En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 min 25 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 57 min 14 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 15 heures 57 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 16 heures 57 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 18 heures 45 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 22 heures 5 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 22 heures 43 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 35 min 10 sec
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 16 heures 9 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 17 heures 39 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 21 heures 33 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 22 heures 37 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 22 heures 55 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Bruno Le Maire Jean Castex projet de loi de finances plf 2021
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Bruno Le Maire Jean Castex projet de loi de finances plf 2021
Open bar sur les dépenses publiques

Dérapage incontrôlé : ces doutes qui planent sur la sincérité du projet de loi de finances 2021

Publié le 14 septembre 2020
Au regard du chiffre anticipable de déficit public et des hypothèses de croissance qui semblent retenues pour 2021, le budget s’annonce plus comme celui d’un président candidat que comme le budget de la France.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au regard du chiffre anticipable de déficit public et des hypothèses de croissance qui semblent retenues pour 2021, le budget s’annonce plus comme celui d’un président candidat que comme le budget de la France.

En ce moment même, les dignes administrateurs civils de la Direction du Budget sont en cours d'élaboration du futur budget, autrement dit du PLF ( Projet de Loi de Finances ) pour 2021.

Nous avions, en vote initial, 93 Mds de déficit pour le PLF 2020 avec un peu plus de 300 Mds de recettes fiscales ( TVA, CSG, IR, etc ) et donc 400 Mds de dépenses.

Cette année, les trois PLFR ( PLF rectificatif ) ont accru le déficit de près de 130 Mds d'euros. Autant dire que le PLF 2021 qui va traduire en acte ( il serait temps ) une partie du plan de relance portera un déficit très conséquent. Certainement plus de 200 Mds si la sincérité requise est bien au rendez-vous de cet exercice fondamental.

Un PLF se détermine en fonction des dépenses et ici, pour l'année à venir, il est clair que plus de 60 Mds additionnels au rythme usuel seront à inscrire.

Décidément, Emmanuel Macron, pourtant Inspecteur général des Finances et ancien ministre de l'Économie a échoué, depuis 2017, en matière de maîtrise de la trajectoire des dépenses publiques. Le déficit explicite n'a cessé d'exploser tandis que la dette implicite liée aux engagements hors-bilan a augmenté de plusieurs centaines de milliards.

Au risque d'être un instant familier, ce n'est plus de la gestion publique c'est " open bar " et laxisme à tous les étages. A qui fera-t-on croire que les effectifs de l'État ne devaient décroître que de 4.000 personnes en 2020 ?

Ce quinquennat sera l'histoire vivante d'un échec en matière de maîtrise de la dépense publique. La dette est à un niveau record, même ante-Covid. Notre dépense publique fait rougir le classement OCDE et traduit l'existence d'une économie socialiste. Quant aux prélèvements obligatoires, leurs niveaux sectoriels et consolidés ne sauraient être incitatifs à l'activité économique.

Quant au volet recettes du PLF, la situation est marquée par deux mots : incertitudes et parachute.

Incertitudes car les " hypothèses macroéconomiques retenues " que scrute attentivement, conformément à la Loi, le HFCP ( Haut-Conseil des Finances Publiques ) sont très incertaines.

D'abord le taux de croissance pour 2021 que certains économistes euphoriques feraient mieux de laisser évaluer par leurs enfants en classe primaire. Le Gouverneur de la Banque de France a cru voir " une reprise en aile d'oiseau " avec un taux très favorable ( près de 7% en 2021 ). Compte-tenu des aléas sanitaires qui vont plomber l'amorce de reprise et compte-tenu du délai de mise en place de France Relance, ces chiffres de croissance pour 2021 sont dignes d'esprits enivrés par un parfum de Grasse là où la situation réelle de notre économie dégage, hélas, un tout autre fumet.

L'INSEE s'écarte moins du scénario le plus plausible notamment en matière d'emploi. La France tangentera les 10% de chômeurs à la fin de cette année ce qui constitue un drame humain tout autant que des surcoûts pour les amortisseurs sociaux.

Les hypothèses d'élaboration du PLF doivent être rigoureux en matière d'emploi et en matière de taux de croissance. Autrement, ce n'est plus un PLF crédible mais un jeu d'osselets entre institutions publiques qui, au total, produiraient un mensonge collectif y compris à destination du Parlement.

La Commission des Finances du Sénat a fait part de ses inquiétudes et le Présidént Éblé est fortement préoccupé par la configuration d'ensemble du PLF. Idem, de manière plus politique, pour le Président Gérard Larcher.

A l'Assemblée Nationale, des députés comme Olivier Marleix, Guillaume Larrivé ou Boris Vallaud suivent avec attention ce qui ressemble à une sortie de route et à un tangible défaut de maîtrise des dépenses publiques, par-delà l'effet contra-cyclique d'inspiration keynésienne que l'impact de la Covid-19 impose à notre pays.

S'agissant de la Commission des Finances de l'Assemblée, il est à noter que son président, le député et ancien ministre Éric Woerth, a rendu clairement publiques ses inquiétudes.

Dans un courrier adressé  à Bruno Le Maire et au ministre délégué au Budget, l'élu de l'Oise stigmatise le court délai ( moins de 3 jours ) dont disposeront les parlementaires pour exercer leur droit d'amendement.

Clairement, cet étranglement temporel du Palais-Bourbon ne masque rien d'autre que des petits arrangements budgétaires qui, de proche en proche, éloignent de la sincérité du travail d'ensemble.

France Relance n'est pas un plan du Gouvernement, c'est LE plan du Président-candidat.

Autant dire que le PLF sera à l'unisson de ce dogme politique et éloigné des exigences démocratiques. Surtout si l'on bricole les hypothèses macroéconomiques qui sous-tendent sa construction….

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires