En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 2 jours 6 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 jours 11 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 12 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 12 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 13 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 14 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 14 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 15 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 15 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 15 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 jours 9 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 jours 11 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 12 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 13 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 13 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 14 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 14 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 15 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 15 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 16 heures
© BERTRAND GUAY / AFP
Bruno Le Maire économie industrie
© BERTRAND GUAY / AFP
Bruno Le Maire économie industrie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

Publié le 29 septembre 2020
Alors que les difficultés s'accumulent, liées au dossier de l'usine Bridgestone de Béthune et suite à l'impact économique de la crise sanitaire, la question du renforcement de la compétitivité de la France est essentielle.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les difficultés s'accumulent, liées au dossier de l'usine Bridgestone de Béthune et suite à l'impact économique de la crise sanitaire, la question du renforcement de la compétitivité de la France est essentielle.

En fait de compétitivité de la France, les mauvaises nouvelles s’accumulent. Au plan microéconomique, la fermeture brutale de l’usine Bridgestone à Béthune n’est sans doute que la première d’une litanie de sites industriels qui risquent de fermer dans les mois à venir. Au plan macroéconomique, l’institut Rexecode anticipe pour sa part un déficit extérieur de 68 milliards d’euros en 2020 (dix milliards de plus qu’en 2020), dans un contexte marqué certes par la gravité de la crise économique, mais également par une facture pétrolière considérablement diminuée par le choc pétrolier.

C’est peu dire, dans un tel contexte, combien la question du renforcement de la compétitivité de la France est essentielle, pas seulement pour nous-mêmes, mais également en termes de soutenabilité de la zone euro. La question de la force de nos entreprises est bien sûr au cœur du sujet. Ainsi Véolia, au soutien de sa proposition de fusion avec Suez, a placé cet argument en première ligne : face à une concurrence internationale exacerbée, en particulier de la part d’acteurs chinois, il est essentiel pour la compétitivité française que notre pays dispose d’un géant de l’économie verte. Si l’intention est louable, qu’il soit permis d’y apporter quelques objections. 

D’abord, il y a la question de l’opportunité et de la durée. Comme toute l’économie, Suez et Véolia sont frappés par une crise d’une puissance inégalée de mémoire de paix. Elles ont déjà consacré, et doivent consacrer des efforts majeurs à faire face à cette crise. Est-il, dans un tel contexte, raisonnable de se lancer dans une opération de rapprochement, par définition extrêmement complexe, longue notamment au regard des questions de concurrence qu’elle soulève et du temps que les autorités européennes compétentes nécessiteront, et surtout hostile ? On peut en douter.

Ensuite, bien au-delà de l’affaire en question, se trouve posée la question de ce qui fait la réussite à l’export. Une réponse trop souvent avancée est : la taille. La réalité est autre. Ce qui fait la capacité à remporter des contrats à l’export, c’est en réalité la conjugaison de deux éléments. Le premier, comme nos voisins allemands le comprennent mieux que nous – leurs résultats en termes de commerce extérieur s’en ressentent - c’est une concurrence âpre mais saine entre des acteurs nationaux sur leur marché local, qui les rend dans un second temps beaucoup plus à même de présenter des offres de meilleure qualité et/ou de moindre coût à l’export. Or, en l’espèce, il est difficilement contestable que Suez et Véolia se font bien une forte concurrence, en particulier en France, leur marché historique. La suppression de l’aiguillon concurrentiel nuira immanquablement à la qualité des offres faites. Le second, c’est, quand cela est nécessaire, un soutien intelligent et déterminé des autorités publiques.

Enfin, et surtout, le caractère hostile d’un tel rapprochement, soutenu par l’Etat, enverrait au reste du monde un signal contraire à celui que l’on veut donner. Qu’il s’agisse de la France au travers du durcissement des conditions d’investissement étranger, de l’Allemagne depuis l’affaire Kuka de 2016, et même jusqu’à la très libre échangiste Union européenne qui a remisé, au moins sur le plan des principes, une partie de sa naïveté, tout concourt à mieux protéger les actifs stratégiques européens face au risque de dépeçage. Celui-ci a d’ailleurs commencé à se matérialiser dans le domaine énergétique avec une offensive importante de la Chine depuis quelques années. Dans un tel contexte, comment imaginer sérieusement que l’Etat français – dont il faut rappeler qu’il détient la clé de l’opération au travers de sa participation dans Engie – puisse soutenir une opération hostile, destructrice d’emplois sur le territoire national ? Si cela était, comment les mêmes autorités, qui plaident désormais pour la souveraineté économique, pourrait-elle utilement s’opposer par leur pouvoir d’influence à des opérations de prédation sur des fleurons nationaux par des entreprises extérieures ? La contradiction serait difficilement surmontable. 

La faiblesse notre compétitivité est réelle. Elle n’est pas née d’hier, mais remonte à une série de tournants ratés à la fin des années 1990 (35 heures, impôts de production trop élevés, instabilité réglementaire chronique etc.). S’en préoccuper est une nécessité. Opérer dans l’urgence des rapprochements hostiles entre acteurs français qui se font concurrence n’est pas la solution.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires