En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

07.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 10 heures 33 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 12 heures 3 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 15 heures 58 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 17 heures 1 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 17 heures 19 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 18 heures 4 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 19 heures 41 sec
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 10 heures 21 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 11 heures 21 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 16 heures 29 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 17 heures 7 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 17 heures 36 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 17 heures 59 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 18 heures 43 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 19 heures 12 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 19 heures 46 min
© Pavel Golovkin / POOL / AFP
Recep Tayyip Erdogan Turquie influence France
© Pavel Golovkin / POOL / AFP
Recep Tayyip Erdogan Turquie influence France
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

Publié le 24 septembre 2020
Jean-Pierre Marongiu revient sur l'influence de la Turquie et de Recep Tayyip Erdogan notamment en France.
Jean-Pierre Marongiu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Marongiu est écrivain, conférencier, ingénieur, expert en Management et Directeur général et fondateur du thinktank GRES : Groupe de Réflexions sur les Enjeux Sociétaux.Perpetuel voyageur professionnel, il a parcouru la planète avant de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Marongiu revient sur l'influence de la Turquie et de Recep Tayyip Erdogan notamment en France.

Recep Tayyip Erdogan est féru d’histoire, il s’en abreuve et sait en tirer les leçons. Une leçon qu’il donne en cette rentrée des classes à l’élève Emmanuel Macron : « Vous manquez de connaissances historiques, monsieur Macron, vous n’avez pas fini d’avoir des ennuis avec moi ! » (Déclaration du 12 septembre 2020)

Le professeur Erdogan sait que les empires s’affaiblissent, sombrent dans la décadence et finissent toujours par s’effondrer sous les coups réitérés de barbares qui donneront naissance à d’autres empires plus martiaux.

Erdogan est persuadé que son heure a sonné. Il fait peur à l’occident. Il savoure les balbutiements gênés d’Angela Merkel, il connaît les limites idéologiques qu’imposent les démocraties. Il se sent sécurisé par la présence turque au sein de l’OTAN. Il sait que l’Amérique muselée par l’implantation de bases de missiles nucléaires sur le sol anatolien ne peut pas même froncer un sourcil sous peine de perdre une bonne partie de sa force de dissuasion, le tsar de Russie, Vladimir Poutine, pour la même raison ne peut se permettre une escalade guerrière avec le néo-sultan ottoman.

Les réseaux, les associations, les municipalités qu’il a infiltrés en France lui permettent de sermonner le galopin Macron au point de le menacer en méditerranée d’une fessée aussi militaire que salutaire.

Erdogan n’est pas isolé dans son ivresse de conquête mégalomane, ou plutôt selon lui, de reconquête des territoires historiques. Pour cela il peut s’appuyer sur ses rémoras, les Frères musulmans et leurs mosquées véritables « safe house » pour terroristes de tous poils capables de mettre le feu aux cités, de manipuler des élus municipaux, d’abriter, d’organiser et de fournir la logistique nécessaire à toutes les manifestations islamiques. 

Il peut également compter sur une complicité de tous les instants avec le Qatar, lequel fournit des fonds inépuisables en échange d’un soutien militaire contre ses assiégeurs, l’Arabie Saoudite, Bahreïn, les Émirats unis et l’Égypte. D’autant que l’émir du Qatar lui doit une fière chandelle concernant la tentative ratée, mais sanglante, de coup d’État passé sous les radars médiatiques en mai dernier. C’est l’armée turque basée à Doha qui a libéré un Sheikh Tamim, hagard et blessé des mains des mutins.

Le Qatar, qui est en position d’influencer plus de 75 % des médias français ne se prive pas pour museler les informations désobligeantes envers le dictateur turc.

Longtemps, Tariq Ramadan et son financier le Qatar ont régné sur l’islam de France. La chute de l’islamologue, et l’effacement du Qatar consécutif au rapprochement américano-saoudien ont permis à Erdogan de se substituer au prédicateur violeur. 

Depuis plusieurs années, les réseaux turcs ont acquis une influence grandissante sur l’islam de France. La réalité de la main mise d’Erdogan et des Frères musulmans sur les médias français est apparue en pleine lumière quand ces derniers ont obtenu le retrait des affiches du Point d’un numéro consacré au « dictateur » Erdogan. 

Erdogan a pris les rênes du Conseil français du culte musulman (CFCM) en nommant à sa tête un de ses très proches fidèles : Ahmet Ogras. Le CFCM soutient et finance le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), une émanation des Frères musulmans qui œuvre pour la renaissance islamique et contre l’emprise laïque occidentale.

Le Parti Égalité et Justice (PEJ) qui surveille et mobilise la diaspora turque n’est rien d’autre qu’une officine de l’APK, laquelle en intégrant les réseaux Frères musulmans s’adresse désormais à tous les fidèles du prophète. Aux dernières législatives, le PEJ a présenté une soixantaine de candidats, dont des femmes voilées. Dans son manifeste, le PEJ assume sa proximité avec le COJEP, la milice politique d’Erdogan, appelle à la suppression des lois contre le port du voile et dénonce « l’islamophobie » française.  Les forces d’extrême gauche française offrent à la fois une tribune, une légitimité et un rempart juridique à la coalition islamiste des Frères musulmans de la Turquie et du Qatar.

Le PEJ rejette la politique d’assimilation, fait la promotion du séparatisme, et stigmatisant le mode de vie dépravé et libertin de la société française.

Erdogan a pleinement réussi sa stratégie d’entrisme dans les conseils municipaux, les partis politiques, les universités et les associations. La nouvelle alliance islamiste Turco-Qatari-Frères Musulmans, exploite les failles et les faiblesses de la société et de la démocratie française. Les réseaux néo-ottomans infiltrent les facultés, ciblent les étudiants dans le besoin, proposent aide et services à la personne dans les quartiers difficiles, organisent des séminaires sur les discriminations. La France est devenue le marchepied de l’islamisation en Europe. Islamisation dont les Frères musulmans sont les architectes, le Qatar l’investisseur et Erdogan le chef d’orchestre.

La surveillance et le contrôle rapproché de la diaspora turque en France a pour but la mobilisation de l’électorat durant les meetings électoraux afin de s’assurer de la bonne orientation des votes des Turcs de France aux élections comme aux référendums. L’APK pouvant même se permettre d’éliminer sur le sol français des opposants politiques kurdes et le faire savoir sans conséquences autres que des rodomontades outrées du ministère des Affaires étrangères.

Erdogan a investi massivement la scène religieuse française, la moitié des imams détachés sont turcs. En s’associant les réseaux des Frères musulmans, Erdogan est parvenu à exercer un contrôle d’influence sur le monde musulman français. Plus que cela il incarne désormais un islam conquérant, il est un phare pour les érudits religieux et un modèle pour les fidèles. 

Son penchant pour l’histoire le pousse à une réécriture de celle-ci. Dans son discours, Erdogan met en scène une Turquie puissante qui aurait été colonisée par les Occidentaux. Le nouvel Empire ottoman est présenté comme une réaction salvatrice et divine de l’islam contre un Occident croisé et décadent.

Considérée à la fois comme le ventre mou politique de l’Europe, la France est la cible privilégiée d’Erdogan, car la France est également la seule armée européenne en exercice apte à défendre les frontières européennes face à l’islamisme ou qu’il se trouve dans le monde.  

Militairement, la France est l’ennemi à abattre et cela est d’autant plus facile que la faiblesse politique française sur le plan international est aggravée par une situation intérieure insurrectionnelle orchestrée par l’axe islamogauchiste à la solde d’Erdogan.

La France est devenue la cible d’Erdogan à plusieurs titres :

- Elle est au carrefour d’un nationalisme déclinant et elle accueille les forces vives de la plus forte communauté musulmane du continent.

- Parce que son attachement au principe de laïcité fournit un prétexte aux idéologues religieux qui peuvent se victimiser en l’accusant d’islamophobie.

- Son passé colonial est un levier qui permet de mobiliser en exacerbant la dette historique.

Dans l’Hexagone, les réseaux de l’APK recrutent non seulement des citoyens turcs, mais également les Franco-Maghrébins obnubilés par les questions identitaires et en recherche de séparatisme. L’influence turque progresse dans les banlieues islamisées franco-maghrébines, Erdogan est l’homme fort capable de tenir tête aux nations croisées occidentales.  Son soutien au Hamas, aux opposants syriens, aux Rohingyas de Birmanie et sa détestation d'Israël font de lui le champion de l’Islam. Pour les plus fanatiques, il est même le Mahdi l’envoyé d’Allah pour unifier tous les musulmans.

En France, Erdogan a fait pousser une nouvelle tête de l’hydre pour remplacer celle décapitée, de Tarik Ramadan, il s’agit de Marwan Mohamed. 

L’ex-chef du CCIF, a lancé à la demande la Turquie, la grande consultation des musulmans. Marwan Mohamed exige l’abrogation de la loi sur le voile à l’école et s’insurge contre l’existence d’un « islam de France ». Il a mené une campagne véhémente contre les caricatures de Charlie Hebdo, défend le port du burkini, dénonce la « gestion coloniale des musulmans » en France et agite la rhétorique des droits de l’homme et de la discrimination dont seraient victimes les femmes musulmanes en France pour attaquer les principes de la République. 

Si la France est si perméable à l’influence turque, c’est parce qu’elle est encore dans le déni de l’ennemi islamiste de l’intérieur. Il est crucial et vital pour la France que l’administration macronienne prenne rapidement la mesure de la menace islamiste et ne commette pas les mêmes erreurs que le laxisme barakobamesque envers les Frères Musulmans avec les mêmes dérives et conséquences.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 24/09/2020 - 18:39
Merci, Monsieur Marongiu pour cet excellent article...
Et aussi de le conclure avec une pointe d'humour: "Il est crucial et vital pour la France que l’administration macronienne prenne rapidement la mesure de la menace islamiste". Là, on est tranquilles.
assougoudrel
- 24/09/2020 - 16:56
376 Officiers Généraux en
activité en France et 5400 à la retraite (l'effectif de 5à 6 régiments d'Infanterie); j'espère qu'ils chiadent un plan, qu'ils se préparent à servir le pays et non une bande de petits mafieux, lâches, merdeux et mesquins.
JBL
- 24/09/2020 - 16:14
Peut-être une opportunité !!!
Tout est dit dans cet excellent article. Peut-être qu'une opportunité va se présenter. Elle ne se présentera sans doute qu'une seule fois. Erdogan, en bon joueur d'échec et tout auréolé de l'importance qu'il s'accorde à prétendre diriger le monde arabe, va pousser Macron dans ses retranchements. Il va commettre en méditérannée une ultime provocation pour discréditer Macron et l'occident. L'évènement sera sans doute d'une gravité exceptionnelle. Les conséquences seront soit une hégémonie de l'islamisme en France et en Europe, soit un coup d'arrêt à ce qu'on peut déjà appeler l'invasion actuelle et l'influence arabe que l'on subit depuis 40 ans.
Les arabes ne respectent que la force. Peut-être qu'une opération soigneusement anticipée et préparée, qui consisterait à envoyer par le fond 2 à 3 bateaux turcs lors de cette provocation, changerait la donne et la géopolitique de manière radicale. Je verrais bien De Gaulle faire ce type d'opération. Macron, ne me semble pas suffisamment préparé, ni culturellement, ni psychologiquement pour défendre ainsi son pays. Il va biaiser, se coucher et entraîner son peuple dans la soumission.