En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 4 min 55 sec
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 5 heures 12 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 5 heures 50 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 6 heures 20 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 6 heures 42 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 7 heures 26 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 7 heures 56 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 8 heures 29 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 8 heures 56 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 47 min 17 sec
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 4 heures 41 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 5 heures 45 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 6 heures 21 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 6 heures 47 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 7 heures 44 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 8 heures 45 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 9 heures 23 min
© DR
Laurence Sailliet lutte contre le terrorisme Emmanuel Macron réponse loi justice arsenal judiciaire
© DR
Laurence Sailliet lutte contre le terrorisme Emmanuel Macron réponse loi justice arsenal judiciaire
LE BLOC-POL DE LAURENCE SAILLIET

Terrorisme : la coupable inertie d’Emmanuel Macron

Publié le 28 septembre 2020
Après l'attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, Laurence Sailliet évoque cette semaine l'attitude du gouvernement et du président de la République Emmanuel Macron dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.
Laurence Sailliet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Sailliet, ex-porte-parole Les Républicains, est chroniqueuse politique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l'attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, Laurence Sailliet évoque cette semaine l'attitude du gouvernement et du président de la République Emmanuel Macron dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

«Nous sommes en guerre contre le terrorisme islamiste, et nous devons gagner cette guerre». Ces mots du Ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, frappent comme une cinglante vérité que nul ne peut contester. La question qui se pose alors, sans douter de sa propre sincérité et volonté : va-t-il en convaincre le Président de la République ? La tâche ne sera pas simple, car il faut le dire, Emmanuel Macron n’a clairement pas déployé les armes à la hauteur de cette « guerre » qui nous a été déclarée par les barbares islamistes. 

Cette question aura le mérite d’irriter les quelques défenseurs du Président, qui en réponse argueront des infimes actions menées depuis son élection. Ils citeront alors la loi anti-terroriste qui mit fin à l’état d’urgence le 1er novembre 2017, ce que l’on ne peut par ailleurs que déplorer. Signée en grande pompe, devant les caméras, cette loi devait « assurer pleinement la sécurité des Français ». Celle-ci en fait ne faisait que désarmer un peu plus notre pays. Non, il ne s’agissait pas de transcrire l’état d’urgence dans la loi, mais bien de limiter les moyens d’agir qu’il s’agisse des visites à domicile ou des assignations à résidence. Ainsi, les forces de l’ordre, qui pouvaient perquisitionner sur de simples soupçons, se sont vues contraintes de faire des visites et des saisies, seulement avec l'autorisation du juge des libertés et de la détention. On imagine les répercussions de cette entrave sur l’efficacité des actions menées. D’autre part, les personnes soupçonnées de terrorisme qui pouvaient être consignées chez elles, sans feu vert judiciaire, se voyaient alors non plus maintenues « à résidence » au niveau de leur logement mais au niveau de la commune. Une ineptie loin de permettre d’assurer leur surveillance. Mais Emmanuel Macron, en mettant fin à l’état d’urgence, qui a pourtant permis de saisir 625 armes dont 78 armes de guerre, d’opérer plus de 4.300 perquisitions et 600 assignations, a ainsi cyniquement honoré sa démagogique promesse de campagne.  

Malheureusement, ce ne fut pas la seule erreur ou plutôt le seul renoncement sur ce sujet essentiel qu’est la lutte contre le terrorisme. Le courage a cruellement manqué.

Il a manqué pour expulser les presque 4000 individus étrangers radicalisés fichés au FSPRT. Considérés comme dangereux, la France continue pourtant à leur offrir l’hospitalité. Il a manqué aussi pour mettre hors d’état de nuire les radicalisés les plus dangereux. Ils sont environ 3000, le « haut du spectre », prêts à passer à l’acte et pourtant en liberté. Ainsi, les mesures de rétentions administratives qui devraient  leur être appliquées, comme le préconise la droite et le demandent les Français à 80%, ont été balayées d’un revers de main par Emmanuel Macron soucieux avant tout de ne pas froisser ses aficionados de gauche. Enfin, ce courage a manqué pour empêcher la libération cette année de 45 détenus pour des actes terroristes, soixante-trois l’année prochaine. Pourtant, il existe bien un moyen d’y remédier : les garder en rétention de sûreté, comme cela se fait pour les délinquants sexuels. La mesure est compliquée à mettre en place, parce qu’il faudrait notamment que le tribunal le prévoie au moment de la condamnation. Mais un pays, en temps de guerre, de l’aveu même de ses dirigeants, peut évidemment décider de lever ces obstacles pour se protéger.

Mais il faut le dire encore, au manque de courage, ce gouvernement a ajouté l’indignité. Lors du confinement, parmi les 13 500  détenus qui ont bénéficié de cette scandaleuse mesure de liberté anticipée, trente d’entre eux étaient radicalisés. Comme dirait Stéphane Bredin, directeur de l’administration pénitentiaire, en contestant les chiffres du Point qui annonçait 130, « une petite trentaine». Si peu doit-on comprendre… Et que dire des deux personnes liées à l’attentat de Strasbourg, qui ont bénéficié le 19 mars dernier d’une libération conditionnelle grâce à cette mesure?  

Alors en accord avec la rhétorique de guerre brandie sans complexe par le Ministre de l’Intérieur, nous attendons que le Président de la République s’arme enfin du courage nécessaire et mette fin à sa coupable inertie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
boriss
- 28/09/2020 - 10:16
Vous avez dit "courage" ?
"Courage" est un mot qui ne figure pas dans le vocabulaire présidentiel.