En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 4 heures 49 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 8 heures 15 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 9 heures 10 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 9 heures 55 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 10 heures 53 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 13 heures 9 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 13 heures 56 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 15 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 4 heures 36 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 5 heures 13 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 8 heures 37 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 9 heures 31 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 10 heures 10 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 14 heures 22 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 16 heures 15 min
© Alex Brandon / POOL / AFP
© Alex Brandon / POOL / AFP
Les ennemis de mes ennemis...

L'Inde et les Etats-Unis alliés contre un ennemi commun : la Chine

Publié le 13 septembre 2020
L'entraînement conjoint entre les marines indiennes et américaines dans le Golfe du Bengale le mois dernier donne la mesure du chemin parcouru entre les Etats-Unis et l'Inde pour améliorer leurs relations diplomatiques.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'entraînement conjoint entre les marines indiennes et américaines dans le Golfe du Bengale le mois dernier donne la mesure du chemin parcouru entre les Etats-Unis et l'Inde pour améliorer leurs relations diplomatiques.

Loin du bel unanimisme qui les unit aujourd'hui, l'Inde et les Etats-Unis ont longtemps connu des relations difficiles. D'une part parce que durant la Guerre froide, l'Inde avait choisi le camp de l'URSS, à la fois pour se démarquer du Pakistan allié aux Etats-Unis, mais surtout pour lutter contre l'influence déjà inquiétante de la Chine. D'autre part, parce qu'en décembre 1971, en pleine guerre d'indépendance du Pakistan oriental, le futur Bangladesh, les Américains vinrent à la rescousse des armées pakistanaises défaites en déployant leurs meilleures forces dans le Golfe du Bengale. L'évènement envoya à dessein un signal fort au Pakistan et surtout à la Chine, au moment même où l'administration Nixon initia le rapprochement sino-américain qui devait amoindrir l'influence de l'URSS en Asie. Le message était clair : les alliés des Etats-Unis pouvaient compter sur eux. Les diplomates indiens le comprirent si bien qu'ils accélérèrent leur programme nucléaire, et en 1974, l'Inde disposait de sa première bombe atomique.

Cinquante ans plus tard, l'entraînement conjoint qu'ont observé les marines indiennes et américaines dans le Golfe du Bengale le mois dernier, donne la mesure du chemin parcouru entre les Etats-Unis et l'Inde pour améliorer leurs relations diplomatiques. Il intervient sans le moindre hasard au moment où l'Inde et la Chine connaissent un regain de tensions sur leur frontière commune dans l'Himalaya, et au moment également où les relations sino-américaines sont des plus conflictuelles.

Si la proximité idéologique entre Donald Trump et Narendra Modi a particulièrement exposé au grand jour le rapprochement entre leurs deux pays, celui-ci démarra véritablement en 2008 lorsqu'après trois ans de négociations, l'administration Bush décida de lever l'embargo sur le nucléaire civil qui frappait l'Inde depuis 34 ans. Et si les Etats-Unis décidèrent d'approfondir leur relation avec l'Inde, c'est bien évidemment pour contrer la montée en puissance d'un ennemi commun, la Chine. Aujourd'hui encore, même les partenariats économiques entre les deux géants asiatiques, rivaux dans leur quête de puissance, ont échoué à améliorer leurs relations.

De surcroit, le rapprochement sino-pakistanais inquiète l'Inde, qui le considère comme une menace pour sa sécurité. Disposant d'un budget de la défense représentant moins d'un tiers de celui de la Chine, d'un PIB représentant un cinquième du PIB chinois et d'une armée bien plus modeste, l'Inde se sait perdante dans le rapport de forces, et poursuit donc un double équilibrage, à la fois interne et externe. Elle a ainsi accru ses dépenses militaires et s'est lancée dans une course aux armements, sollicitant ses principaux fournisseurs d'armes, la France et la Russie, pour acquérir plusieurs Rafales, MiG-29 et avions de chasse Sukhoi. La nécessité de se placer sous la protection d'un Etat plus puissant afin de garantir ses intérêts et sa sécurité l'a enfin naturellement poussée dans les bras des Américains.

Au demeurant, ceux-ci ont tout intérêt à répondre favorablement aux demandes de l'Inde pour renforcer leur stratégie dite « Indo-Pacifique » d'encerclement de la Chine, depuis la mer de Chine méridionale jusqu'à l'Himalaya, en passant par Taïwan. Le partenariat avec l'Inde devrait ainsi leur faciliter l'installation de forces militaires aux abords de l'immense chaîne montagneuse ainsi que dans l'Océan Indien, par ailleurs route maritime clé.

Néanmoins, le risque est grand de voir l'Inde se faire instrumentaliser par les Etats-Unis dans leur propre conflit avec la Chine, et de faire du triangle himalayen où les rivalités entre l'Inde, la Chine et le Pakistan sont déjà très vives, une poudrière prête à exploser. Les « petits » pays limitrophes que sont le Népal, le Bhoutan ou le Bangladesh, trop dépendants économiquement et enclavés pour se dispenser de choisir un camp, le redoutent avec raison. Tous, avec le Sri Lanka et le Pakistan, se voient proposer des partenariats dans le cadre des Nouvelles routes de la Soie chinoises pour amoindrir la puissance de New Delhi, ce qui ne lui échappe pas et l'alarme. L'Inde cherchera très probablement à approfondir ses liens avec Washington, faute de mieux, la Russie n'ayant aucune ambition ni aucun intérêt, y compris commercial, à assurer sa protection.

Pour autant, certains sur la scène politique indienne ne désespèrent pas de ressusciter la politique de non-alignement qui prévalut sous Jawaharlal Nehru dans les années 1950, arguant avec prudence qu'il convient de ne jamais s'en remettre totalement à un seul allié, fut-il puissant. Au demeurant, la fiabilité de l'allié américain peut être sujette à caution, comme l'Arabie Saoudite ou les Kurdes en Syrie peuvent en témoigner... Il reste cependant plus vraisemblable que la peur l'emporte sur la raison. Du côté des Etats-Unis, une éventuelle alternance politique ne devrait guère changer les choses, la stratégie déployée envers l'Inde et la Chine accusant une étonnante cohérence depuis le mandat d'Obama, malgré les vicissitudes de l'ère Trump. Devenue plus complexe et plus imbriquée pour les deux pays, l'alliance indo-américaine a tout pour tenir dans la durée. Comme l'avait souligné en son temps le diplomate et ancien Premier ministre britannique Henry Temple, Lord Palmerston, « les nations n'ont ni ennemis ou amis permanents. Seuls leurs intérêts le sont. »

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires