En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

07.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 10 heures 53 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 12 heures 23 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 16 heures 17 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 17 heures 21 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 18 heures 24 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 19 heures 20 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 10 heures 41 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 11 heures 41 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 16 heures 48 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 17 heures 26 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 17 heures 56 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 18 heures 19 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 19 heures 3 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 19 heures 32 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 20 heures 6 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
Bruno Le Maire Jean Castex budget plan de relance
© LUDOVIC MARIN / AFP
Bruno Le Maire Jean Castex budget plan de relance
Atlantico Business

Un budget 2021 déformé par le Covid et qui n’ose pas prévoir un emprunt national, mais ça va venir

Publié le 28 septembre 2020
Le gouvernement dévoile son projet de budget pour 2021, dont le principal volet sera le plan de relance de l'économie de 100 milliards d'euros sur deux ans. Pas de hausse d’impôts mais du déficit payé par de la dette. Compte tenu des incertitudes liées à la deuxième vague de l’épidémie, ce budget n‘a plus aucune visibilité.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement dévoile son projet de budget pour 2021, dont le principal volet sera le plan de relance de l'économie de 100 milliards d'euros sur deux ans. Pas de hausse d’impôts mais du déficit payé par de la dette. Compte tenu des incertitudes liées à la deuxième vague de l’épidémie, ce budget n‘a plus aucune visibilité.

A fin septembre, moment où le gouvernement présente son projet de budget pour 2021, l’exécutif et le législatif vont se livrer à une grande partie de poker menteur puisqu’ils vont discuter d’un budget pour 2021, sachant qu’ils ne savent absolument pas ce qu’il va se passer dans deux mois et surtout dans six mois. C’est donc un budget mort-né et c’est de la faute de personne.

Le budget a été construit à un moment où on pensait s'être débarrassé du virus. Il nous restait donc à faire repartir la machine économique et à payer les factures. Il a donc été construit sur une hypothèse de croissance de 8% pour 2021, après une chute historique de 10% en 2020. Un déficit important certes, plus de 6% mais a priori finançable par de la dette  pas chère, et surtout - ce qui est nouveau - par une dette garantie en partie par le club européen. Des eurobonds qui ne diront pas leur nom mais avec la signature de l’Allemagne. Donc le budget était risqué mais on pouvait prendre le pari.

Au moment où le budget est présenté et a fortiori au moment où il sera discuté, les conditions macro-économiques peuvent avoir été complètement bousculées.

Le budget actuel est menacé par trois phénomènes.

Un, les effets de la crise sanitaire qui s’aggrave à nouveau. Dans l’hypothèse où on ne réussirait pas à enrayer cette deuxième vague, on sera bien obligé de durcir encore les mesures anti-covid, d’envisager même un nouveau confinement et dans ce cas, il faudra payer les dommages pour éviter ce qui pourrait ressembler à une guerre civile. Les Français ont accepté le confinement, les masques, les tests, etc. A voir ce qu’il s’est passé dans le centre de Marseille, on voit mal ce pays accepter à nouveau des mesures lui interdisant de bouger et de travailler. Donc, dans ce cas, il faudra payer. Heureusement que le plan de relance s’étalera sur deux ans, parce que compte tenu de la reprise épidémique, ce plan aurait été mort avant d’être né.

Deux, les effets de l'après-Brexit. La violence du virus nous avait fait oublier ce problème qui risque de déséquilibrer la construction européenne. On était parti sur un divorce soft entre gens intelligents. On se retrouve avec des gens désargentés qui ne voudront sans doute pas payer ce qu’ils nous doivent et organiser une rupture brutale.

Trois, l’élection américaine. Un phénomène dont on n’ose pas encore évaluer le coût... Trump ou Joe Biden. Le nouveau président américain remettra les pendules à l’heure. Donald Trump ne peut qu’accélérer la pression protectionniste au détriment de l’Europe. Joe Biden fera forcément fléchir la politique monétaire qui distribue actuellement des liquidités avec une générosité coupable pour l’avenir.

Ces trois facteurs, le virus, le Brexit, les USA, peuvent encore tout bouleverser.

Alors, si on suppose que ces trois phénomènes n’auront pas de conséquences aggravantes (on peut rêver!), le budget va effectivement porter un plan de relance de l’économie de 100 milliards d’euros, sans augmentation d’impôts. Ce plan va représenter le quart du budget, si l’on enlève la partie financée par l’Europe... ce qui entrainera de toute façon un déficit de 6,7%, compte tenu de toutes les dépenses ordinaires et extraordinaires liées à la crise du covid. D’où un endettement conséquent.

 La dette publique va donc dépasser les 116% du PIB. On est très loin des critères européens, mais ce relâchement a été autorisé par Bruxelles et par l’Allemagne d’ailleurs en raison de la crise. L‘Allemagne apportera sa signature pour garantir des emprunts européens. C’est la première fois. Faut-il que la situation soit grave, y compris pour les Allemands pour abandonner un tel dogme.

Globalement, en dehors du plan de relance, le budget sera d’une banalité affligeante. Le total des dépenses courantes va augmenter de 2 ,5 %, ça fait un budget de 300 milliards d’euros

Avec des départements ministériels qui sortent gagnants mais qui ne dessinent pas une nouvelle stratégie économique pour l’Etat :

Vont profiter de ce budget, l‘enseignement scolaire et plus particulièrement les enseignants : 400 millions d’euros sous forme de revalorisation de salaires. On essaie de désamorcer la frustration des personnels.

L’enseignement supérieur et la recherche vont toucher une part du gâteau mais pas de quoi faire la fête.

Puis en deuxième rang, tout ce qui touche à l’écologie, le développement et la mobilité rurale. Là, on va payer les écologistes et les gilets jaunes s’ils avaient l’idée de revenir prendre le frais sur les rond-point au printemps.

Le ministère de la Justice qui va voir son budget augmenter de 8%, c’est considérable

Le ministère de l’Intérieur, qui doit recruter 10 000 policiers de plus, ce qui est un record.

Les missions pour le travail et l’emploi, la culture seront elles aussi un peu mieux dotées. Les plus vernis sont donc les instituteurs, les policiers et les juges.

Les perdants.  On n’en parle pas en général, mais les fonctionnaires de Bercy vont se sentir perdants tandis que les aides au logement seront rabotées. A citer aussi l’audiovisuel public, les anciens combattants et enfin les régimes spéciaux de retraite. Ca va grogner du coté de la SNCF ou de la RATP parce que leur régimes auront du mal à boucler leurs finances, histoire de rappeler aux syndicats qu‘il y a dans la marmite une réforme qui reste à cuisiner.

La partie la plus spectaculaire de ce budget est regroupée dans le plan de relance de 100 milliards pour la réindustrialisation, la transition écologique et le social.

Le ministre de l’Economie va sans doute le rappeler haut et fort - et il aura raison - le budget sera en déficit mais le déficit sera financé par de la dette. Mais surtout , non seulement il n'y aura pas d’impôts nouveaux, mais le projet présenté prévoit plutôt des baisses d’impôts pour les entreprises, environ 10 milliards concentrés sur les impôts de production. 

Toute cette architecture est logique et cohérente dans la mesure où la priorité du gouvernement est de relancer l’économie, l’activité et l’emploi. Il ne peut pas toucher aux impôts sinon on asphyxie le système.

Il faut donc retrouver de la croissance et si on retrouve de la croissance, on aura de quoi couvrir les recettes et garantir les dettes.

Toute la question est de savoir ce qui peut se passer si la situation sanitaire dérape, si le Brexit explose et si Donald Trump continue de tweeter. Le gouvernement n’a officiellement pas de plan B.

Officiellement, parce que le gouvernement a dans ses coffres des réserves quasi secrètes : ces réserves sont constituées par l’épargne des Français. Elle est considérable, elle ne sert à rien qu’à rassurer les titulaires de comptes d’épargne. Il faut qu’elle revienne dans l’économie. Cette épargne actuellement n’est ni investie, ni consommée. Ça peut donner des idées à l’Etat. Un impôt nouveau ? Pas question, il a promis. Il y a d’autres solutions. L’idée, par exemple, peut germer dans un bureau d’énarque à Bercy. Pas besoin d’avoir beaucoup d‘imagination pour proposer d’organiser un grand emprunt national. Ça n’est qu’une idée ! Mais dans ce cas-là, on comprendrait que l'argent magique qui finance les dégâts du Covid soit financé par le miracle de l’épargne populaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 28/09/2020 - 16:15
Bonne remarque
de ajm .
lasenorita
- 28/09/2020 - 16:03
On va dans le mur!
800.000 suppressions d'emplois sont prévues cette année, du fait du Covid 19 et des dépenses engagées (des mesures de chômage partiel et des reports et des annulations de cotisations sociales décidées pour soutenir les entreprises en difficulté durant le confinement),la dette publique a augmenté de 12,7 points fin juin par rapport à fin mars, c'est la plus forte augmentation trimestrielle depuis que l'INSEE publie cet indicateur (en 1995)...C'est une raison de plus pour devenir ''égoïste'' c'est-à-dire penser ''aux Français d'abord'' et ne pas laisser ces sauvages musulmans nous envahir...ces ''clandestins musulmans'' qui viennent chez nous pour nous piquer nos sous ,nous refiler leurs maladies et faire des attentats! Darmanin a dit qu'un attentat est déjoué tous les mois!
Eface
- 28/09/2020 - 11:10
Pas de hausse d’impôt ???
Pas de hausse d’impôt ni d’impôts nouveaux dites vous ? Mais rappelez vous la phrase fameuse et fumeuse de Mr Darmanin : les taxes ne sont pas des impôts !!!! Et les taxes ont déjà commencé à augmenter ! Pour celui qui paye, payer des impôts ou des taxes c’est pareil, à la sortie, l’argent part de sa bourse pour alimenter un État obèse qui, non seulement ne fait aucune économie de fonctionnement mais qui bien au contraire augmente ses dépenses (congé de paternité de 28 jours qu’il faut financer, aides multiples et variées, augmentation de la prime rentrée scolaire, travaux somptuaires à l’Elysée...900.000 € juste pour le bureau de notre cher Président !!! etc, etc ...)
Alors non, Mr Sylvestre, le problème de ce budget n’est pas uniquement lié au Covid, au Brexit ou aux USA !