En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 5 heures 26 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 7 heures 6 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 8 heures 12 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 51 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 11 heures 11 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 52 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 13 heures 34 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 5 heures 9 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 6 heures 16 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 7 heures 41 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 10 heures 14 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 11 heures 3 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 11 heures 24 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 12 heures 17 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 58 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 14 heures 36 min
© Nelson ALMEIDA / AFP
Brésil marchés financiers coronavirus covid-19
© Nelson ALMEIDA / AFP
Brésil marchés financiers coronavirus covid-19
Impact sur les marchés financiers

Turquie, Russie, Brésil, Afrique du Sud… le COVID-19 peut-il accélérer des crises financières ?

Publié le 14 septembre 2020
La réponse est oui. Pour déterminer les pays en danger de crise financière, il faut croiser deux indicateurs : le pourcentage de personnes ayant été, ou étant, touchées par le COVID-19 avec la variation du change de leur monnaie par rapport au dollar, indicateur le plus sensible.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réponse est oui. Pour déterminer les pays en danger de crise financière, il faut croiser deux indicateurs : le pourcentage de personnes ayant été, ou étant, touchées par le COVID-19 avec la variation du change de leur monnaie par rapport au dollar, indicateur le plus sensible.

La pandémie passe des États-Unis en effet vers les pays les plus peuplés (Inde, Afrique du Sud) et demeure en Amérique Latine. En nombre absolu de cas, elle touche toujours les États-Unis en premier (6,6 millions), suivis désormais de l’Inde (4,7 millions) qui vient de dépasser le Brésil (4,3 millions), devant la Russie (1,1 million) et le Pérou (0,7 million). Si l’on raisonne en pourcentage de la population, le Qatar paraît le pays le plus affecté (4,3%) ou Bahreïn (3,4%), mais sans effet financier perceptible, les pays s’endettant ou sollicitant leurs fonds souverains, bien devant les 2% du Brésil (2,1%), du Chili (2,1%) et des États-Unis (2%), où les effets visibles sont plus dramatiques. Donc le nombre de cas ne suffit pas pour faire un diagnostic sur le pays.

Turquie : c’est un des pays à suivre de très près. La Turquie est en effet un des pays qui se trouve le plus au centre des troubles actuels, avec en plus un pourcentage très élevé de cas de virus (3,4%), surtout en hausse récente. Ceci explique en bonne part la baisse de sa monnaie : -18% depuis le début de l’année, malgré des interventions pour la freiner. L’inquiétude qui peut naître de ce pays vient de la baisse du PIB (11% au deuxième trimestre), en liaison avec le virus qui ne décélère pas, au milieu de tensions géopolitiques croissantes (notamment en Méditerranée). L’inquiétude financière vient en plus du fait que la baisse du change importe de l’inflation, actuellement à 11,8%, alors que les taux sont à 8,25%, la Banque Centrale n’étant plus indépendante. Elle intervient cependant pour soutenir la livre turque : les réserves sont ainsi passées à 40 milliards en dollars, contre un maximum de 120 en 2015, plus 40 en or, montant évidemment réévalué. Même si le pays n’est pas trop endetté, des risques de balance des paiements pèsent, ce qui handicape l’investissement.

Vient la Russie, où le rouble a perdu 21% depuis janvier. Ici encore, nous retrouvons le croisement : COVID-19, troubles géopolitiques, récession (-8% au 2ème trimestre) et cette fois baisse du pétrole. Donc les réserves seront utilisées pour stabiliser le change à partir d’octobre selon la Banque Centrale, ce qui a permis un certain retour au calme.

Brésil : le réal a perdu le tiers de sa valeur par rapport au dollar depuis janvier, pour des raisons moins économiques que politiques. Baisse des prix du blé, du bétail et du pétrole se coalisent, heureusement le prix du soja tient. Dans le deuxième pays du monde affecté par le nombre de malades, avec des chutes de l’activité (autour de 10%), grâce à des déficits budgétaires considérables (autour de 11% du PIB), le soutien monétaire est à son maximum (ou proche) : inflation à 2,4% et taux courts à 2%. Les taux ne devraient plus baisser, sauf catastrophe bien sûr.

Afrique du Sud : c’est sans doute le pays qui connaît la plus forte chute d’activité (-51% au 2ème trimestre), avec un nombre élevé et croissant de cas de COVID-19. Le taux de chômage est de 30% dans le secteur formel. Le rand a perdu 20% par rapport au dollar et le pays a et aura des aides du FMI.

Inde : son cas doit être examiné de près, car c’est le foyer mondial en expansion du COVID-19. L’activité a baissé d’un quart sur un an, surtout la reprise semble très lente. C’est ce qui explique le lent affaiblissement de la roupie –3% depuis janvier), dans une économie où cohabitent une inflation de 7% et un taux de chômage de 11.

Dans un tel contexte, les taux longs seront bas, l’inflation aussi, dans les grands pays. Les marchés financiers ont en effet entendu les patrons des grandes Banques Centrales, Jerome Powell pour les États-Unis et Christine Lagarde pour la zone euro et ont compris le message : les taux resteront bas longtemps, le temps que l’inflation dépasse 2%, ce qui n’est pas pour tout de suite. Pendant ce temps, ils achèteront les bons du trésor pour maintenir bas les taux et permettre la reprise. Les taux long réels sont négatifs, sauf pour l’Italie : même si les taux longs nominaux sont au plus bas, l’inflation y est négative (-0,5%) pour cause de récession, ce qui n’aide pas.

Les bourses refont leurs comptes : reprise certes, mais lente, avec même des risques de rechute si le virus se développe, profitant de « gestes barrière » pas très efficaces. Elles corrigent la bulle du Nasdaq, mais prennent toujours en compte la politique monétaire, qui favorise les groupes et les politiques de dividendes qui donnent un bon rendement. Des obligations risquées !

A quel jeu jouons-nous encore en France ? Le 11 septembre 2020, on compte ici  9406 cas. On peut dire que ceci est lié au dépistage, 10 millions au total, 153 000 pour 1 million de personnes, presque comme l’Allemagne, qui reste moins atteinte (3107 cas par million d’habitants contre 5726 en France), avec bien moins de décès : 112 contre 473 ici. Un sujet qui ne figure pas dans le plan de relance ! 

La crise sanitaire n’est donc pas finie : parler de « post-COVID » est prématuré.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires