En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 12 heures 8 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 13 heures 47 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 16 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 17 heures 35 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 18 heures 41 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 19 heures 46 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 20 heures 39 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 21 heures 3 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 21 heures 42 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 22 heures 7 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 12 heures 40 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 14 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 18 heures 21 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 18 heures 57 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 26 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 20 heures 53 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 22 heures 12 sec
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 22 heures 8 min
© JIM WATSON / AFP
Donald Trump élection présidentielle américaine
© JIM WATSON / AFP
Donald Trump élection présidentielle américaine
Disraeli Scanner

Le jeu de rôles destiné à empêcher Donald Trump d’être réélu

Publié le 14 septembre 2020
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.

Hughenden, 

Le 13 septembre 2020

 

Mon cher ami, 

 

Des « Anciens » aigris mais dangereux

Prenez le temps de lire le document publié début août par le « Transition Integrity Project », un groupe de personnalités démocrates, rejointes par des républicains qui regrettent la période Bush, tel le néo-conservateur Bill Kristol. Tout d’abord, on est en pleine novlangue: il s’agit non pas de « transition » mais de blocage du processus électoral normal ! Parmi les parrains du comité, on retrouve des personnalités très peu « intègres », à commencer par John Podesta, ancien directeur de cabinet de Bill Clinton, l’une des figures-clé du montage d’un « Russiagate » contre Donald Trump, dossier qui s’est révélé sans aucun fondement mais qui était destiné à déstabiliser profondément le président légitimement élu. 

Une centaine de personnes, dont des universitaires, d’anciens hauts fonctionnaires et des journalistes, se sont réunis, donc, au début de l’été 2020 pour imaginer des scénarios où Donald Trump contesterait le résultat de l’élection. On imagine, à ne rien connaître, que l’on va voir simplement un examen de la possible réédition du scénario de l’an 2000, lorsque le résultat de Floride avait fait l’objet d’une bataille judiciaire et conduit à l’élection, pour finir, de George W. Bush. En fait, il ne s’agit que du premier scénario, appelé « résultat ambigu ». Mais les auteurs de la planification d’un coup d’Etat électoral ont imaginé trois autres scénarios: celui d’une large victoire de Biden; celui d’une large victoire de Trump et celui d’une courte victoire de Biden. Au fur et à mesure de la lecture, on comprend bien que Trump est unilatéralement désigné comme le danger qui pèse sur les élections. Et qu’il s’agit de neutraliser son probable succès. 

Relire Upinsky: le document poursuit le contraire de ce qu’il affiche

Il faut lire tranquillement ce document. Permettez-moi d’en extraire quelques perles: « Le concept de ‘nuit électorale’ ne convient plus. Il est même dangereux ». Effectivement, les auteurs, aimeraient un scénario qui dure, dans l’espoir que la mobilisation des médias et des « antifas » puisse rendre impossible la réinstallation d’un président républicain légitimement élu. Votre grand mathématicien et logicien Arnaud Upinsky m’a appris à lire ce que dit vraiment un document. Il y a non seulement l’inversion des intentions. Il y a aussi les formules ambiguës, qui révèlent la pensée profonde des auteurs: « Une campagne déterminée aurait les capacités de contester le résultat de l’élection jusqu’en janvier 2021 »; on comprend ce que recherchent les démocrates. « Le processus de transition gouvernementale peut être profondément perturbé ». C’est bien ce que révèlent les scénarios, qui font voir comment le parti de Bill Clinton et Barack Obama voudrait bien empêcher le processus électoral normal. L’accusation contre Donald Trump est grave: « Donald Trump a un énorme avantage puisqu’il ne se sent pas lié par les règles »! Elle se décline dans l’anticipation de ce que pourrait être son comportement en cas de défaite: « Prends l’oseille et tire-toi! »; « déclencher une aventure militaire »; « détruire des preuves »; « empêcher le processus de transition ». 

Arrêtons-nous un petit moment sur le scénarion n°3, appelé « claire victoire pour Trump » mais qui serait en fait une répétition de 2016, Trump gagnant le collège électoral et Biden le suffrage populaire. Je traduis des extraits, sans besoin de les commenter: « L’aspect le plus important de la première partie du scénario a été le retrait par Biden de son acceptation de la défaite lors de la soirée électorale. Le candidat s’appuya sur le fait que pour la troisième fois en vingt ans, un candidat s’était imposée contre le résultat majoritaire à l’échelle nationale. Son équipe partit aussi du constat qu’il y avait eu des bulletins indûment nullifiés avant l’élection et le jour même. Le campagne Biden commença la simulation en demandant à trois gouverneurs démocrates (Caroline du Nord, Wisconsin, Michigan) de réclamer que les voix soient recomptées. Au fur et à mesure du développement de la simulation, deux des trois gouverneurs (Wisconsin et Michigan) envoyèrent à Washington des délégations de grands électeurs différentes de celles qui avaient été élues pour le vote. Le Parti républicain ne réussit, à sa grande surprise, pas à convaincre les démocrates modérés de la Chambre des représentants de se désolidariser de la résistance démocrate.  La stratégie démocrate, en l’occurrence, consistait à la fois à attaquer le Collège électoral et à mettre en question le décompte des votes dans les Etats concernés, du fait de bulletins de votes escamotés. A la fin de cette première phase, le pays était dans une situation de crise constitutionnelle intense, caractérisée par: 1. Le chaos politique. 2. Des menaces de violences répandues  et des violences effectives sporadiques dans les rues, 4. (Sic) un environnement médiatique et d’information hostile, hautement partisan et sans aucune retenue ». 

Vers une nouvelle « guerre de sécession »? 

Retenez bien votre souffle, car le meilleur est encore à venir: « La campagne Biden encouragea les Etats de l’Ouest, la Californie mais aussi l’Oregon et l’Etat de Washington (...) à faire sécession de l’Union à moins que les membres républicains du Congrès soient d’accord pour une série de réformes permettant de modifier notre système démocratique pour en faire un système fondé sur la loi de la majorité. Sur les conseils du président Obama, l’équipe de campagne de Biden proposa: 1. De transformer en Etats, Washington DC et Puerto Rico. 2. De diviser la Californie en cinq Etats pour lui permettre une meilleure représentation au Sénat. 3. De demander que les juges de la Cour suprême se retirent Quand ils ont atteint 70 ans.  4. D’éliminer le Collège électoral pour être sûr que celui qui gagne la majorité des suffrages à l’échelle nationale soit élu président ». Les auteurs du jeu de rôles se doutent bien que Trump jouerait dans ce cas la carte de l’unité de la Fédération. C’est pourquoi, ils imaginent un coup de force des démocrates: « Le 6 janvier, les démocrates provoquèrent une rupture dans la session jointe des deux assemblées en obtenant de la Chambre des représentants qu’elle accorde la victoire à Biden (en s’appuyant sur la nouvelle arithmétique du collège électoral, en fonction des grands électeurs alternatifs envoyés par des gouverneurs démocrates ). Le parti républicain et le Vice-président Pence refusèrent d’accepter ce résultat et proclamèrent la victoire de Donald Trump. Le 20 janvier à midi arriva sans qu’il y ait un commandant des forces armées en place. Nul ne savait ce que l’Armée allait faire ». 

Extraordinaire document ! Il dit clairement les pensées profondes d’une partie de l’establishment, celle qui a a la nostalgie des présidences Clinton, Bush et Obama. Il appelle clairement à la sécession et n’imagine pas d’autre issue qu’une décision des militaires. Dans une république de Vieux Romains, comme le furent les Etats-Unis jusqu’aux années 1920, un tel document n’aurait pas pu voir le jour. Jusqu’à la fin de la Guerre froide, de telles élucubrations auraient pu voir le jour mais auraient choqué la majorité et disqualifié le candidat que l’on prétendait aider de la sorte. Mais nous sommes dans une République menacée de dégénérer en empire depuis que le pays a vaincu l’URSS dans la Guerre froide - exactement comme Rome commença sa dérive institutionnelle après la victoire contre Carthage. 

Dans tous les cas, Donald Trump sait depuis longtemps qu’il est menacé par un risque de coup d’Etat apparemment légal et que les Etats-Unis sont directement menacés par la « sécession des élites », que certains, au parti démocrate, voudraient transformer en sécession territoriale et politique. Heureusement, ses adversaires le sous-estiment toujours. Nous pouvons être sûrs qu’il fait travailler depuis longtemps sur la parade à des scénarios de vol de son résultat électoral. 

Bien fidèlement à vous 

Benjamin Disraëli

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 14/09/2020 - 19:42
Qu'ils fassent sécession ces abrutis de démocrates
Comme en 1861. Ça tombe bien il y a encore un Républicain à la maison blanche....comme en 1861. Décidément plus ça change plus ça continue.
Liberte5
- 14/09/2020 - 19:36
Nous avons en temps réel le vrai comportement des "démocrates"
Ce parti a basculé dans le camp des fascistes. Car ce sont des socialistes qui peu à peu ont ainsi basculé dans le camp fasciste. Obama est le grand inspirateur de cette dérive. Mais, il y a un mais. Les Américains possèdent des armes et une guerre civile n'est pas à exclure. En France , les progressistes se maintiennent au pouvoir , malgré un soutien très faible dans la population.
Hiris
- 14/09/2020 - 13:32
Il est bien évidemment dans l intérêt de L Europe
Que Trump soit réélu. L'incompétence des démocrates sous Obama pendant 2 mandats à précipité le déséquilibre mondial et la mise en orbite des pays émergents à velléité dictatoriale du fait de l affaiblissement des USA sous Obama .Quitte à faire hurler autant assumer ma conviction des signes annonciateurs d Alzheimer chez Biden et la crainte des positions extrémistes et racistes de sa vice présidente. Ce binôme brille par son amateurisme et ses positions de bobos nantis qui seraient une catastrophe pour la sécurité et l économie internationales