En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

07.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 10 heures 56 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 12 heures 27 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 16 heures 21 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 17 heures 24 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 18 heures 1 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 18 heures 27 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 19 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 10 heures 44 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 11 heures 44 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 16 heures 52 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 17 heures 30 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 17 heures 59 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 18 heures 22 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 19 heures 6 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 19 heures 35 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 20 heures 9 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
Jean Castex Seine-Saint-Denis
© LUDOVIC MARIN / AFP
Jean Castex Seine-Saint-Denis
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

Publié le 25 septembre 2020
Le Premier ministre Jean Castex et une partie du gouvernement se rendront à Saint-Ouen, Bobigny et Pantin ce vendredi. Les élus attendent des actions concrètes de la part du gouvernement. En octobre 2019, Edouard Philippe avait déjà présenté un plan d’action de 23 mesures pour la Seine-Saint-Denis.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Farid Temsamani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Farid Temsamani est consultant en intelligence économique et porte-parole de l'association "Banlieue Plus".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre Jean Castex et une partie du gouvernement se rendront à Saint-Ouen, Bobigny et Pantin ce vendredi. Les élus attendent des actions concrètes de la part du gouvernement. En octobre 2019, Edouard Philippe avait déjà présenté un plan d’action de 23 mesures pour la Seine-Saint-Denis.

Atlantico.fr : La Seine-Saint-Denis est souvent perçue comme l'un des territoires les plus déshérités de France, sa situation est-elle aussi désespérée qu'il y paraît ? 

Laurent Chalard : Non, sa situation n’est pas aussi désespérée que cela car tout dépend des indicateurs utilisés. 

En effet, contrairement à une idée reçue, la Seine-Saint-Denis est, dans la dernière décennie, l’un des départements les plus dynamiques de France sur le plan économique, avec de nombreuses créations d’emplois à la clé. Selon les données de l’Insee, entre 2007 et 2017, le nombre d’emplois a augmenté de 44 000 unités, soit une hausse de 8,2 %, un taux de croissance plus de deux fois supérieur à la moyenne francilienne de + 2,7 % sur la même période ! Il s’ensuit que le département se rapproche progressivement du niveau d’équilibre emplois/actifs, avec un indicateur de concentration d’emploi de 89,3 en 2017. Le moindre coût du foncier par rapport à Paris intra-muros et les nombreuses friches industrielles relativement proches du centre de la capitale ont conduit à une explosion de l’immobilier de bureau dans le département, en particulier dans les communes limitrophes de Paris : Saint-Ouen-sur-Seine, Saint-Denis, Aubervilliers, Pantin ou encore Montreuil. L’industrie et son corollaire le monde ouvrier relèvent du passé, dans un département aujourd’hui fortement tertiarisé, comme en témoigne le fait que les emplois localisés en Seine-Saint-Denis sont désormais majoritairement des emplois qualifiés avec 51,1 % d’emplois de cadres et de professions intermédiaires en 2017. 

En fait, c’est surtout au plan des indicateurs sociaux que la Seine-Saint-Denis apparaît comme particulièrement déshéritée car, contrairement, aux autres départements franciliens, la pauvreté s’y est généralisée à la majorité des communes. Pour la plupart des indicateurs, que ce soit le taux de chômage, le taux de pauvreté, les revenus des ménages, la Seine-Saint-Denis se caractérise par les plus mauvaises performances au niveau national avec les départements d’Outre-Mer. Cependant, si l’on analyse l’évolution récente d’un indicateur social comme les CSP en Seine-Saint-Denis, selon les données de l’Insee, on constate que le nombre de cadres a grimpé de 30 % entre 2007 et 2017, passant de 85 000 personnes à près de 112 000, soit une hausse de leur part dans la population active de 2,7 points, du même ordre que la région Ile de France. De même, entre 2012 et 2017, le taux de chômage n’a progressé que de 0,2 point en Seine-Saint-Denis contre de 0,5 point en moyenne en Ile de France. Si la situation actuelle demeure très mauvaise pour les indicateurs sociaux, il n’en demeure pas moins quelques lueurs d’espoir, qui laissent à penser que le département commence timidement à sortir du marasme social.

Farid Temsamani : Le plus déshérité de France métropolitaine, c’est indéniable. La Seine-Saint-Denis cumule malheureusement nombre d’indicateurs de difficultés. 

Le taux de pauvreté des individus frôlait déjà les 30% avant la crise sanitaire du Covid selon l’Insee. Soit quasiment deux fois le taux de pauvreté français : 14,5% avant Covid.

Le chômage y dépassait déjà les 10% contre un peu plus de 8% pour la moyenne nationale avant la crise sanitaire. Certains quartiers du département voient cette statistique toucher la moitié de la jeunesse. 

S’agissant de ces deux indicateurs, il est à craindre une aggravation sans précédent avec la crise économique issue de l’épidémie.

La seine saint denis est également pour des raisons historiques le département avec l’un des plus grand parc HLM du pays ; près de 40% des logements sur le territoire. 

La disparité avec les autres départements d’Ile de France y est flagrante.

Cela se traduit par une inadéquation des moyens dont dispose ce territoire pour répondre à ces maux

Chaque gouvernement ou presque présente des plans pour "sauver" la Seine-Saint-Denis sans que la situation des habitants paraisse beaucoup en bénéficier, l'Etat est-il le bon acteur en matière d'efficacité ? 

Laurent Chalard : Dans un contexte de mondialisation libérale, les dynamiques urbaines au sein des villes globales, dont Paris fait partie, relèvent beaucoup plus du marché que de l’action de la puissance publique, même si cette dernière par des interventions symboliques peut accélérer la revalorisation d’un territoire auprès des investisseurs, comme ce fut le cas avec l’implantation du Stade de France à Saint-Denis, moteur ensuite du redéveloppement de la zone industrielle de la plaine de Saint-Denis. Il s’ensuit que si l’intervention de l’Etat est nécessaire, c’est surtout la dynamique des acteurs privés endogènes ou exogènes qui est à l’origine de l’évolution des territoires, avec une part de hasard certaine (un territoire perçu comme répulsif peut devenir attractif en quelques décennies pour diverses raisons). Pour l’Etat, il s’agit essentiellement de permettre un fonctionnement correct des services publics, que ce soit l’école, la police ou la santé, afin de ne pas rendre répulsif ce territoire. Or, à l’heure actuelle, le principal frein au développement de la Seine-Saint-Denis est la situation sécuritaire insatisfaisante et la montée des communautarismes, que l’Etat n’arrive pas à endiguer, en gardant en tête que la situation dans le domaine en Seine-Saint-Denis n’est probablement pas pire qu’ailleurs si l’on rapporte le nombre de dérives constatées à l’importance de la population issue de l’immigration internationale. Dans ce cadre, la situation dans le département voisin du Val-d’Oise apparaît relativement plus préoccupante.

Farid Temsamani : Les exécutifs nous ont habitués à des plans banlieues. La Seine saint denis a également ses plans de communication réguliers. A croire que certains de ces territoires servant parfois de décors cinématographiques deviennent des décors de visites ministérielles, voire présidentielles.

Forcer de constater que les effets pour juguler les indicateurs de misère sont limités. Les services de l’état aussi dévoués qu’ils peuvent être sont dépassés par les besoins conséquents. Pire, à l’évidence, l’action étatique est déficiente sur les quatre dernières décennies. 

Clairement la réponse n’est pas suffisamment calibrée pour répondre à l’ensemble des difficultés. Nous pouvons même dire que la volonté politique de l’Etat centrale y est limitée. 

Au-delà de la culture limitée concernant l’efficacité de l’action publique en général, l’association des libertés locales exercées grâce à la décentralisation et l’action de l’état sur le territoire n’est pas toujours des plus cohérentes. En effet, dans un département marqué lourdement par le communisme municipal, l’évolution des mentalités pour mener à bien les actions correctives sur les difficultés structurelles telles que l’habitat par exemple est encore très lente. Certains exécutifs municipaux ont encore énormément de mal à lancer des programmes de destruction dans le cadre de la rénovation urbaine.

La Seine saint Denis et ses habitants y paient un lourd tribu, le millefeuille territoire n’aidant pas.

La croissance nationale globale est-elle le seul moyen de sortir les quartiers pauvres de leur situation sociale en permettant la création d'emplois ?

Laurent Chalard : La Seine-Saint-Denis montre bien que ce n’est pas vraiment le cas, puisque la forte croissance économique constatée n’entraîne pas une baisse drastique de la pauvreté sur le territoire, même si elle a un effet positif, pour la simple raison, que la majorité des emplois de cadres créés sur le territoire sont occupés par des personnes qui résident dans un autre département. En effet, le niveau de qualification des nouveaux emplois proposés ne correspond pas aux qualifications de la main d’œuvre résidente. En conséquence, c’est surtout le modèle métropolitain qui est problématique, dans le sens que la désindustrialisation a entraîné la disparition de nombreux emplois peu qualifiés de type ouvrier au sein des grandes métropoles, ne permettant pas à l’ensemble des populations les moins diplômées d’exercer un emploi. Si tous les experts s’accordent sur le constat, néanmoins, aucun n’a réussi, jusqu’ici, à proposer une solution efficace pour résoudre le problème.

Farid Temsamani : Avec une croissance nationale de l’ordre d’à peine plus de 1 % avant la crise du Covid, elle ne peut être le seul moyen pour lutter contre les difficultés sociales de la Seine-Saint-Denis.

Paradoxalement, la croissance de l’emploi et de la création d’entreprise y sont plus soutenus qu’ailleurs. Malheureusement, l’employabilité n’est pas toujours en adéquation avec la dynamique de développement d’une partie du territoire. En conséquence, les emplois sont en partie occupés par des non-sequano-dionysiens.

L’offre de formation par exemple sur le territoire est soit sous-dotée, soit complètement en adéquation avec les besoins réels.

Existe-t-il beaucoup d'exemple de gentrification, de quartiers qui s'en sortent par un embourgeoisement des populations ? Quels exemples étrangers seraient à suivre en matière de développement économique et social ? 

Laurent Chalard : Effectivement, si le phénomène dominant en Seine-Saint-Denis au cours des dernières décennies est la paupérisation généralisée du territoire, depuis une grosse dizaine d’années, voire un peu plus dans certaines communes, les choses évoluent, avec certaines communes du département connaissant des croissances du pourcentage de cadres parmi les plus élevées de la région, ce que l’on appelle la gentrification. Face à la saturation de Paris intra-muros, où le marché de l’immobilier est devenu inaccessible pour une large majorité de la population francilienne, de nombreux parisiens issus des classes moyennes se tournent vers les communes de Seine-Saint-Denis les plus proches de Paris et les mieux desservies en transports en commun, plébiscitant les quartiers de type faubourg ou pavillonnaires, mais snobant les grands ensembles, ce qui sous-entend qu’une petite partie seulement du territoire du département est concernée par le processus. Par exemple, entre 2006 et 2016, Saint-Ouen-sur-Seine remporte la palme de la Proche Couronne pour la progression du pourcentage de cadres, soit + 12,6 points ! Les autres communes concernées par le processus de gentrification sont presque toutes situées dans l’EPT Est Ensemble, qui prolonge les quartiers « bobos » de l’est parisien avec des taux de croissance des cadres supérieurs à 5 points entre 2006 et 2016 : Pantin, Les Lilas, Montreuil, Romainville et Bagnolet. La seule exception est la commune de Neuilly-Plaisance plus éloignée de Paris, qui affiche une hausse de + 6,2 points des cadres entre 2006 et 2016, liée au développement du quartiers d’affaires du Val de Fontenay dans le département voisin. 

Farid Temsamani : Effectivement, avec la pression immobilière, une gentrification s’installe durablement surtout pour les communes limitrophes de Paris. 

Néanmoins, les conséquences n’y sont pas toujours positives partout. La cohabitation avec les habitants historiques amène son lot de défiance. Pire, le phénomène a pour conséquences la fuite des classes populaires vers la grande périphérie, ou l’absence de mixité à l’échelle scolaire du fait de l’accroissement des établissements privés.

À l’étranger, la réussite la plus marquante est sans aucun doute celle d’Harlem à New York dans les années 80.  Elle est à eu pour conséquences la construction de nouveaux habitats et la réhabilitation des anciens logements. 

Sa réussite, au-delà du bâti, est l’alliance d’une véritable vision de la transformation économique et sociale du territoire, et de la collaboration en bonne intelligence entre la ville et l’état fédéral, notamment sur l’aspect financier.

En France, cette vision de la transformation existe également sur nombre de territoires grâce à des leaderships locaux et la rénovation urbaine lorsqu’elle est bien sollicitée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 25/09/2020 - 22:04
il se trouve -source les journalistes du Monde peu suspects
de sympathie envers le RN- que le 93 est composé à 50% de personnes d'origine arabo-musulmane. Exactement 800000 personnes sur 1600000 <.
("Inch Allah , l'islamisation à l'oeuvre en Seine St Denis"/Davet/Lhomme)
Compte tenu de la dynamique démographique , ce dpt comptera 70 à 80% d'habitants d'origine arabo-musulmane dans 30 ans.
C un laboratoire qu'il sera intéressant de suivre.
Iguane19
- 25/09/2020 - 18:39
Casteix
Je ne sais pas si mon impression est partagée mais chaque fois qu'on nous inflige une photo de notre premier ministre, on le voit grimaçant, lèvres pincées, et il me fait immanquablement penser au faciès de Louis de Funès lorsqu'il s'apprêtait à faire une connerie, le comique en moins.
Iguane19
- 25/09/2020 - 18:35
Ethnique ?
"Pour la plupart des indicateurs, que ce soit le taux de chômage, le taux de pauvreté, les revenus des ménages, la Seine-Saint-Denis se caractérise par les plus mauvaises performances au niveau national avec les départements d’Outre-Mer."
S'agirait-il de comparaisons ethniques ?