En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

07.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Misrata est libérée, affirment les rebelles

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 10 heures 38 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 12 heures 8 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 16 heures 2 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 17 heures 6 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 18 heures 8 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 19 heures 5 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 19 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 10 heures 26 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 11 heures 26 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 13 heures 13 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 16 heures 33 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 17 heures 11 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 17 heures 41 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 18 heures 3 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 18 heures 47 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 19 heures 17 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 19 heures 51 min
© DR / Alys Tomlinson / Getty Images
tenue libre crop top
© DR / Alys Tomlinson / Getty Images
tenue libre crop top
Mais qui sont ces hommes qu’un nombril déchaîne(rait) ?

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

Publié le 23 septembre 2020
Dans le cadre des débats sur la "tenue républicaine" à l'école, le maire EELV de Grenoble, Eric Piolle a précisé sur BFMTV et RMC que "le problème" était "le regard des hommes (...) pas le nombril des filles". De nombreuses injonctions contradictoires s'immiscent dans ce débat. Assiste-t-on à une profonde transformation culturelle ?
Laurence Sailliet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Sailliet, ex-porte-parole Les Républicains, est chroniqueuse politique.
Voir la bio
Peggy Sastre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Peggy Sastre est écrivaine et traductrice. Elle est l'auteure de "Ex Utero : pour en finir avec le féminisme" et de "La domination masculine n'existe pas".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le cadre des débats sur la "tenue républicaine" à l'école, le maire EELV de Grenoble, Eric Piolle a précisé sur BFMTV et RMC que "le problème" était "le regard des hommes (...) pas le nombril des filles". De nombreuses injonctions contradictoires s'immiscent dans ce débat. Assiste-t-on à une profonde transformation culturelle ?

Atlantico.fr : Eric Piolle a expliqué que le problème au niveau du port de telle ou telle tenue pour les jeunes femmes se situait avant tout dans le regard des hommes. Si l'on suit ce raisonnement, c’est à se demander 50 ans après mai 68 ce qu’est devenue l'éducation des garçons ?

Laurence Sailliet : Ce débat est invraisemblable et inquiétant. Discuter de la tenue des femmes et remettre ainsi en cause leur liberté est inadmissible. Quant aux regards des hommes, lorsque l’on est équilibré et éduqué, la tenue d’une femme quelle qu’elle soit ne doit pas être un problème. Attention à ne pas dériver vers une pudeur qui serait imposée par certains courants religieux.

Peggy Sastre : Le problème de l'éducation des jeunes femmes est, à mon sens, un peu trop vite balayé. Croire que l'on peut exhiber ses caractères sexuels secondaires sans susciter ce pour quoi ces caractères ont été façonnés au cours de l'évolution, à savoir attirer une attention sexuelle, est au mieux naïf, au pire irresponsable. Ici, je ne blâme pas tant les jeunes filles et femmes qui pensent qu'une telle tenue est anodine, mais des décennies de féminisme culturaliste qui leur a appris soit à ignorer ce que la biologie peut dire de nos comportements, soit à sciemment le nier, voire le combattre en pensant, à tort, que nous ne serions pas des animaux, que nous serions, par une sorte de miracle, épargnés par tout ce qui se passe dans le reste du vivant. En grande partie, ce que l'on nomme la civilisation traduit une atténuation, une domestication de notre « animalité », sauf que la coincer dans un angle mort est le meilleur moyen pour qu'elle nous roule dessus. La biologiste Heather Heying parle de « féminité toxique » qu'elle définit en ces termes : « Les jeunes femmes ont un énorme pouvoir sexuel. Toute personne honnête avec elle-même le sait : les femmes dans leur primeur sexuelle et correspondant aux normes esthétiques de leur culture ont un pouvoir sans pareil. Qu'elles ne sachent pas le gérer, rien n'est moins sûr. La féminité toxique est un abus de ce pouvoir qui consiste à maximiser sa désirabilité et à réclamer un statut de victime lorsque des hommes hétérosexuels ne vous traitent pas en égales. » On ne peut donc pas demander aux hommes, d'autant plus s'ils sont jeunes, d'être les seuls à se domestiquer, cela générera forcément de la frustration et du ressentiment. Il s'agit en outre d'une des impasses les plus fondamentales du mouvement de libération sexuelle des années 1960 : croire que l'on pouvait libérer le sexe sans se libérer du sexe, c'est-à-dire faire en sorte qu'il ait le moins d'impact négatif possible dans notre vie sociale. Ce qui exige de neutraliser sexuellement l'espace public, pas de le plier aux exigences, aux stratégies d'un sexe, en l’occurrence le féminin. Ici, on ne fait que remplacer une ancienne oppression par une nouvelle, une ancienne inégalité par une nouvelle – et on ouvre la voie, au minimum, à une nouvelle ségrégation.

En même temps qu’est prônée la « tenue républicaine » par le ministre de l'Education Nationale, jamais les jeunes n’ont autant été en contact, non seulement avec le porno via Internet mais aussi à une mode pour le moins « libérée » et  archi relayée sur les réseaux sociaux grâce notamment aux influenceurs. On se perd en injonctions contradictoires ?

Laurence Sailliet : Les sujets sont différents. Il est normal d’une part d’imposer une tenue « correcte » aux élèves, ce qu’entendait certainement le Ministre en parlant de « républicaine ». L’école est un sanctuaire où le respect des règles et de l’autre est une valeur cardinale. D’autre part, que la mode mette en avant des tenues « libérées » pourquoi pas. A d’autres époques, les femmes s’habillaient très court et avec un décolleté ce qui était surtout un symbole de liberté. En dehors de l’école, je ne vois pas pourquoi on restreindrait cela. Concernant le porno, évidemment qu’il faut mieux protéger nos jeunes et ceci passe aussi par de la pédagogie. 

Peggy Sastre : Plusieurs indicateurs permettent de relativiser ce qui m'apparaît comme une panique morale. Le premier, c'est que les jeunes ont beau censément être bombardés de contenus sexuels, l'âge des premiers rapports ne baisse pas de manière significative, et ça que celui de la puberté a tendance à avancer depuis déjà plusieurs années, en particulier chez les filles. Un autre, c'est que les violences sexuelles continuent à baisser, même si la focalisation médiatique peut laisser entendre le contraire. Un troisième, c'est que les jeunes générations actuelles sont les moins sexuellement actives depuis bien longtemps. Selon une conséquente étude menée aux États-Unis sur près de 27.000 personnes entre 1989 et 2014, la baisse de la fréquence des rapports sexuels chez les millenials – les individus nés entre 1980 et 2000 – éclate même tous les scores depuis un siècle. Qu'elles en sont les causes ? Est-ce que la sexualisation du quotidien que vous mentionnez induit une sorte d'épuisement de la libido ? C'est possible, mais dans tous les cas, l'idée qu'un « bombardement » de contenus sexuels se traduirait par une explosion des conduites sexuelles à risque chez les jeunes n'est pas étayée factuellement. Sans compter qu'à titre personnel, les vingtenaires que je peux fréquenter me semblent comme étonnamment prudes, si ce n'est puritains.

La posture des hommes aussi pose question dans ce contexte. C’est une profonde transformation culturelle ? La France est elle particulièrement touchée par ce phénomène ?

Laurence Sailliet : La très grande majorité des hommes est restée sur la même ligne, celle du respect des femmes et de leur liberté. Seule une minorité, par idéologie, a varié. C’est pourquoi surtout ne tombons pas dans le piège qui consisterait à laisser penser qu’il s’agit d’une profonde transformation. Ne remettons pas en cause ce que les femmes ont durement acquis. Ne laissons pas ces théories nauséabondes détruire les piliers essentiels de notre République que sont la liberté et l’égalité.

Peggy Sastre : Je ne pense pas. Si on ne dispose pas de statistiques précises remontant à très loin, tout porte à croire que les violences sexuelles dans l'espace public – ce qu'on peut attribuer à des hommes qui ne s'empêchent pas – ont fortement diminué non seulement ces dernières années, mais aussi ces derniers siècles. Certes, un biais important est que la présence des femmes dans l'espace public a longtemps été contrôlé, si ce n'est régenté, et que les femmes qui avaient le plus de chances de s'y trouver avaient, par ailleurs, davantage de risque que les autres d'être victimes de violences sexuelles – je rappelle que l'un des premiers facteurs de risque de violences sexuelles est la sociosexualité, c'est-à-dire grosso modo votre degré de libéralisme sexuel : plus vous êtes ouverts, plus vous êtes susceptible d'être à la fois auteur et victime de violences sexuelles. Mais avec l'arrivée en masse des femmes dans l'espace public, ces violences auraient du logiquement augmenter, pas diminuer. Donc si « transformation culturelle » il y a, elle va dans le sens d'une atténuation des comportements masculins posant problème. Ce qui ne veut évidemment pas dire que tout va pour le mieux.    

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Madame75
- 30/09/2020 - 13:26
Redonner plus de pouvoir aux Femmes
Tout ceci ne fait que traiter les femmes que comme des objets de convoitises. Il est temps de redonner plus de pouvoir aux Femmes.
Une Femme peut et doit s'habiller comme elle le désire !
Quand aux hommes ils se doivent de respecter et vénérer les Femmes. La place de l'homme est aux pieds des Femmes et non l'inverse.
Les hommes sont fait pour être sexuellement soumis a la beauté féminine, et c'est paradoxalement ce qui leur fait peur.
jurgio
- 23/09/2020 - 17:23
Il est interdit de salir l'intérieur des femmes
(extrait de "La Foire aux cancres") Je ne serai pas dupe. Les filles savent très bien pourquoi elles dénudent leur nanatomie et qu'elles ne nous racontent pas que c'est pour se rafraîchir les cuisses ou le torse ou bien se libérer le mouvement (des reins ? ) C'est sans nul doute leur nature (l'hypocrisie en plus) mais les mâles ont aussi la leur. On verra toujours des adolescents pour se charger d'érotisme pendant la journée d'école et se dessiner des cartes de France à la tombée de la nuit. Les hommes de jadis avaient une sexualité sans interdits et pourtant, ils savaient qu'il y a un moment pour chaque chose. Il est difficile en dehors de l'art, de voir chez eux des femmes sans une robe qui descende jusqu'aux pieds. La longue époque chrétienne les a imités. Il y a eu, certes, des refoulés mais aujourd'hui on a surtout des excités permanents agressifs. Ce qui doit bien réjouir les progressistes qui rêvent de déstabiliser la société et lui offrir à bon compte un passe-temps « en attendant la mort » comme disait Desproges.
lasenorita
- 23/09/2020 - 16:07
Il ne faut pas exagérer..
La ''liberté des moeurs'' prônée par la ''gauche'' m'est insupportable: il ne FAUT PAS EXAGERER! Je n'approuve pas le pédophile Kohn-Bendit qui criait: ''Il est interdit d'interdire''.. cela a donné des enfants complètement déboussolés, qui se droguent, etc.. Il va de soi qu'une femme doit avoir une tenue décente et je ne me serais jamais présentée dans mon école avec un short, ou autre tenue incorrecte, etc.. mais je suis aussi scandalisée quand j'apprends que ''3 individus'' ont insultée et frappée une étudiante de 22 ans, à Strasbourg, parce qu'elle portait une jupe!.. Ce sont les gens, qui ont des moeurs du Moyen Age, qui vont nous imposer leurs lois, en France! Je suis aussi scandalisée quand j'apprends qu'une quinzaine de témoins ont assisté à la scène, mais PERSONNE n'a réagit, ni pendant l'agression, ni après. Elisabeth a dit: ''A Strasbourg, le harcèlement de rue est devenu une plaie quasi quotidienne'' Il faut dire à ces voyous: ''la valise ou le cercueil..et bon débarras!''...