En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 4 min 49 sec
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 47 min 53 sec
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 2 heures 22 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 15 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 16 heures 22 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 17 heures 52 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 21 heures 46 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 22 heures 50 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 19 min 8 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 1 heure 9 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 2 heures 3 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 16 heures 10 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 17 heures 10 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 18 heures 57 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 22 heures 17 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 22 heures 55 min
© JOHN THYS / AFP
Ursula von der Leyen Union européenne
© JOHN THYS / AFP
Ursula von der Leyen Union européenne
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

Publié le 23 septembre 2020
Suite au discours sur l'état de l'Union européenne d'Ursula von der Leyen, Bruno Alomar décrypte les enjeux de coopération au sein de l'UE et sur la question de l'unité entre les Etats membres.
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, auteur de La Réforme ou l’insignifiance : 10 ans pour sauver l’Union européenne (Ed.Ecole de Guerre – 2018)  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite au discours sur l'état de l'Union européenne d'Ursula von der Leyen, Bruno Alomar décrypte les enjeux de coopération au sein de l'UE et sur la question de l'unité entre les Etats membres.

Le discours sur l’état de l’Union européenne du 16 septembre a été une nouvelle fois l’occasion pour la Présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, de rappeler cette évidence, qui est au cœur du projet européen : face aux grands défis climatiques, économiques, géopolitiques, l’union fait la force. 

Disons-le tout net : il est clair, pour reprendre l’expression anglo-saxonne bien connue, que « size matters » (« la taille, ça compte »). Après tout l’un des atouts dont dispose l’Union européenne est bien la profondeur de son marché intérieur d’environ 450 millions d’habitants, auquel les pays qui souhaitent exporter doivent s’adapter, en particulier en termes de normes de production. 

Pourtant, il faut questionner l’évidence qui veut que l’union fasse la force, dont l’on trouve les premières traces dans la fable d’Esope Les enfants désunis du laboureur, et qui est la devise de la Belgique… Car au fond, derrière l’apostrophe wagnerienne du « toujours plus gros », la réalité est bien plus nuancée, que cela soit au niveau macroéconomique ou au niveau microéconomique. 

Au niveau macroéconomique que n’a-t-on entendu dire – et que n’entend-on pas encore répéter – sur les mérites de la taille. C’est bien l’effet supposé implacable de la taille qui a justifié la création par Jim O’Neill il y a environ vingt ans de l’acronyme BRICS (Brazil, Russia, India, China, South Africa), pour désigner ces pays dont la puissance économique découlant mécaniquement de l’effet de taille bouleverserait le monde. Pourtant, si l’on s’attache au critère essentiel de la puissance économique qu’est la capacité d’innovation, le tableau change radicalement. Considérons par exemple la Suisse : avec moins de dix millions d ‘habitants, ce pays est depuis dix ans, sans aucune interruption, classé par le Global Innovation Index (document de référence internationale produit par l’Université Cornell, l’Insead et l’Organisation Mondiale de la propriété intellectuelle), comme le pays le plus innovant en matière économique au monde. Considérons Singapour. État insulaire de moins de 1 000 kilomètres carrés, il est devenu, en PIB par habitant, sans bénéficier d’aucune manne, l’un des cinq pays les plus riches du monde. Il le doit d’abord à un consensus économique et social, et à des performances éducatives hors du commun. D’ailleurs, le Royaume-Uni, qui étrangement a tourné le dos à l’effet de taille en quittant l’UE, semble vouloir s’en inspirer… On pourrait continuer. La réalité est qu’au plan macroéconomique, ainsi que l’a d’ailleurs finalement reconnu Jim O’Neill, la taille est un critère important mais non déterminant de la réussite.

Au niveau microéconomique, là encore, le « big is beautiful » revient comme une rengaine, sous des terminologies plus subtiles telles que « taille critique », « champion national » etc. C’est ainsi l’un des arguments essentiels des projets de rapprochement de haut de bilan, dont l’actualité nous offre un exemple avec le projet de rachat de Suez par Véolia. Il s’agirait, comme toujours en matière de fusions, de créer une entreprise géante, capable de damner le pion à tous ses concurrents à l’international, et de faire marcher à plein les fameuses synergies entre les deux entreprises. Une telle argumentation a de quoi surprendre. Pas seulement parce qu’il est bien établi désormais que les fusions détruisent de la valeur (et de l’emploi), quand elles concernent des entités aux cultures trempées au feu de très longues rivalités. Plus encore parce qu’elle postule qu’une seule grande entreprise serait par nature mieux armée face à la compétition mondiale. Comme si, pour conquérir le monde des voitures haut de gamme, Mercedes et BMW avaient eu préalablement besoin de fusionner. Un tel argument passe sous silence, au cas d’espèce, le fait que les entreprises concernées sont d’ores et déjà les deux leaders mondiaux. Surtout, elle néglige complètement le rôle essentiel de la concurrence entre acteurs, aiguillon essentiel de l’amélioration de la qualité de leur offre de produits et services. C’est bien parce qu’elles se font concurrence depuis des décennies que ces entreprise s’auto contraignent à améliorer leur offre, au plus grand bénéfice de leurs clients, en faisant d’ailleurs des choix stratégiques distincts. A cet égard, sans qu’il faille en tirer à ce stade de conclusion, Suez a adopté une stratégie différente de Véolia au cours des années récentes, se focalisant précisément moins sur la taille que sur les créneaux qu’elle juge essentiel dans chacun de ses métiers, et investissant massivement en R&D.

C’est dire, en définitive, qu’il faut considérer avec moins de complaisance l’évidence selon laquelle la taille fait la toujours la force. Plus souvent, l’agilité, la flexibilité, des choix stratégiques clairs et assumés sont des éléments de succès décisifs qui l’emportent sur la taille.

Bruno Alomar, économiste, auteur de La réforme ou l’insignifiance : 10 ans pour sauver l’Union européenne (Ed. Ecole de guerre 2018)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires