En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 9 heures 31 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 11 heures 1 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 14 heures 55 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 15 heures 59 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 17 heures 1 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 9 heures 19 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 10 heures 19 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 12 heures 6 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 15 heures 26 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 16 heures 4 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 16 heures 34 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 16 heures 56 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 17 heures 40 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 18 heures 10 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 18 heures 43 min
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Chine coronavirus covid-19 lutte contre l'épidémie
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Chine coronavirus covid-19 lutte contre l'épidémie
Grand silence à l’Est

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

Publié le 29 septembre 2020
Alors que l'épidémie de Covid-19 est apparue à l'origine au coeur de la ville de Wuhan, peu d'informations filtrent ces dernières semaines sur l'évolution du virus en Chine. Les autorités chinoises ont-elles réussi à maîtriser l'épidémie ? Quel est l'intérêt de la Chine de contrôler ainsi cette information ?
Emmanuel Lincot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à l’Institut Catholique de Paris, sinologue, Emmanuel Lincot est Chercheur-associé à l’Iris. Son dernier ouvrage, « Chine, une nouvelle puissance culturelle », a été publié chez MkF.
Voir la bio
Emmanuel Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Véron est géographe et spécialiste de la Chine contemporaine. Il a enseigné la géographie et la géopolitique de la Chine à l’INALCO de 2014 à 2018. Il est enseignant-chercheur associé à l'Ecole navale.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'épidémie de Covid-19 est apparue à l'origine au coeur de la ville de Wuhan, peu d'informations filtrent ces dernières semaines sur l'évolution du virus en Chine. Les autorités chinoises ont-elles réussi à maîtriser l'épidémie ? Quel est l'intérêt de la Chine de contrôler ainsi cette information ?

Atlantico.fr : La Chine a longtemps été l'épicentre de l'épidémie, et à ce titre particulièrement scrutée, mais depuis quelques semaines nous n'en entendons plus parler, est-ce que, comme il le dit, le régime de Pékin a réussi à contrôler l'épidémie ? 

Emmanuel Lincot : Evidemment non. Il existe encore de très nombreux cas asymptomatiques. Des foyers ont été détectés au Yunnan, à la frontière de la Birmanie et sur tous les sites touristiques, des moyens de prévention (température, distanciation sociale) sont restés en place pour accueillir les visiteurs à la fois chinois et étrangers. Comme toujours, l’échéance du 1 octobre - la fête nationale - explique que le régime cherche à s’adresser un satisfecit. Un mensonge par ailleurs mille fois répétés (le nombre réel de victimes en Chine de la Covid19) devenant une vérité, le régime peut s’enorgueillir d’avoir mieux géré la pandémie qu’à l’étranger où l’on a dépassé le millions de morts. Racisme à rebours: les Chinois sont les meilleurs, leur régime - une cybercratie - est le meilleur. Vous trouverez en France même des thuriféraires de ce régime, et qui relaient d’une manière criminelle, ces contre-vérités. Nous savons qui ils sont. Nous savons leurs intentions. Ils sont fascinés par un pouvoir fort parce qu’ils sont faibles en tant qu’individus mais aussi intellectuellement. Nous devons les éclairer car leur cécité relève de choix idéologiques qui vont à l’encontre de ce que nous sommes : une démocratie.

Emmanuel Véron : La crise de la Covid-19, partie de Chine, précisément de Wuhan, métropole au cœur du pays a rapidement gagné l’ensemble du territoire chinois, celui de l’Asie et du monde et ce probablement avant la fin de l’année 2019, comme en témoigne plusieurs cas d’infection à travers le monde. Le début de la gestion de crise par le Parti-Etat n’a pas été à la hauteur des enjeux et a favorisé l’expansion rapide du virus. Puis de manière autoritaire, le pouvoir central autour de la personne de Xi Jinping a appliqué des mesures draconiennes de confinement généralisé et de contrôles strictes des populations (déplacements, données, assignation à résidence et un test de la population à très grande échelle, etc.). Le contrôle de l’épidémie a donc été difficile et tardif mais a dans un sens porté ses fruits. L’économie est atone, les populations cloîtrées chez elle, et ceux qui ne disposaient pas toit étaient à la rue sinon renvoyés dans leur pays… Le régime a réussi à contenir dans un sens l’épidémie à l’échelle du territoire, mais pas dans sa totalité. En effet, depuis le printemps jusqu’à aujourd’hui plusieurs régions ont fait l’objet ou font l’objet de nouvelles infections. C’est le cas dans le nord-est du pays à proximité des frontières russes et coréennes, dans le sud, à proximité de la Birmanie ou parfois dans les régions plus centrales (Gansu, Henan, Jiangxi etc.). Pour ce régime autoritaire qui met les moyens logistiques et politiques au service du confinement et de l’encadrement totalitaire de l’épidémie, la recrudescence de l’épidémie à proximité de ses frontières ou au cœur du territoire est une forme de faiblesse difficile à encaisser.

Pourquoi a-t-on plus de difficultés actuellement qu'au printemps à avoir des informations fiables provenant de Chine sur la situation de l'épidémie ? 

Emmanuel Lincot : Parce que Xi Jinping a parachevé la fermeture du système. Au sein même du Parti, la période de la pandémie a accéléré les purges. Rappelons que peu de journalistes occidentaux peuvent encore faire leur métier dans ce pays. Leur vie est d’ailleurs pour beaucoup en danger car le régime chinois n’hésite plus à suivre désormais les pratiques de l’Iran. La diplomatie des otages en plus des intimidations deviennent une pratique courante. L’information est donc univoque. Tout travail d’enquête y est devenu quasiment impossible et dangereux. Donc l’épidémie est là mais nous n’en saurons rien.

Emmanuel Véron : A mesure de la crise sanitaire de la Covid-19, les populations étrangères présentes en Chine en janvier sont progressivement parties et quitter le territoire chinois. D’autres observent scrupuleusement une quarantaine, dans des chambres d’hôtels surveillées dans les grandes villes du pays. Enfin, l’information est sous la bride absolue du département de la propagande du PCC. Ainsi, en peu de temps, la Chine s’est vidée (en partie) de tous les canaux potentiels pouvant informer en dehors de la ligne officielle du PCC. Par là même, il est désormais plus facile pour le régime de créer de l’information (fausse, fabriquée, positive et vantant les mérites et réussites du régime autour de la figure de Xi Jinping) qui pourra être diffusée à la société chinoise et à l’international via les canaux médiatiques officiels. Enfin, l’entrée sur le territoire chinois est de plus en plus difficile et contraignante, décourageant les individus souhaitant y travailler, y étudier ou y voyager.

Quel est l'intérêt pour la Chine de contrôler ainsi cette information et d'affirmer que tout va bien ?

Emmanuel Lincot : Ne pas ajouter de la difficulté aux difficultés. C’est le leitmotiv de Xi Jinping. En réalité, l’économie chinoise est en récession. Tous les voyants sont au rouge. Explosion du chômage - un fait inédit dans le pays depuis 70 ans - et risques de pénurie alimentaire depuis que la Chine a été de surcroît confrontée, dans le courant de l’été,  à des inondations graves. À ces problèmes s’ajoutent, comme vous le savez, les tensions ethniques sur les marches  du pays (Xinjiang, Mongolie intérieure, Tibet) mais aussi la rivalité systémique entre la Chine et les États-Unis et plus récemment entre la Chine et l’Union Européenne. Bref, la Chine est isolée. C’est un danger pour elle et pour le monde.

Emmanuel Véron : A contrario d’une gestion exemplaire et d’une situation qui reviendrait à la normale (économiquement et sanitairement), l’état économique, social et sanitaire de la Chine n’est absolument pas stable. En plus de la Covid-19, Pékin doit faire face à une longue succession de très graves inondations un peu partout dans le pays, un isolement diplomatique (relatif) que le régime s’est créé et un chômage de masse en parallèle d’une économie extrêmement perturbée. En ce sens, quand beaucoup de choses vont mal dans un régime autoritaire, sinon dictatorial, le département de la propagande s’affaire à témoigner de l’inverse et met tous les fers au feu pour rendre compte à sa population que la situation est sous contrôle, idem pour l’international. L’idée de perdre la face est un sujet important. L’obligation pour le régime paranoïaque et resserrer sur Xi Jinping de faire croire que la Chine triomphe en est un autre. C’est une sorte de fuite en avant doublée d’une course contre le temps. L’agenda international (élection américaine, arbitrage sur la 5G etc.) et la poursuite de la pandémie de la Covid-19, ainsi que les difficultés rencontrées par les régimes démocratiques pour gérer le problème sont des armes tactiques qu’utilise et instrumentalise le Parti-Etat.

Plus globalement, quelle stratégie vis-à-vis de l'extérieur cela dénote-t-il de la part de la Chine ? A quoi doit-on s'attendre dans sa gestion à venir des relations internationales, du fait de la situation épidémique ? 

Emmanuel Lincot : Cela signifie que la Chine n’est pas apte à diriger les affaires du monde. Les années à venir seront marquées par un questionnement sur ce qu’est la Chine. Mais le XXI eme siècle ne sera pas chinois. Tout simplement parce que la Covid19 nous a décillée les yeux sur l’échec du néolibéralisme, sur notre complaisance coûteuse vis à vis de dictatures comme la Chine, sur notre confiance aveugle en des institutions internationales qui étaient aux ordres de Pékin. Bref, la Chine n’est pas notre horizon. Et nous redécouvrons depuis que nos vies sont partiellement confinées que le monde ne se réduit certainement pas à la Chine. Ce que nous avons perdu en mobilité nous le gagnons désormais en hauteur de vues. 

Emmanuel Véron : Un double processus s’est considérablement renforcé depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping, il y a huit ans maintenant. D’un côté, le régime veille à une stricte fermeture de la Chine sur elle-même, sorte de repli autocentré, bien connu dans la longue histoire chinoise. De l’autre, la Chine est toujours plus offensive à l’étranger, réduisant les relations internationales au rapport de force, bien souvent dans l’asymétrie (à l’exception des Etats-Unis). Ainsi la militarisation et les gesticulations récurrentes et tonitruantes de l’Armée populaire de Libération tout autour de son territoire (Taiwan, mer de Chine, Inde etc.) contraste fortement avec les supposées valeurs défendues par Xi Jinping : multilatéralisme, coopération et libre-échange. Dans les faits, la duplicité n’en est qu’à un faible niveau et va se poursuivre dans les prochains mois et années. Le bruit des bottes tranche avec le projet de connectivité et de développement des Nouvelles routes de la soie…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bernie83
- 03/10/2020 - 10:20
@Audois
E.Lincot aurait résidé une petite dizaine d'année en Chine...
C'est vrai que cet article est à charge.
philippe de commynes
- 02/10/2020 - 12:42
Incrédule
D'après Lincot on ne peut qu'être qu'anti-Chinois, si on ne l'est pas , c'est à cause de choses inavouables "Vous trouverez en France même des thuriféraires de ce régime, et qui relaient d’une manière criminelle, ces contre-vérités. Nous savons qui ils sont. Nous savons leurs intentions".
Dans un remake d'Hillary Clinton " on ne peut qu'être anti-Russe, si vous ne l'êtes pas c'est que vous êtes un vendu à Poutine" on ne peut faire pire, contre les Chinois cette fois ci.
Une telle outrance laisse dubitatif, une commande d'un "think-tank", d'une "fondation " US pour noircir à outrance la Chine ?
Audois
- 30/09/2020 - 11:48
Risible et indigne
Article idéologique et indigne, accusation sans le début d'une preuve factuelle, et certitudes des aveugles qui assènent leurs pauvre credo anti chinois.
Il y a beaucoup à dire sur la Chine et sur sa politique sanitaire, mais les accusations visqueuses de cet article sont absurdes et vides.
Commencez donc Messieurs par aller vivre un an en Chine et à y travailler comme le font des dizaines de milliers d'occidentaux.
A défaut, vous pouvez aussi lire les livres de ceux qui connaissent vraiment ce pays, Gilles Guiheux ou Marc Julienne par exemple.
C'est avec des articles de ce genre que la Presse se déconsidère.