En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 5 heures 6 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 46 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 53 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 31 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 10 heures 51 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 32 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 42 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 4 heures 50 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 57 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 7 heures 21 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 55 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 44 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 11 heures 4 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 57 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 56 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 39 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 14 heures 16 min
© KHAMENEI.IR / AFP
© KHAMENEI.IR / AFP
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

Publié le 20 septembre 2020
Dans un contexte international où les Etats-Unis se sont isolés diplomatiquement et rencontrent une forte opposition à leur stratégie iranienne, réformateurs comme conservateurs, dans un rare élan unanimiste, estiment plus prudent d'observer une position attentiste.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un contexte international où les Etats-Unis se sont isolés diplomatiquement et rencontrent une forte opposition à leur stratégie iranienne, réformateurs comme conservateurs, dans un rare élan unanimiste, estiment plus prudent d'observer une position attentiste.

Malgré l'échec de sa résolution visant à prolonger l'embargo sur les armes en Iran, l'administration Trump ne cesse d'accentuer sa « pression maximale » à moins de deux mois de sa fin de mandat. Comme promis, mercredi 19 août, Washington a informé le Conseil de Sécurité de l'ONU de sa volonté d'actionner le mécanisme de « snapback ». Prévue dans le Joint Comprehensive Plan of Action, cette procédure permet à un membre signataire de l'accord de demander le rétablissement de l'ensemble des sanctions préexistantes contre l'Iran, si celui-ci contrevient à ses engagements. Bien que la validité juridique de cette action, et de ce fait son efficacité, soit éminemment contestable – compte tenu du retrait américain en mai 2018 - et contestée par la Russie, la Chine et les Européens, les Etats-Unis semblent néanmoins prêts à mener leur stratégie jusqu'au bout, fût-ce au prix d'une crise diplomatique au sein de l'ONU.

C'est bien plutôt la réponse de l'Iran face à cette surenchère de pression diplomatique qui concentre toute l'attention. On garde en effet en mémoire les multiples menaces de représailles proportionnées, dans le cas où l'ONU réimposerait l'ensemble des sanctions contre Téhéran. En mai dernier, le président Rouhani prévenait ainsi que toute extension de l'embargo sur les armes « ne serait-ce que d'un jour, sous n'importe quel prétexte et par n'importe quel mécanisme », entraînerait de graves conséquences. Depuis mai 2018, celles-ci sont généralement les mêmes et concernent l'accélération du développement nucléaire de l'Iran, notamment l'augmentation à 20% de son enrichissement nucléaire, le seuil nécessaire à l'obtention d'une arme atomique fiable. Afin de sanctionner la démarche américaine, le Parlement iranien, majoritairement conservateur, a ainsi adopté une motion obligeant le régime à renoncer à l'Accord de Vienne dans les 72 heures, si les Nations Unies acceptent l'application de ce mécanisme à la demande de n'importe quel pays signataire.

Autant de déclarations et de positionnements qui ne sont, en vérité, que des actions de communication, car même au sein de l'aile dure du régime, cette initiative laisse sceptique. Ainsi, le quotidien Javan, pourtant sensible aux conservateurs, estime qu'il aurait été plus judicieux de rester dans le cadre de l'accord et de poursuivre l'enrichissement nucléaire, en réponse au non-respect des engagements des autres signataires. En réalité, aujourd'hui, l'approche du pouvoir iranien face à la stratégie américaine semble plus mesurée et pragmatique « dans les intérêts même du régime ».

Dans un contexte international où les Etats-Unis se sont isolés diplomatiquement et rencontrent une forte opposition à leur stratégie iranienne, réformateurs comme conservateurs, dans un rare élan unanimiste, estiment plus prudent d'observer une position attentiste, et de se concentrer sur une situation domestique particulièrement critique. Face à la « pression maximale » exercée sans relâche par les Américains depuis leur retrait de l'accord de Vienne en mai 2018, l'Iran a précisément évité de suivre le même chemin, ce qui aurait entraîné une réimposition immédiate de toutes les sanctions onusiennes. La « résistance héroïque » de l'Iran, essentiellement basée sur l'espoir d'une éventuelle alternance politique aux Etats-Unis u mois de novembre prochain, a certes considérablement usé la société iranienne, mais semble avoir aussi amené les Américains, qui n'ont pas obtenu gain de cause, à se décrédibiliser et à s'isoler de leurs alliés. Dès lors, une réponse excessive de la part de l'Iran, face à une procédure qui n'a que peu de chances d'aboutir, ne ferait en réalité que servir les intérêts américains.

En outre, le temps est désormais du côté des Iraniens : si d'aventure le mécanisme de « snapback » était accepté par l'ONU, ce qui n’a pas été le cas, celui-ci ne serait effectif que trente jours plus tard, laissant tout le loisir à l'Iran d'adopter une autre stratégie. Enfin, à moins de 60 jours de l'élection présidentielle américaine, où le président sortant ne part pas favori dans les sondages, les réformateurs misent plus que jamais sur sa défaite pour sortir le pays de l'asphyxie économique.

En revanche, on aurait tort de penser que cette patience vise in fine une renégociation avantageuse de l'accord de Vienne. Car même si Joe Biden s'est montré favorable à un retour des Etats-Unis dans le cadre du JCPoA, il soutient aussi de nouvelles négociations sur l'influence militaire de l'Iran au Moyen-Orient et sur son programme balistique. Par ailleurs, il apparaît peu probable que le candidat démocrate s'éloigne radicalement de la position israélienne sur la question iranienne, quand bien même chercherait-il à normaliser les relations diplomatiques entre les Etats-Unis et l'Iran.

A Téhéran, la défiance a désormais largement remplacé la confiance dans ses relations avec l'Occident. Comment pourrait-il d'ailleurs en être autrement, lorsque d'un côté les Européens, et notamment la France, défendent un maintien de l'accord de Vienne, et de l'autre rejoignent les Américains sur la nécessité de limiter les ventes d'armes à l'Iran pour assurer la sécurité du Moyen-Orient ? Leur abstention lors du vote de la résolution américaine sur le maintien de l'embargo démontre cette ambiguïté, qui n'a rien de rassurant pour l'Iran, et décrédibilise leur rôle d'honnête courtier.

Les Iraniens se montrent donc bien peu disposés à renégocier un accord mort-né qui n'a jamais tenu ses promesses à leur égard, et préfèrent aujourd'hui chercher d'autres alternatives. Le Lion-Dragon Deal, signé en 2019 avec Pékin, est l'exemple majeur des ratages des Occidentaux avec l'Iran. Si cet accord, qui prévoit près de 400 milliards de dollars d'investissements sur vingt-cinq ans, réduit considérablement la dépendance de Téhéran envers les Européens et les Etats-Unis, il a surtout offert à la Chine une situation inespérée : le contrôle de gigantesques sources d'hydrocarbures débarrassées de toute hégémonie occidentale. L'Occident a clairement manqué l'occasion de normaliser ses relations avec l'Iran, dont le regard se tourne désormais vers l'Asie, et de profiter des opportunités économiques de son énorme marché. Malheureusement, face aux appétits chinois et à la déception iranienne, cette occasion pourrait ne jamais se représenter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 20/09/2020 - 15:21
Se scandaliser d'un minimum
Se scandaliser de l 'embargo sur les armes d'un pays dirigé par des autocrates illuminés depuis des décennies, pays qui ne cesse d'intervenir dans tout le Proche-Orient en y semant guerre et terrorisme est tout de même incroyable !! L'embargo sur les armes, de toute façon non respecté par la Chine, la Russie et d'autres encore, est un minimum.
Marie Esther
- 20/09/2020 - 12:21
Il faut arrêter de stigmatiser les Occidentaux.
Qui a part vous peut croire les ayatollahs qui mettent le Proche Orient à feu et à sang. Qui peut faire confiance à un pays membre de l'ONU qui passe son temps à menacer de destruction un autre pays. Qui ne donne accès qu'aux sites nucléaires soigneusement choisis et pas les dangereux. Qui a menti depuis des années. Qui execute ses opposants dans un simulacre de procès. Qui se fout royalement de sa population ?