En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

07.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 10 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 10 heures 47 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 12 heures 17 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 16 heures 11 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 17 heures 15 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 18 heures 18 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 10 heures 35 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 11 heures 35 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 13 heures 22 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 16 heures 42 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 17 heures 20 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 17 heures 50 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 18 heures 13 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 18 heures 57 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 19 heures 26 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 20 heures 9 sec
© LOU BENOIST / AFP
Edouard Philippe Atos
© LOU BENOIST / AFP
Edouard Philippe Atos
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

Publié le 18 septembre 2020
Édouard Philippe vient d’être nommé administrateur du groupe informatique ATOS, qui compte 110.000 salariés. Ce pantouflage mérite quand même un petit décryptage, car il consacre le triomphe de ce capitalisme de connivence, très français, où les managers qui n’ont créé aucune entreprise s’échangent les postes.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Édouard Philippe vient d’être nommé administrateur du groupe informatique ATOS, qui compte 110.000 salariés. Ce pantouflage mérite quand même un petit décryptage, car il consacre le triomphe de ce capitalisme de connivence, très français, où les managers qui n’ont créé aucune entreprise s’échangent les postes.

Édouard Philippe devient administrateur du groupe Atos, dirigé par Thierry Breton avant sa nomination comme commissaire européen. N’est-ce pas amusant ? Voici l’occasion de préciser quelques petits points sur la vie de ce géant informatique qui aime recruter des fonctionnaires.

Atos et la commande publique

Atos fait partie de ces groupes discrets mais influents qui ne seraient rien sans la commande publique, c’est-à-dire sans l’argent du contribuable. Nous publions ci-dessous la copie d’une annonce faite par l’UGAP cet été (la centrale d’achat des administrations) pour un énorme marché informatique décroché par Atos. C’est l’art de ce groupe d’avoir préempté l’informatique publique, qui constitue une source de revenus quasiment intarissable.

Au passage, Atos a remporté des marchés colossaux en France comme celui du dossier médical partagé, qui constitue un flop pour le contribuable, mais garantit l’influence du groupe information sur la décision publique. Autant dire qu’Atos est bien au coeur du capitalisme français de connivence où la commande publique nourrit généreusement des groupes privés dirigés par d’anciens fonctionnaires.

Le paradis des pantouflards

Atos est détenu par de puissants actionnaires comme le Vanguard Group, gestion américain de fonds dont le nom est revenu lors de l’affaire Raoult, par Black Rock mais aussi par Siemens. Il s’agit donc d’une affaire qui marche… avec des dizaines de milliers de salariés et des milliards de chiffre d’affaires. On est très loin de l’entreprise créée en 1972 par le Crédit Lyonnais.

Pour diriger cette antichambre de la commande publique, Atos compte solidement sur des pantoufleurs. Le groupe avait recruté Thierry Breton après son passage à Bercy. Puis, quand Thierry Breton est parti, il l’a remplacé par Élie Girard, ancien du cabinet Breton… et de la direction générale du Trésor.

Nous sommes ici au coeur du capitalisme de connivence, où tout ce que l’État ne sait pas faire lui-même, il l’achète (à prix d’or) à des entreprises privées qui recrutent de hauts fonctionnaires pour les diriger… et mettre à disposition leur carnet d’adresse. L’adoption de Philippe au conseil d’administration d’Atos n’échappe pas à cette règle.

Édouard Philippe, vieux renard du capitalisme de connivence

Sur ces connivences opaques entre carnet d’adresses publiques et commandes privées, Édouard Philippe en connaît un rayon. Rappelons-nous qu’avant d’officier à Matignon, il avait fait un passage chez Areva comme lobbyiste. Il ne découvre donc pas ce monde de l’entre-soi et de l’entregent où disposer d’un large carnet d’adresses rapporte de l’argent.

Sans grande surprise, donc, l’ancien Premier Ministre revient à ses premières amours, la mise à disposition de son carnet d’adresses au bénéfice d’un prestataire privé qui s’enrichit largement avec les commandes attribuées au nom du contribuable. Il est au passage assez amusant de voir que tous ces gens qui ont dénoncé l’emprise de Black Rock et d’autres sur l’économie française soient heureux que le service public passe des commandes sous sa signature… qui profitent aux actionnaires américains, derrière un habillage purement français.

Le triomphe de la bourgeoisie managériale

Dans cette énumération de curriculum en tous sens, on comprend que ce qui se joue, c’est la transmission d’un pouvoir lucratif à la tête d’entreprises qui sont des sortes de démembrement du service public. La particularité de ces entreprises est d’avoir été créées par de grands groupes plus ou moins publics pour délivrer un service à l’administration. Cette privatisation d’activité est pilotée par des managers qui sont tout sauf des entrepreneurs, et qui développent leur activité grâce à un système qui ressemble beaucoup à une cartellisation de connivence.

L’usage veut que ce qui est public reste public : les fonctionnaires se succèdent donc à la tête de ces entreprises, avec des salaires importants et des passerelles constantes vers les mandats publics.

Bref, le capitalisme de connivence fonctionne avec une bourgeoisie managériale qui se croit entreprenante et entrepreneuse, mais qui se gave simplement d’un entre-soi facile.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
nobobo
- 18/09/2020 - 22:21
Tout à fait
Travaillant dans une multinationale (non française) , je peux témoigner que c'est toujours la même histoire. Les promotions, les carrières ont peu à voir avec le mérite mais surtout à l' appartenance à des réseaux liés à la nationalité, l' origine sociale et la capacité à exclure toute considération morale quand son intérêt personnel est en jeu.
Alain Proviste
- 18/09/2020 - 18:42
Ca ne fait pas très nouveau monde
Le changement n'est pas pour maintenant non plus, ni la Révolution.
Je présume qu'on peut ironiser sur d'autres slogans de campagne présidentielle qui sont restés des mots vides.
assougoudrel
- 18/09/2020 - 13:57
Et une loi interdit aux Officiers Généraux
qui quittent certains postes, d'aller dans le secteur privé; ils doivent attendre 5 années. Cette loi n'est pas faite pour ces politiciens professionnels qui préparent le terrain pendant leur mandat de ministre ou de président de la République. Les plus couillons sont les habitants du Havre pour Philippe et les bretons pour Le Drian (président de la Région depuis les débuts du gros pygmée de Tulle, jusqu'à aujourd'hui).