En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

07.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 11 heures 1 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 12 heures 31 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 16 heures 25 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 17 heures 29 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 18 heures 32 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 19 heures 28 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 10 heures 49 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 11 heures 49 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 13 heures 37 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 16 heures 57 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 17 heures 35 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 18 heures 4 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 18 heures 27 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 19 heures 11 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 19 heures 40 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 20 heures 14 min
© Ben STANSALL / AFP
Boris Johnson Royaume-Uni
© Ben STANSALL / AFP
Boris Johnson Royaume-Uni
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

Publié le 23 septembre 2020
No Deal, pas de paiement des 50 milliards des frais du divorce du Royaume-Uni avec l’Union européenne pour financer les programmes engagés et la quote-part des retraites des fonctionnaires européens : nous devons intégrer cette évolution, comme la plus probable.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
No Deal, pas de paiement des 50 milliards des frais du divorce du Royaume-Uni avec l’Union européenne pour financer les programmes engagés et la quote-part des retraites des fonctionnaires européens : nous devons intégrer cette évolution, comme la plus probable.

Quelle surprise ! Et pourtant nous pensions être mithridatisés, depuis les cinq années que dure cette saga du Brexit. Nous pensions savoir que les problèmes importants étaient la pêche, du côté poissonneux anglais, ou bien le « passeport financier » pour que les banques de la City puissent travailler sur le Continent, à moins que ce ne soit la liberté de mouvement des personnes au sein de l'Europe. Nous pensions surtout que l'accord qui avait été négocié par Boris Johnson, et donc signé par lui puis approuvé par le Parlement britannique, serait la bonne façon d'envisager la suite des opérations. Selon Boris Johnson lui-même, qui voulait une négociation close le 15 octobre, il suffisait d'une dizaine de minutes, de quelques jours au plus, pour mettre les derniers points sur les derniers i.

Mais voilà que Boris Johnson découvre que, dans le texte qu'il a lui-même signé, se trouve une anomalie, une contradiction, qui met en péril l'indépendance du Royaume-Uni à partir de l'Irlande du Nord. Si tout le monde est bien d'accord sur le fait qu'il ne faudrait pas de frontière en dur entre les deux Irlande (un succès fondamental des négociateurs britanniques), donc qu'il faudra trouver des façons de fonctionner reposant sur la confiance envers les Anglais, Boris Johnson remarque que l'accord qu'il a signé limite les possibilités du Royaume-Uni d’accorder des subventions aux entreprises irlandaises et aussi d’accéder librement à des produits. Il en vient alors à proposer une loi répudiant l'accord (withdrawal agreement) sur ces points. Il  prétexte que l'Union Européenne pourrait, à partir de ce texte, décider un blocage alimentaire de l'Irlande du Nord ! Evidemment, un blocage alimentaire est un acte de guerre : c'est donc l'idée que l'Union Européenne pourrait déclarer la guerre à l'Irlande, donc au Royaume-Uni. Pour éviter un tel risque, Boris Johnson plaide qu'il est obligé de revoir le traité, donc de ne pas respecter le droit international. Il lui faut, selon ses termes, une « assurance », qu’il espère, bien sûr, ne pas avoir à utiliser !

Mais l'opposition de Boris Johnson contre ce texte, avec son danger de guerre, concerne un autre point, sans doute plus important (et moins irréaliste) qui ne dit pas son nom.  Il s’agit de la possibilité, par le Royaume-Uni, d'accorder des subventions à des entreprises installées en Irlande. Pour pouvoir le faire, il faudrait envoyer un document à Bruxelles. Pour Boris Johnson, c’est une limitation de la souveraineté britannique. Mais, côté européen, ce type d'intervention dans une entreprise en Irlande du Nord, sachant qu’il n’y aura pas de frontière avec l’Irlande voisine, est obligatoire pour ne pas être en contradiction avec les règles concurrentielles prévues entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. En réalité, on peut penser que Boris Johnson souhaite avoir les mains libres pour soutenir des entreprises en Irlande du Nord, pour produire, importer, terminer des produits qui seraient ensuite, pourquoi pas, acheminés dans l'Union Européenne. On voit là le risque d'affaiblissement du marché européen à partir de l'importation de produits qui n'obéiraient pas aux normes sanitaires, sociales, techniques… qui sont nécessaires pour circuler dans le Grand marché – et qui le constituent.

Tout est donc possible : que Boris Johnson aille au no deal en se mettant dans une position de victime, de défenseur du peuple… ce qui lui permettrait ensuite d'oublier de payer les 50 milliards du prix du divorce avec l'Union Européenne, prix qu’il s'était engagé à régler. Il est également possible que cette manœuvre soit une façon de pousser à plus d'abandons de la part de l'Union Européenne, quitte à ce que Michel Barnier démissionne (ce qui ne serait pas mal vu du côté britannique) !  Cette nouveauté britannique pourrait être aussi une façon de se trouver des alliés dans le cadre de l'Union, où l’unanimité est requise pour le document final. Boris Johnson visant le no deal sans payer les frais du divorce se trouverait plus libre pour négocier avec les États-Unis, le Canada, les pays du Commonwealth…

Ce jeu est dangereux à trois semaines de la clôture normale des discussions, sachant que le texte devra être ensuite ratifié par le Parlement Européen, puis par tous les parlements nationaux plus les provinces dans certains pays : au total une centaine de votes, outre la mise en compte de la « parole britannique ». On peut toujours dire que Boris Johnson revient sur son engagement, en découvrant une anomalie dans le texte qu'il a signé, sachant que depuis des mois la presse britannique avait soulevé ce problème.  

On comprend que Boris Johnson voudrait que l'Union Européenne assouplisse encore sa position. Ceci aiderait l’économie britannique, aujourd’hui en difficultés plus sérieuses que l’Allemagne et la France, comme le montrent les données économiques et la bourse (-23% depuis janvier), et surtout pour le futur. On ne peut oublier les risques de cette « opération Brexit » : est-ce que Boris Johnson veut faire du Royaume Uni une gigantesque plateforme d'achat-vente de biens, sachant que la City serait la plateforme des services ? C'est peut-être son souhait : sera-t-il violent, voire destructeur pour l’Union Européenne ? Aura-t-elle le courage de le bloquer et, pourquoi pas, l’habileté d’en profiter, ce dont on ne dit pas un mot ? Réponse dans trois semaines.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 24/09/2020 - 20:01
Pan dans la tronche des technocrasseus européens !
Ce n'est pas pour nous déplaire... Plus vite on en finira avec le diktat des Teutons liberticides mieux cela vaudra...
patafanari
- 23/09/2020 - 19:35
Quel homme !
Il est parti avec l’argenterie, la main au c.. de l’ Irlande, le sourire goguenard et les cinq doigts de la main en signe d’adieu à l’Union Européenne et en doigts d‘honneur aux cinquante milliards que lui réclame mollement la vioque.
Gastoch
- 23/09/2020 - 19:23
Il nous doit rien Boris
Bien au contraire, ça me fait plaisir qu'il leur baise la gueule à ces gros cons.