ? Quels sont les réels travers du système ? 

Guy-André Pelouze : La Cour des comptes dresse de très intéressants constats depuis des décennies pour documenter ce qui se passe mais elle n’a pas de vision et c’est naturel étant un organisme de contrôle. Mais elle ne dispose pas non plus d’un pouvoir de contrainte à propos de ce qu’elle découvre en dehors de fraudes ou de malversations manifestes. Et même dans ce dernier cas ce sont soit les Commissions parlementaires ou des acteurs de la société civile qui jouent le rôle de lanceur d’alerte. Or il est question de plusieurs milliards d’euros de prélèvements obligatoires. Si bien que souvent la Cour parle dans le désert. En revanche la biologie et la médecine accélèrent leurs découvertes. 

L’hôpital public ou privé est un centre de soins hyper-techniques nécessitant un séjour de plus en plus court  

Depuis au moins trois décennies cette évolution est en cours, les lits ne sont pas destinés à loger le patient dans l’attente d’un examen ou d’une consultation avec des soins légers qui peuvent être faits à domicile. 

Il y a une conséquence à ce changement, aujourd’hui l’hôpital n’est plus au centre du système de soins comme il a pu l’être après la deuxième guerre mondiale. 

C’est une réalité difficile à admettre surtout par les politiques comme le démontre l'incroyable décision de se passer des médecins généralistes et des laboratoires d’analyse dans la Covid-19... L’ambulatoire devient le moyen le plus efficace et le plus développé pour soigner les malades. Les données connectées avec l’arrivée de la 5G et le dossier médical électronique permettent une prise en charge encore plus précoce, moins invasive et moins risquée sans recourir à l’hôpital.  Des maladies autrefois mortelles sont traitées par des médicaments sans recours à l’hôpital. Le dernier prix Nobel de médecine nous rappelle que l’hépatite C est maintenant curable par des antiviraux pris par voie orale. Comme le SIDA, où les traitements immunologiques du cancer. L’hospitalisation est d’ores et déjà réservée à des cas graves, nécessitant de plus en plus de technologie et de techniques associant des systèmes implantables, des prothèses et des thérapies cellulaires, ces dernières viennent d’être reconnues avec le prix Nobel de chimie aux deux découvreuses du CRISPR-Cas9, appelé ciseaux moléculaires pour l’ADN.

Ces soins nécessitent une adaptation de l’hôpital, il faut des lits spécialisés et peu de lits généraux notamment médicaux. 

C’est pourquoi il est urgent de redéployer les lits vers des lits de spécialités comme les lits de dialyses, de réanimation, de soins intensifs cardiologiques, neurologiques ou pneumologiques. Petit à petit et en même temps, il faut remplacer les lits de médecine ou d’accueils par des dispositifs alternatifs en particulier des hôtels hospitaliers. Ce changement majeur est urgent car les investissements que l’on va devoir faire pour les très hautes technologies d'imagerie, de réanimation, de greffe ou de traitements du cancer ou des maladies cardiovasculaires doivent être financés. Si on rembourse des hospitalisations inutiles nous n’aurons pas d’argent pour développer les technologies d’avenir. 

En résumé les hôpitaux méritent de devenir des entreprises spécialisées dans les soins, autonomes et ayant toute liberté de développement et d’investissement. Tout les autres besoins de l'entreprise seront progressivement confiés à des partenaires qui le feront mieux et à un moindre coût. Pour cela il ne faut pas un plan ou une nouvelle couche bureaucratique mais un conseil d’administration qui nomme un gestionnaire efficace responsable de ses actes. Cette étape est inscrite dans la modernité mais elle demande un peu de courage.

A lire aussi : Plan Santé : pourquoi la rigidité du système de soins et l'idéologie politique feront obstacle aux avancées proposées

A lire aussi : Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

A lire aussi : L'été meurtrier

 lire aussi : Covid-19 : là où on en fait (encore) trop, là où on en fait (toujours pas) assez

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zen-gzr-28
- 09/10/2020 - 20:11
Gérer, c'est
Prévoir, exécuter, contrôler, corriger. Que de lacunes à relever !