En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 11 min 33 sec
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 53 min 32 sec
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 2 heures 2 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 2 heures 39 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 4 heures 5 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 14 heures 20 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 15 heures 19 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 20 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 37 min 40 sec
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 25 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 4 heures 3 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 4 heures 22 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 14 heures 32 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 18 heures 34 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 20 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 21 heures 49 min
© ERIC PIERMONT / AFP
axa assurance économie crise du coronavirus
© ERIC PIERMONT / AFP
axa assurance économie crise du coronavirus
Atlantico Business

Covid-19 : les assureurs ne veulent plus payer

Publié le 15 septembre 2020
Les sociétés d’assurance ne veulent plus couvrir les risques de la pandémie, les réassureurs internationaux baissent les bras et renvoient les dossiers sur les États, mais les États peuvent difficilement faire plus que ce qu’ils ont déjà fait.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les sociétés d’assurance ne veulent plus couvrir les risques de la pandémie, les réassureurs internationaux baissent les bras et renvoient les dossiers sur les États, mais les États peuvent difficilement faire plus que ce qu’ils ont déjà fait.

Alors que les chiffres de la pandémie continuent de s’aggraver et que la situation économique ne s’arrange pas, les entreprises découvrent que leurs assureurs n‘acceptent pas de couvrir les risques provoqués par le coronavirus. En bref, l’entreprise ou le commerçant qui a perdu sa clientèle et qui pensait être couvert pour les risques d’exploitation s’aperçoit que son contrat ne le prévoit pas. On va donc au-devant d’une crise de l’assurance qui va s’ajouter à la crise économique et qui va encore noircir la situation.

Les assureurs aujourd’hui ne peuvent pas indemniser les victimes du Covid-19. Parce que les risques de pandémie n’étaient pas précisément prévus dans les contrats. Ensuite, parce que les montants du risque s’avèrent démesurés par rapport à leurs réserves et enfin, parce que leurs propres assureurs se sont mis aux abonnés absents. Les réassureurs fuient.

Les assureurs qui assurent les automobiles, les habitations et les entreprises, comme AXA, Macif, Groupama ou les autres, qu’elles soient privées, publiques ou mutualistes sont eux-mêmes couverts et garantis contre les très gros risques par des sociétés internationales. Certaines sont britanniques comme Munich Re, d’autres sont françaises, la Scor par exemple très importante. En cas de grosse catastrophe aérienne, de naufrage d’un cargo avec une énorme pollution, une marée noire par exemple, ces réassureurs interviennent.  Dans le pire des cas, le risque peut être qualifié de catastrophe naturelle et alors l‘État intervient en garantie de dernier ressort.

Aujourd’hui, ces réassureurs-là viennent dire qu’ils ne pourront pas indemniser les dégâts causés par le Covid.

Or, le Covid est évidemment une catastrophe qui fait des morts, mais qui a surtout mis à plat tous les systèmes économiques. Du coup, les entreprises qui perdent leur exploitation et qui cherchent à récupérer une indemnité pour financer les dommages n‘y parviennent pas.

D’abord, il existe des assureurs qui ont déjà payé un lourd tribut à la crise, parce que certains sont déjà intervenus pour compenser des annulations d’évènements, ou financer des remboursements de billets d’avion, de voyage etc... mais qui ne peuvent plus intervenir. Ensuite, parce que les contrats qu’ils ont signés ne permettent pas de couvrir des risques aussi graves.

Enfin, le vrai problème qui est très nouveau est que ça n’est pas le virus qui a provoqué les dégâts. Les dégâts sont le résultat de la décision gouvernementale de confiner. Les dégâts sont principalement causés par le contexte national et international.

Le virus n’a pas stoppé les avions, les bateaux et les usines, mais ce sont les administrations qui ont tout bloqué pour protéger la vie humaine.

Du coup, les assureurs se retournent très logiquement vers les Etats. Pour qu’ils paient exactement comme quand il y a une catastrophe naturelle, une inondation, par exemple, et qu’il vienne en garantie.

Mais aujourd’hui, les États ne viendront pas soutenir les assureurs, parce que les États sont déjà intervenus sur le terrain économique pour éviter l’effondrement. Les États ont lancé des plans de soutien et de relance. La France a mobilisé 400 milliards d’euros en mars et vient de sortir un plan de relance de 100 milliards et tout cela va principalement en direction des entreprises.

Pour se couvrir des risques juridiques, les assureurs reprennent aujourd’hui tous les contrats importants pour écarter la pandémie des risques assurables ; ils veulent éviter les recours.

Mais sur le fond, on n’échappera pas l’année prochaine à des partenariats entre le public et le privé. Parce que l’Etat lui-même sera gêné si la situation s’aggrave encore et si la croissance ne revenait pas.

D'où l’insistance avec laquelle il annonce qu’il refusera tout nouveau confinement, mais pour cela il faut évidemment faire accepter de se protéger. D‘où le durcissement des conditions sanitaires. Les gestes, le masque, sont les meilleures assurances contre le Covid 19, et c’est évidemment les moins chers.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 15/09/2020 - 12:38
Assurable ou pas.
Le problème c'est les contrats pas clairs qui n'excluent pas explicitement le risque de pandémie. Si le contrat ne le couvre pas clairement ( comme le risque nucleaire, guerre etc..) on ne voit pas pourquoi la compagnie paierait. D'une façon générale ce genre de risques systémiques n'est pas assurable car non quantifiable statistiquement.
JBL
- 15/09/2020 - 11:39
Un constat
Il n'y a pas beaucoup de journalistes qui se préoccupent du sort des victimes des assureurs. Par contre, ils peuvent toujours compter sur JMS pour venir pleurnicher devant l'opinion publique et pour obtenir quelques milliards de la part du contribuable. Dans cet article, je crois que le plus jubilatoire, c'est la photo : AXA. Je crois pas qu'il existe un assureur plus pourri. Avec ces gens là, il vaut mieux faire lire son contrat à un avocat...........avant de signer.