En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

06.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

07.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Et si l’impact psychologique du COVID-19 nous exposait à un danger politique majeur

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 2 heures 16 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 5 heures 33 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 7 heures 3 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 8 heures 17 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 8 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 11 heures 7 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 11 heures 8 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 11 heures 9 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 4 heures 35 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 6 heures 51 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 7 heures 19 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 8 heures 30 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 9 heures 15 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 10 heures 19 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 11 heures 8 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 11 heures 11 min
© PATRICK HERTZOG / AFP
© PATRICK HERTZOG / AFP
Pré-totalitarisme

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

Publié le 13 septembre 2020
Le nouveau maire écologiste de Bordeaux, Pierre Hurmic, a expliqué qu'il n'y aurait pas de sapin de Noël à la mairie car il s'agissait d' "un arbre mort". Une déclaration loin d'être anecdotique.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nouveau maire écologiste de Bordeaux, Pierre Hurmic, a expliqué qu'il n'y aurait pas de sapin de Noël à la mairie car il s'agissait d' "un arbre mort". Une déclaration loin d'être anecdotique.

Le sens du ridicule et de la dérision n'a pas disparu, heureusement, de notre débat public, malgré les censures multiples que mettent en place ou cherchent à instaurer dans nos démocraties  diverses minorités d'activistes arrivées au pouvoir par défaut. A peine le nouveau maire écologiste de Bordeaux avait-il expliqué qu'il n'y aurait pas de sapin de Noël à la mairie car il s'agissait d' "un arbre mort" que les réseaux sociaux se déchaînaient. Parmi bien des messages spirituels, mon préféré est la dénonciation du meurtre d'une carotte retrouvée nue et mutilée dans la cuisine de la Mairie...

Cependant, le rire n'est durablement correcteur qu'au sein d'une société où domine la libre discussion. Or nous vivons dans une époque idéologisée, où certaines opinions sont défendues par des gens totalement dénués de sens de l'humour et socialement coupés de la majorité de leurs concitoyens. Un débat raisonnable est impossible. Comment faire comprendre à Pierre Hurmic qu'une opinion personnelle, qu'il partage avec un petit groupe d'activistes, peut d'autant moins être imposée qu'il a été élu avec 18% des électeurs inscrits au second tour du fait d'une abstention record. Moins d'1 électeur sur 5! Au premier tour, le même n'a rassemblé que 12% des électeurs inscrits!

Crise de la démocratie

La réalité, c'est que beaucoup des opinions que l'on voudrait nous proposer comme dominantes et d'avenir sont le fait de minorités dont le statut social et les moyens économiques leur permettent de vivre à proximité des leviers du pouvoir. La crise de la démocratie, dont on parle souvent, n'est pas le fait des populistes - qui tiennent encore à la notion de majorité et de légitimité des décisions.  Leurs slogans, souvent simplificateurs, ne sont que la conséquence de la crise du débat dans les élites. En fait, la crise de la démocratie a commencé il y a une génération lorsque celles-ci ont cessé de débattre entre elles et ont laissé émerger une pensée unique. L'effondrement entre 2007 et 2009, des certitudes économiques de la classe dirigeante, a conduit non pas à une tentative de réconciliation avec les classes populaires mais à une scission au sein du débat élitiste: les uns s'accommodent plus ou moins d'un rafistolage de la pensée unique; les autres pratiquent la fuite en avant idéologique. C'est ainsi que l'on voit aujourd'hui l’électorat de la "France des métropoles" hésiter entre le bricolage macronien et différents types de gauchismes. 

Nous assistons en effet depuis une dizaine d'années à la multiplication des revendications idéologiques gauchistes. Idéologie du genre et tentatives d'inscrire dans la loi la moindre nuance d'individualisme sexuel, antiracisme et revendication d'un statut de victime pour des groupes à l'identité auto-proclamée, collapsologie environnementale et volonté d'imposer des modes de vie formatés quel que soit le milieu envisagé, antispécisme comme celui qui préoccupe le maire de Bordeaux, où ce ne sont plus seulement d'hypothétiques droits des animaux mais aussi des végétaux qu'il s'agit de prendre en considération. 

Antispécisme, attention dangers

Attardons-nous quelques instants sur cet antispécisme qui ne s’était pas encore fait remarquer avec cette virulence ces derniers mois où dominaient la question du droit à l'enfant pour tous les modes de vie et celle de l'antiracisme. Voilà que Pierre Hurmic apporte de la variété dans les délires idéologiques. 

Nous voyons émerger un autre monde cauchemardesque possible, dont les promoteurs sont tout aussi imperméables à la critique que les défenseurs de 50 nuances de genre ou les indigénistes et non moins insensibles à la correction par le rire. L'antispécisme est porteur des mêmes dangers que ses cousins idéologues. Les mêmes individus portent d'ailleurs les revendications gauchistes, chacun mettant l'accent où il préfère.

1 - Indifférence aux revendications économiques et sociales

Revendiquer des droits pour les animaux et les arbres conduit autant que le collapsisme climatique, l'antiracisme ou le genrisme à se désintéresser des grandes questions économiques et sociales. La réalité de notre pays a été montrée par le soulèvement des Gilets Jaunes fin 2018. Entre-temps, le mouvement a été en partie brisé par la violence, en partie récupéré par des gauchistes qui l'ont fait sombrer dans la violence. Et nos modernes idéologues grand-urbains ont pu, après quelques semaines de peur sociale, reprendre leurs débats en toute tranquillité. 

2 - Négation des fondements de la démocratie

Il vaudrait la peine de mettre en regard tous les appels de gens éclairés à écraser les Gilets Jaunes, comme des gens n'appartenant pas à l'humanité et les revendications antispécistes. On aboutirait au constat que les revendications économiques et sociales légitimes de certains de nos frères humains sont déboutées par une nouvelle bourgeoisie qui camoufle volontiers sa conscience de classe derrière les droits imaginaires de tous les êtres vivants. Il est évident que, plus profondément que les grandes questions sociales que l'on écarte, ce sont les droits de l'Homme que l'on met en danger. La démocratie ne peut fonctionner que sur le principe de l'égalité de tous les êtres humains. "Un homme, un vote". Si l'être humain ne possède pas des droits à la différence du reste des vivants, alors on aboutit vite à la possibilité de mettre animaux et végétaux au-dessus de certains humains. La conscience de classe d-un.Pierre Hurmic le conduit à se préoccuper plus des sapins de Noël que des Français qui vivent dans la pauvreté. A partir de là, les pires dérives sont possibles. Vous choquerai-je en rappelant que les nazis étaient à la fois antisémites, racistes et antispécistes? Eh bien considérez le nombre de députés de la majorité LREM qui ont voté le récent projet de loi bioéthique - transhumaniste, ouvrant la voie au trafic d'êtres humains et soutenant la possibilité de fabriquer des chimères animal/homme mais aussi de pratiquer l'avortement au 9 è mois de grossesse.  Nous voici plongés dans une confusion morale totale qui amène le reniement du pacte de 1945 - plus jamais une destruction comme le nazisme! 

3 - Une société sans avenir

Plus profondément encore, ce que révèle la cause des droits des animaux et du règne végétal, c'est la perte du sens. Notre société ne sait pas où elle va. Il n'y a plus de sens à l'aventure collective des Français.  A force de vouloir définir ce qu'est le progrès, les progressistes nous proposent une série de régressions: individualisme toujours plus exacerbé des mœurs qui débouche sur l'esseulement complet des individus - lisez Houellebecq; instrumentalisation des crimes du passé au point d'enfermer les individus dans une culpabilité ou une revendication permanentes qui rongent le sentiment d'appartenance à une même société; collapsologie climatique ou environnementale qui prive les jeunes de tout espérance dans un progrès authentique et détruit la notion de transmission mais aussi celle de responsabilité.  L'antispécisme participe de la même logique. Il consiste à nier les traditions populaires (le sapin de Noël), les pratiques ancestrales (la chasse); dans une société individualiste où l'on passe facilement de la croyance trop optimiste dans la bonté de l'être humain à la misanthropie généralisée, l'antispécisme est un puissant dissolvant de l'éducation en général et de la formation à la démocratie en particulier. Un enfant qui voit un adulte préférer son chat aux humains qui l'ont tant déçu ou qui est empêché de jouer au foot dans un parc public par un groupe de méditants qui veulent embrasser les arbres, est empêche de grandir, perd l'idée de ce qui sépare son monde de celui de l'adulte. Comme tous les gauchismes depuis Rousseau, l'antispécisme relève du narcissisme et de la fixation infantile. Il détruit le lien social et désagrège la société.  

La négation de la liberté qui est le propre de l'Homme

Il est très significatif que Pierre Hurmic s'en soit pris au sapin de Noël de sa mairie.  Pourrait-il indiquer mieux le refus des croyances populaires, de la transmission mais aussi de tout ce qui structure un imaginaire enfantin? Pourrait-il indiquer mieux son refus de vivre en société? Jamais on n'avait autant parler de vivre-ensemble et jamais on n'avait autant maltraité l'être humain, cet 'animal politique ". Car ce qui se joue, c'est en fait la possibilité de la société politique, de la démocratie en ce qui nous concerne.  Mettre l'humain sur le même plan que le reste du vivant c'est l'amputer de ce qui le constitue et le rend supérieur au reste du vivant qu'on le veuille ou non, la capacité à faire société, à s'organiser pour choisir librement son avenir. 
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jpmednuc
- 14/09/2020 - 02:48
A mon avis ce doit être un concours entre les Kmaires ...
... Celui qui sera le plus "déconologiste" sera vraisemblablement le prochain candidat vert aux présidentielles 2022 ! Faut dire qu'il y a du monde dans les rangs. Jadot va bientôt s'y mettre lui aussi pour ne pas se faire déborder ! Il suffit d'être patient !
spiritucorsu
- 14/09/2020 - 00:57
Gaïa mit uns!
Le fléau islamiste qui veut nous faire revenir au moyen-âge ne suffisant pas,d'autres tout aussi bien inspirés qui croient dur comme fer non pas que got mit uns mais que Gaïa mit uns viennent les rejoindre dans ce grand concours du jeu des nuls dont seuls les vainqueurs pourront se vanter d'avoir organiser la pire régression de l'histoire du pays.A ce jeu dont seuls les plus grands génies peuvent espérer remporter la victoire,les maires écologistes viennent de prendre plusieurs longueurs d'avance en s'attaquant aux redoutables ennemis de la société que sont la tradition du sapin de Noël et le tour de France cycliste.Le suspens devient donc insoutenable dans ce duel de titans entre khmers verts et islamistes,qui va remporter la palme des nuls,la compétition s'annonce féroce,même si pour l'instant l'avantage revient aux représentants de l'équipe écologiste qui ont décroché le maillot vert de la bêtise crasse et du totalitarisme.
salamander
- 13/09/2020 - 18:42
pauvre type !
1. je ne suis pas sur qu'il n'y ait pas des arrière-pensées anti chrétiennes (au sens des origines de ce pays)

2. cet imbécile ne semble pas au courant que la forêt française a doublé depuis Louis XIV.
Il est vrai que les media n'ont pas l'air au courant non plus...