En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 9 heures 42 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 11 heures 13 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 15 heures 7 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 16 heures 10 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 16 heures 28 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 17 heures 13 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 18 heures 9 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 9 heures 30 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 10 heures 30 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 12 heures 18 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 15 heures 38 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 16 heures 16 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 16 heures 45 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 17 heures 8 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 17 heures 52 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 18 heures 21 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 18 heures 55 min
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Emmanuel Macron président de la République
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Emmanuel Macron président de la République
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

Publié le 29 septembre 2020
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine. Les signaux sont inquiétants pour l'exécutif.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
BVA POP2017
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
POP2017, ou Plateforme des Opinions Publiques est un dispositif inédit mis en place par BVA et Salesforce dans la perspective des élections présidentielle et législatives de 2017. Il s’agit d’un laboratoire d’analyse des opinions politiques permettant...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine. Les signaux sont inquiétants pour l'exécutif.

La dernière vague du Baromètre de l’Observatoire de la politique nationale réalisé en septembre par BVA pour Orange et RTL apporte une série de signaux inquiétants pour l’exécutif : après avoir progressé de 5 points fin août pour atteindre son meilleur niveau depuis janvier 2018, la popularité d’Emmanuel Macron se détériore (38% de « bonne opinion », 6 points de moins qu’il y a un mois), retrouvant son niveau de juin. De son côté, si Jean Castex reste nettement plus populaire qu’Emmanuel Macron (48% de « bonne opinion »), il enregistre une chute de 7 points de popularité.
 
Au-delà des indicateurs de popularité, d’autres signaux sont clairement en train de passer au rouge pour l’exécutif. Il y a un an, en octobre 2019, l’enquête BVA avait demandé aux Français interrogés leur opinion sur la manière dont Emmanuel Macron abordait la seconde partie de son quinquennat : 58% déclaraient avoir le sentiment qu’Emmanuel Macron agissait « au jour le jour » et 42% qu’il savait « où il va ». Un an après, le pourcentage de ceux qui déclarent qu’Emmanuel Macron « sait où il va » chute lourdement : seuls 30% (-12 points) le déclarent aujourd’hui tandis qu’une forte majorité des Français (70%) a le sentiment qu’Emmanuel Macron « agit au jour le jour ». Si la sociologie de cette opinion reste stable (c’est toujours parmi les catégories populaires ou celles les plus socialement fragiles et parmi les sympathisants de la gauche ou du RN que le sentiment d’une navigation « au jour le jour » d’Emmanuel Macron est le plus fort), le pourcentage de ceux qui déclarent qu’Emmanuel Macron « sait où il va » atteint des niveaux faibles parmi des catégories pivots du socle présidentiel : 36% des « CSP + », 31% des diplômés ayant au moins le Bac, 30% des habitants de l’agglomération parisienne, 29% de ceux d’Ile de France.
 
Au plan politique ce sont aujourd’hui 75% des sympathisants de LaREM (contre 86% en 2019) qui déclarent qu’Emmanuel Macron « sait où il va », 50% des sympathisants Modem (48% il y a un an) et 48% des sympathisants UDI (54% auparavant). Plus inquiétant pour le chef de l’Etat, ce ne sont plus que 26% des sympathisants LR (contre 38% en octobre 2019) ou des sympathisants PS (40% auparavant) qui déclarent qu’il « sait où il va ». Encore plus inquiétant pour Emmanuel Macron : alors qu’il y a un an 70% de ses électeurs de premier tour soutenaient cette opinion, ce n’est plus le cas que de 58% aujourd’hui ; même tendance parmi l’électorat de François Fillon dont 49% soutenaient en 2019 qu’Emmanuel Macron « sait où il va » et qui ne sont plus que 30% à le dire aujourd’hui. 
 
Parallèlement à ce sentiment d’une absence de cap clairement défini, on constate une montée en puissance de la critique de la gestion de la crise sanitaire. L’enquête BVA a demandé aux Français ce qu’ils pensaient de la manière dont le gouvernement gère en ce moment la situation de l’épidémie : 58 % déclarent que « Emmanuel Macron et le gouvernement ne s'adaptent pas suffisamment au contexte sanitaire et prennent des décisions incohérentes ou inadaptées » tandis que 42% déclarent qu’ils s’adaptent « comme ils peuvent au contexte sanitaire et prennent globalement les décisions qui s'imposent ». Le sentiment d’incohérence dans les décisions est particulièrement prononcé parmi les catégories populaires mais aussi parmi les travailleurs indépendants et chefs d’entreprise. Au plan politique, 70% des sympathisants de la FI, 74% de ceux du PCF et 86% de ceux du RN ont ce sentiment. Ce jugement est nettement moins sévère chez les sympathisants socialistes (41%) ou écologistes (53%) tandis que les sympathisants LR confirment leur rapport assez critique à l’exécutif (55%). Les sympathisants du « bloc présidentiel » (LaREM et le Modem) se distinguent nettement des autres catégories en soutenant largement l’idée que l’exécutif fait « ce qu’il peut » et prend « les décisions qui s’imposent ».

Au-delà de toutes leurs nuances, les données de l’enquête BVA attestent d’un climat sombre de l’opinion : beaucoup se sentent perdus, le sentiment d’impréparation et d’improvisation face à la seconde vague de l’épidémie domine. La dissonance entre les impératifs économiques et sanitaires met le pouvoir dans une situation profondément contradictoire et structurellement confuse. Pour de nombreux Français, les projets ont été mis en attente, les incertitudes sociales dominent, les craintes pour leur santé ou celle de leurs ainés sont fortes. Face à cette situation anxiogène, la parole politique semble empêtrée et celle de l’exécutif chaotique. Au milieu de cet épais brouillard, les Français cherchent des points de repère mais même la parole médicale semble incohérente, confuse et (trop) bavarde. Les Français cherchent à comprendre, à savoir, à s’informer, ils respectent très largement les consignes données qui leur imposent de lourdes contraintes mais le désarroi et le sentiment d’un chaos mal expliqué et mal géré sont bien là.

Tout ceci se répercute au plan de leurs jugements politiques. Comme le montre l’analyse des verbatim recueillis par une question ouverte, sa gestion de la crise sanitaire fait surgir une nouvelle ligne de fracture à propos d’Emmanuel Macron. Cette nouvelle ligne de fracture vient s’entremêler à celle que nous observons habituellement à propos du chef de l’Etat : d’un côté le réformateur qui « essaie de transformer la France » fait à présent « du mieux possible dans un contexte difficile » comme l’indique une femme retraitée, proche d’EELV, qui classe Emmanuel Macron à droite mais se classe à gauche et a voté aux deux tours pour le chef de l’Etat ; d’un autre côté, « le Président qui divise le pays », le « Président des riches », « arrogant », qui « ne peut pas comprendre le pays » et dont la gestion de crise est « scandaleuse » avec « ses mensonges d’Etat sur les masques », comme s’insurge un homme retraité, sympathisant LR, qui a voté François Fillon puis Marine Le Pen en 2017, se classe à droite mais classe Emmanuel Macron à gauche. Les opinions négatives ou positives à propos de sa gestion de la crise sanitaire viennent en fait amplifier (mais parfois aussi modérer) les opinions générales sur Emmanuel Macron.

En vérité, on ne peut comprendre le climat « plombé » de l’opinion publique en cette rentrée, sans prendre en compte la chaine de crises dans laquelle les Français vivent depuis deux ans. La spécificité de l’opinion publique en France par rapport à nos voisins européens, également durement touchés par la Covid-19, réside dans cet embouteillage de crises qui se succèdent sans que la précédente n’ait été réglée. Ce long « bouchon de crises » a fatigué le pays, introduit une forme de désarroi, de perte de sens, de sentiment d’impuissance et de chaos. Dans son dernier numéro, la Revue Politique et Parlementaire évoque d’ailleurs une « crise sans fin » à propos de la France du Covid. On ne peut mieux dire ! Jean Castex, qui était l'invité de l'émission « Vous avez la parole » sur France 2 jeudi dernier, a d’ailleurs non seulement reconnu qu’il n’avait pas téléchargé l’appli Stop-Covid mais aussi que les Français étaient « déboussolés ». Et si les Français, qui également ne téléchargent pas beaucoup cette appli, avaient en fait davantage besoin d’une boussole et d’un balisage clair, qui trace les perspectives de sortie de la « crise sans fin » et leur redonne de l’apaisement ?

Cet article a été initialement publié sur le site de BVA, cliquez ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 30/09/2020 - 11:41
Il CONTINUE sa politique catastrophique!
Un ''migrant'' vient de blesser 2 non-musulmans ''innocents'' et Macron va faire entrer,encore,500 M.N.A. dans notre pays!.....40.000 M.N.A. sont entrés en France en 2020...Sur ces 40.000 MNA, on estime qu'entre 50 et 80% de ces ''mineurs'' sont en réalité des majeurs! Tant que ces BARBARES de musulmans savent qu'ils sont bien accueillis chez nous, ils CONTINUERONT de nous envahir!.. J'entends encore les cris de douleur poussés par les victimes ''innocentes'' des attentats commis ,en Algérie, par les musulmans afin qu'on leur ''donne'' l'indépendance de ''leur'' pays, et je vois, maintenant, ces mêmes musulmans acheter des propriétés, en France, avec de ''l'argent sale'' et se faire soigner ''gratuitement'' ,chez nous, aux frais des ''Français'' non-musulmans qu'ils ont chassés de leur pays natal.. Je viens d'apprendre que les sous de mes impôts sont envoyés en Syrie, chez les djihadistes!...
spiritucorsu
- 30/09/2020 - 09:51
Confiance en berne,crédit épuisé,faillite imminente!
.La confiance s'accomode mal du mensonge surtout quand il est érigé en méthode de gouvernement et que s'y ajoute une morgue et un mépris quasi monarchique et un culte de la personnalité pathologique réunis en une seule personne.Dans ces conditions,il n'y a rien d'étonnant à ce que les Français soient non seulement déboussolés et désemparés,mais qu'ils se sentent surtout trahis et humiliés par celui qui non seulement a tout raté en trois de règne dont la boussole est complètement déréglée comme le reste,qui prend la nuit pour le jour ne sachant plus quel chemin emprunter pour lui même et encore moins pour le pays,un alchimiste maléfique qui ne sait que transformer l'or en plomb et à qui les Français n'accordent depuis longtemps ni confiance ni crédit.
Nicolas59
- 30/09/2020 - 07:47
Sondage bidon(bis repetita)
Le brouillage continue. On sonde des militants qui sont sur représenté dans les panels.
Le sondeur ne s’en cache pas. Il interroge des LREM et des Modem principalement . C’est dans ce panel à peine crédible que Macron tape des 40% de satisfait.
Qui peut croire ce score ? L a philosophie est donc de considérer que 60% des électeurs potentiels vont aller à la pêche pour 2022 donc inutile de surveiller leurs avis .
Escroquerie intellectuelle.