En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

03.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

04.

Gilets jaunes et trumpistes enragés : clones, cousins ou frères ennemis ?

05.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

06.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

03.

Il donne un coup de boule au principal de son collège. Ouf il ne l’a pas décapité…

04.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

05.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

06.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 9 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 14 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 14 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 15 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 16 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 16 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 3 jours 18 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 12 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 14 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 15 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 15 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 16 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 3 jours 18 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 3 jours 18 heures
© DR - stock.adobe.com
Ivg interruption volontaire de grossesse
© DR - stock.adobe.com
Ivg interruption volontaire de grossesse
Allongement du délai légal

Avortement : y-a-t-il encore un soldat dans l’avion France pour s’inquiéter des dérives souhaitées par le gouvernement?

Publié le 02 octobre 2020
Les députés ont adopté en commission des affaires sociales une proposition de loi visant à allonger de 12 à 14 semaines de grossesse le délai légal pour recourir à l'avortement. Le texte sur l’allongement du délai de l’avortement sera examiné à l’Assemblée nationale le 8 octobre.
Caroline Roux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Caroline Roux est déléguée générale adjointe et coordinatrice des services d'écoute d'Alliance VITA.
Voir la bio
Israël Nisand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Israël Nisand est un gynécologue obstétricien aux hôpitaux universitaires de Strasbourg et professeur en sciences humaines à la faculté de médecine de Strasbourg.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les députés ont adopté en commission des affaires sociales une proposition de loi visant à allonger de 12 à 14 semaines de grossesse le délai légal pour recourir à l'avortement. Le texte sur l’allongement du délai de l’avortement sera examiné à l’Assemblée nationale le 8 octobre.

Atlantico.fr : Ce mercredi 30 septembre, les députés ont adopté en commission des affaires sociales une proposition de loi visant à allonger de 12 à 14 semaines de grossesse le délai légal pour recourir à l'avortement. Que contient cette proposition de loi ? Est-ce applicable par les médecins et le personnel médical ? 

Israël Nisand : Cette Proposition de Loi comporte trois articles qui, loin d’améliorer les droits des femmes dans notre pays, vont contribuer à les détériorer :

•  L’allongement du délai légal d’accès à l’IVG de 14 à 16 semaines d’aménorrhée ;

•  La suppression de la clause de conscience spécifique à l’IVG ;

•  L’ouverture du droit pour les sages-femmes de pratiquer des IVG chirurgicales jusqu’à 12 semaines d’aménorrhée.

Les sages-femmes n’ont pas de formation chirurgicale. L’IVG chirurgicale qui ne représente que 35% des IVG est d’autant plus dangereuse qu’elle concerne des âges avancés que de toutes façons les SF ne pourraient pas pratiquer. Bien sûr, on pourrait les former mais il s’agirait donc d’éviter à quelques médecins de pratiquer des IVG plus précoces ce qui ne modifierait en rien l’accessibilité à l’IVG. On ne peut prétendre « changer les mentalités des médecins » et les dispenser en même temps de ce service aux femmes. Il y a des médecins qui demandent ce transfert de compétences, mais c’est pour de mauvaises raisons. A ces stades de grossesse, les sages-femmes, avec beaucoup de compétences et de qualités professionnelles, participent aux IVG médicamenteuses dont la proportion d’ailleurs ne cesse d’augmenter d’année en année.

Comment en est on arrivé là  ?

Caroline Roux : C’est une orchestration de députés minoritaires qui tentent de faire du forcing pour faire exploser l’encadrement de l’avortement. Ils relaient les revendications des associations militantes spécialement celles du planning familial pour qui l’avortement « fait partie de la vie des femmes », un droit absolutisé auquel on ne doit pas mettre de limites.

Ce sont les mêmes qui ont fait passer un amendement au projet de loi bioéthique dans une Assemblée nationale désertée, la nuit du 31 juillet au 1er août en ajoutant le critère flou de « détresse psychosociale » pour avorter pendant les neuf mois de la grossesse. Cette mesure a d’ailleurs créé un électrochoc chez des personnes de tous bords, choquées par ces avortements tardifs de fœtus en pleine santé, véritable «  euthanasie » du foetus comme l’ont pointé certains. Cette disposition devrait être retoquée par les sénateurs. D’où cette offensive sur plusieurs fronts simultanés.

La dialectique est bien huilée : l’avortement serait un parcours du combattant, des milliers de femmes vont à l’étranger pour avorter hors délai. En réalité, nous ne disposons d’aucune analyse fiable ni sur les chiffres ni sur les raisons pour lesquelles un certain nombre de femmes iraient à l’étranger. Ces données pourraient éclairer sur les carences éventuelles des politiques publiques et les politiques de prévention à conduire. C’est ce qu’ont d’ailleurs reproché certains députés de différentes tendances politiques.

Dans ces conditions, allonger les délais revient à condamner les femmes soumises à des difficultés à avorter coûte que coûte, alors que toute proposition d’alternative et de soutien est absente de ce texte.

En quoi cet allongement peut être inquiétant ?

Israël Nisand : Aucune femme ne demande, ni n’espère, que l’IVG dont elle a besoin soit tardive. Ce qu’elles demandent c’est que les choses aillent vite lorsqu’elles le décident. Or, certains hôpitaux, tout particulièrement dans les grandes métropoles, sont saturés et donnent des rendez-vous à 3 semaines, voire plus, lorsqu’ils sont sollicités. Plutôt que d’allonger le délai légal, donnons les moyens aux hôpitaux de gérer toutes les IVG comme des urgences (il suffit pour cela de modifier la tarification des actes et de contrôler l’efficience de cette modification). Augmenter le délai légal parce qu’on n’a pas été capable de recevoir les femmes en demande d’IVG au moment de leur demande, est-ce améliorer le droit des femmes ? C’est au contraire leur proposer un geste lourd et dangereux là où il aurait été simple et moins risqué si on avait réagi tout de suite. Cet allongement du délai légal n’est pas dans l’intérêt des femmes que ce soit sur le plan psychologique ou physique. Si toute femme en demande d’IVG était prise en charge tout de suite, il n’y aurait que peu de femmes en dépassement de délai dont on pourrait d’ailleurs prendre en compte la situation particulière au travers de l’IMG pour cause psycho-sociale.

Le réseau de soins existant dans le domaine de l’orthogénie, certes fragile du fait d’un manque structurel de moyens dans les maternités, risque d’enregistrer une désaffection importante des professionnels de santé qui réalisent aujourd’hui ces gestes, à l’instar de ce qui s’était produit lors du précédent allongement de 12 à 14 semaines d’aménorrhée en 2001. Trente pour cent des gynécologues avaient alors cessé de participer aux IVG. L’absence de concertation préalable avec les sociétés savantes et les associations professionnelles de la discipline témoigne d’une certaine forme d’indifférence des parlementaires à la réalité de gestes qu’ils ne connaissent pas et qui seront, de fait, demandés à ces mêmes médecins. Le précédent allongement du délai n’est toujours pas accepté par nombres de ces professionnels qui refusent encore de les pratiquer.

Caroline Roux : C’est un signe supplémentaire de l’abandon total de toute politique de prévention. Avorter tardivement à plus de trois mois de grossesse est très violent pour les femmes, d’autant que sur un plan médical, l’IVG est rendue plus complexe compte tenu de la plus grande taille du fœtus.

Il est essentiel de revenir à la réalité de l’avortement. Les statistiques de l’avortement qui viennent d’être publiées pour 2019, révèlent que le nombre d’avortements est au niveau le plus élevé en France depuis 30 ans avec 232 200 avortements. Pour la première fois, les données sur l’IVG ont été appariées avec des données fiscales. Il en ressort que les femmes aux revenus les plus faibles y ont davantage recours.  Autant dire que l’IVG est un marqueur d’inégalité sociale qui devrait alerter les pouvoirs publics. 

La loi a été revue une dizaine de fois depuis 1975 en levant les cadres censés protéger les femmes : le délai de réflexion notamment a été supprimé, comme la notion de détresse pour avoir recours à l’IVG. Dès 2001, la proposition des aides et droits des femmes enceintes a été supprimée du livret remis lors de la consultation d’IVG.

Tout se passe comme si la société se dédouanait de ce que vivaient les femmes. Les conséquences sur la vie des femmes sont occultées. Pourtant, à Alliance VITA, nous sommes témoins dans notre service d’aide aux femmes enceintes des hésitations douloureuses de femmes à propos de leur grossesse. Si la question est à vif, c’est que des vies sont en jeu. On passe sous silence les violences que constituent les pressions – souvent masculines mais aussi sociales – pour les femmes les plus vulnérables qui les poussent trop souvent à avorter à contrecœur, ainsi que les conséquences qui peuvent laisser des traces psychologiques difficiles à vivre par la suite.

Pourquoi n’y a-t-il plus dans le champ politique des gens capables de s’en inquiéter de manière raisonnée et modérée ? Mis à part Thibault Bazin qui a jugé que le texte soulevait des «questions bioéthiques pour le fœtus et la femme », personne à droite n’a réagi. Où est-elle passée ?

Caroline Roux : Il s’agit d’un examen en commission des affaires sociales avec très peu de députés. Il faut rappeler que le débat a été confisqué depuis longtemps par des associations militantes qui sont subventionnées par l’Etat. Les parlementaires, comme d’ailleurs la société tout entière a du mal à pouvoir émettre des positions nuancées face à des partis pris idéologiques qui constituent un véritable terrorisme intellectuel. Si les partis de droite parlementaires se sont dits opposés à ce texte, aucun parti politique n’a jamais brillé par son engagement à ouvrir un véritable débat sur cette question sociale et sanitaire majeure. La seule réponse apportée depuis des années est une surenchère de politique contraceptive qui a fait preuve de ses limites, compte tenu du grand nombre d’échec de contraception. L’IVG s’impose alors souvent comme une « solution de fatalité ».

L’examen de cette proposition de loi est programmé le 8 octobre prochain dans l’hémicycle dans la niche parlementaire Ecologie Démocratie Solidarité. Ce groupe minoritaire, formé en mai 2020  par 17 députés, est composé en quasi totalité par d’anciens membres du groupe La République en Marche, issus de son aile gauche et écologiste.

Le gouvernement n’est pas tenu de suivre. Pour le moment il ne s’est pas prononcé, mais il se pourrait qu’il repousse ce texte qui n’émane pas ni de son initiative, ni de sa majorité.

A ce stade, la priorité est de conduire une véritable étude épidémiologique impartiale, qui analyse les causes, les conditions et les conséquences de l’avortement pour la mise en place d’une réelle politique de prévention de l’avortement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ppu
- 04/10/2020 - 15:19
À Ganesha
Mais que savez-vous de la souffrance du cochon que l’on abat ?
Et de celle du foetus dont le coeur bat déjà ?
Vos comparaisons manquent de fondement me semble-t-il.
Votre raisonnement aussi puisque vous ne connaissez pas ces choses, vous ne les avez pas expérimentées.
Reste l’éthique à laquelle chacun peut se raccrocher : « tu ne tueras pas » me semble une bonne règle de vie en société. Pas vous ?
Le foetus ne sera ni un singe, ni un morceau de prostate ni un cochon, mais un être humain. Êtes-vous d'accord ?
L’avortement transgresse donc une loi morale . Êtes vous d'accord ?

Amicalement.
Ganesha
- 04/10/2020 - 12:41
Cloette
Précisément, sur la question que vous me posez : le point essentiel, c'est que l'enfant qui nait, n'a pas demandé à vivre !
C'est donc la ''société des humains'' qui le recoit qui décide si elle va lui imposer d'affronter les joies, mais aussi les souffrances de la vie terrestre.
Comme vous le savez, je considère que, par compassion, il est possible de décider de ne pas imposer à un humain le calvaire de vivre avec une anomalie qui le rende trop différent des autres.
J'espère que vous réfléchirez avant de me répondre, et que vous ne vous contenterez pas du traditionnel et apocalyptique ''Point Godwin''.
Non, je ne vous fais pas l'apologie des délires du Nazisme !!!
Ganesha
- 04/10/2020 - 12:28
Cloette
Cela me fait toujours grand plaisir de recevoir un message de votre part, et je suis convaincu que vous avez lu attentivement mes textes ci-dessous.
Cependant, j'ai l'impression que vous n'avez pas compris ce que j'essaie d'expliquer !
Selon le dicton, cela indiquerait que mes arguments n'étaient pas assez clairs...
Ce que je conteste, c'est une ''séparation binaire'' envers les êtres vivants qui peuplent notre planète.
D'un côté, il y aurait ceux qui sont biologiquement de ''humains'' : leur vie devrait toujours être préservée, sans aucune exception, quel que soit leur lucidité, leur état de conscience.
Et, de l'autre côté, il y a les ''animaux'', ou ''non-humains'', qui pourraient être traités avec une barbarie sans limite.
Personnellement, je pense que l'euthanasie de Vincent Lambert était une sage décision, empreinte de la ''compassion'' si chère au Bouddha.
D'un autre côté, je n'ai aucunement l'intention de devenir végétarien, mais je considère, par exemple, que l'abattage Halal (sans étourdissement) est une cruauté révoltante.
M'auriez-vous compris ?