En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
5G industrie technologie innovation masques vaccins gilets jaunes Français
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
5G industrie technologie innovation masques vaccins gilets jaunes Français
Atlantico Business

5G, vaccins, alimentation... Pourquoi une partie de la France ne croit plus ni au progrès, ni à l’intelligence du bon sens ?

Publié le 23 septembre 2020
Les progrès de la technologie sont devenus les facteurs d’un clivage sévère de la société, entre ceux qui les refusent et les bloquent et ceux qui les encouragent. Le débat est devenu surréaliste et inquiétant.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les progrès de la technologie sont devenus les facteurs d’un clivage sévère de la société, entre ceux qui les refusent et les bloquent et ceux qui les encouragent. Le débat est devenu surréaliste et inquiétant.

Entre la 5G qui donne le cancer et les vaccins qui provoquent la maladie plutôt que la soigner et l’agroalimentaire qui nourrit des perturbateurs endocriniens, nos conditions de vie nourries par les progrès technologiques n’auraient jamais provoqué autant d’inquiétudes, de débats et de clivages sociaux politiques. C’est d’ailleurs assez hallucinant quand on sait que l’essentiel des progrès qui sont en cause aujourd’hui sont le produit de l’intelligence humaine, de l’éducation et des capacités d’expérience ou de contrôle.

Dans le climat actuel, bouleversé par la crise sanitaire et les dérèglements mondiaux, une partie de la France ne croit plus au progrès. Plus grave, elle ferme les yeux sur les faits et les chiffres qui pourraient relativiser la dangerosité des grandes innovations.

Le procès qui est actuellement instruit contre la 5G est absurde du seul point de vue scientifique et catastrophique par rapport aux conséquences économiques. L’opposition radicale aux pratiques de la médecine moderne - et même aux vaccins - est dangereuse pour la santé collective. On peut éventuellement admettre que le respect de la liberté individuelle puisse justifier qu’un individu refuse tel ou tel traitement, mais on ne peut pas accepter que, par son comportement, il mette en danger la vie d’autrui. Or si on ne fait rien pour se protéger, c’est dans bien des cas faire courir un risque aux autres.

On a certes le droit et la liberté de refuser le progrès pour soi, on ne peut pas agir et militer pour en interdire le bénéfice aux autres. Or, c’est un peu ce qui se passe aujourd’hui. La France est d’ailleurs tellement frileuse qu’un de ses présidents de la République a cru bon d’inscrire dans la Constitution « le principe de précaution ». Quelle erreur. Un principe qui pourrait empêcher et freiner tout progrès, pour peu qu‘il soit porteur de risque. Et si nos gouvernants n’avaient pas heureusement la sagesse de l’oublier, avec le principe de précaution, Christophe Colomb n’aurait jamais pu partir et découvrir ce qu’il a découvert.

Tout progrès, à partir du moment où il dérange une habitude, un process, un privilège, une rente, est porteur de risque social, politique en supposant que la science nous permette de se garder des risques sur la santé. Et par conséquent, il soulève des résistances.

L’innovation, le progrès, les changements ont toujours, dans l’Histoire, provoqué des manifestations d’opposition, de résistance et de blocage. Notamment depuis les Lumières. La superposition, le mariage ou la coïncidence entre la revendication et la reconnaissance des libertés individuelles au 18e siècle et la révolution industrielle du 19e siècle ont donné naissance à un débat permanent sur l’adoption par le plus grand nombre des grandes innovations technologiques, sur leur ampleur et leur rythme.

L’invention de la machine à vapeur ou la découverte de l’électricité ont provoqué des manifestations de peur et d’hostilité. Les premiers chemins de fer ont été accusés de porter un tas de maladie et notamment d’entrainer des fausses couches. Louis Renault a eu beaucoup de mal à convaincre les cochers de diligence d’abandonner leurs chevaux pour conduire les fameux taxis et même Gustave Eiffel a eu beaucoup de mal à terminer la construction de sa tour, qui au départ n’avait que pour vocation d’être une éphémère attraction réservée à l’exposition universelle. Il a dû affronter l’hostilité des politiques de la ville de Paris mais aussi les intellectuels. Émile Zola avait même entrainé ses camarades de L’Aurore dans une grève de la faim pour empêcher les camions d’approcher le chantier. Ne parlons pas de Pasteur ou de Marie Curie qui, l'un avec ses vaccins faisait peur a tout le monde et l’autre, avec son radium, était considérée comme la fille du diable.

Époque insensée avec le recul. Mais celle que nous traversons aujourd’hui lui ressemble une peu.

Le vrai problème dans ce type de manifestation sociétale est de repérer les facteurs ou les conditions à réunir pour faire réussir une innovation et l‘appliquer.

Ferdinand Braudel, l’historien, a magnifiquement expliqué qu‘une innovation était révolutionnaire et réussissait à s’imposer quand elle était adoptée par le plus grand nombre. Les inventions qui se sont multipliées à partir de la révolution industrielle, ont permis à l’Europe, d’abord de sortir une majorité de ses populations de la misère la plus noire en Grande Bretagne, en Europe du nord et en France. L’électricité a apporté de la liberté et du confort au plus grand nombre. Les progrès de la médecine aussi. Quant au digital aujourd’hui, il profite au plus grand nombre qui peut disposer du maximum de l‘information et du savoir à des prix dérisoires.

Les grandes innovations n’ont jamais été voulues par les élites dirigeantes, au contraire. Certaines élites dirigeantes s’y opposaient parce que la plupart des innovations pouvaient affranchir les masses populaires d’une grande partie des contraintes qui pesaient sur leur vie. Le génie du Général de Gaulle a été, après la guerre, de refuser un modèle fondé sur « la lampe à huile et la marine à voile » et de relancer des grands programmes innovants.

Le problème aujourd’hui est que la situation politique est tellement compliquée et stressée qu’on voit mal un chef d’Etat lancer des chantiers aussi importants ou impactants que le programme de centrales nucléaires ; que les grands aéroports de Charles de Gaulle, ou même le programme Ariane qui est encore aujourd’hui un grand succès.

Alors on est dans une situation assez paradoxale, la machine à innover fonctionne très bien dans tous les sens, mais la machine à développer, c’est à dire à appliquer des innovations, est bloquée.

Une partie de la France a peur du progrès, une partie des élites fait tout pour bloquer l’émergence et l’application des facteurs de progrès, soit par idéologie, soit par auto protection de son pouvoir.

Il est évident que la gauche française, emmenée par un courant social-démocrate, avait su conduire la modernisation de ce pays, même dans les années 80, bien après les « Trente glorieuses ». Cette gauche avait su gérer les effets de la modernité pour en faire profiter au plus grand nombre. Cette gauche a disparu, siphonnée par la France insoumise et le courant radical des Verts qui incarne une défiance envers le progrès. Mais cette gauche-là s’oppose au progrès parce qu’elle a pour objectif - avoué d’ailleurs - la destruction du système capitalisme et modèle de consommation qui est celui choisi par le plus grand nombre. L’ambition de ce courant n’est pas de lutter pour le climat, mais de changer la société. La lutte pour le climat n’est qu’un outil de communication pour lutter contre la croissance.

La droite libérale, elle, s’est un peu fondue dans un logiciel très pragmatique en faisant confiance aux forces du marché et c’est vrai que le marché permet au plus grand nombre de sélectionner les innovations qui lui conviennent ou pas. Le marché a beaucoup de défauts mais il a la vertu de sélectionner les meilleurs, les plus efficaces et les plus performants pour le plus grand nombre et non pas pour une élite. L’élite capitaliste a besoin que le marché soit satisfait, sinon le marché zappe.

Le problème, c’est que la droite libérale a oublié ces dernières années que le marché avait besoin d’un État cohérent et efficace pour fonctionner. Il faut donc faire un peu de politique. Un État qui protège et garantit la paix et la sécurité parce que les acteurs du marché en ont besoin. Un État qui assure aussi une fiscalité équitable et stable parce que les acteurs ont besoin de visibilité et de stabilité pour investir à long terme. Enfin, la droite libérale a oublié qu‘il fallait des lois simples mais applicables et qu'il fallait aussi avoir les moyens de les faire appliquer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 25/09/2020 - 15:48
Terrible coup d'arrêt à l'hédonisme !
J'ai le récent souvenir d'une ado qui venait d'être punie au début de l'été et qui s'écria : " Maintenant toutes mes vacances sont gâchées ! " Nous voilà bien infantilisés, ne supportant plus aucun accroc, aucun reproche, aucune restriction... Onfray avait, je crois me rappeler, écrit une sorte de hymne exalté à la jouissance, que vient justement de relayer le fils Bedos qui nous dit préférer risquer la mort plutôt que de se voir privé du plaisir de jouir ! «...Et mourir de plaisir...? »

Tout va bien trop mal dans le meilleur des mondes.
Sidewinder
- 25/09/2020 - 03:18
Bilan
Mr Sylvestre, les raisons du déraillement Français se trouvent dans notre système éducatif (classement PISA et Universitaires) et dans notre système d'information que vous connaissez mieux que personne : "l'information de la presse" héritage du Conseil National de la Resistance de 1945-1946. Bon, tant que ces deux monstres ne seront pas éradiqués la France va continuer à plonger...comme d'autres l'ont fait avant nous, et ce ne sera pas drôle du tout.
clo-ette
- 24/09/2020 - 19:30
Il faut toujours se tenir prêt
à revenir à la lampe à huile ou la chandelle, à la bicyclette ou le pedibus jambus, et apprendre à cultiver quelques tomates ou carottes sur sonbalco ou dans son jardinet .