En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 jour 18 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 jour 23 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 24 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 1 heure
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 1 heure
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 2 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 2 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 3 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 3 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 4 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 jour 21 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 jour 23 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 45 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 1 heure
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 1 heure
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 2 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 2 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 3 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 3 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 4 heures
© STR / AFP
panneau solaire transition énergétique charbon Chine
© STR / AFP
panneau solaire transition énergétique charbon Chine
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

Publié le 24 septembre 2020
Fief de l’utilisation intensive du charbon, la Chine vient d’annoncer un plan de transition vers des énergies renouvelables. Faut-il y croire ?
Philippe Charlez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Charlez est ingénieur des Mines de l'École Polytechnique de Mons (Belgique) et Docteur en Physique de l'Institut de Physique du Globe de Paris. Expert internationalement reconnu en énergie, Charlez est l'auteur de nombreuses publications et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fief de l’utilisation intensive du charbon, la Chine vient d’annoncer un plan de transition vers des énergies renouvelables. Faut-il y croire ?

Atlantico.fr : Quelle est la stratégie de la Chine derrière ce plan ambitieux de transition écologique ? Quels pourraient être les bienfaits de cette stratégie de la part de la Chine.

Philippe Charlez : La Chine donne toujours dans la « démesure ». Première population mondiale avec ses 1,4 milliards d’habitants, l’Empire du Milieu (BP Statistical Review 2019) consommait en 2019 24% de l’énergie primaire mondiale et émettait 29% des GES. Elle produisait et consommait la moitié du charbon de la planète et 14% de son pétrole. Son mix énergétique est encore à 85% composé d’énergies fossiles et son électricité à 65% charbonnière.

Depuis le début du siècle, la consommation énergétique de la Chine toutes sources confondues s’est accrue de 333% et ses émissions de 300%. Il n’y a pas de miracle ! Quand on étale en moyenne 6% de croissance par an on ne peut en miroir qu’accroitre dans des proportion similaires sa consommation d’énergie et ses émissions de GES

Mais la Chine est aussi et de loin la plus avancée en matière de transition énergétique. Elle est à la pointe notamment dans la « ville laboratoire » de Shenzhen où la plupart des véhicules roulent à l’hydrogène, produit 80% des panneaux solaires et des métaux rares. Elle a mis en œuvre au cours des 15 dernières années 25 GW d’hydroélectricité (Barrage des trois gorges du jamais vu dans l’Histoire) et 410 GW de solaire et d’éolien ce qui représente l’équivalent de 7 fois la capacité nucléaire française. Pourtant ces 410 GW ne produisaient en 2019 que 10% de l’électricité chinoise.

La Chine est donc à la fois le moins bon et le meilleur élève de la transition énergétique mondiale. La réduction de ses émissions est d’une importance stratégique quant au futur de la planète. On peut même dire que la transition énergétique chinoise est le « problème ».

Pourra-t-elle pour autant comme elle l’annonce devenir neutre en carbone à l’horizon 2060 ? Rien n’est moins sûr. On assiste aujourd’hui un peu partout à une surenchère des « agendas inversés » annonçant des objectifs plus qu’ambitieux sans pour autant y associer un planning, des moyens humains et financiers. Ainsi sans aucune autre précision la présidente de la Commission Européenne Ursula Van der Layen a annoncé lors de son discours sur l’état de l’Union qu’elle remontait les objectifs de l’Europe en termes de réduction des émissions de 40% à 55% à l’horizon 2030. Tous les experts savent que cet objectif est inatteignable. La Chine repousse certes l’échéance à 2060 mais rien ne permet aujourd’hui valider cette stratégie si l’on ne met pas derrière un plan précis de décarbonation.

La Chine et l'Asie dépendent toujours fortement du charbon. Cette étape des autorités chinoises va-t-elle permettre de faire évoluer les pratiques sur le recours au charbon dans les années à venir ?

Remplacer le charbon par des renouvelables intermittents avec le support de moyens de stockage reste et restera une chimère propre à l’écologie politique. Toute personne raisonnable sait que la production d’électricité renouvelable intermittente (12% de taux de charge pour le solaire et un peu plus de 20% pour l’éolien on-shore) dans le mix électrique d’un pays ne pourra excéder 30% : avec 410GW la production d’électricité renouvelable n’atteignait en 2019 que 10% de la consommation chinoise. Pour la Chine, sortir du charbon ne sera donc possible qu’en s’assurant du support d’un « ami fidèle » qui ne peut être que le gaz ou le nucléaire.

Parallèlement à leur stratégie très visible de mise en œuvre massive de solaire et d’éolien, les chinois montent en puissance sans trop le dire mais de façon très significative dans le gaz et le nucléaire. Ainsi fin 2019 la première centrale EPR de Taischan (deux réacteurs de 1,65 GW) a démarré. La Chine a aussi signé avec la Russie en 2014 un gigantesque contrat de 400 G$ pour importer du gaz via une entrée ouest (projet Altaï en cours) et possiblement via une entrée est (projet Force de Sibérie). La Chine a aussi passé de nombreux contrats GNL dans le sud pacifique avec l’Australie, la Malaisie et l’Australie ainsi qu’avec le Qatar premier producteur mondial de Gaz Naturel Liquéfié. Derrière le discours officiel « tout renouvelable » se cache donc une stratégie nucléo-gazière évidente. Dans une moindre mesure, l’Inde utilise la même démarche.

Le positionnement stratégique de la Chine sur l'éolien et sur les énergies solaires pourrait-il être une "menace" pour l'Europe et pour les Etats-Unis sur le plan des énergies renouvelables à l'avenir ?  

De par son monopole sur les métaux rares (80% de la production mondiale), le marché des panneaux solaire et des batteries, la Chine possède aujourd’hui un quasi-monopole sur le marché des renouvelables et une supériorité écrasante de fait que les européens ne pourront jamais rattraper. Toutes les initiatives européennes (comme le burlesque « airbus des batteries ») visant à contrecarrer cette domination sont vouées à l’échec et n’ont aucune chance de débouché économique. Au cours des 50 dernière années les européens ont manqué le « train du numérique » vis-à-vis de leurs concurrents américains. Ils sont aujourd’hui dans ce domaine totalement hors-jeu. A leurs dépens ils ont laissé la Chine dominer le train des énergies renouvelables en fermant notamment pour des raisons purement idéologiques toute leurs mines de métaux rares. Il reste aujourd’hui aux européens (et surtout aux français) un seul domaine dans lequel ils possèdent encore un avantage au moins intellectuel : le nucléaire. Malheureusement les positions idéologiques des uns et les conflits d’intérêt des autres sont en train de laminer cette dernière filière d’excellence. La décision par le gouvernement français d’arrêter le projet Astrid en est la déplorable image. Aussi faut-il craindre dans les années future une vassalisation énergétique définitive de l’Europe vis-à-vis de ses concurrent américains et chinois.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JP2014
- 26/09/2020 - 18:02
Métaux rares
Les européens ne pourraient-ils pas rouvrir leurs mines de métaux rares ? On a l'impression qu'ils sont aveugles, tétanisés, et d'une naÏveté confondante.Les élites européennes n'ont pas les pieds sur terre se sont faits mener par le bout du nez. L'Europe est la seule entité , pour des raisons en partie idéologiques, à ne pas défendre son commerce, son industrie. L'Europe occidentale est en train de quitter le train de l'histoire, au détriment de ses peuples.
salamander
- 25/09/2020 - 17:40
et pendant ce temps les émissions de l'Europe
ont diminué de 20% depuis 1990, la France de 30% !
c sûr que l'interdiction des terrasses chauffées (1 h de consommation électrique chinoise?) ça va tout changer...Auto flagellation purement française.
A supposer que le pb soit le CO2, ce qui n'est pas prouvé loin de là , si d'ailleurs pb de température il y a , comme le dit l'auteur c par le gaz et le nucléaire que ça passera.
evgueniesokolof
- 25/09/2020 - 10:31
OUAIS
Pendant des décennies on a abusé les gens avec le cholesterol responsable des maladies cardio vasculaires jusqu'à constater que tout avait été monté par les labos ( voir le film sur Prime amazon). On pourrait faire un parallèle avec le réchauffement: études truquées, statistiques manipulées, opposants éliminés ( Verdier viré de Fiente2)
On aura été cocu comme d'habitude!!!!