En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 2 jours 7 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 jours 12 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 13 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 13 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 14 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 14 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 15 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 16 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 16 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 16 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 jours 10 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 jours 12 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 13 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 14 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 14 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 15 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 15 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 16 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 16 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 16 heures
© ERIC PIERMONT / AFP
Suez Veolia
© ERIC PIERMONT / AFP
Suez Veolia
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

Publié le 23 septembre 2020
Veolia, poids lourd de l’industrie écologique, aimerait absorber l’un de ses principaux concurrents, qui est aussi français : Suez, en plaidant pour la création d’un « champion national ». Bercy, selon sa doctrine habituelle du capitalisme de connivence, pourrait bien prêter une main très active à cette réduction de la concurrence. Sommes-nous sûrs que la cartellisation voire le monopole seront positifs pour la planète ?
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Veolia, poids lourd de l’industrie écologique, aimerait absorber l’un de ses principaux concurrents, qui est aussi français : Suez, en plaidant pour la création d’un « champion national ». Bercy, selon sa doctrine habituelle du capitalisme de connivence, pourrait bien prêter une main très active à cette réduction de la concurrence. Sommes-nous sûrs que la cartellisation voire le monopole seront positifs pour la planète ?

De l’absorption annoncée de Suez par Véolia, qui fait les choux gras de la presse économique depuis plusieurs semaines, on retiendra qu’elle interroge sur les bienfaits du cartel ou du monopole pour le sauvetage de la planète, devenu le fil de rouge de toute politique industrielle dans l’esprit commun. L’écologie sera-t-elle mieux défendue si les déchets sont valorisés par un seul acteur, ou par deux, ou par plusieurs ? Si le marché est dominé par une entreprise en position de dicter sa loi ou s’il donne lieu à une véritable concurrence ?

Suez bientôt victime de l’aversion énarchique à la concurrence ?

Suez est au moins fixé sur la position de Bercy, de Bruno Le Maire et de l’énarchie, dans ce domaine. C’est une position sans surprise : le monopole vaut mieux que la libre concurrence. Même si Bruno Le Maire a annoncé sa neutralité sur le dossier, on a perçu l’orientation générale de Bercy. Donc, pour permettre à Véolia d’absorber Suez, l’État céderait très volontiers ses parts dans Suez à Véolia. Ainsi, Le Canard enchainé relève qu’Antoine Frérot, le patron de Véolia, aurait écrit à Emmanuel Macron que « cette opération est bonne pour l’environnement et bonne pour la France ». Si le président ne lui a pas répondu formellement, il a chargé son Premier ministre, Jean Castex, de déclarer que ce mariage ferait « sens ».

En l’espèce, par l’intermédiaire d’Engie, le contribuable français détient un tiers (32 %) du capital d’une entreprise dont le principal métier est d’apporter l’eau courante dans des communes, et de traiter les déchets. Pour Bercy, la cession de ces parts, qui valent plusieurs milliards, mettrait un peu de beurre dans les épinards d’un budget très compliqué à bâtir.

De gré à gré, donc, l’État pourrait vendre une partie de son patrimoine à un acteur du marché qui deviendrait ainsi un « champion national », puisqu’il entrerait dans le capital de son principal concurrent, avant de l’absorber complètement.  Ah ! la théorie du champion national qu’on crée en assemblant laborieusement plusieurs entreprises concurrentes supposées fusionner dans un grand tout doté de la « taille critique » pour affronter la concurrence mondiale…

On connaît par cœur cette vision dominante dans l’énarchie et dans la technostructure d’État selon laquelle la taille est garante de l’efficacité et de la compétitivité. On ne découvre plus la théorie, on en attend toujours la preuve : car dans le domaine de l’environnement comme sur les autres marchés, la taille d’une entreprise est de moins en moins un atout décisif, voire même un handicap sur le terrain de l’innovation et de la réactivité. L’exemple de la fusion ratée entre Lafarge et Holcim est en cela édifiant. Pourquoi la France s’entête-t-elle donc à mettre sur pied des « champions nationaux » ? Nostalgie gaullienne, probablement, mais aussi piste d’atterrissage idéale pour grands fonctionnaires en quête de parachutage. Rien de tel qu’un « champion national » pour assurer une carrière confortable, prestigieuse et sans risque à l’énarchie.

Le triomphe du capitalisme de connivence

En effet, sur cet arrière-fond idéologique très colbertiste selon lequel un grand acteur monopolistique vaut mieux que deux acteurs en concurrence, l’État déploie la comédie très française du capitalisme de connivence. En l’espèce, il s’agit de confier à quelques hauts fonctionnaires les rênes de grandes entreprises souvent créées il y a plusieurs dizaines d’années, et de les laisser jouer avec les millions et les actions comme des enfants dans une cour de récréation.

Suez et Engie font partie de ce terrain de jeu où les participations de l’État s’échangent comme des cartes de Pokémon dans une classe de cinquième. Et sans grande surprise, ce sont les mêmes acteurs, les mêmes noms, qu’on retrouve aux commandes.

Comme l’a indiqué Mediapart, l’ancien directeur de l’Agence des participations de l’État (APE), David Azéma, a probablement chapeauté une première privatisation de GDF Suez en 2014. L’intéressé nie avoir été actif dans cette opération, mais il était en tout cas en responsabilité à Bercy lorsqu’elle a eu lieu, avec l’aide de Bank of America Merrill Lynch… dont il est devenu salarié quelques jours plus tard. Et comme Mediapart le note toujours, ce recrutement d’un haut fonctionnaire chargé des participations de l’État par une banque à qui il a attribué un marché (hors procédure, semble-t-il) s’est fait sans que la commission de déontologie ne soit clairement informée du conflit d’intérêts qui le sous-tendait.

Comme par hasard, David Azéma conseille aujourd’hui Véolia dans le rachat de Suez. Ce retour aux sources ne manque pas de piquant, si l’on se souvient que le même David Azéma fut soupçonné, en 2014, de vouloir prendre la place d’Antoine Frérot à la tête de Véolia… Cette récurrence prouve qu’Antoine Frérot n’est pas rancunier. Elle montre aussi l’étroite imbrication, dans le capitalisme français, entre les carrières personnelles des hauts fonctionnaires et l’intérêt général.

La connivence fait-elle une stratégie industrielle ?

Toute la question est évidemment de savoir si cette confusion des rôles et des genres entre les convictions personnelles de hauts fonctionnaires qui se font recruter dans le secteur privé et les stratégies de l’État qu’ils sont un jour chargés de déployer suffit à faire une stratégie industrielle pour ce pays ? Si l’on en juge par la désindustrialisation accélérée de la France depuis les années 80, le citoyen a tout de même tout lieu de penser que les échanges de carte Pokémon dans les couloirs de Bercy et l’édification des champions nationaux ne sont pas une réussite foudroyante.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires