En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 9 heures 51 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 11 heures 22 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 15 heures 16 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 16 heures 20 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 16 heures 37 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 17 heures 22 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 18 heures 18 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 18 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 9 heures 40 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 10 heures 39 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 15 heures 47 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 16 heures 25 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 16 heures 55 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 18 heures 1 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 18 heures 31 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 19 heures 4 min
© ARIS OIKONOMOU / AFP
Angela Merkel Ursula Von der Leyen Europe Union européenne
© ARIS OIKONOMOU / AFP
Angela Merkel Ursula Von der Leyen Europe Union européenne
Atlantico Business

Ursula Von der Leyen, Angela Merkel, et Christine Lagarde, trois femmes qui ont transgressé les dogmes pour sauver l’Union européenne (et qui vont peut-être y parvenir...)

Publié le 26 septembre 2020
Les hasards de la vie politique et des agendas ont mis trois femmes à la tête de l’Europe et surprise, ces trois femmes s'acharnent à sauver l’Union européenne. Elles se sont emparées des pouvoirs et pourraient bien réussir à faire changer la gouvernance.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les hasards de la vie politique et des agendas ont mis trois femmes à la tête de l’Europe et surprise, ces trois femmes s'acharnent à sauver l’Union européenne. Elles se sont emparées des pouvoirs et pourraient bien réussir à faire changer la gouvernance.

Ce qui se passe en Europe est assez étonnant alors que la plus grande crise sanitaire et économique depuis la dernière guerre a mis la  planète toute entière à genoux, alors que l’Europe n’arrêtait pas de se fissurer de partout compte tenu de l’égoïsme de chacun des Etats-membres et se retrouvait écrasée entre les États-Unis et la Chine en pleine guerre (commerciale ), alors que la majorité des 27 États membres s’étaient quasiment convaincus qu'on s’installait dans le déclin et l'impuissance, voilà que cette vieille Europe a trouvé dans ses calendriers trois femmes qui paraissent bien déterminées à sauver l’Union européenne et à ignorer les chamailleries de « mecs »  qui ont épuisé tout le monde. Si l’Europe survit aux vicissitudes du Brexit, si l’Europe survit à la crise économique et sanitaire, si, pour qu’elle puisse redevenir un acteur crédible sur le marché international capable de parler aux deux grands que sont Xi Jinping et Donald Trump, c’est bien à trois femmes qu‘elle le devra. Trois femmes placées au pouvoir de l’Union européenne, au même moment par le plus grand des hasards du calendrier. Mais trois femmes que l’on découvre, déterminées à faire changer la construction et le fonctionnement de l’Union européenne pour que cette Europe échappe à l’asphyxie et trouve un deuxième souffle.

Le comble, c’est que ces trois femmes ont adopté des stratégies qui vont à l’inverse de leur propres Adn et de leur propre parcours personnel

Et quoi qu’on dise, ça marche.

Angela Merkel, a pris, à son tour la présidence du conseil en juillet dans une indifférence générale. Les pros européens étaient convaincus que la Chancelière ferait le service minimum tant elle était préoccupée par la situation allemande. Eh bien, elle restera comme le premier chef d’Etat ou de gouvernement à avoir installé en Europe une mutualisation des dettes. Beaucoup en parlaient et notamment les plus fragiles, mais l’idée que les plus riches puissent porter une part du fardeau appartenant aux plus pauvres relevait de la pure utopie. Tout le monde considérait qu’avec le fonds structurel et le jeu des subventions à l'investissement aux équipements de transport (autoroutes, voies de chemin de fer... ) et à l'agriculture, l’Union européenne avait largement atteint ses objectifs de solidarité. Le dogme édicté principalement par les Allemands était donc de scrupuleusement respecter les accords de Maastricht. Sodalité oui, à condition que chaque colocataire range sa chambre, et rembourse ses dettes, gère au plus près ses finances publiques et ne dépasse pas la ligne jaune dessinée par Maastricht des 3% de déficit. L’Allemagne d’Angela Merkel interdisait toute entorse à cette règle.

Contre toute attente, Angela Merkel a, avec la crise du coronavirus, changé de stratégie. Elle a surtout obtenu de son parlement et de son opinion publique, un assouplissement des règles. D’abord, en acceptant qu’on puisse s’affranchir de Maastricht, ensuite, qu'on puisse lancer des financements européens et enfin, que l’Allemagne elle-même se mette à emprunter, et creuser son propre déficit pour soutenir son activité. Tous les autres pays de l’Union européenne ne peuvent qu’accepter un tel compromis parce que tous les autres pays ont besoin d’une locomotive. Et qui d’autre que l’Allemagne pouvait jouer ce rôle ?

En acceptant que l’Europe puisse ensemble emprunter sur les marchés et redistribuer les crédits aux pays selon leurs besoins et non plus selon leur moyen de rembourser est en soi une révolution. C’est ce que va donc faire l’Union européenne dès le début de l’année prochaine pour financer les plans de relance.

D’aucuns, à gauche notamment rêvaient d’eurobonds, et d’autres de déficit accrus. Angela Merkel accepte les deux entorses au traité de Maastricht qu‘elle défendait bec et ongles.

Pourquoi Angela Merkel a-t-elle trahi ses premières convictions ? Tout simplement parce que l’Allemagne a besoin des marchés européens pour sa propre croissance et que l’Europe était en panne. Sauver l'Europe pour se sauver elle-même.

Ce qui est assez révolutionnaire dans cette décision, est qu’en acceptant les emprunts européens, la Chancelière ouvre la porte à une gestion plus fédérale de l’Europe. Elle prépare l'émergence en Europe d’un budget avec ses dépenses et ses recettes propres parce qu’au bout du bout, il faudra bien donner aux marchés des garanties fiscales européennes. Les politologues ne manqueront pas de souligner que, contre toute attente, Angela Merkel terminera son parcours politique adoubée comme jamais par son opinion publique. Angela Merkel n’a jamais été aussi populaire et aimée que maintenant, alors qu‘elle avait débuté son dernier mandat sans aucun crédit.

Ursula Gertrude Von der Leyen est devenue présidente de la Commission européenne à la surprise générale. Cette Allemande issue de la bonne bourgeoisie de Hanovre aux connexions aristocratiques a fait sa carrière au sein de la CDU, les chrétiens démocrates. Elle a été plusieurs fois ministre du gouvernement fédéral, et elle a failli être élue leader du parti avec la ferme ambition de postuler à la succession d’Angela Merkel à la tête de la coalition au pouvoir. Et puis elle a raté ce train, ce qui n’était pas pour déplaire à la Chancelière qui ne l’aimait pas. Mais en Allemagne comme ailleurs, on évite les guerres à l’intérieur de la famille. Ursula Von der Leyen sera proposée par Berlin pour occuper la présidence de la Commission, là où on attendait plutôt un homme comme Michel Barnier, le négociateur du Brexit.

Arrivée à Bruxelles quelques mois avant Angela Merkel, Ursula Van der Leyen comprend très vite que sa fonction lui permet de changer les choses en Europe. Elle comprend très vite que l'Europe est en risque de paralysie et d’effondrement pour des raisons économiques et migratoires.

Il faut donc renforcer la puissance des groupes industriels européens pour créer une sorte de patriotisme européen capable d’affronter la concurrence chinoise et américaine. D’où engagement de réformer le droit de la concurrence. Pour elle, ce droit de la concurrence ne doit pas seulement protéger le consommateur, mais ce faisant, ne pas affaiblir les producteurs industriels par des normes et des contraintes qui viendraient freiner leur croissance.

Mais Ursula Van der Leyen s’est surtout mise en tête de reformer les politiques migratoires. L’Europe ne peut pas continuer d’accueillir des milliers de réfugiés sans savoir pourquoi et pourquoi faire. Toute la misère du monde ne peut pas se réfugier en Europe... comme disait déjà Michel Rocard.  L'Europe a un besoin urgent de mettre un peu de rationalité dans cette politique de solidarité qui paraît édictée principalement par l’émotion ou la compassion

Sur ces deux points, elle répond à l’opinion publique avec beaucoup de courage que les dirigeants politiques n’ont pas osé faire preuve de peur de froisser leur électorat.

La troisième femme qui fut envoyée au chevet de cette Europe malade, c’est évidemment Christine Lagarde, ancienne ministre française, ancienne présidente du FMI. Christine Lagarde n’était pas destinée à la présidence de la BCE. La France la défendait pour aller à Bruxelles, mais Nicolas Sarkozy ne voulait pas s’opposer à Angela Merkel.  Christine Lagarde a hérité de la politique non conventionnelle de Mario Draghi. Et face à la crise sanitaire qui annonçait la crise économique, elle a non seulement relancé le logiciel de Mario Draghi, mais elle en a rajoute en ouvrant de façon quasi illimitée les lignes de crédit aux banques pour éviter les ruptures de liquidités. Quoi qu’il en coute !

La Banque centrale européenne, dirigée par Christine Lagarde a sans doute permis à l’Europe d’éviter de s’effondrer dans des proportions catastrophiques.

Là encore, la méthode utilisée était complètement à l'opposé du dogme monétaire qu‘elle était censée faire respecter. Mais elle a su s’adapter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 27/09/2020 - 10:21
Politique monétaire, le revirement allemand.
La BCE continue sa politique de création monétaire et de rachat d'actifs massivement comme le font la FED, la Banque du Japon, la Banque d'Angleterre, pas plus et même souvent moins etc...sans cela, la France serait déjà en défaut sur sa dette, ainsi que la moitié de l'Europe, et on seraient obligés de diminuer brutalement toutes nos dépenses collectives sociales et autres etc...s'agissant de l'inflation qui pourrait être provoquée par une telle politique ( en théorie) , elle est en fait presque nulle ( à part une poussée des actifs immobiliers dans les grandes métropoles et, aux USA, la montée de la valorisation boursière des GAFA).
L'Allemagne réalise aussi que ses grands marchés en Asie ( surtout Chine) et en Amérique ( USA surtout) vont se réduire ( protectionnisme et forte montée en gamme concurrentielle chinoise) et que son " hinterland" européen va être encore plus vital pour son économie.
Tout concours donc pour que cette politique monétaire dure longtemps, peut-être comme celle de la Banque du Japon qui lutte contre la déflation depuis des décennies.
Nicolas59
- 26/09/2020 - 16:48
Interprétations
Heureusement que cet article met les choses au point (sic) .
Merkel ouvre les vannes de la BCE. En fait elle n’a pas le choix car l'économie allemande est gravement en péril. La ligne de fonds financiers ouvert par le gouvernement allemand pour soutenir est 3 fois celle ouverte en France. La digue idéologique cède devant les réalités et rien d’autre.
Von der Leyen parle surtout de répartition de l’immigration et menace de sanctions ceux qui renâclent. Quoi de neuf la dedans?
Quand à Lagarde , elle poursuit la politique de planche à Billets inaugurée avant elle a l’instar des autres banques centrales. Elle se concentre sur le silence car sa première intervention fut une gaffe.
Il faut dire qu’en matière de monétaire c’est pas trop sa spécialité.
Il faut la foi du charbonnier pour voir en ces trois dames les héroïnes de l’UE qui tiens tant au coeur de l’auteur de l’article.
Hormis le fait que la vision politique de l’Allemagne prévaut , donc ses intérêts en premier , est ce que cela va sauver l'économie allemande ?
C’est plutôt la question et pas autre chose.
TPV
- 26/09/2020 - 14:27
3 fausses derches
3 immigrationnistes qui cautionnent les crapules politicardes gauchistes culturelles et mondialistes au pouvoir depuis 40 ans. La merde remontant à plus de 50 ans.