En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 31 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 35 min 31 sec
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 20 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 1 heure 46 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 14 heures 40 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 7 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 13 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 22 heures 18 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 23 min 48 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 1 heure 49 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 12 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 19 heures 45 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 20 heures 53 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 29 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 22 heures 58 min
Le retours des bêtes

Et voilà les -grosses- bêtes sauvages qui font leur retour en Europe

Publié le 03 octobre 2020
Certains animaux comme les bisons, les loups et les lynx renaissent dans certaines parties de l'Europe dans le but de ramener une partie du paysage dans la nature.
Christian Lévêque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Lévêque est directeur de recherches émérite de l'IRD, ex-directeur du Programme Environnement, Vie et Sociétés du CNRS, Président honoraire de l'Académie d'Agriculture de France.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Certains animaux comme les bisons, les loups et les lynx renaissent dans certaines parties de l'Europe dans le but de ramener une partie du paysage dans la nature.

Certains animaux comme les bisons, les loups et les lynx renaissent dans certaines parties de l'Europe dans le but de ramener une partie du paysage dans la nature. Quels sont les avantages de leur réintroduction pour notre écosystème ?

Christian Lévêque : Il y a différentes manières de considérer le fonctionnement d’un écosystème. Certains écologues ont une vision fixiste de l’écosystème. Chaque espèce a sa place (sa niche) et y joue un rôle, un peu comme chaque pièce d’une horloge. Quand une pièce (ou une espèce) manque, le système ne fonctionne plus. Ou fonctionne mal... C’est le raisonnement que l’on a tenu avec le loup... on a dit qu’il était indispensable au fonctionnement de nos écosystèmes. Sauf que ... le loup a été éradiqué depuis des siècles des iles britanniques et que leurs systèmes écologiques fonctionnent toujours ! Bien entendu ils fonctionnent un peu différemment. Mais est-on capable de définir ce qu’est un bon fonctionnement ? il n’y a pas de normes.

D’autres écologues ont une démarche différente : les écosystèmes ne sont pas des entités figées ni fermées. Ils échangent en permanence avec leur environnement. On dit qu’ils sont évolutifs et adaptatifs et ils réagissent à la perte ou au gain d’une espèces en modifiant leur fonctionnement... C’est ce que nous dit la théorie de l’équilibre dynamique de McArthur et Wilson : le peuplement d’une île est le reflet d’un équilibre à tout moment entre des espèces qui arrivent du continent et s’installent et des espèces qui émigrent ou disparaissent.

C’est ce que l’on a connu en permanence lors des cycles glaciaires/interglaciaires quand l’avancée des glaces polaires en Europe a détruit des écosystèmes qui se sont reconstitués ensuite au fil du réchauffement par colonisations successives d’espèces réfugiées au sud. Il n’y a pas eu transfert d’écosystèmes mais la transformation progressive des peuplements en un endroit donné en fonction des opportunités d’installation des espèces au fur et à mesure que le réchauffement permettait la recolonisation. Et on a assisté à chaque épisode glaciaire à des migrations nord-sud et sud-nord d'espèces avec des pertes collatérales à chaque fois (Lévêque, 2018- La biodiversité avec ou sans l’homme.)

On pourrait dire qu’un écosystème est une plateforme ou des espèces co-habitent de manière opportuniste, apparaissent puis disparaissent selon les fluctuations climatiques ou environnementales. 

Il n’y a pas un fonctionnement standard, le fonctionnement d’un écosystème dépend des espèces qui sont présentes à un moment donné à un endroit donné.

Donc, sur le plan écologique, poser la question des avantages n’a pas de sens. Ce sont des jugements de valeurs liés à la conception fixiste des écosystèmes quand on considère que le bon écosystème était celui d’avant perturbation. La nature n’en a que faire... Il peut y avoir un sens si on considère que c’est ou non avantageux pour nous les hommes (utile ou nuisible), mais c’est une autre approche. Dans le cas présent, rajouter une espèce qui existait autrefois va un peu modifier l’écosystème mais ne va pas pour autant recréer des écosystèmes historiques. Car la composition en espèces est différente de celle d’il y a quelques milliers d’années. De nombreuses espèces ont étendu leur aire de répartition ou ont été introduites pour des raisons diverses, et elles sont bien installées... (sur 10000 espèces de plantes en France on estime que 4000 ont été introduites par l’homme). L’idée de recréer la nature, dans sa condition originelle... est certes stimulante intellectuellement mais sensu stricto ce n’est pas possible. Rien n’empêche cependant de réintroduire certaines espèces charismatiques sous réserve qu’elles ne deviennent pas des nuisances et qu’elles soient capables de se reproduire dans l’environnement d’accueil ! Mais on ne recrée pas pour autant la nature d’il y a 10 000 ans ! Sur la flèche du temps il n’y a pas de retour sur image.

Un certain nombre d’espèces qui ont existé sur notre territoire à certaines époques ont disparu de ce territoire. Certaines du fait de la chasse (bison, aurochs), mais beaucoup d’autres parce qu’elles ont migré vers le nord (élan) pour y trouver des conditions écologiques qui leurs conviennent tandis que le climat se réchauffait. Les migrations liées au changement climatique se produisent actuellement puisque l’on voit de nombreuses espèces migrer vers le nord pour retrouver des conditions climatiques qui leurs conviennent.

Les bisons et les élans sont notamment chassés par les humains. Les lapins causent également des dommages à l'agriculture et aux espèces indigènes. Comment bien faire cohabiter les animaux et les humains ?

Pour répondre à cette question il faut en partie se remettre dans les conditions de vie d’autrefois. La grande préoccupation des hommes était de se nourrir, et l’histoire est marquée de nombreuses périodes de disettes et de famines que les historiens ont documentées. 

Une première réponse est que la cohabitation de l’homme avec les grands animaux n’est pas simple. En effet les grands animaux ont besoin de beaucoup d’espaces et de ressources. On peut parler des éléphants qui, lorsqu’ils deviennent abondants, détruisent les forêts ainsi que les cultures et parfois même les habitations. Pour le paysan africain l’éléphant est un ravageur redoutable ! 

Plus généralement les espèces qui détruisent les cultures deviennent donc concurrentes des hommes. Protéger les cultures a été la grande préoccupation du monde rural pendant des siècle. Elle s’est exprimée au moment de la Révolution. La revendication du droit de chasse avait pour premier objectif de permettre aux paysans de lutter contre les ravageurs de culture dont le grand gibier, les lapins et les pigeons ! Il n’était pas question de sport à ce moment-là  mais de survie. Cette situation on la retrouve maintenant avec la prolifération des sangliers notamment qui ravagent les cultures, mais aussi détruisent les nids des oiseaux qui nichent au sol. Quant aux cervidés très abondants aussi, ils détruisent les jeunes pousses dans les forêts ! Introduire une espèce a des conséquences qu’il faut évaluer, et que l’on découvre parfois après coup.

Sans rien excuser, mais quand on a faim (ce que nos contemporains ont un peu oublié) on se procure la nourriture là où elle existe. La chasse n’a pas toujours été un sport ... autrefois le braconnage était fréquent car il fallait se nourrir... et malgré le fait qu’il était puni de galère, il a toujours été pratiqué ! Et il est toujours une manière de survivre dans les pays pauvres. On peut aussi faire le constat qu’autour des camps de réfugiés, la faune a disparu ! 

Autrement dit la protection de la faune se heurte à la protection des cultures.. et à la production de ressources alimentaires pour les hommes. Laisser une espèce sauvage proliférer c’est s’exposer potentiellement à des dégâts... L’opinion et partagée sur ces questions. Les ruraux y sont sensibles et cherchent à se protéger en contrôlant les populations, alors que les urbains moins exposés, parlent de protection. Cette question est particulièrement sensible de nos jours dans les pays en développement en raison de la surpopulation. La question philosophique qui est derrière ça est celle de la légitimité des hommes à assurer leur survie tout en respectant la vie des autres espèces.

Dans d’autres cas, il faut aussi relire les historiens pour savoir que le loup faisait des ravages... Outre la prédation sur les animaux domestiques, il transmettait notamment la rage, et mordait des chiens qui à leur tour.. ! Ici encore l’homme a cherché à se protéger... 

Pourquoi ces gros animaux n’ont pas été réintroduits plus tôt ?

En Europe l’agriculture a dû lutter également pendant longtemps pour se protéger des ravageurs et assurer l’alimentation d’une population de plus en plus nombreuse. L’occupation du territoire était bien plus importante qu’aujourd’hui car les rendements étaient faibles. Les grands animaux dont la chasse était réservée aux seigneurs étaient redoutés... dans ce contexte il n’était pas question d’en réintroduire d’autres.... il y avait d’autres priorités !

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 03/10/2020 - 11:40
Zoophilie des écolos
Les prédateurs, comme les loups ou les ours, doivent être éliminés. Ils sont en fait des nuisibles et peuvent être dangereux pour l'homme.
Dire que les prédateurs équilibrent les populations d'herbivores est une ineptie: ils sont en fait des parasites. Les charognards, eux, sont indispensables.
Les bisons peuvent se manger mais ont un gros appétit en végétaux: leur viande et leur lait ne nous apportent rien de plus que les animaux domestiques habituels, bovins, ovins et caprins. Ils n'ont pas leur place en France.... sinon dans les zoos.
assougoudrel
- 03/10/2020 - 11:23
On parle même de faire renaitre
le mammouth; déjà il n'y a pas de place pour l'éléphant...