En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 1 min 31 sec
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 44 min 35 sec
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 2 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 16 heures 18 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 17 heures 49 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 21 heures 43 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 22 heures 47 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 15 min 50 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 1 heure 6 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 1 heure 50 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 2 heures 13 sec
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 16 heures 7 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 17 heures 6 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 18 heures 54 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 22 heures 14 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 22 heures 52 min
© STR / AFP
© STR / AFP
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

Publié le 20 septembre 2020
Frédéric Encel publie "Les 100 mots de la guerre". Pour l'universitaire, le risque d'un conflit de grande ampleur est faible, même si des tensions aux causes diverses existent à travers le monde.
Frédéric Encel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel est Docteur HDR en géopolitique, maître de conférences à Sciences-Po Paris, Grand prix de la Société de Géographie et membre du Comité de rédaction d'Hérodote, l'auteur a fondé et anime chaque année les Rencontres internationales...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel publie "Les 100 mots de la guerre". Pour l'universitaire, le risque d'un conflit de grande ampleur est faible, même si des tensions aux causes diverses existent à travers le monde.

Atlantico : Vous publiez "Les 100 Mots de la guerre" aux éditions PUF dans la Collection Que Sais-je ? En conjuguant ainsi les mots et les maux de la guerre, considérez-vous que nous connaissons une situation pacifiée à l'échelle internationale et également en Europe ?

Frédéric Encel : Oui et ce constat est objectif ! Contrairement à l’idée reçue et à un fort sentiment ambiant, notamment en France, ces dernières années ont compté parmi les moins meurtrières depuis 1945, non seulement en quantité de conflits mais en matière de létalité. Si plusieurs guerres sont hélas toujours en cours (Syrie, Yémen, Libye), elles sont à présent de basse intensité ou tendent à s’estomper.

Quant à l’Europe, si l’on excepte la guerre larvée en Ukraine orientale (mais est-ce encore l’Europe ?), elle est pacifiée comme jamais dans l’histoire.

Quel est l'état de la menace d'un conflit armé de grande ampleur ? Au regard de la crise en Méditerranée avec la Turquie, des dossiers iraniens et du bras de fer entre les Etats-Unis et la Chine, sommes-nous dans une période similaire à la Guerre froide ?

La menace d’un conflit de grande d’ampleur me parait très faible. D’abord parce qu’on n’a sans doute jamais autant négocié entre les États, ces acteurs demeurés absolument prépondérants en dépit de l’apparition de nouveaux acteurs puissants tels les GAFA, ensuite car les capacités de destruction sont telles que la dissuasion joue encore à plein ; de ce point de vue-là, oui, il subsiste un « parfum » de guerre froide, et pas uniquement dans les rivalités entre géants. Cela dit, je serais prudent sur l’usage du concept ; les tensions que vous citez avec raison ne relèvent pas de la guerre froide, sont de nature fort différente et présentent des spécificités : une crise nucléaire autour d’une puissance moyenne, l’expansionnisme et la déloyauté d’un État membre de l’OTAN vis à vis de ses propres alliés, un bras de fer bien plus économique qu’idéologique entre grands, etc.

La guerre connaît-elle une révolution suite à la sophistication des armes et des communications ces dernières années ?

Oui et non. Oui sur le plan technique, avec le développement fulgurant du cyber espace comme nouveau théâtre d’opérations et de déploiement de la puissance, et via les outils high-tech du renseignement, du spatial ou encore de l’aérien. Mais sur les plans stratégique et philosophique, parler de révolution me semble d’autant plus hasardeux que, pour l’heure, ces nouveaux moyens n’ont heureusement pas été employés dans un conflit majeur, et que les représentations et les finalités de la guerre,  recours à l’usage collectif de la violence organisée, demeurent au fond assez classiques.

Quelle est votre analyse des rapports de force à l'échelle internationale ? Une institution comme l'OTAN et l'ONU joue-t-elle encore son rôle ?

Un rôle, sans aucun doute, mais à quel niveau et pour quoi faire ? L’OTAN est une alliance militaire bâtie au début de la guerre froide pour endiguer le péril soviétique et plus globalement faire face au bloc de l’Est. Elle aura tenu son rang, extrêmement dissuasive par son degré de puissance et de cohésion sans précédent. Questions essentielles : déjà trente ans après la chute du bloc communiste, à quoi sert l’OTAN ? A nous protéger de la Russie post soviétique ? Si oui, qui est ce « nous » au regard des politiques défiantes et erratiques d’un Trump et d’un Erdogan, et quelle menace sérieuse représente la Russie d’un Poutine quand c’est bel et bien la Chine qui incarne à présent un « adversaire systémique », dixit à juste titre Emmanuel Macron ? En outre, est-ce à l’OTAN d’assurer à l’avenir la stabilité et la sécurité en Méditerranée orientale, en Afrique ou encore en Afghanistan ? Quant aux rapports de force, ils demeurent le substrat des relations internationales et à certains égards celui inhérent à toute société ; tenter de les rejeter n’a guère de sens, c’est leur nature qu’on doit faire évoluer dans le sens d’une moindre dangerosité. Après tout, eu égard à leur quantité phénoménale, rares sont les rapports de force à dégénérer en guerre...

La crise sanitaire a-t-elle fragilisé la voie de la paix et accentué les tensions (comme ce fut le cas entre la Chine et l'Inde par exemple) ?

Le covid 19 n’est qu’un objet, au sens où il n’incarne en aucun cas un acteur ni une idée. C’est son usage cynique par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses qui pose problème, comme ce fut souvent le cas avec d’autres fléaux naturels dans l’histoire du reste. Instrumentaliser un virus pour mieux réprimer sa propre population, verrouiller ses frontières, renforcer la pression socio-religieuse ou stigmatiser le prétendu complot ennemi et, comme vous le dites, « accroître les tensions », n’est pas nouveau mais toujours aussi condamnable.

J’ai toujours prôné - devant mes étudiants à Sciences-Po et à la PSB comme dans mes ouvrages, en colloques comme devant les lycéens, les diplomates, les militaires, les chefs d’entreprise, les journalistes, les auditeurs de l’IHEDN et les autres citoyens - une géopolitique à la fois réaliste et humaniste. Le cynisme déguisé en réalisme ne peut ni ne doit tenir lieu de pensée géopolitique. Sur les champs de bataille et dans les quartiers civils bombardés, ce sont des êtres de chair et de sang qui souffrent, pas des concepts...

Frédéric Encel, "Les 100 mots de la guerre", éditions Presses Universitaires de France – PUF, dans la collection Que sais-je ?

Atlantico a publié ce weekend deux extraits de l'ouvrage :
Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement
Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

Lien vers la boutique : cliquez ICI et ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires